C’était un 22 novembre…

Gamins alsaciens attendant les troupes françaises à Strasbourg

1918 : Après la signature de l’armistice à Rethondes, entrée des troupes françaises à Strasbourg, après près de 50 ans d’occupation allemande. Elles étaient arrivées en Alsace le 16. Les « provinces perdues » fêtent leur retour à la mère-patrie.
Concernant la dureté de l’occupation allemande (probablement plus dure pour les régions françaises touchées que celle de la 2e Guerre), on peut lire les atrocités allemandes, de John Horne et Alan Kramer.

1946 : les journalistes Pierre-Antoine Cousteau (livres et bio ici) et Lucien Rebatet (livres et bio ici) sont condamnés à mort (ils seront graciés, puis élargis dix ans plus tard).

1963 : mort à Hollywood du romancier et essayiste anglais Aldous Huxley, auteur du Meilleur des mondes.

1963 : le président John F. Kennedy est assassiné à Dallas (Texas) par Lee Harvey Oswald, depuis la fenêtre d’un dépôt de livres.
En réalité, les tueurs sont multiples.
Continuer la lecture de « C’était un 22 novembre… »

Reconnaissance faciale : la Chine en pointe dans l’espionnage de masse

La Chine communiste est logiquement en pointe dans l’espionnage de masse, et est friande de cette nouvelle technique qui débarque en Occident.

Beaucoup de citoyens chinois ne sont pas particulièrement gênés par cette idée : il faut dire qu’ils baignent depuis longtemps dans un régime totalitaire et que leur race est peut-être elle-même moins sensible aux libertés individuelles.

Quoiqu’il en soit, c’est un avant-goût de ce qui arrive dans les États occidentaux et chez la République française en particulier, qui suivent aussi leur penchant totalitaire et multiplient les caméras.

Les Républicains poussent le gouvernement à passer à la reconnaissance faciale (en brandissant les JO 2024)

Résultat de recherche d'images pour "facial recognition"

En route vers Big Brother.

Effrayant.

La CNIL (Commission nationale informatique et libertés, censée protéger les libertés et la vie privée des citoyens) s’était jusqu’à alors opposée à la reconnaissance faciale (caméras transmettant votre image à des ordinateurs qui la comparent avec des fichiers constitués par le Régime), mais voilà qu’elle opère un revirement, on ne sait pas à la suite de quelles pressions.

Le parti « de droite » Les Républicains se jette sur l’occasion pour presser le gouvernement de généraliser la reconnaissance faciale, comme en Chine communiste
Plutôt que de régler les problèmes de sécurité à la base, on va donc espionner massivement la population…
Il est vrai que c’est aussi l’occasion pour le Régime (gauche, LREM et LR inclus) de pouvoir ficher plus facilement ses opposants véritables (dans les manifestations par exemple) et d’ensuite les persécuter s’il l’estime nécessaire…

Liberté, intimité, dignité… Les Français vont-ils réagir ?

Video du député LR interpellant le ministre à l’Assemblée :

Débat sur la souveraineté et l’identité : François Asselineau se fait piétiner par Zemmour

François Asselineau, président de l’Union populaire républicaine, a pour leitmotiv la sortie de l’Union européenne.
Mesure salutaire (et évidemment insuffisante en soi, pour remettre la France en état), sauf que parallèlement Asselineau prend systématiquement des positions contraires à la défense de l’identité française, qu’il est d’ailleurs manifestement incapable de décrire et même d’appréhender. C’est après tout un vrai républicain, faut-il le rappeler.
Reprenant ici la critique portée par les nationalistes authentiques depuis longtemps, Eric Zemmour met Asselineau devant les lacunes, les faiblesses et les contradictions de son discours.
A quoi sert de défendre l’indépendance de la France si c’est pour perdre définitivement son identité ? Quel intérêt ?
Se battre pour le « contenant », si c’est pour mépriser le « contenu », n’est-il pas farfelu ? Asselineau le prouve à son corps défendant…

Asselineau est le plus caricatural dans son genre, mais les « souverainistes »  et même certains « nationalistes » donnent dans le même travers, probablement terrorisés par l’idéologie « antiraciste » actuellement en vigueur, ce qui n’est pas le cas de Zemmour dans cette émission quotidienne de débat qui bat d’ailleurs des records d’audience.

Zemmour, en revanche, a tendance à négliger (désormais?) la nécessité du « souverainisme ». Or, défense de l’identité nationale et défense de l’indépendance nationale sont 2 piliers du patriotisme politique, c’est-à-dire du nationalisme dans le meilleur sens du terme.

Le débat en question :

C’était un 20 novembre : mort de Jose Antonio Primo de Rivera et de Francisco Franco

 En 1936, alors que l’avancée nationaliste est bloquée à la hauteur de la cité universitaire de Madrid, à Alicante, le fondateur de la Phalange espagnole est fusillé, à l’âge de 33 ans, par le Front populaire arrivé au pouvoir quelques mois plus tôt.

Fils du général Miguel Primo de Rivera, dictateur en Espagne entre 1923 et 1930, cet avocat – artisan de la doctrine « nationale-syndicaliste » – reste une figure marquante du nationalisme en Europe.
Continuer la lecture de « C’était un 20 novembre : mort de Jose Antonio Primo de Rivera et de Francisco Franco »

Pour France Culture, les méchants Blancs complotent par racisme depuis 2000 ans à propos des statues grecques blanches

La radio d’État « France culture » – très mal nommée à double titre – a frappé fort.

Entre deux émissions de « déconstruction » (de la civilisation et de la pensée droite) et de moquerie du conspirationnisme, on y explique doctement que si, dans l’imaginaire collectif, les statues grecques ont toujours été blanches comme elles nous apparaissent maintenant, c’est parce que l’Occident était raciste…
2000 ans (depuis le début de l’ère chrétienne) de complots (« on vous ment ») par haine de la couleur.
Or le fait que ses statues étaient peintes à l’origine est connu depuis des décennies et enseigné dans les manuels qui traitent de ces statues. Au demeurant on ne voit pas bien l’enjeu. France Culture essaye-t-elle de nous dire que les Grecs anciens étaient noirs ?!

Dans la petite video que propose la radio (où les Gaulois sont très minoritaires et où les gauchistes sont surreprésentés), payée par nos impôts, la voix-off explique sur un ton sarcastique :
« C’est le résultat de 2000 ans d’histoire réactionnaire, qui place le blanc au milieu de ses valeurs et rejette l’impur, le bigarré, le métissage des couleurs ».
Un « archéologue » mais sutout militant cosmopolite, Pierre Jockey, va très loin :
« C’est un rejet de l’autre, que l’on voit apparaître dès les textes de Pline l’Ancien jusqu’aux pires excès de la 2e Guerre mondiale, à chaque fois c’est l’autre qui est l’enjeu, le rejet des couleurs de l’autre ».

Tout y est, c’est extraordinaire.
Salauds de Blancs !

La video :

Ahurissant. Le préfet de Police de Paris affirme à une citoyenne : « nous ne sommes pas dans le même camp »

L’image contient peut-être : 1 personne, chapeau et gros plan

Le 17 novembre, au lendemain d’affrontements violents (voulus par l’extrême-gauche comme par le Ministère de l’Intérieur dont c’est l’intérêt) sur la place d’Italie à Paris, entre forces de l’ordre et certains manifestants lors de l’acte 53 des Gilets jaunes, une femme présentée par BFMTV comme une Parisienne dit au préfet de police de Paris, Didier Lallement, au cours d’une brève discussion : « Oui je suis Gilet jaune ».
Alors, tournant les talons, le haut-fonctionnaire passe son chemin en répliquant, sans la regarder et en roulant des mécaniques malgré ses 50 kilos et sa casquette toujours trop grande : « Nous ne sommes pas dans le même camp, Madame.  »

Des propos graves qui illustrent la véritable fonction de cet énergumène, franc-maçon qui admire Clemenceau faisant tirer sur des ouvriers : un préfet – par ailleurs soumis au devoir de réserve – n’est pas censé être « dans un camp » (ni le bras armé du gouvernement) et ne considère normalement pas une partie des citoyens comme des ennemis.
Mais tel est le Régime…

La chaîne Disney+ diffuse un avertissement en préambule de ses films « culturellement datés »

Deux chats siamois en dessins animés.
Les personnages des chats siamois dans « La Belle et le Clochard » sont entre autres accusés de véhiculer une représentation stéréotypée et raciste des Asiatiques [sic]

Le cosmopolitisme et le politiquement correct mènent à cela (vu chez Radio Canada) :

« Dumbo, Peter Pan, Fantasia et Les aristochats comptent parmi les œuvres précédées d’un avis.

Le catalogue de films proposé sur Disney+ [plateforme de diffusion en continu – NDCI] comprend des classiques réalisés à une époque où la représentation à l’écran de stéréotypes ethniques, religieux, culturels ou de genre n’était pas remise en question.

Continuer la lecture de « La chaîne Disney+ diffuse un avertissement en préambule de ses films « culturellement datés » »

Messe du 23e Dimanche après la Pentecôte (textes et commentaires)

Nous vous proposons une présentation des textes liturgiques propres à ce dimanche (rite catholique traditionnel, tel que le suivaient nos aïeux), avec leur commentaire.

« Le Temps après la Pentecôte est le symbole du long pèlerinage de l’Église vers le ciel; aussi les derniers Dimanches de l’année liturgique nous en décrivent les dernières étapes. – À la fin du monde, prédit un jour le Seigneur, il y aura une telle recrudescence du mal que la charité de beaucoup se refroidira. Les épreuves s’abattront alors écrasantes sur l’Église, comme elles s’étaient abattues autrefois sur la Synagogue. (Ép.) – Toutes deux sont en effet figurées, explique Saint Jérôme dans son homélie sur l’Évangile, par les deux femmes que Jésus guérit. L’hémoroïsse toutefois est rendue la première à la santé et la fille du prince de la Synagogue la deuxième, car l’apôtre a dit : « lorsque la plénitude des Gentils sera rentrée, alors tout Israël sera sauvé. » »

Dom G. Lefebvre

TEXTES AVEC COMMENTAIRE DE DOM GUÉRANGER (dans l’Année liturgique – disponible ici avec ses autres livres) :

Continuer la lecture de « Messe du 23e Dimanche après la Pentecôte (textes et commentaires) »

Le scandaleux film de Roman Polanski sur le capitaine Dreyfus, avec la complicité de l’armée (+ émission rétablissant les faits)

 

de Jean Beaumont (paru dans Rivarol) :

« Le film ouvertement dreyfusard, J’accuse, (avec le grimaçant Jean Dujardin) a été diffusé en avant-première ce début novembre à l’École militaire, où il a pour l’essentiel été tourné. En salles depuis le 13 novembre, la nouvelle œuvre du fils de Sem, Roman Polanski, produit par un certain Alain Goldman, retrace d’un point de vue monochrome et geignard le parcours du Capitaine Dreyfus.
Le film, présenté avec un grand sens de la nuance comme « retraçant le plus grand scandale antisémite de la fin du XIXe siècle en France » (sic), a été projeté en avant-première à l’École militaire en présence de nombreux haut gradés en extase, dont le chef d’état-major des armées, le général François Lecointre.
Continuer la lecture de « Le scandaleux film de Roman Polanski sur le capitaine Dreyfus, avec la complicité de l’armée (+ émission rétablissant les faits) »

Carcassonne : l’« œuvre » éphémère de l’artiste contemporain a abîmé les murs de la cité

Au printemps 2018, nous évoquions les fameux murs de Carcassonne qui allaient être défigurés par une œuvre d’art contemporain, en écrivant que « les escrocs de l’art contemporain sont incapables de signifier quelque chose sans s’appuyer sur l’art véritable, celui de jadis, et en le souillant bien sûr. »

Or, la souillure de cette escroquerie à l’art se révèle être finalement une claire dégradation du support, et alors que cette farce ne devait durer que quelques semaines, on apprend que les dégâts sont toujours là et risquent d’être longtemps visibles :

« Voilà plus d’un an que l’œuvre du peintre plasticien Felice Varini s’est envolée par-dessus les remparts de la Cité médiévale. Cet habillage spectaculaire, fait de feuilles d’aluminium peintes en jaune, permettait aux visiteurs de découvrir ses «cercles concentriques excentriques» flashy sur le principe de l’anamorphose, jouant avec l’architecture crénelée de la forteresse. […]
Cette création contemporaine, qui s’est inspirée de l’architecture de la Cité, a par contre un revers à sa médaille, et non des moindres. L’œuvre n’est, en réalité, pas si éphémère que cela puisque les traces laissées sur la pierre, plus d’un an après son démontage, continuent à zébrer les remparts moyenâgeux.

Continuer la lecture de « Carcassonne : l’« œuvre » éphémère de l’artiste contemporain a abîmé les murs de la cité »

Télévision française : un « humoriste » blasphème le Christ

« Sugar Sammy », de son vrai nom Samir Khullar, est un “humoriste” canadien d’origine indienne. Il se trouve être un des quatre jurés ayant à opiner sur le “talent” des candidats en lice lors de l’émission La France a un incroyable talent.
Le magazine “people” Voici relate la façon dont cet énergumène s’est illustré en France, fille aîne de l’Eglise, dans l’émission diffusée sur M6 le 12 novembre dernier :

Après la jeune Rivkah […] c’était au tour de Lioz Shem Tov, 43 ans, de tenter de séduire Héléne Ségara, Sugar Sammy, Eric Antoine et Marianne James. À l’aide d’un numéro de télékinésie hilarant, le candidat qui vient tout droit d’Israël a obtenu son laisser passer pour l’étape suivante. Pourtant, ce n’était pas gagné […] Mais celui qui aura marqué les esprits par son commentaire, c’est bien Sugar Sammy, qui a lancé :
Continuer la lecture de « Télévision française : un « humoriste » blasphème le Christ »

Mort de « Tepa »

Ce jeudi 14 novembre au soir, s’est éteint Patrick d’Hondt, connu sous le pseudonyme de « Tepa ».

Métis originaire des Antilles et né à Saint-Denis (93), il s’était adonné au rap dans les années 90 et jusqu’en 2009 environ (disque produit par le label de Kool Shen).
Après quoi il commença à s’intéresser à la politique (UPR) et surtout, en 2014, il lança MetaTV, une web-télévision « dissidente », dont il était l’unique animateur.
Continuer la lecture de « Mort de « Tepa » »

« Qu’il ferme sa gueule ! » : le responsable macroniste du chantier de Notre-Dame à l’architecte des monuments historiques qui veut reconstruire à l’identique

Le général Georgelin (membre du Siècle) – nommé par le Régime pour piloter la reconstruction de la cathédrale de Paris – répond grossièrement à la prise de position de Philippe Villeneuve, architecte en chef des monuments historiques, qui souhaite reconstruire la flèche à l’identique.

D’ailleurs, au passage, avez-vous remarqué comme l’enquête sur l’incendie de Notre-Dame de Paris piétine ?!
Aucune nouvelle dans les médias, aucune avancée au fil des mois…
A comparer avec d’autres affaires médiatiques ou presque tous les jours les médias annoncent les avancées…
C’est « incroyable ».


Ardèche : manifestation anti-catholique à la sortie d’une messe

Il y a dans certaines régions de France, une haine tenace et farouche envers le catholicisme.
Dans le Midi, elle prend ses racines dans la révolte protestante (qui fera de certaines zones, qu’elle ravagea particulièrement, un terreau favorable à la Révolution française puis à la franc-maçonnerie anti-cléricale).
Il ne reste chez ces malheureuses populations plus aucune croyance religieuse ; en revanche, cette haine sourde du catholicisme persiste irrationnellement. Tous les prétextes sont bons, y compris écologique ici, alors que tout ce petit monde véhément resterait bien sagement devant sa télévision s’il s’agissait de la construction d’un hypermarché, d’une mosquée ou d’une synagogue.

Ardèche : manifestation anti-catholique à la sortie d’une messe
Visez ce boomer ignoble et lâche avec son poing levé de la haine.

vu chez Le Salon beige :

« Vous n’en avez pas entendu parler ? C’est tout à fait normal dans le cadre du “deux poids, deux mesures”. Quelles auraient été les réactions des médias si une soixantaine de personnes (dont 20 enfants) avaient manifesté à la sortie d’une mosquée, devenue trop petite, pour s’opposer à la construction d’une mosquée plus grande ?

Dimanche dernier, un soixantaine d’opposants (dont vingt enfants) à la construction du site de Notre-Dame des Neiges à Saint-Pierre-de-Colombier en Ardèche se sont rassemblés à la sortie de la messe dominicale pour invectiver bruyamment et de manière très provocatrice les frères et les sœurs, dont certaines sont très âgées puisque la communauté est née en 1946 :
Continuer la lecture de « Ardèche : manifestation anti-catholique à la sortie d’une messe »