Pierre Sidos a été rappelé à Dieu

Après une vie de défense de la France, Pierre Sidos – fondateur de plusieurs mouvements nationalistes – est mort ce vendredi 4 septembre, à l’âge de 93 ans, muni des derniers sacrements.

Il était d’une famille engagée au service de la France, et marquée par les tragédies que connut le pays.
Son père François fut mis à mort, comme des dizaines de milliers de Français, lors de l’Épuration : son engagement nationaliste, au service de la Révolution nationale, lui valut d’être fusillé en 1946.
Son frère Jean est tombé au champ d’honneur face aux Allemands en 1940, à l’âge de vingt ans.
Son autre frère Henri est mort au combat en Algérie, à l’âge de 26 ans.

Pierre Sidos, devant les photos de ses frères Jean et Henri, et son père défunts.

Se souvenant bien de la journée tragique du 6 février 1934, Pierre Sidos avait subi lui-aussi personnellement les affres de la IIe Guerre : tout jeune militant du Parti franciste, il eut droit à la déportation et fut emprisonné par les gaullo-communistes au camp du Struthof avec des milliers d’autres Français.

En 1949, relevant la bannière du nationalisme dans un champ de ruines, il fonda avec ses frères Jacques et François le mouvement Jeune Nation, sous le signe de la croix celtique, qui eut un retentissement important dans les années 50. Le mouvement fut dissous en 1958, suite aux « événements d’Algérie ».
Pierre Sidos fonda alors le Parti nationaliste, qui fut à son tour dissous, par le régime gaulliste. Telle est la démocratie…

Pour son soutien à la résistance Algérie française (OAS) face à la trahison de De Gaulle, il fut ensuite emprisonné comme des milliers de patriotes.

En 1964, il cofonda le fameux mouvement Occident, avant de s’en séparer assez rapidement et de créer en 1968 l’Œuvre française, qu’il dirigea jusqu’en 2012 (en donnant alors la direction à Yvan Benedetti). Victime du monopole et de l’attraction du Front national des années 80-90-début 2000, le mouvement eut une audience limitée mais n’abandonna jamais sa ligne nationaliste intransigeante et fut une école pour un certain nombre de militants patriotes jusqu’à sa dissolution par l’ignoble apatride Manuel Valls en 2013 (suite à l’affaire Méric, à laquelle il n’était nullement mêlé).

La ligne politique incarnée par Pierre Sidos était celle d’un nationalisme français rigoureux, ne faisant guère de concession au politiquement correct et à l’air du temps. Elle était plus barrésienne et bonapartiste que maurrassienne.

Jusqu’au bout il fut fidèle à ses idées, bon an mal an, quoiqu’il en coutât, sans bénéficier de reconnaissance.
Nous aurons l’occasion de revenir sur sa vie.
Que le bon Dieu l’accueille en son paradis.

L’année 2020 est une année particulièrement noire pour la résistance française : en janvier, Roger Holeindre, alias « Popeye » nous quittait. Puis ce fut le tour du docteur Xavier Dor, emporté par le Covid. Le romancier Jean Raspail, auteur du livre prophétique le Camp des Saints le suivait de peu. Le mois dernier, c’était le tour du docteur Jean-Pierre Dickès…

Quand la relève se manifestera-t-elle ?

Bruno Gollnisch suggère aux « malheureuses victimes atrocement discriminées » de repartir dans leur pays d’origine

En ces moments d’hystérie, on ne peut qu’approuver l’ancien numéro 2 du FN qui suggère aux immigrés et à leurs descendants de retourner dans leur pays d’origine si l’herbe y est plus verte !

Victoire !

Alors que l’état d’urgence sanitaire autorise ce gouvernement à priver les Français de leurs libertés élémentaires, Jean-Pierre Maugendre revient avec brio sur les attitudes radicalement différentes du clergé catholique face à un pouvoir politique manifestement injuste. 

« Dès la nouvelle connue les réseaux sociaux se sont enflammés. La cathosphère embrasée. Les tweets ont fusé. Les familles se sont embrassées. Les prêtres fidèles, confinés, ont sabré le champagne. Une liesse que ne peuvent comprendre ceux qui ont fait de leur ventre leur dieu s’est emparée des catholiques pour qui : « Le culte de la sainte Eucharistie (constitue) comme la source et l’origine de la vraie piété chrétienne » (Mediator Dei, Pie XII, 20 novembre 1947). Par un arrêté du 18 mai le Conseil d’Etat venait d’ordonner au gouvernement de « lever l’interdiction générale et absolue de réunion dans les lieux de culte » dénonçant : « une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de culte ». Était ainsi réduit à néant l’article 10 § III du décret No 2020 – 548 décrétant : « Les établissements de culte sont autorisés à rester ouverts. Tout rassemblement ou réunion en leur sein est interdit ». Le gouvernement dispose d’un délai de huit jours pour revoir sa copie.

La vie est un combat
Continuer la lecture de « Victoire ! »

Nouveau : un « Netflix » de la presse patriote

Cliquez sur l’image pour découvrir le Club de la Presse

Afin de s’adapter aux évolutions technologiques et aux attentes des lecteurs patriotes, Le Club de la Presse propose de pouvoir consulter en ligne (ordinateur, mobile, tablette) une vingtaine de titres de différents pour seulement 12.99€ / mois. Une belle initiative qui complète le travail des libraires et permet à ceux qui n’ont pas le temps de passer chez le marchand de journaux de pouvoir lire une presse engagée, non conformiste et pas subventionnée.

C’était un 9 mai : mort de Sébastien Deyzieu

Le 9 mai 1994, le jeune militant nationaliste Sébastien Deyzieu rendait l’âme, victime de la répression, lors d’une manifestation organisée par le GUD et d’autres associations.

Il était âgé de 22 ans.

Le traitement médiatique n’eut évidemment rien à voir avec l’affaire Malik Oussekine, qui en son temps entraîna d’ailleurs la démission d’un ministre.
Là le gouvernement, dont le ministre de l’Intérieur était le gaullo-mafieux Charles Pasqua, ne fit montre d’aucune émotion.

Chansons des groupes de « rock identitaire français » In Memoriam et Vae Victis dédiées à Sébastien Deyzieu :

__

 

Neuvaine à sainte Jeanne d’Arc jusqu’à sa fête, pour la France et l’Eglise. Litanies de sainte Jeanne d’Arc

Excellente initiative de la revue L’Héritage, que nous relayons :

La France est dans la situation la plus tragique qu’elle ait connue au cours de son histoire longue et mouvementée : inféodée à des puissances étrangères ou supranationales, dégénérée moralement, dirigée par des crapules, livrée aux barbares, victime d’une submersion migratoire qui menace de disparition définitive son identité…

Plus que jamais, les Français patriotes doivent agir mais aussi prier, l’aide du Ciel leur étant indispensable.
Implorons particulièrement Jeanne d’Arc, sainte de la Patrie, héroïne de la nation, modèle militant, sauveur de la France et restaurateur de son autorité légitime, afin qu’elle aide et oriente les Français de bonne volonté et qu’elle leur suscite des chefs à la hauteur de la situation.

En guise de neuvaine, nous proposons de réciter chaque jour (pour 2020 : du 2 au 10 mai, jour de sa fête) les litanies ci-dessous.
On peut bien sûr les réciter par ailleurs à tout moment de l’année.

Continuer la lecture de « Neuvaine à sainte Jeanne d’Arc jusqu’à sa fête, pour la France et l’Eglise. Litanies de sainte Jeanne d’Arc »

Le docteur Dor a quitté ce monde

C’est un homme exceptionnel qui vient de nous quitter.

Âgé de 91 ans, Xavier Dor est mort ce samedi vers midi, victime du coronavirus (merci Macron…).

Ce véritable  médecin – contrairement à d’autres qui ont renié le serment d’Hippocrate et donnent la mort sans scrupules – était spécialisé en embryologie, ayant exercé à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière, enseigné à Paris VI et été chercheur en embryologie cardiaque à l’INSERM.
Il est connu pour avoir été pendant des décennies et jusqu’au bout un inlassable combattant du droit des bébés à naître.
Il organisa par exemple des centaines de rassemblements devant des « cliniques » avortoirs pour essayer de faire changer d’avis (parfois avec succès!) des femmes sur le point de commettre cette chose terrible et dont elles allaient souffrir le reste de leurs jours, ou alors simplement pour réciter le chapelet.
En effet, catholique convaincu, le docteur Dor croyait en la force de la prière et ne manquait pas, avec l’association SOS Tout Petits qu’il avait fondée, d’y recourir.
Il était infatigable (en dépit d’une quasi cécité depuis une quinzaine d’années) et très courageux, devant souvent faire face à des hordes d’« antifas » extrêmement haineux, violents et orduriers, ou bien aux procès…
A partir de 1986 et pendant près de 10 ans, il n’hésita pas à entrer dans les avortoirs pour essayer d’empêcher les tragédies qui s’y déroulaient.
Il fut, pour son respect de la vie et son amour des plus fragiles, persécuté par la justice républicaine (particulièrement à partir de la loi scélérate de « délit d’entrave à l’IVG » en 1993) et condamné 11 fois.

Prions pour le Docteur Xavier Dor atteint du coronavirus – medias ...

Tous ceux qui ont eu la chance de l’approcher n’ont pu qu’être frappés de sa gentillesse, de sa délicatesse, de sa jeunesse d’esprit (innocence et enthousiasme), de sa générosité pour la bonne cause et de sa joie, lui qui avait connu tant d’horreurs.
Ce saint homme laissera un grand vide.
Prions pour lui – ce sera une bonne façon de le remercier – afin qu’il soit vite au Paradis s’il n’y est pas déjà, et qu’il continue de là d’aider les bébés, leurs mères, et la France plus généralement.

PS : le docteur Dor avait écrit un livre à propos de l’avortement : le Crime contre Dieu.

PPS : ci-dessous une émission radio de 2017 à laquelle le Dr Dor avait été invité.

Pour 75% des Français le gouvernement n’est pas rassurant et pour 79%, il ne sait pas où il va…

Dans les moments difficiles les Français recouvrent leur lucidité et se rendent compte de l’amateurisme, des mensonges répétés et de la suffisance de cette bande d’incapables.

Trouvé sur Le Figaro : « 55 % des Français jugent que le gouvernement n’a pas pris la mesure de la gravité de la situation, 79 % considèrent qu’il ne sait pas où il va.

C’est le grand retournement. Désormais, 55 % des Français jugent que le gouvernement n’a pas pris la mesure de la gravité de la situation, 69 % estiment qu’il n’est pas clair et 79 % considèrent qu’il ne sait pas où il va. Des chiffres très sévères, issus de l’enquête Regard des Français sur l’action du gouvernement et sur le confinement menée les 24 et 25 mars auprès d’un millier de Français par Odoxa avec Dentsu Consulting, pour Le Figaro et Franceinfo.

Le 12 mars dernier, à la veille du premier tour des municipales et à l’orée du confinement, dans notre même sondage hebdomadaire, près des deux tiers des Français trouvaient au contraire que le gouvernement réagissait bien, voire trop, face à l’épidémie. Ils étaient 43 % à trouver qu’il prenait les précautions qu’il fallait et 20 % qu’il en prenait même «trop», contre seulement 37 % qui considéraient qu’il n’en prenait «pas assez». Continuer la lecture de « Pour 75% des Français le gouvernement n’est pas rassurant et pour 79%, il ne sait pas où il va… »

Féminité contre féminisme : « le jour où j’ai arrêté de porter des pantalons »

Dans cet « audio », une blogueuse explique de façon claire et pertinente son passage épanouissant du pantalon à la jupe.
Effectivement, le militantisme des féministes et autres déconstructeurs ainsi que l’influence des créateurs de mode homosexuels (qui voulaient que les femmes ressemblassent aux hommes) font que le pantalon est presque la norme en France, chez les femmes.

Or, ce n’est pas sans poser problème :
– sur le plan moral, quant à la pudeur et à la décence, la plupart des pantalons étant moulants (les femmes ne semblent pas savoir ce qui se passe dans la tête des hommes…)
– sur le plan social, quant à la confusion des genres, par l’indifférenciation vestimentaire.

Voici donc un beau témoignage, que l’on pourra compléter par exemple par la lecture de la brochure Féminisme et pantalon de Mgr Williamson ou De la modestie de l’abbé Rioult, ou encore de ce texte clair et synthétique de l’abbé Beaublat.

Portugal : une députée africaine réclame la restitution d’œuvres d’art aux anciennes colonies, un député propose qu’elle soit elle-même « rendue à l’Afrique »

Encore un exemple de l’impossibilité pour une majorité d’africains, de s’intégrer dans les pays d’Europe. Souvent, ils préfèrent défendre les intérêts de leur pays d’origine plutôt que de se battre pour ceux des  peuples qui les accueillent. La réponse du député Chega tombe sous le sens.

Trouvé sur FDS : « Le chef du parti populiste et anti-système Chega, André Ventura, n’y est pas allé par quatre chemins. Il a proposé sur sa page Facebook que la députée Joacine Katar Moreira « soit rendue à son pays d’origine », la Guinée Bissau. « Ce serait mieux pour tout le monde », a-t-il estimé. Il reproche à la parlementaire noire d’avoir défendu la restitution d’œuvres d’art à d’anciennes colonies.

Joacine Katar Moreira, une historienne de 37 ans née en Guinée-Bissau, venait de déposer à Lisbonne un texte de loi proposant l’élaboration d’une liste du patrimoine que le Portugal devrait restituer à ses anciennes colonies. Son parti, une petite formation de gauche, a dénoncé « les attaques personnelles constantes et les références à caractère raciste »  à l’encontre de sa seule élue. Continuer la lecture de « Portugal : une députée africaine réclame la restitution d’œuvres d’art aux anciennes colonies, un député propose qu’elle soit elle-même « rendue à l’Afrique » »

Vidéo : des CRS chargent des pompiers et se font « recadrer »

Lors d’une manifestation de Pompiers à Paris mardi dernier, des CRS chargent sans raison apparente des pompiers qui en retour, réagissent immédiatement. A noter que suite à cette manifestation, les pompiers ont obtenu une revalorisation de leur prime de feu.

L’Autriche veut inscrire dans sa constitution le droit au cash

L’info remonte à quelques mois Les Autrichiens sont particulièrement attachés à leurs libertés concrètes.
Cela dit, pour pouvoir les maintenir, il leur faudra rendre à leur nation elle-même sa liberté, c’est-à-dire sortir de l’Union européenne.

« L’Autriche envisage d’inscrire dans sa constitution le droit de payer en liquide. Cela vient à contre-courant de pays comme la Suède où le paiement en espèce disparaît au profit du paiement par voie électronique. Le parti conservateur autrichien, l’ÖVP, a proposé ce mois-ci un tel projet de loi. « Pouvoir utiliser de l’argent liquide est une condition de base d’une existence autonome« , a expliqué Sebastian Kurz, l’ex-chancelier, en campagne pour sa réélection aux législatives prévues en septembre.

Sa proposition est loin d’avoir été reçue avec scepticisme par les autres partis.
Continuer la lecture de « L’Autriche veut inscrire dans sa constitution le droit au cash »

Une « messe de minuit » en 1794…

(Sont indiqués entre parenthèses les noms que portent de nos jours les villages cités)

L’histoire d’une messe de minuit que nous allons raconter s’est passée dans les moments les plus affreux de la Grande-Guerre, alors que le monde se croyait rendu à sa fin. La terre tremblait, les éléments étaient confondus, les nations éperdues se tordaient dans l’épouvante et la consternation, les démons déchaînés entraient dans le coeur des hommes pervers, les chefs s’habillaient de peaux d’hommes, s’abreuvaient de sang et se repaissaient de chair humaine. Ces monstruosités ont été commises, ces horreurs ont été vues, ici dans cette contrée, sur cette terre qui nous porte.

 Dans ces jours d’exécrable mémoire, la paroisse de Beaufou fut tout spécialement mise à feu et à sang. Elle devait cette haine des méchants à sa grande fidélité à la religion. Elle était la seule dans tout le pays où tout le monde, sans exception, était bon chrétien ; on n’y trouvait pas un seul ennemi du bon Dieu, pas l’ombre d’un traître.

 Une des bandes infernales venait de brûler une première fois l’église, le bourg, et de commettre des atrocités dans plusieurs villages. M. le curé Jousbert était persécuté par des espions des communes voisines qui voulaient le surprendre dans ses cachettes et le dénoncer aux Bleus.

Continuer la lecture de « Une « messe de minuit » en 1794… »

A Tours, les pompiers quittent la cérémonie de la Sainte-Barbe lorsque débute le discours des élus (vidéo)

Las de dénoncer vainement et depuis longtemps le manque de personnel et de moyens, les soldats du feu quittent les lieux au moment où le maire allait prendre la parole, suivi des autres « huiles » locales, et créent un malaise de grande qualité !
Un moyen élégant d’exprimer sa colère !