Sarközy condamné à trois ans de prison dont un an ferme, dans l’affaire des écoutes

L’apatride Nicolas Sarközy devient le deuxième ancien président de la Ve République a être condamné. Evidemment, ce mondialiste acharné est condamné pour des « broutilles » à côté de ce à quoi il devrait répondre devant la nation française : ses trahisons constantes contre l’identité, l’indépendance, la sécurité, la prospérité et les intérêts français.
Comme les autres présidents, certes…
Et, en effet, la magistrature, globalement rouge, est sûrement plus rigoureuse envers la fausse droite « bling bling» qu’envers la gauche…

Rassurez-vous, il n’ira pas vraiment en prison : les peines de un an et moins sont rarement effectuées en France.
Le même Sarközy feignait d’ailleurs de s’en plaindre. Un message qui prend une nouvelle saveur :

De toute façon, il a fait appel et donc l’exécution de la peine est suspendue.

Rappel des faits :

« […] L’ancien chef de l’Etat a été déclaré coupable de corruption et trafic d’influence. La décision a été lue dans un très grand silence au tribunal correctionnel de Paris, que Nicolas Sarkozy a par la suite quitté sans faire aucune déclaration.

Continuer la lecture de « Sarközy condamné à trois ans de prison dont un an ferme, dans l’affaire des écoutes »

Délire républicain : masques obligatoires sur les plages de la Somme

Le printemps dernier nous avait offert son lot de scandales en matière de répression aveugle et de consignes politico-administratives délirantes.

Mais apparemment ce n’est pas fini et certaines préfectures semblent vouloir continuer le concours.
Dans la Somme, on peut désormais se fréquenter de près dans les transports en commun ou dans les supermarchés. Mais sur les plages…

C’était un 28 février : le massacre républicain des Lucs-sur-Boulogne. Liste des 110 petits enfants assassinés

Les « valeurs de la République ».

En janvier 1794, le général Turreau, responsable des « colonnes infernales », écrivait à la Convention nationale (c’était donc officiel) : « il faut prendre de grandes mesures, il faut exterminer tous les hommes qui ont pris les armes, et frapper avec eux leurs pères, leurs femmes, leurs sœurs et leurs enfants. La Vendée doit n’être qu’un grand cimetière national. »

Le , tuant et incendiant sur leur passage, les colonnes des généraux républicains Cordellier et Crouzat se dirigent vers le village des Lucs-sur-Boulogne.
Mais sur le chemin, ils sont attaqués et mis en fuite par les troupes royalistes et catholiques de Charette.
Cependant, après sa victoire, Charette, obligé de pratiquer la guérilla, doit se retirer.
Martincourt, un lieutenant de Cordellier, s’en aperçoit et après avoir rallié plusieurs fuyards, se dirige vers le village des Lucs (alors divisé en deux paroisses : le Grand-Luc avec deux mille habitants et le Petit-Luc, avec une centaine d’habitants) avec l’intention d’y exercer des représailles.

Face à l’arrivée des colonnes, une partie de la population court se réfugier dans la chapelle du Petit-Luc alors qu’une autre partie a déjà été massacrée.
Les villageois ne sont guère en mesure de se défendre : la population présente compte principalement des vieillards, des femmes, des enfants dont 109 avaient moins de 7 ans.
L’abbé Voyneau, curé du Petit-Luc, se présente alors aux soldats sur le chemin de la Malnaye : ceux-ci se saisissent de lui, le torturent et l’éventrent.
Martincourt, le chef des Républicains, décide de ne pas faire de quartier. La chapelle étant trop petite pour contenir toute la population, les soldats ouvrent le feu sur les personnes à l’extérieur, puis afin d’économiser les cartouches, lancent une charge à la baïonnette massacrant et achevant les blessés. Les survivants se barricadent à l’intérieur de la chapelle, les Républicains incendient alors l’église.

Un soldat républicain, nommé Chapelain, écrit dans une lettre :

« Aujourd’hui journée fatigante, mais fructueuse. Pas de résistance. Nous avons pu décalotter à peu de frais toute une nichée de calotins. Nos colonnes ont progressé normalement. »

On retrouvera plus tard un document du curé du Grand Luc : « Lesquels noms ci-dessus — au nombre de 564 — des personnes massacrées en divers lieux de la paroisse du Grand-Luc, m’ont été référés par les parents échappés au massacre, pour être inscrits sur le présent registre, autant qu’il a été possible de les recueillir dans un temps de la persécution la plus atroce, les corps morts ayant été plus d’un mois sans être inhumés dans les champs de chaque village du Luc : ce que j’atteste comme trop véritable, après avoir été témoin oculaire de ces horreurs et exposé plusieurs fois à en être aussi la victime. Au Luc, ce 30 mars 1794. C. Barbedette, curé du Luc. »

Les noms des 109 enfants des Lucs-sur-Boulogne de moins de 7 ans, massacrés par les troupes républicaines, le 28 février 1794 :

Continuer la lecture de « C’était un 28 février : le massacre républicain des Lucs-sur-Boulogne. Liste des 110 petits enfants assassinés »

« Le Slip français » finance les migrants

« Le Slip français » est une jeune marque de sous-vêtements qui a joué avec succès sur le patriotisme économique et ainsi acquis une popularité certaine.

Et là, patatras. Bon, il est vrai que la marque insistait tellement sur la diversité ces derniers temps que les Blancs devenaient minoritaires dans les publicités. Mais, là, c’est très fort : 5% des ventes (des ventes! pas des bénéfices) vont être reversés à une association immigrationiste. Pas à des victimes des l’immigration sauvage et du terrorisme islamique, pas à aider des jeunes Français qui peinent à trouver du travail ou souffrent de diverses affections, non, à aider des « migrants ».

Et « le Slip français » d’afficher toujours son « made in France » fièrement. A quoi rime ce « made in France » si ce n’est pas « made » par des Français ?!

Continuer la lecture de « « Le Slip français » finance les migrants »

Deuxième dimanche de Carême – textes et commentaire

Nous vous proposons une présentation des textes liturgiques propres à ce dimanche (rite catholique traditionnel), avec commentaire.

La Transfiguration du Christ, sur le mont Thabor.

« Le contraste est grand entre la gloire du Christ au Thabor et l’anéantissement de son agonie et sa passion ; mais c’est le mystère même de la rédemption qui veut que le Christ porte le châtiment de nos péchés, connaisse la souffrance et la mort pour nous entraîner dans sa résurrection. Nous-même, avant de suivre le Christ dans sa gloire, nous avons à subir l’épreuve de cette vie ; dans des conditions de faiblesse qui demandent le constant secours de la grâce (Coll.), nous devons garder nos corps et nos âmes dans la pratique d’une vie sainte, susceptible de plaire à Dieu (Ep;  post-comm.). »

Dom Guéranger

 

INTRODUCTION PUIS COMMENTAIRE DE DOM GUÉRANGER
(dans l’Année liturgiquedisponible ici avec ses autres livres) :

Continuer la lecture de « Deuxième dimanche de Carême – textes et commentaire »

La tête des migrants « mineurs » que les journalistes osent diffuser…

C’est un conte de fée pour remplacistes (et pour femmes en manque d’« affection ») que propose Sud Ouest, avec cet article intitulé Gironde : ils ont ouvert leur porte à un mineur isolé.

« Militants ou non, ils ont décidé d’héberger de jeunes migrants pour quelques semaines ou quelques mois, afin de leur éviter la rue. En Gironde, des familles racontent leur expérience.

« Il y avait un besoin, alors on l’a fait. » Hébergeuse depuis deux ans, Marie-Christine résume en une phrase ce que tous diront avec leurs mots. Retraités, célibataires, parents, en maison ou dans un deux-pièces : ils ont accueilli gratuitement un jeune migrant, dans un élan d’humanisme plus que politique.
À Bordeaux comme ailleurs, des centaines de jeunes venus en majorité d’Afrique de l’Ouest arrivent chaque année après avoir migré seuls. En attendant d’être reconnus mineurs par un juge et pris en charge par l’aide sociale à l’enfance, ils n’existent pas pour l’État français. C’est pendant cette période qu’interviennent les familles, épaulées par des associations comme les Hébergeurs solidaires de Bordeaux. Depuis sa création en 2017, 26 jeunes… […] »

Les journalistes ne prennent même plus la peine de choisir des photos de migrants africains qui feraient des mineurs crédibles. Voyez la tête de ce « mineur » là, c’est fabuleux :

 

Fatima Khemilat, enseignante à l’Université française, donne des conférences interdites aux Blancs

Une conférence, à la présentation particulièrement significative du degré de folie qu’atteint la gauche, a retenu l’intention :

Qui est la folle furieuse qui animera cette conférence raciste antiblanche, en France ?
Laissons l’association organisatrice la présenter dans son sabir gauchiste :

« Fatima Khemilat est Doctorante en Sciences Politiques et a enseigné à l’Université Paris Est Créteil.
Elle  mène des travaux de recherches sur le rapport entre le culte musulman  et les institutions publiques françaises. Ses travaux ont donné lieu à  de nombreuses publications et communications la plaçant aujourd’hui  comme l’une des spécialistes de l’Islam en France.
Sociologue et  chercheuse, Fatima travaille également sur les questions de genre, de  race et de sexualité. Elle se sert de son parcours pluridisciplinaire  pour apporter un éclairage décolonial et intersectionnel aux questions  liées au développement personnel et à la sexualité des femmes racisées. »

Cette femme a donc été financée par les Français, pour ses études, et a été payée par eux pour leur cracher dessus dans leurs universités.
Quel pays de fous !
Elle a aussi été invitée sur Mediapart ou France Culture, par exemple…

Fatima, va faire ton cirque au pays, tu nous raconteras comment ça s’est passé !

Source

« Fake news » : le policier tué au Capitole de Washington, une affabulation avoue le New York Times

 

« Résumons : le 6 janvier 2021 les partisans de Trump envahissent le Capitole. Un policier attaché à la protection du bâtiment meurt le lendemain. Il aurait été frappé à coup d’extincteurs par des pro-Trump ; émotion générale, hommages. Mais tout est faux. 

Brian Sicknick, le policier, avait eu son heure de gloire posthume, visite au funerarium du nouveau Président Biden, hommage national au Capitole, défilé sous forme de cortège funèbre entre deux haies d’honneur etc…

Il peut arriver que le New York Times soit honnête, mais si. Avec discrétion certes : alors que la mort du policier/martyr avait été largement mise en scène, c’est dans les archives mises en ligne du 12 février 2021 se référant aux articles antérieurs que l’on apprend une vérité toute différente. Le policier ne présentait aucune trace de coups, n’a jamais été frappé par des partisans de Trump, il serait mort des suites d’une maladie antérieure. Le corps ayant été incinéré, on ne saura jamais la cause réelle de son décès, sinon qu’il n’était pas consécutif à la manifestation des pro-Trump.

Misère du journalisme de recopiage, sur une dépêche de l’AFP (mensongère une fois de plus) Le Figaro, l’Obs, Ouest-France et bien d’autres ont repris l’infox de la mort du pauvre policier frappé par les méchants manifestants, et à coup d’extincteurs ! À ceci près qu’à notre connaissance, l’AFP n’a jamais rectifié sa dépêche. À la question, l’AFP ment-elle ? La réponse est oui. A la deuxième question, l’AFP ment-elle en connaissance de cause ? Le doute est permis, un très léger doute. »

Source : OJIM

Rappel à Dieu du R.P. Lecareux, fondateur de la Fraternité de la Transfiguration (et entretien video)

Le RP Lecareux (5e en partant de la gauche) avec les prêtres de sa communauté.

Le Révérend Père Bernard Lecareux est mort le lundi 22 février 2021, dans sa 88 année, et la 58e de son sacerdoce.

Il avait été courageux et solide dans la tempête moderniste consécutive à Vatican II, se retrouvant destitué de sa paroisse après un simulacre de jugement, pour avoir voulu garder la doctrine et la messe traditionnelles. A cette époque, des prêtres furent jetés hors de leur paroisse, sans ressources, et célébraient la messe de toujours dans des granges, comme sous la Révolution.

Continuer la lecture de « Rappel à Dieu du R.P. Lecareux, fondateur de la Fraternité de la Transfiguration (et entretien video) »

La France bat son triste record de déficit commercial en 2020…

Par Olivier Piacentini, essayiste dissident (ses livres ici) :

« Les chiffres de déficit commercial de la France sont tombés, et ils ne sont guère flatteurs pour notre pays : en 2020, le déficit commercial récurrent de la France s’est encore creusé, à près de 84 milliards, record battu après les 70 milliards de l’année 2019… Nos exportations reculent encore, nos importations se maintiennent, tous les indicateurs sont dans le rouge.

Ce chiffre traduit à lui seul la décadence totale de notre compétitivité, la disparition accélérée de nos industries. La faute à l’euro ? La faute à la crise sanitaire ? Ces deux facteurs participent sans doute à ce fiasco. Mais ils sont loin d’être les seuls.
Continuer la lecture de « La France bat son triste record de déficit commercial en 2020… »

C’était un 25 février…

1796 : Nicolas Stofflet, l’un des principaux chefs militaires vendéens, est fusillé par les républicains.
Avant de mourir, il donne sa montre à un soldat du peloton d’exécution, d’origine lorraine comme lui. Les républicains lui coupèrent la tête afin de l’exhiber dans la ville d’Angers…

1916 : les Allemands pénètrent dans le fort de Douaumont, pratiquement désert, considéré par l’état-major comme « impropre au combat » en 1915. Les Allemands réarment aussitôt le fort, la ligne de front se stabilisant aux alentours. Sa reprise par les Français coûtera près de 100 000 hommes. L’ossuaire de Douaumont, surmonté d’un feu perpétuel, renferme les restes de 300 000 combattants.

• ce même jour, le général de Castelnau, qui a reçu les pleins pouvoirs du général Joffre, confie au général Pétain le commandement de la région fortifiée de Verdun et des forces arrivant sur les deux rives. Il a une liberté complète de mouvement, et autant que possible, tous les moyens qu’il demandera.

1919 :
à Tchita (Transbaïkalie), en présence d’un officier japonais, conférence, jusqu’au 28, entre Sémenov, le « baron fou » Ungern et des nationalistes mongols en vue de la création de la Grande Mongolie, du lac Baïkal au Tibet.
Continuer la lecture de « C’était un 25 février… »

Premier dimanche de Carême – textes et commentaire

Nous vous proposons une présentation des textes liturgiques propres à ce dimanche (rite catholique traditionnel), avec commentaire.

« La scène de la tentation, qui ouvre la vie publique de Jésus, proclame d’une manière saisissante, dans les évangiles, le renversement de situation qu’il va introduire dans le monde par son œuvre de rédemption. Là où Adam avait succombé, le Christ, nouveau chef de l’humanité, triomphe à jamais du pouvoir de Satan : à l’heure de la passion, le « prince de ce monde » sera jeté dehors. Placé en tête du Carême, au premier dimanche, l’évangile de la tentation proclame d’avance la victoire du Christ, qui doit être notre victoire.
La liturgie du Carême est commandée par cette pensée ; elle est tout entière une liturgie de confiance. Le psaume 90, qui est par excellence le psaume de la confiance, fournit le trait et tous les chants de la messe, comme il fournira tous les versets de l’office jusqu’au temps de la passion. »

Dom G. Lefebvre

 

INTRODUCTION sur les dimanches de Carême
PUIS COMMENTAIRE sur ce 1er dimanche
par DOM GUÉRANGER
(dans l’Année liturgiquedisponible ici avec ses autres livres) :

Continuer la lecture de « Premier dimanche de Carême – textes et commentaire »