Arroseur arrosé : Jean-François Dérec condamné pour racisme

L’« humoriste » Jean-François Dérec, accusé d’injure raciste par un agent de sécurité, a été condamné jeudi à une amende de 2 000 euros avec sursis et un euro de dommages et intérêts à la partie civile.
L’agent de sécurité assure en effet que Dérec l’a traité de « sale nègre » à l’issue d’un spectacle au Théâtre des Champs-Elysées à Paris, le 21 novembre dernier, alors qu’il venait de lui refuser l’accès à la loge de Guy Carlier.
Le comédien, « scandalisé par ce jugement », nie farouchement les faits, estimant que « se voir traiter de raciste, c’est la pire des choses ». A souligner que Jean-François Dérec est un juif polonais, parrain de SOS racisme.

Voilà donc les chantres de l’« antiracisme » rattrapés eux-mêmes par le système qu’ils ont mis en place. Dans son malheur, cet agent de sécurité a de la chance quelque part : s’il avait été blanc, et traité de « sale blanc », sa plainte eût été irrecevable.
Et pour cause, le racisme anti-blanc n’existe pas officiellement, comme le confirme cet ancien cadre de SOS-racisme :

Seuls les Européens sont-ils racistes ?

Quel scandale ! Que font les professionnels de l’indignation ??
Cela s’est déroulé le 1er octobre dernier, lors de l’émission « C dans l’air » (France 5). Une émission consacrée à l’évacuation d’un campement de Roms à Marseille par des riverains. Ecoutez les propos du journaliste José D’Arrigo, professeur à l’Université de Provence (on imagine comment sont formés ses successeurs) :

Cette évacuation de Roms n’a donc aucun caractère raciste puisque, nous explique-t-il, « ce ne sont pas des Européens qui ont fait ça ». Ou comment suggérer que seuls les Européens peuvent faire preuve de racisme… Imagine-t-on un instant un intervenant tenir les propos inverses sur le même plateau ? Ce même journaliste aurait-il pu affirmer qu’un geste d’hostilité à l’adresse d’un étranger ne pouvait recouvrir une dimension raciste dans la mesure où il était accompli par des Européens ? Quelles cascades de réactions cela aurait-il suscité auprès des associations dites anti-racistes…

Que ce journaliste ne craigne cependant rien. Il est convenu de nos jours de distiller la haine de l’Occidental, ce « salaud » de Blanc si cher à l’imagerie post-coloniale…

Chasse aux sorcières aux Jeux Olympiques : encore une victime

Nadja Drygalla

Voici un événement qui permet de comprendre la pression qui existe en Allemagne à l’encontre des opposants politiques :

Nadja Drygalla, une athlète de la partie orientale de l’Allemagne, a du quitter les Jeux olympiques.
La raison de ce départ est que son »petit ami » est un responsable local du parti nationaliste NPD.
Dans le passé, Nadja Drygalla a été contrainte de quitter son emploi au sein de la police pour la même raison. (source)

Comme pour la compétitrice grecque elle aussi virée pour des motifs absurdes, les responsables olympiques osent invoquer des « valeurs », alors que leur raout mondial est une apologie du dopage, de l’argent-roi, de la publicité, du mercenariat…

Pierre de Coubertin

Il faudra bientôt aux mondialistes effacer toutes les références à Pierre de Coubertin, qui a créé les Jeux olympiques modernes il y a un siècle, car ce dernier professait des opinions aujourd’hui interdites.
S’affirmant « colonialiste fanatique », il expliquait que « les races sont de valeur différente et à la race blanche, d’essence supérieure, toutes les autres doivent faire allégeance ».
A propos des femmes et des jeux olympiques, il constatait que « les olympiades femelles sont inintéressantes, inesthétiques et incorrectes. Aux Jeux olympiques, leur rôle devrait être surtout, comme aux anciens tournois, de couronner les vainqueurs. »
Sans parler de l’appréciation élogieuse qu’il fit des JO de Berlin en 1936, organisés par le IIIe Reich.

Horrible triple meurtre anti-blanc en Afrique du Sud

Trois hommes noirs comparaissaient mercredi dernier devant un tribunal au sud de Johannesburg pour le meurtre d’un couple et de leur fils de 12 ans au cours du cambriolage de leur domicile.

Arborant un sourire narquois, les trois jeunes hommes ont froidement avoué leur crime, expliquant avoir agi « pour se venger de mauvais traitements par la famille Viana » qui employait l’un des trois prévenus et le père d’un autre.

Les faits remontent à octobre 2011. Les trois prévenus pénètrent dans la propriété de la famille, attendant le retour du père. Celui-ci passe le portail de sa maison et se fait immédiatement attaquer à coups de clubs de golf et de machette, afin qu’il donne le code du coffre-fort familial.
Son épouse et son fils rentrent à leur tour et subissent le même sort. Ils sont ligotés dans des pièces séparées.
L’épouse, l’objet de leur vengeance pour les « mauvais traitements » qu’elle leur aurait prétendument fait subir, est alors violée par chacun des prévenus, puis tuée par balle ainsi que son mari.
Les meurtriers ont alors pris la décision de tuer également le fils pour ne pas laisser de témoins.
Ouvrant le robinet d’eau chaude, ils remplissent la baignoire, bâillonnent l’enfant qui pleure et gémit et le plongent dans l’eau frémissante jusqu’à ce qu’il se noie.
Dernière touche à leur méfaits, ils décident d’éventrer au couteau le chien de la maison.

Seule rescapée de ce massacre, la fille, née d’un premier mariage du père, n’était pas au domicile au moment des faits.

Source : DailyMail

Les mondialistes ne connaissent pas la trêve olympique

La spécialiste du triple saut grecque Voula Papachristou a été exclue mercredi de sa sélection olympique nationale.
L’athlète, qui était encore à Athènes, a été sanctionnée suite à un « tweet » blagueur pas méchant, présenté comme « raciste » à l’encontre des envahisseurs africains, posté sur son compte twitter («Tellement d’Africains en GrèceAu moins les moustiques du Nil occidental mangent de la nourriture locale !»).

Les excuses présentées par celle qui avait aussi et surtout apporté un vague soutien au parti nationaliste Aube dorée (en souhaitant bonne fête au député Ilias Kasidiaris, porte-parole du parti)  n’ont rien changé.
Le comité olympique grec, bien sûr soutenu par le CIO, a expliqué qu’elle «s’était placée hors de l’équipe olympique avec ces commentaires contraires aux valeurs et aux idées du mouvement olympique [lesquelles précisément ? NDLR]. Elle a manqué de respect à une valeur olympique de base [sic]. Elle a commis une erreur et dans la vie on paie pour ses erreurs.»

Collégien tabassé à mort : le prénom du meurtrier est…

Souleiman.

Le jeune Breton Killian (13 ans) a été tué la semaine dernière par cet étranger de 16 ans.
L’affaire, présentée comme une simple bagarre entre collégiens, avait suscitée une vive émotion.

Quant à l’agresseur, « son prénom a été balancé sur une radio le 23/6 à 3 h du matin. Inadvertance ou mauvais esprit ? Tous les autres gros médias dissimulent le prénom du meurtrier, qui n’a pas supporté que le petit soutienne son regard conquérant. » (source)

Le jeune Killian rejoint cette longue – mais non exhaustive – liste des victimes blanches de l’immigration.

Mode : les baskets « racistes »

Lu sur 20 Minutes : le 14 juin, la marque de sport allemande dévoilait sur sa page Facebook son nouveau modèle de sneakers pour la saison automne-hiver 2012. Dessinées par le styliste Jeremy Scott, les Shackles Roundhouse Mid provoquent immédiatement un tollé général. La raison? Le modèle comporte une chaîne et un bracelet en caoutchouc orange qui s’attache à la cheville. De nombreux internautes y voient très clairement une référence à l’esclavage.

Du coup, comme le rapporte CNN, Adidas a très rapidement retiré son post de Facebook. Mais la Toile s’était déjà emparée du sujet, relayant un grand nombre d’avis de personnes outrées par ces sneakers. Dans un premier temps, Adidas a défendu Jeremy Scott, qualifiant son style «d’original et joyeux», et assuré que les chaussures ne faisaient absolument pas référence à l’esclavage. Mais la marque allemande a finalement fait marche arrière en publiant un communiqué dans lequel elle présente ses excuses aux personnes «offensées» et annonce que le modèle ne sera finalement pas commercialisé.

A quand le slip homophobe, la chemise sexiste et le chapeau antisémite ?

Merci à Tanguy

Pas bon être blanche en Afrique du Sud !

A lire dans le Rivarol de cette semaine :

Jessica Leandra Dos Santos a 20 ans. Native de Johannesburg, elle était depuis quelques mois en Afrique du Sud le mannequin qui montait dans la publicité. L’an dernier elle avait été désignée comme « modèle de l’année » par FHM’s, For Him Magazine, un des principaux magazines internationaux pour hommes avec 22 éditions dans le monde. On y est par principe et par intérêt peu regardant sur la morale en général. En général, bien sûr, pas en particulier. Tout dépend ce qu’on entend par morale. Chaque année il décerne également le trophée des « 100 femmes les plus sexys du monde ». Au cours des 18 dernières années ont figuré au palmarès des modèles — comme Claudia Schiffer —, des actrices — comme Jennifer Lopez ou Gillian Anderson —, des sportives — comme Anna Kournikova —, des chanteuses — comme Britney Spears ou Tulisa Contostavlos — Bref une carrière internationale exceptionnelle s’ouvrait à elle, alors que les contrats de publicité affluaient.

Jusqu’à ce qu’éclate « l’Affaire Leandra ». Laquelle, par une curieuse collusion événementielle, était reprise dans la presse internationale le 4 mai 2012.
Continuer la lecture de « Pas bon être blanche en Afrique du Sud ! »

« Ils ont été tués par des Noirs et des Arabes » 2001-2011

Ci-dessous une étude percutante d’Hervé Ryssen, extraite de son livre Le racisme antiblanc.

« Les agressions commises par des immigrés du tiers-monde contre des Blancs sont innombrables. Chaque semaine, des milliers de Blancs sont agressés d’une manière ou d’une autre par des allogènes, et il serait fastidieux de citer tous les articles de presse à ce sujet. Nous n’avons donc retenu que les affaires les plus graves – les homicides involontaires, les meurtres (homicides volontaires), les assassinats (meurtres prémédités).

Les informations qui suivent sont tirées d’un chapitre de notre livre intitulé le Racisme antiblanc, paru en novembre 2011. Le livre présente en détails chacune de ces affaires, en insistant sur la personnalité du tueur, qui apparaît lors des procès en cours d’assises. On note alors quelques étranges similitudes dans les profils psychologiques de toutes ces “Chances pour la France”.
Continuer la lecture de « « Ils ont été tués par des Noirs et des Arabes » 2001-2011 »

Police et justice britanniques extrêmement efficaces

contre les « racistes » (blancs) bien sûr.

Ainsi, The Guardian évoque l’histoire d’un jeune internaute britannique (21 ans) qui a publié la semaine dernière des messages « racistes » sur le réseau social  Twitter, alors qu’il était dans un bar avec des amis pendant un match de football. Il avait invité un joueur africain à « retourner dans (son) champ de coton ».

Dès le lendemain dimanche, la police est intervenue pour arrêter l’internaute et le déférer devant un tribunal pour « insultes racistes publiques pouvant inciter à la violence ».
Quelques jours après, le jeune homme a été condamné à 56 jours de prison.

Tandis que le délire totalitaire des démocraties occidentales atteint des sommets, les nombreux gangs d’immigrés pakistanais (concrètement racistes) continuent à s’adonner tranquillement à la traite des jeunes Anglaises (ici et ).

Rivarol et la justice

Le vieil hebdomadaire « d’extrême-droite » s’est retrouvé plusieurs fois au tribunal ces semaines-ci. Voici les nouvelles :

« Procès sur l’occupation allemande : charges allégées, condamnations confirmées

Le 16 février l’ancienne XIe chambre de la cour d’appel (aujourd’hui appelée pôle 2 chambre 7) rendait son arrêt dans l’affaire dite de l’occupation allemande en France. Jean-Marie Le Pen a été condamné à trois mois de prison avec sursis et 10000euros d’amende pour complicité de contestation de crimes contre l’humanité, Camille Galic en qualité de directrice de la publication à 5000euros d’amende pour contestation de crimes contre l’humanité et votre serviteur à 2000euros d’amende pour contestation de crimes contre l’humanité.
Continuer la lecture de « Rivarol et la justice »

Angleterre : la chasse aux sorcières est ouverte

Cette histoire incroyable est rapportée par le sioniste  Jean-Patrick Grumberg : Elliot Dearlove (quel nom de famille !), un garçon de 7 ans, a été accusé de racisme par son école pour avoir demandé à un camarade de classe : « tu es noir parce que tu viens d’Afrique ? »

Le directeur de l’école Griffin, qui affirme pratiquer la tolérance zéro sur le racisme, a convoqué la mère du petit, Hayley White (avec un nom pareil, ça lui pendait au nez), et lui a demandé de lire le règlement intérieur de l’école, puis de signer un document reconnaissant que son fils était raciste. La mère a refusé, en expliquant qu’Elliott est de nature très inquisitrice, et qu’il pose beaucoup de questions.
« On m’a dit que je devais signer une déclaration reconnaissant que mon fils a fait une remarque raciste, déclaration qui serait ensuite examinée par le conseil d’éducation local » a expliqué la maman.
« J’ai refusé de signer, et j’ai dit à l’instituteur que je n’étais pas d’accord que le commentaire de mon fils était raciste. Mon fils aime poser des questions, cela ne fait pas de lui un raciste ».

« Le seul moyen de supprimer le racisme est de tuer une bonne partie des blancs »

C’est ce que professe un DJ noir sud-africain, Kemo Waters, prêcheur auto-proclamé et admirateur de Malcolm X, sur son compte twitter.

Il précise sa pensée plus loin : « Je ne projette de tuer personne… Mais je ne peux pas parler pour tous les noirs, l’un de nous pourrait avoir à nous défendre tous du fléau raciste. »

Quelques citations authentiques, pour mieux situer le personnage :
« Je suis un DJ/Producteur de deep house, avec une approche internationale. Je suis dans l’industrie (musicale) depuis plus de dix ans sous différents noms (DJ Zee, Zandi). Kemo Waters reflète la maturation de moi et l’émergence d’un légende… »

« Tout comme Malcolm X, je ne prêche pas pour le meurtre, la liberté de l’absence de racisme devrait être la priorité et appliquée par tous les moyens possibles. »

« Etant donné l’interprétation erronée de l’indépendance et de la joie par les femmes noires , les femmes blanches semblent de plus en plus être de meilleures épouses… »

UK : meurtre d’une esclave sexuelle blanche

Une adolescente anglaise de 17 ans poignardée et jetée dans un canal pour avoir sali l’honneur d’une famille pakistanaise, tel est le scénario entendu par la justice britannique il y a quelques jours.

Laura Wilson, arrachée à sa famille, était « élevée » depuis l’âge de 12 ans par des hommes pakistanais qui disposaient d’elle sexuellement.

Poignardée à de nombreuses reprises par Ashtiaq Asghar, celui-ci l’aurait ensuite poussée dans un canal et forcée à la noyade en appuyant la pointe de son couteau sur la tête de la victime.

L’homme âgé de 18 ans était son compagnon. Il n’aurait pas supporté l’officialisation de leur relation à ses parents.
Continuer la lecture de « UK : meurtre d’une esclave sexuelle blanche »