5 décembre : anniversaire de la naissance du franc

N’oublions pas notre monnaie nationale, outil indispensable de notre souveraineté et de notre santé économique. Pas de nation libre sans sa monnaie propre, évidemment.

L’espoir de la retrouver prochainement n’a rien de naïf, même si aucun gros parti ne le défend désormais.

Le 5 décembre 1360, les premiers francs sont frappés à Compiègne, pour aider à payer la rançon du roi Jean II de France (capturé par les Anglais le 19 septembre 1356 à la bataille de Poitiers).
Dénommé le « franc à cheval », il s’agit en fait d’un écu pesant 3,87 grammes d’or fin et valant une livre tournois ou 20 sols.
Le roi y est représenté sur un destrier, armé d’un écu à fleur de lys et brandissant l’épée, avec l’inscription circulaire « Iohannes Dei gratia Francorum Rex » (« Jean, par la grâce de Dieu, Roi des Francs »).

Continuer la lecture de « 5 décembre : anniversaire de la naissance du franc »

C’était un 4 décembre : mort de Maurice Barrès

Le grand écrivain patriote Maurice Barrès s’est éteint le 4 décembre 1923 à son domicile de Neuilly.

Écrivain parmi les plus célèbres de sa génération, il était surnommé le « prince de la jeunesse ».
Il fut l’un des principaux fondateurs du nationalisme français moderne.

Continuer la lecture de « C’était un 4 décembre : mort de Maurice Barrès »

Château de Grignon : tout le patrimoine de l’État bradé à une vente aux enchères qui n’a eu aucune publicité ; l’État estimait à quelques dizaines d’euros des meubles valant des centaines de milliers d’euros

Voici un fait, parmi bien d’autres hélas, qui illustre à merveille la façon dont le régime brade depuis des décennies le patrimoine français, et, plus généralement, la France tout court :

« À l’heure où Affaire conclue cartonne à la télé et où tout le monde veut faire expertiser les bibelots de sa grand-mère, l’État vient de faire la démonstration qu’il n’a jamais vu l’émission animée par Sophie Davant et, surtout, qu’il ne sait pas à quoi sert un expert en art et objets d’art — du moins tant que le cabinet McKinsey n’en propose pas. Nos confrères de La Tribune de l’art et du Canard enchaîné viennent de soulever un lièvre mettant la honte aux fonctionnaires pour des générations. Début novembre, des marchands d’art et commissaires-priseurs attirent leur attention sur des meubles d’époque Louis XVI et autres, d’excellente provenance, figurant dans les ventes de Drouot et d’ailleurs. Ceux-ci proviennent du château de Grignon, dans les Yvelines, domaine public dont le mobilier a été mis aux enchères par l’État sans aucune publicité.

Continuer la lecture de « Château de Grignon : tout le patrimoine de l’État bradé à une vente aux enchères qui n’a eu aucune publicité ; l’État estimait à quelques dizaines d’euros des meubles valant des centaines de milliers d’euros »

2e Dimanche de l’Avent (textes et commentaires)

Nous vous proposons une présentation des textes liturgiques propres à ce dimanche (rite catholique traditionnel).

Jean, dans sa prison
St Jean-Baptiste, de sa prison, envoie ses disciples questionner Jésus.

« Reprenant la prophétie d’Isaïe, saint Jean-Baptiste, le dernier des prophètes et le précurseur immédiat du Sauveur, invitait les foules de Palestine à reconnaître en Jésus de Nazareth le Messie attendu, celui qui rend la lumière aux aveugles, ressuscite les morts et annonce aux pauvres la bonne nouvelle du salut. C’est encore sa voix et celle des grands prophètes d’Israël que l’Église nous fait entendre (Intr., Évangile). Mais le peuple de Dieu s’est accru de toutes les nations qui peuplent la terre et la Jérusalem nouvelle s’est étendue aux dimensions du monde. Saint paul déjà le proclamait (Épître) ; l’Église le redit après lui, invitant tous les hommes à se tourner vers le Christ ; et à se lever pour accueillir dans la joie le salut que Dieu leur envoie (Comm.). »

Dom G. Lefebvre

COMMENTAIRE DE DOM GUÉRANGER
(dans l’Année liturgiquedisponible ici avec ses autres livres) :

Continuer la lecture de « 2e Dimanche de l’Avent (textes et commentaires) »

L’abbé Rioult interpelle catholiquement Gad Elmaleh suite aux interventions véhémentes de rabbins (video)

Les rabbins Ron Chaya et Touitou – actifs et connus sur internet – ont chacun interpellés l’humoriste Gad Elmaleh, car il s’est à moitié converti au christianisme et ils ont peur qu’il fasse tache d’huile.
Ils ont rappelé que dans le judaïsme rabbinique, il est gravement interdit pour un juif d’entrer dans une église, car il se rendrait coupable selon eux « d’idolâtrie » (mais dans une mosquée, aucun problème).
L’abbé traditionaliste Olivier Rioult délivre suite à cela un message catholique à Gad Elmaleh.

L’abbé Rioult est l’auteur d’un livre intitulé La Question juive, ouvrage désormais de référence sur ce thème.

France tiers-mondisée : vers des coupures d’électricité (et à qui la faute ?)

Les autorités républicaines ont annoncé qu’il risquait d’y avoir cet hiver des coupures d’électricité, en France. Elles peuvent être désignées sous le vocabulaire d’« opérations de délestage », mais dans tous les cas nous sommes prévenus qu’il n’y aurait alors, pour les zones concernées : plus de réseau téléphonique (y compris pour appeler les secours), plus d’éclairage public, plus de chauffage pour la plupart des foyers…

Les voyous pourraient s’en donner à cœur joie.

D’où vient le fait que la France, il n’y a pas si longtemps excédentaire en électricité, rencontre ces difficultés dignes du Tiers-monde ?

Relisons Macron en 2018 :

C’était… un 2 décembre

• 1547 : mort, près de Séville, d’Hernan Cortès, conquistador espagnol, conquérant du Mexique. Rentré en Espagne, il avait accompagné Charles Quint dans l’expédition d’Alger. Il mourut pauvre et oublié de la cour.

• 1723 : mort, à Versailles, du Régent, Philippe, duc d’Orléans. Frère unique de Louis XIV, il avait assuré le pouvoir jusqu’à la majorité de Louis XV, en 1725. C’est de son règne que date le style portant son titre (Régence), quintessence de l’art français.

Philippe II, duc d’Orléans, régent de France, dans son cabinet de travail, et le futur Louis XV (à droite). Détail d’une peinture à l’huile de l’école française du XVIIIe siècle.

• 1804 : à Notre-Dame de Paris, Napoléon Bonaparte, qui s’était désigné empereur six mois plus tôt, se couronne dans une cérémonie d’un luxe inouï, en présence du pape Pie VII. Il est toutefois abusif de dire qu’il s’est fait « sacrer » empereur, « par le pape ». Bonaparte voulait égaler Charlemagne.

Continuer la lecture de « C’était… un 2 décembre »

Trois milliardaires de l’industrie des crypto-monnaies sont mort le mois dernier

tiantian kullander interview

Le journal populiste américain Breitbart détaille :

« Au cours du mois dernier, plusieurs milliardaires du monde des crypto-monnaies sont morts dans des circonstances mystérieuses. Tous les trois avaient fait fortune dans l’industrie de la crypto-monnaie, et l’un avait publié un tweet disant qu’il croyait être ciblé, quelques jours avant sa disparition.

Nikolai Mushegian

Continuer la lecture de « Trois milliardaires de l’industrie des crypto-monnaies sont mort le mois dernier »

Des restes humains et des scalpels retrouvés dans un temple maçonnique abandonné près de Lourdes

Photo prise à Trébons (Hautes-Pyrénées) dans la nuit du 25 au 26 novembre 2022, par les visiteurs (Jo Urbex)

« Étrange découverte pour ces trois explorateurs urbains qui ont visité, dans la nuit du vendredi au samedi 26 novembre, un château abandonné, à Trébons, non loin de Lourdes, dans les Hautes-Pyrénées. Ils y ont trouvé un crâne, des ossements, des scalpels, rapporte « Le Parisien ». L’ensemble de ces trouvailles ont été transférées à l’institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale à Pontoise (95) pour évaluer s’il s’agit de restes humains.

[…] Les amateurs d’exploration ont trouvé sur les lieux des symboles de l’iconographie franc-maçonne, des documents qui font référence à des protocoles de cérémonie… Le propriétaire du château est un ancien médecin d’une clinique de Tarbes. Il est décédé en septembre à 90 ans. Son appartenance à la franc-maçonnerie est établie. Il n’est en revanche pas connu des services de police. » (Sud-Ouest)

Rions un peu maintenant avec les déclarations de la gendarmerie (institution où la franc-maçonnerie est sur-représentée) :

« Une piste criminelle ? Peu probable selon la gendarmerie des Hautes-Pyrénées. « Ces restes sont érodés et très usés. Ils datent peut-être de plus d’un siècle », explique une source officielle au « Parisien ». Les résultats d’analyse aideront à dater les ossements et à pencher davantage vers une hypothèse plutôt qu’une autre. »

Ossements, échantillons de peau (précise le Parisien) et scalpels ? Oh, non, ça n’a sûrement rien de criminel…

Source : Centre d’étude sur la franc-maçonnerie

Rions un peu avec… France Culture

Cette radio publique de gauchistes arrivera toujours à nous surprendre ! C’est normal : le gauchisme est une maladie mentale qui se traduit par une fuite en avant sans fin.

Aujourd’hui « France » « Culture », doublement mal nommée, nous parle du sida. Bon, la conclusion, on la connaît, c’est forcément et toujours la faute de l’Homme blanc, quel que soit le sujet.

C’était un 1er décembre : mort de Charles de Foucauld

Le 1er décembre 1916, Charles de Foucauld était assassiné par des Senoussis et des Touareg ajjer dissidents, armés par les services secrets allemands.

Ancien saint-cyrien (même promotion que le Maréchal Pétain et le marquis de Morès), lieutenant de cavalerie, explorateur et géographe, après une vie dissolue, il s’était converti.
Passé par la Trappe, en quête d’un idéal de pauvreté, d’abnégation et de pénitence encore plus radical, il s’était fait ermite.
Continuer la lecture de « C’était un 1er décembre : mort de Charles de Foucauld »

La plupart des députés votent la constitutionnalisation du “droit à l’avortement” ! Y compris au RN…

Nous répercutons l’éditorial de Jérôme Bourbon dans le dernier Rivarol, car il nous semble pertinent (et après nous ressortons une affiche FN d’avant sa marinisation) :

« Sans surprise, l’Assemblée nationale a voté massivement le jeudi 24 novembre la proposition de loi constitutionnelle déposée par la France insoumise et « visant à protéger et à garantir le droit fondamental à l’interruption volontaire de grossesse ». Les mots ont un sens : on ne cherche pas à protéger l’enfant à naître dont l’élimination volontaire et industrielle va bientôt avoir valeur constitutionnelle dans leur République de terreur et de mort, dans leur système intrinsèquement et essentiellement criminel. Non, on cherche à protéger le « droit fondamental » à tuer les bébés dans le ventre de leur mère. L’emploi du verbe protéger dans ce contexte est donc particulièrement pervers et odieux. Mais c’est une habitude de leur régime mortifère et contre-nature de prétendre protéger par le masque, par le vaccin, par le préservatif, alors qu’en réalité la seule et véritable protection est de vivre en parfaite harmonie avec la nature et dans le respect des lois voulues par le Créateur. Quant à l’acronyme IVG, il entend cacher la réalité d’un avortement chirurgical qui n’est rien d’autre qu’une boucherie. Et d’autant plus grande, d’autant plus effrayante aujourd’hui que le délai légal pour avorter a été étendu le 3 mars 2022, juste avant que le Parlement ne suspendît ses travaux pour les élections présidentielle et législatives, jusqu’à la fin de la quatorzième semaine de grossesse, soit seize semaines après le premier jour des dernières règles.
Continuer la lecture de « La plupart des députés votent la constitutionnalisation du “droit à l’avortement” ! Y compris au RN… »

C’était un 27 novembre : depuis Clermont, le Pape Urbain II appelle à la première Croisade

C’est le 27 novembre 1095, depuis Clermont (en Auvergne), donc au cœur de la France, que le pape Urbain II a appelé à la Première Croisade.

Il s’agissait, comme en atteste la reproduction de son discours ci-dessous, de venir en aide aux Chrétiens d’Orient, persécutés par les Mahométans conquérants.
C’était peut-être une époque lointaine, mais certains problèmes étaient similaires à ceux d’aujourd’hui…
Cependant Urbain, comme ses successeurs, serait outré par le comportement de François, et de voir que les dirigeants de la France non seulement ne sont pas chrétiens, mais sont anti-chrétiens, et promeuvent la persécution physique des Chrétiens d’Orient.

Au XIe siècle, c’est de toute l’Europe que les Croisés vont affluer, et libérer Jérusalem.
Mais nos ancêtres y prirent une telle part que les Infidèles désignaient communément les Croisés comme « les Francs ».
Loin des mythes honteux que les républicains (en particulier les instituteurs – les « Hussards noirs de la République » dont est nostalgique une bonne part de la droite) colportèrent sur les Croisades, elles constituèrent l’un des épisodes les plus glorieux de notre histoire et l’une des plus hautes manifestations de la générosité et de la noblesse de notre peuple.

Certains hommes s’y illustrèrent particulièrement, tels Godefroy de Bouillon ou Baudouin IV, à la tête du Royaume franc de Jérusalem.

Pour lire d’honnêtes livres sur les Croisades, cliquez ici.

L’appel d’Urbain II, (version audio puis texte) rapporté par Foucher de Chartres, vraisemblablement témoin de l’homélie :

Continuer la lecture de « C’était un 27 novembre : depuis Clermont, le Pape Urbain II appelle à la première Croisade »