Incarcération politique d’Hervé Ryssen : les pires réactions

Bien que les prisons soient pleines (des dizaines de milliers de peines ne sont pas effectuées faute de place), l’écrivain dissident Hervé Ryssen a été incarcéré pour un an et demi pour quelques propos écrits et une caricature partagée sur facebook, il est vrai sur un thème tabou : le judaïsme.
Il s’agit évidemment d’une persécution politique, au moment même où de façon inédite, une centaine des plus gros médias (privés ou publics) s’unissent dans une déclaration d’attachement à la liberté d’expression !

Du côté de l’oligarchie politico-médiatique, cet épisode très significatif dans la marche totalitaire du régime est l’occasion d’une vaste danse (du ventre) de joie.

Citons simplement, pour l’exemple, le « journaliste » Frédéric Haziza, devant qui les politiciens viennent s’aplatir. Cet individu odieux et répugnant est tellement sûr de la victoire définitive du camp cosmopolite antifrançais qu’il ne prend même la peine de se faire passer pour français, en utilisant le calendrier commun :

Mais on ne peut pas vraiment lui en vouloir : il est dans son rôle.

En revanche on pourra être choqué (ou pas…) des réactions de personnalités classées « dissidentes ».

Tout d’abord, signalons la réaction de Bruno Gollnisch, l’une des très rares personnalités qui ait exprimé son désaccord avec l’embastillement de dissidents du Régime. C’est la réaction pondérée mais courageuse d’un honnête homme :

Et voyons comment réagit à ce message par exemple un certain Kevin Bossuet (!), plume de Valeurs actuelles, très suivi sur Twitter et qui ose se présenter comme « détesté par le « camp du bien » » : un vrai rebelle !

Continuer la lecture de « Incarcération politique d’Hervé Ryssen : les pires réactions »

« Droit au blasphème » : l’écrivain dissident Hervé Ryssen emprisonné pour délit d’opinion !

Alors que se déroule le procès de l’attentat de Charlie Hebdo et que tout le monde n’a que les mots « liberté d’expression » à la bouche, nous apprenons que l’écrivain Hervé Ryssen vient d’être à la prison de Fleury-Mérogis, pour une peine de 17 mois, consécutive à des publications !

Il a été incarcéré vendredi 18 septembre « en exécution de trois condamnations à des peines de prison ferme pour des propos antisémites ou négationnistes », a indiqué le parquet de Paris.
Il avait été convoqué jeudi par la police judiciaire puis présenté à un magistrat qui a ordonné l’exécution de ces peines prononcées entre 2017 et 2020, pour un total restant de 17 mois d’emprisonnement, a précisé le parquet à l’AFP.
Il faut bien sûr le défendre et le soutenir – nous y reviendrons – et plus que jamais dénoncer l’hypocrisie de ce Système qui se targue de « liberté d’expression » – Macron plaidant encore il y a quelques jours pour le « droit au blasphème » – mais qui, en même temps, emprisonne les opposants, les dissidents, pour des publications.
Au pays des 100 000 peines d’emprisonnement non exécutées, alors même que l’on vide les prisons pour cause de Covid-19, on prend la décision – politique – d’enfermer un écrivain patriote.
Hervé Ryssen a étudié dans plusieurs livres le judaïsme politique – mais il est des sujets qui visiblement ne souffrent pas le « blasphème ». Il fut condamné essentiellement pour des tweets, des couvertures de livres, ses écrits (présentant de très nombreuses citations d’intellectuels juifs) étant inattaquables à quelques phrases près. Il n’a jamais eu d’écrits révisionnistes envers la version officielle de l’histoire de la 2e Guerre mondiale, mais il a simplement partagé sur facebook un dessin caricatural. Mais les gros médias qui évoquent dans un entrefilet son incarcération le présentent surtout comme un « négationniste ».

Cette République maçonnique, dominée par le CRIF, est odieuse non seulement car elle emprisonne pour délit d’opinion dans l’indifférence médiatique, mais encore plus par son hypocrisie.

14 juillet : fête nationale ou fête maçonnique ?

La place de la Bastille à Paris le 14 juillet 1880 (1ère fête nationale fêtée un 14 juillet) avec les drapeaux tricolores, chromo

« Après un oubli de près de 100 ans depuis la prise de la Bastille, le 14 juillet devient fête Nationale en 1880, sous la IIIe République.

La République toute nouvelle se cherche des symboles. Là encore, comme souvent en cette période de notre Histoire Nationale, l’action des francs-maçons sera importante.

C’est le frère Benjamain Raspail, député de la Seine pour la gauche républicaine (fils aîné de François-Vincent Raspail, candidat malheureux à la présidence de la République en 1848, carbonaro et franc-maçon au sein de la célèbre loge parisienne Les Amis de la Vérité), qui dépose le 21 mai 1880 la loi faisant du 14 juillet la fête nationale. Ce projet de loi, signé par 64 députés, sera adopté par l’Assemblée le 8 juin et par le Sénat le 29 juin. Elle sera promulguée le 6 juillet 1880. Continuer la lecture de « 14 juillet : fête nationale ou fête maçonnique ? »

Emission : Alain Pascal sur le prétendu « Siècle des Lumières » (Rousseau, Voltaire, ésotérisme, franc-maçonnerie…)

On peut se procurer ici les fort intéressants livres de ce chercheur, spécialiste de « l’histoire occulte » (du rôle des sociétés secrètes et des courants ésotériques dans l’Histoire).

Emission de Daniel Habrekorn, diffusée sur Radio Courtoisie le 2 février 2020.

Etats-Unis : les afro-gauchistes s’en prennent à une statue de saint Louis (et à ses défenseurs)

La vague de haine antiblanche et anti-occidentale ne faiblit pas, et se traduit notamment par la destruction de statues de personnalités jugées « racistes » de façon anachronique ou délirante.
Mais cela déborde la question de l’esclavage (présentée de façon partiale et fausse), qui est un prétexte pour s’en prendre à l’Homme blanc.
Une nouvelle preuve en est donnée avec cette affaire : dans la ville nommée Saint Louis (Missouri), fondée par des Français en 1764, se trouve une magnifique et célèbre statue du grand roi de France Louis IX (Saint Louis), qui fut ce week-end la cible d’activistes noirs et de leurs maîtres gauchistes (qui sont blancs, ou considérés comme tels).

« L’Apothéose de Saint-Louis » devant le musée d’art de Saint-Louis (Missouri).

Ces voyous n’hésitent pas à agresser violemment les Américains qui veulent protéger pacifiquement cet emblème de leur ville (et qui récitent le rosaire pour certains).
Ce qu’ils reprochent à saint Louis ?
Essentiellement son attitude envers les Juifs de France.
Vous ne voyez pas le rapport avec les Noirs ?
C’est normal, il n’y en a pas.  Et c’est bien la preuve qu’ils sont manipulés.

« Au sommet d’une colline, devant un musée d’art situé dans le plus grand parc de Saint-Louis, se trouve la statue d’un antisémite.

Continuer la lecture de « Etats-Unis : les afro-gauchistes s’en prennent à une statue de saint Louis (et à ses défenseurs) »

Un chroniqueur TV s’effondre car soupçonné d’antisémitisme (video) C’en est presque comique

Pierre-Jean Chalençon est chroniqueur dans des émissions télévisées.

Une photo de lui en compagnie de Dieudonné ayant été publiée sur internet, certains lui sont tombés dessus, le soupçonnant lui-même d’antisémitisme. Délirant…
Pour mettre fin à la polémique, Chalençon a annoncé son départ de l’émission dans laquelle il intervenait le plus.

On remarquera l’incroyable terreur sociale qui sévit en France, à l’instigation d’un lobby « qui n’existe pas » : il suffit d’une photo en compagnie d’un de ses ennemis pour être soi-même pris pour cible.
Le pays de la liberté…

La réaction de Chalençon quand on l’interroge sur cette affaire est remarquable, à la fois presque drôle et pathétique ; c’est un beau numéro et elle montre comment fonctionne le monde politico-médiatique, qui ne souffre aucun écart, aucune liberté.

Il sait ce qu’il faut faire pour essayer de garder une place dans le monde médiatique « français ».
Et il abat toutes les cartes qu’il a dans sa main pour se défendre :
« J’ai une mezouza à la maison »
« Un de mes meilleurs amis c’est Jean-Michel Cohen »
« En plus je suis gay, je suis homosexuel »…

Pendant la première minute :

On pense au titre du livre de Houellebecq : Soumission, mais pas avec les mêmes acteurs.

Ca fait un peu penser à ça :

Pourquoi Castaner a-t-il été flanqué de Laurent Nuñez ? Le véritable motif, tu par les médias

Il arrive, mais c’est peu commun, que le ministre de l’Intérieur soit flanqué d’une sorte de numéro 2 officiel, comme c’est le cas entre l’ignoble et vulgaire Christophe Castaner et le plus réservé Laurent Nuñez (qui a droit, lui, à son tilde sur le « n » dans les documents officiels de la République, contrairement aux Bretons…).
Le ministre de l’Intérieur est dirigé par un duo.
Qu’est-ce qui explique cette incongruité apparente ?

Le problème est simple.
Macron a voulu mettre un politicien ami à la tête de cette institution capitale, quelqu’un qui lui soit fidèle, doublé d’un « parleur ».
Or Castaner, on le sait, n’est pas très intelligent ni cultivé (ses camarades le surnomment « Rantanplan », mais il est roublard, il a été formé dans les bars louches de Marseille où il fréquentait la pègre, c’est un kéké, qui suit les modes et aime « draguer ». Et il n’est pas franc-maçon, contrairement à ce qui a pu être dit sur certains sites : il est […] pour ça.

Photomontage Contre-info (la photo de Castaner avec sa coupe « mulet » étant hélas authentique).

Il n’est pas doué pour les dossiers, il ne maîtrise pas son sujet ; voyez comme Nuñez doit le reprendre publiquement devant une commission parlementaire :

Castaner n’a pas de passé dans la police ou le corps préfectoral.
Bref, Macron le voulait là pour des raisons politiciennes, ou pire encore, mais cela risquait fort de ne pas passer auprès de la police, de la gendarmerie et des différentes services du Ministère ne comprenant pas quelle est sa légitimité et le trouvant tout simplement trop […].

Continuer la lecture de « Pourquoi Castaner a-t-il été flanqué de Laurent Nuñez ? Le véritable motif, tu par les médias »

Macron et Assa Traoré avaient le même employeur !

Le monde est parfois petit ! Ainsi, si nous savions qu’avant d’être président, Macron était employé chez la banque Rotschild, un article de Causeur nous apprend qu’Assa Traoré travaillait à l’Oeuvre de protection des enfants juifs-Baron Edmond de Rothschild, contrat qui a pris fin en décembre 2019. Il ne s’agit certes pas juridiquement du même employeur, la banque étant distincte de l’association caritative, mais on voit très clairement les mêmes réseaux !

D’ailleurs, nous dit Causeur, l’employeur d’Assa Traoré était très complaisant avec son employée. Celle-ci étant en arrêt-maladie depuis la mort de son frère Adama (en juillet 2016), bien que depuis cette date, elle eût une activité militante débordante (meetings, interview, manifestations, écriture d’un livre, etc etc). On comprend pourquoi, dans son livre en dernière page, elle « remercie la fondation Opej pour sa compréhension et son soutien » (OPEJ : Oeuvre de protection des enfants juifs-Baron Edmond de Rotschild).

Continuer la lecture de « Macron et Assa Traoré avaient le même employeur ! »

Patrick Drahi, le prédateur financier couvert par le pouvoir, par Olivier Piacentini

par Olivier Piacentini (ses livres ici) :

« Patrick Drahi, vous connaissez surement : patron de Numéricable, mais aussi BFM TV, RMC, l’Express et Libération, il a racheté SFR en 2014 avec le soutien actif d’Emmanuel Macron.
Aujourd’hui, plusieurs révélations mettent en lumière les pratiques frauduleuses du financier israélien. Drahi s’est ainsi adjugé en 2016, avec son ami Alain Weil, ancien propriétaire de BFM TV-RMC, quatre immeubles d’affaires à la porte Balard, dans le 15e arrondissement de Paris, pour 846 millions d’euros.
Quelques mois plus tard, 49% des immeubles étaient revendus, pour 1,15 milliards d’euros. Une plus value de 300 millions d’euros en un temps record…
Un génie des affaires, Drahi ? Comme toujours avec lui, il y a un truc…
Continuer la lecture de « Patrick Drahi, le prédateur financier couvert par le pouvoir, par Olivier Piacentini »

Confessions d’anciens cadres du Betar : impunité judiciaire et soutien de ministres (documentaire video)

Le Bétar était une sorte de milice juive qui sévit des années 60 au début des années 2000 (la LDJ lui a succédé).
Ces gens s’adonnaient au terrorisme (son dirigeant emploie le terme « terreur ») : attaquant à coup de barres de fer les militants nationalistes français (ou palestiniens) ou les révisionnistes, qualifiant éhontément leurs cibles de nazis « voulant rouvrir les fours » pour se justifier. Certains d’entre eux recourront même aux attaques à l’acide.
L’inénarrable député Meyer Habib, ultra-nationaliste israélien mais député au parlement français (!) où il a un poids énorme, faisait partie de cette bande et attaqua à coups de barre de fer des militants nationalistes français qui rendaient hommage à Jeanne d’Arc à Paris, faisant des blessés graves. Il n’y eut aucune suite judiciaire. (cette attaque est évoquée dans la video à partir de 24 min30).
Bref, c’est un reportage étonnant qui est passé sur LCP, dans lequel un juif de France va interviewer en Palestine occupée des anciens cadres du Betar sur leur parcours.

Présentation du documentaire : « Jeune Juif de la banlieue parisienne dans les années 60 et 70, Thierry a été un des animateurs des groupuscules identitaires juifs en guerre contre l´extrême droite dans les années 70 et 80. Devenu un des boss du Betar, il a manié la barre de fer contre les « fachos » pendant plus de 10 ans avant de partir faire son service en Israel et de faire la guerre du Liban dans les forces spéciales. Converti à l´orthodoxie religieuse par un rabbin new yorkais, radicalisé, Thierry est devenu Pinhas et se consacre désormais à la reconquête par les Juifs du Grand Israel. Un temps proche du Mossad, il est aujourd´hui un des responsables les plus actifs de la colonie de Kyriat Arba, en Palestine occupée, près d´Hebron. »

Ce Thierry Attali a quitté la France pour rejoindre ce qu’il considère être sa vraie nation, ce qui est cohérent et met fin à une ambiguïté malsaine, et il fait à un moment une confession intéressante, qui confirme officiellement ce qu’on savait déjà : la forte protection dont ces voyous bénéficièrent (et dont bénéficient leurs successeurs) de la part du pouvoir politique, en dépit de leur violence (« la violence n’avait plus de limite » dit Thierry) et confirme l’existence d’un lobby qui compte des politiciens importants :

« Bizarrement on n’était pas arrêtés. Je pense que c’était pour des raisons d’Etat. A une certaine époque la politique française a joui et bénéficié de nos activités. Le gouvernement Mitterrand était propice à toutes nos actions. […]

Il y a eu des cas où des politiques sont intervenus pour sortir des jeunes activistes qui étaient en garde-à-vue. Des gens comme Badinter […]. On avait l’adjoint au maire, Jean-Pierre Pierre Bloch, qui était député, qui intervenu pour sortir des militants qui étaient en garde-à-vue ou même en prison. »  (A partir de 21 minutes)

Les Français ne bénéficient, eux, d’aucun communautarisme, et l’Etat n’est pas là pour les défendre, au contraire.
Les Français les plus patriotes sont attaqués sur leur terre par des étrangers haineux protégés par l’Etat.

La chanteuse « Madonna » avec un t-shirt sataniste pour soutenir le projet de Bill Gates sur le coronavirus

Cette chanteuse se faisant appeler blasphématoirement « Madonna » (on désigne la Sainte Vierge comme « la Madone ») est non seulement officiellement une traînée et fut longtemps une kabbaliste notoire, mais elle affiche aussi ouvertement des motifs satanistes.

« Il y a seulement trois semaines, la Fondation Bill & Melinda Gates, Welcome Trust et Mastercard ont annoncé le lancement du soi-disant accélérateur thérapeutique COVID-19, un fonds de 125 millions de dollars destiné à lutter contre la pandémie. Vendredi dernier, le 3 avril, , la Fondation Gates a fait part du soutien de trois autres partenaires dans ce projet mondialiste : le gouvernement britannique, la Chan / Zuckerberg Initiative (Facebook,) et la chanteuse occultiste Madonna. Celle-ci a lancé une collecte de fonds pour le projet en portant un t-shirt avec Satan à la place de Jésus sur la croix. »

On peut voir la video de son appel ici et une traduction ici.

Source

Le 11 mai (fin du confinement) coïncide avec une drôle de fête

Le journal Le Monde juif n’en revient pas et titre son article : « Incroyable : Macron fait coïncider le début de la levée du confinement avec la fête juive de Lag Baomer »

Laissons-le nous en dire plus sur cette fête :

Le 11 mai tombe au même moment que la fête juive du Lag Baomer qui célèbre la fin d’une épidémie qui décima les disciples du grand sage Rabbi Akiva.

Continuer la lecture de « Le 11 mai (fin du confinement) coïncide avec une drôle de fête »

L’effarant « guide des parents confinés » du gouvernement : regarder Hanouna, « transmettre » le féminisme, accueillir un coming-out, regarder des sites sur la Shoah

Dans sa logique intrusive (et d’orientation idéologique de la population), le gouvernement – via le secrétariat d’Etat de Marlène Schiappa– a pondu un « Guide des parents confinés – 50 astuces de pro » (lisible ici).

Marlène Schiappa, adepte de la sorcellerie et auteur de livres pornographiques, se permet d’écrire une préface et de donner des conseils aux parents…
Le contenu des « astuces » est bien sûr à la hauteur…

Après une page « mon enfant fait son coming-out », qui renvoie vers un site proposant des supports « qui donnent une image positive des personnes LGBT » à partir de 10 ans, on tombe sur la page « Se méfier de la désinformation », signée par le super commissaire politique  Frédéric Potier, président de la DILCRAH (un énième organisme de traque des propos politiquement incorrects, mais public cette fois, au budget de 100 millions d’euros par an ! Tant pis pour les hôpitaux). Il est chargé de mettre au pas les Français pas assez cosmopolites, par la terreur judiciaire.
Cet horrible individu a le culot de dire aux parents de se « méfier des tentatives de désinformation, des théories du complot, qui prolifèrent sur internet et les réseaux sociaux. » On rappellera que des représentants du gouvernement avaient par exemple déclaré, dans le genre complotiste débile, soupçonner la Russie d’être derrière les Gilets jaunes…
Frédéric Potier demande pour finir de « privilégier les sites institutionnels » quand on veut surfer et chercher l’information. Il en donne quatre : vous allez voir, c’est fabuleux. Celui de la Dilcrah, celui d’un obscur « observatoire du conspirationnisme » financé par la « Fondation pour la Mémoire de la Shoah », celui du « Mémorial de la Shoah » et enfin celui du « Musée d’art et d’histoire du judaïsme » !
Vous ne voyez pas le rapport ? Attention, se poser la question c’est peut-être déjà de l’antisémitisme !
En tout cas, ce jeune Potier semble avoir une idée assez précise des bottes qu’il veut lécher pour la suite de sa carrière de préfet.

En tournant cette grotesque page, déjà stupéfait, on tombe sur « l’astuce » suivante : « Comment transmettre le féminisme »
C’est bien vu de parler du féminisme comme s’il s’agissait d’une maladie vénérienne qu’on transmet, mais en réalité cet article – signé par la « Présidente commission lutte contre les stéréotypes du HCE » (c’est écrit ainsi) – est bien sûr favorable à cette idéologie subversive et contre-nature.

Nous finirons – davantage serait au-dessus nos forces – sur la page suivante : « Qu’est-ce qu’on regarde à la télé ? ». Le président de Canal+ y est invité à étaler ses recommandations : « citons « l’Info du Vrai » d’Yves Calvi qui décrypte [sic] l’information quotidienne et Cyril Hanouna qui sera présent en direct de chez lui tous les jours sur C8 dans TPMP pour un vrai moment de divertissement pour toute la famille. [sic] »

Voilà qui illustre bien les collusions entre les pouvoirs politique et médiatique ainsi que celui des lobbys, le tout aux frais du contribuable.

 

Confinement : les vautours espèrent des divorces pour faire du profit

Certains n’ont vraiment aucune morale, aucun scrupule.
Il est connu que le confinement peut faire naître ou exacerber des tensions dans les foyers, et c’est naturel.
Certains donnent des conseils.
D’autres, attirés par l’appât du gain, proposent d’aider à divorcer (et « rapidement », c’est-à-dire avant que les couples ne changent d’avis)…
Romain OMER (@romainomer) | TwitterC’est le cas avec le cabinet d’avocats de Romain Omer, qui paye facebook pour diffuser ses publicités indécentes.
Est-ce dans le talmud que ce type a lu que c’était moral ?!

Le cas de Florence Foresti s’aggrave

En effet, l’humoriste avait déjà le « lobby qui n’existe pas » sur le dos depuis la fameuse soirée de remise des « Césars ».

Mais voici qu’une pièce accablante vient d’être versée au dossier par le très médiatique « philosophe » talmudique Raphaël Enthoven.
En effet, Foresti a appelé Roman Polanski « Atchoum », pour ne pas le nommer complètement.
Le brillant Enthoven a découvert que c’est une référence à Blanche-Neige. Or, ce film était très aimé Adolf Hitler. CQFD.

De vrais malades.
Et ces gens vitupèrent contre le « complotisme ».