Escroquerie « artistique » : l’Arc de Triomphe emballé dans du plastique

Peut être une image de monument et plein air

L’« art » contemporain de grandes dimensions a encore frappé. Cette fois, il s’est abattu sur la capitale, et plus précisément sur le célèbre Arc de Triomphe.

Une idée signée « Christo », « célèbre artiste-plasticien » paraît-il, décédé le 31 mai 2020 à l’âge de 84 ans. Malgré sa mort, ses proches avaient décidé de maintenir son dernier projet, ou plutôt sa dernière farce.

25 000 m² de polypropylène ont été disposés sur le bâtiment. Et l’écologie, dont se targue abusivement le maire fou Hidalgo pour pourrir la vie des automobilistes ?
Wikipedia nous dit, à propos de cette résine thermoplastique, que « sa production en masse est source d’impacts environnementaux et de consommation de pétrole, ainsi que d’émission de gaz à effet de serre. Son impression ou certains additifs (fibres, ignifugeants — les métaux lourds sont interdits depuis quelques années) peuvent rendre son recyclage difficile ou impossible de manière rentable. »

En tout cas, ce spectacle stupide, dispendieux et assez laid reflète bien la folie de l’époque. Au moins il n’y a pas d’obscénité, cette fois.

16 septembre 1943 : les Américains attaquent Nantes

nantesLe 16 et le 23 septembre 1943, les Alliés ravagent la ville de Nantes.
Leurs bombardements massifs font 1463 morts et 2500 blessés civils.
Continuer la lecture de « 16 septembre 1943 : les Américains attaquent Nantes »

C’était un 15 septembre…

1635 : le flibustier Pierre Belain d’Esnambuc prend possession de la Martinique pour la France.

Pierre Belain d’Esnambuc débarquant à la Martinique.

Il débarque dans la rade de Saint-Pierre avec 150 colons français qui ont été chassés par les Anglais de l’île Saint-Christophe. Il installe ainsi la première colonie dans l’île, pour le compte de la couronne de France et de la Compagnie des îles d’Amérique. Il a reçu du cardinal de Richelieu le pouvoir de coloniser toutes les îles qu’il trouverait et qui ne seraient pas occupées par des chrétiens.

Description de cette image, également commentée ci-après1700 : mort, à l’âge de 87 ans, d’André Le Nôtre, jardinier du roi Louis XIV de 1645 à 1700.  Il eut notamment pour tâche de concevoir l’aménagement du parc et des jardins du château de Versailles, mais aussi celui de Vaux-le-Vicomte et Chantilly.

Continuer la lecture de « C’était un 15 septembre… »

Suite aux menaces du CSA, Eric Zemmour ne sera plus dans « Face à l’info » sur Cnews à partir de ce lundi 13 septembre au soir

Suite aux menaces du CSA (le Conseil supérieur de l’audiovisuel, organisme de contrôle et de censure des médias), Eric Zemmour ne sera plus dans « Face à l’info » – émission dans laquelle le journaliste de droite s’exprimait quotidiennement – sur Cnews à partir de ce lundi 13 septembre au soir.
« La guerre est déclarée. La bataille pour l’élection présidentielle s’annonce rude, agressive, et tendue. Suivez sa dernière intervention à l’heure des pros, ce matin, sur Cnews. »

C’était un 14 septembre…


1759 : mort du marquis Louis de Montcalm de saint-Véran, général français, en défendant Québec assiégée, des suites d’une blessure reçue la veille lors de la bataille des Plaines d’Abraham.
Un trou, qu’une bombe avait fait, servit de sépulture à ce maréchal de camp qui avait résolu de sauver le Canada des Anglais.
Sa mort entraîna pour la France la perte de la ville de Québec et bientôt de toute la Nouvelle-France.
A lire : Montcalm, de Marie-Magdeleine Del Perugia, Ed. de Paris, disponible ici.

1944 : Robert Brasillach se présente volontairement à la préfecture de police de Paris, afin d’obtenir la libération de sa mère, arrêtée le 25 août dans le seul but de l’obliger à se livrer.
Bien qu’il n’y ait pas de mandat d’arrêt contre lui, il est transféré au camp de Noisy le Sec, puis, le 15 octobre à Fresnes. On lui reproche ses articles dans Je suis partout.
Continuer la lecture de « C’était un 14 septembre… »

Berlin : une jardinière de 58 ans poignardée dans le cou par un Afghan, « qui ne supportait pas de voir une femme travailler », un passant venu la secourir poignardé lui aussi

Dans la série « pauvres Afghans » venus en Europe.

« Des scènes terribles se sont déroulées samedi après-midi dans un espace vert du quartier de Wilmersdorf. Un homme (29 ans) a grièvement blessé une femme (58 ans). Un homme de 66 ans qui s’est précipité à son secours a également été grièvement blessé. L’attaque a-t-il un motif islamiste ?

Selon la police dimanche, l’Afghan de 29 ans s’est approché de la jardinière de 58 ans, parce que cela le dérangeait que la femme travaille.

Continuer la lecture de « Berlin : une jardinière de 58 ans poignardée dans le cou par un Afghan, « qui ne supportait pas de voir une femme travailler », un passant venu la secourir poignardé lui aussi »

C’était un 13 septembre : la bataille de Marignan

Cet épisode d’importance s’est déroulé en effet le 13 (et le 14) septembre 1515 en Italie, dans le Milanais.

Ce jour-là, les troupes de François Ier rencontrent les piquiers suisses (mercenaires au service du duché de Milan) dans une petite bourgade proche de la cité.
Après un essai de négociation, les Suisses attaquent.
Le roi, qui était à table, se lève et s’écrit : « Qui m’aime me suive ! », phrase passée à la postérité.

Au cours de ce combat long et furieux, l’artillerie et la cavalerie françaises ont raison des Suisses réputés invincibles.
Continuer la lecture de « C’était un 13 septembre : la bataille de Marignan »

C’était un 12 septembre… 1683 : la bataille de Vienne

La Bataille de Vienne par Józef Brandt.

Alors que Vienne est assiégée par les Turcs, qui occupent une partie de l’Europe et menacent l’autre, une bataille a lieu devant la ville, sur la colline du Kahlenberg.
Elle oppose d’un côté les troupes chrétiennes (60 000 Impériaux et 25 000 Polonais) venues briser le siège et menées par le roi Jean III Sobieski et de l’autre les Turcs ottomans (entre 140 000 et 170 000 hommes).

Continuer la lecture de « C’était un 12 septembre… 1683 : la bataille de Vienne »

16e dimanche après la Pentecôte (textes et commentaire)

Nous vous proposons une présentation des textes liturgiques propres à ce dimanche (rite catholique traditionnel, tel que le suivaient nos aïeux), avec leur commentaire.

« La vie surnaturelle de notre âme exige que toujours la grâce de Dieu nous prévienne et nous accompagne. (Or.) A Lui donc gloire, (Ep.) car c’est Lui qui guérit nos infirmités (Ev.) et qui est notre appui. Aussi dans l’Evangile Jésus nous apprend-il la vertu d’humilité. Dans une courte parabole, il montre que Dieu élève quiconque s’abaisse à ses propres yeux. »

Dom G. Lefebvre

TEXTES AVEC COMMENTAIRE DE DOM GUÉRANGER
(dans l’Année liturgiquedisponible ici avec ses autres livres)

Continuer la lecture de « 16e dimanche après la Pentecôte (textes et commentaire) »

L’OMS finalement pessimiste sur la vaccination pour vaincre l’épidémie

Peut être une image de 1 personne et texte qui dit ’CNEWS.FR Covid-19 :I'OMS finalement pessimiste sur la vaccination pour vaincre la pandémie’

Oups. Une fois encore les « complotistes » avaient raison.
Et le professeur Raoult, qui prévenait il y a déjà 10 mois que l’idée même de vaincre une épidémie de maladies infectieuses non-immunisantes par la vaccination relevait de la science-fiction.
On le traitait de charlatan.

« En mai, le responsable sanitaire onusien avait affirmé que « la pandémie sera(it) terminée lorsque nous aurons atteint une couverture vaccinale minimale de 70% » de la population mondiale. Interrogé sur le fait de savoir si cet objectif valait toujours ou s’il devait être relevé, Hans Kluge a souligné que les nouveaux variants plus contagieux, principalement Delta, avaient changé la donne.

A l’époque, même si le variant détecté initialement en Inde sévissait déjà, «il n’y avait pas une telle émergence des variants plus transmissible et plus viraux», a-t-il fait valoir. «Donc je crois que cela nous amène au point où l’objectif essentiel de la vaccination est avant tout d’empêcher les formes graves de la maladie et la mortalité», a-t-il souligné. » (source Cnews)

Il ne faut toujours pas compter sur les gros médias pour enquêter sérieusement sur ce virus et ce qu’il y a autour : son apparition, l’attitude du gouvernement vis-à-vis de l’hydroxychloroquine et le scandale de l’étude bidon du Lancet, les effets secondaires graves des « vaccins », l’opposition du gouvernement aux traitements médicamenteux (l’ivermectine aujourd’hui), la non création et même la suppression de lits d’hôpitaux, les conflits d’intérêts entre Big Pharma et le gouvernement, etc.

C’était un 11 septembre…

1709 : bataille de Malplaquet (aux Pays-Bas), au cours de la guerre de Succession d’Espagne, entre l’armée de Louis XIV et les coalisés hollandais et autrichiens. Bien que l’armée française fît retraite, elle infligea à ses ennemis des pertes quatre fois plus importantes que les siennes, et l’invasion de la France fut empêchée. Voir le détail en fin de cet article. « Malborough s’en va en guerre… »

1758 : la victoire de Saint-Cast-le-Guildo (Côtes-d’Armor) est remportée sur les Anglais par les miliciens bretons et les soldats du Roi commandés par Emmanuel de Vignerot du Plessis-Richelieu, duc d’Aiguillon, alors Gouverneur du Duché de Bretagne et petit neveu du Cardinal.
Les 10 000 fantassins anglais de Bligh échouent à s’emparer de Saint-Malo en débarquant trop à l’Ouest. Ils sont ensuite repoussés par les Bretons et rembarquent en abandonnant 4 000 tués et blessés et entre 600 et 800 prisonniers.

1912 : le Français Fourny réalise le premier vol aérien de plus de 1000 km.

1917 : Georges Guynemer, « as des as » à 23 ans, héros des ailes françaises déjà crédité de 53 victoires, disparaît dans le ciel de Flandre, entre Dixmude et Ypres.
Citation lue au pied du drapeau dans toutes les bases aériennes françaises : « mort au champ d’honneur, à Poelkapelle, le 11 septembre 1917.
Héros légendaire, tombé en plein ciel de gloire après trois ans de lutte ardente. Reste le plus pur symbole des qualités de la race : ténacité indomptable, énergie farouche, courage sublime.
Animé de la foi la plus inébranlable dans la victoire, il lègue au soldat français un souvenir impérissable qui exalte l’esprit de sacrifice et provoquera les plus nobles émulations.
»

La bataille de Malplaquet :
Continuer la lecture de « C’était un 11 septembre… »

C’était un 8 septembre : le miracle de la Marne

victoire.jpg

Certains historiens parlent de l’événement militaire du 8 septembre 1914 comme d’un « miracle », toujours entre guillemets, ou du « petit miracle ».
« Miracle » entre guillemets qu’ils attribuent à diverses causes, mais jamais à Celle qui seule pouvait accomplir un (vrai) miracle, et qui l’a fait : la Sainte Vierge.

Le Courrier de la Manche, le 9 janvier 1917, avait compilé plusieurs témoignages.

« Un prêtre allemand, blessé et fait prisonnier à la bataille de la Marne, est mort dans une ambulance française où se trouvaient des religieuses. Il leur a dit : “Comme soldat, je devrais garder le silence ; comme prêtre, je crois devoir dire ce que j’ai vu. Pendant la bataille, nous étions surpris d’être refoulés car nous étions légion comparés aux Français, et nous comptions bien arriver à Paris. Mais nous vîmes la Sainte Vierge toute habillée de blanc, avec une ceinture bleue, inclinée vers Paris… Elle nous tournait le dos et, de la main droite, semblait nous repousser.” »

Un officier allemand :

Continuer la lecture de « C’était un 8 septembre : le miracle de la Marne »