C’était un 30 mars…

1282 : début des « vêpres siciliennes ». Dans la journée du Lundi de Pâques, les Siciliens, révoltés contre Charles Ier d’Anjou et soutenu par Pierre III d’Aragon, massacrent les quelques 8 000 Français qui se trouvent dans l’île (dont 2000 la première journée). Ils étaient identifiés à leur façon de prononcer « cicero » (pois-chiche), mot difficile à prononcer pour des Français de l’époque. Verdi devait en faire un opéra quelques siècles plus tard.

1349 : union définitive à la France du Dauphiné, lequel devient l’apanage du prince héritier, appelé désormais le « Dauphin ».

1707 : mort, à Paris, de Sébastien le Prestre de Vauban, maréchal de France, commissaire général des fortifications depuis 1678. Originaire du Nivernais, il perfectionna la défense des villes et dirigea lui-même de nombreux sièges. Sa franchise et ses critiques contre la cour lui avaient aliéné la faveur du roi. Son projet de dîme royale, publié sans autorisation, fut saisi. On lui doit moult places fortifiées encore debout. Un article biographique intéressant est paru sur lui dans la revue L’Héritage n°6.

1886 : adoption d’une loi, proposée par le franc-maçon Blatin, autorisant la crémation des corps en France. L’Eglise condamne cette pratique le 19 mai.
Pour connaître le point de vue de l’Eglise sur cette question, un fascicule bien fait a été édité dans la Tradition.

1912 :

Continuer la lecture de « C’était un 30 mars… »

C’était un 29 mars…

1796 : exécution, à Nantes, du général vendéen François-Athanase baron de Charette de la Contrie.
Après avoir longuement et courageusement combattu les armées terroristes républicaines en Bretagne et en Vendée, à la tête de dizaines de milliers de contre-révolutionnaires (il était surnommé « le Roi de la Vendée »), il finit capturé dans les bois de la Chabotterie avec seulement 32 fidèles à ses côtés.
Conduit à Nantes, il est condamné à mort et fusillé ce 29 mars place Viarme. Peu avant le moment fatidique, il déclare : « Seigneur, entre tes mains je remets mon esprit. » Refusant d’avoir les yeux bandés, il commande lui-même le peloton d’exécution, après avoir lancé aux soldats : « Lorsque je fermerai les yeux, tirez droit au cœur ! »
Pour des livres sur Charette, voir ici.

1886 : Continuer la lecture de « C’était un 29 mars… »

Confinement : les vautours espèrent des divorces pour faire du profit

Certains n’ont vraiment aucune morale, aucun scrupule.
Il est connu que le confinement peut faire naître ou exacerber des tensions dans les foyers, et c’est naturel.
Certains donnent des conseils.
D’autres, attirés par l’appât du gain, proposent d’aider à divorcer (et « rapidement », c’est-à-dire avant que les couples ne changent d’avis)…
Romain OMER (@romainomer) | TwitterC’est le cas avec le cabinet d’avocats de Romain Omer, qui paye facebook pour diffuser ses publicités indécentes.
Est-ce dans le talmud que ce type a lu que c’était moral ?!

Alors que la France est confinée, les banlieues bénéficient d’un confinement allégé pour ne pas « mettre le feu »

« C’est un extrait du Canard Enchainé qui en dit long sur la capitulation du Gouvernement en banlieue, et sur l’Etat du pays, mais surtout sur la discrimination favorable à ces populations qui n’entendent manifestement pas respecter la loi et le confinement. Ainsi, ce confinement, toujours d’après le Canard, serait allégé dans les banlieues.

« Ce n’est pas une priorité que des faire respecter dans les banlieues les fermetures de commerces et les rassemblements » indique Laurent Nunez, secrétaire d’Etat.

Nous vous invitons à lire le papier ci-dessous et à vous rendre compte du scandale. N’hésitez pas à l’imprimer et à le montrer aux forces de l’ordre qui vous contrôlent lorsque vous avez le malheur d’aller faire un achat de produit de première nécessité, ou un footing à 1,3 km de chez vous au lieu du km autorisé… »

Source : le Canard enchainé
via Breizh Info

Premier dimanche de la Passion – textes et commentaire

Nous vous proposons une présentation des textes liturgiques propres à ce dimanche (rite catholique traditionnel), avec commentaire.

Jésus affirme sa divinité face aux Juifs : « avant qu’Abraham fût créé, je suis »

« Rien n’est saisissant, dans la liturgie du Temps de la Passion, comme le contraste où l’Église nous montre le Christ, d’une part, dans sa butte à la haine croissante de ses adversaires, d’autre part, dans sa grandeur divine, maître des événements et réalisant notre rédemption.
L’évangile de ce dimanche le fait bien voir. L’épître également ; au seuil de ces grandes semaines, elle nous montre en Jésus non seulement la victime sans tache du sacrifice qui se prépare, mais aussi le grand prêtre de la nouvelle alliance ; porteur de son propre sang, il pénètre dans le ciel en Rédempteur triomphant. »

Dom G. Lefebvre

 

INTRODUCTION puis COMMENTAIRE DE DOM GUÉRANGER
(dans l’Année liturgiquedisponible ici avec ses autres livres) :

Continuer la lecture de « Premier dimanche de la Passion – textes et commentaire »

Quand Patrick Drahi profite honteusement du coronavirus – par Olivier Piacentini

Tribune libre de l’essayiste Olivier Piacentini (ses livres ici).

« Patrick Drahi, vous connaissez ?
C’est le patron du groupe Altice, qui chapeaute les sociétés Numéricâble, SFR, mais aussi BFM TV et RMC…
Il avait déjà profité à plein de la bienveillance de Macron, qui l’avait autorisé à racheter SFR en 2014, quand il était ministre de l’économie, alors que son prédécesseur, Montebourg, s’y opposait, arguant de la fragilité du groupe et de la moralité douteuse de son dirigeant…
Drahi s’est donc retrouvé patron de SFR, par la grâce de Macron, et ce bien qu’il ne disposait pas des fonds propres pour acquérir le téléphoniste. C’est par le recours massif au crédit que Drahi a acquis SFR, et pour rembourser, il a trouvé une astuce fort simple : 6500 licenciements chez SFR, deux ans après son rachat, pour se donner les moyens de payer les banques… Astucieux, non ? Drahi n’est jamais à cours d’idée pour faire payer aux autres, salariés, Unedic, les conséquence de sa gestion…

Aujourd’hui, Drahi refait parler de lui, en profitant honteusement de la situation sanitaire et économique gravissime de notre pays.
Continuer la lecture de « Quand Patrick Drahi profite honteusement du coronavirus – par Olivier Piacentini »

C’était un 27 mars… 1944 : Biarritz bombardée par les Anglo-américains

Ce jour-là, un raid aérien des alliés a lieu sur Biarritz et fait de nombreuses victimes civiles ( environ 117 morts et 250 blessés).

Sur les bombardements alliés ayant ravagé la France en général, on peut lire notamment deux livres : Les Français sous les bombes alliés d’Andrew Knapp et La France sous les bombes américaines de Jean-Claude Valla.
Ces bombardements ont fait près de 100 000 morts parmi les civils français ! On n’en parle jamais, contrairement à d’autres choses qui concernent beaucoup moins les Français…

Voici comment raconta cette affreuse journée La Gazette de Bayonne, Biarritz et du Pays Basque, dans son édition du 28 mars 1944 (source Pays basque d’antan) :

« Biarritz victime d’un raid terroriste anglo-américain.

On compte de nombreux morts et blessés. Les dégâts sont considérables.

Biarritz bombardée.
Biarritz plongée dans le deuil et la désolation.

Aucun esprit sensé n’eût pu raisonnablement penser à une pareille éventualité. Continuer la lecture de « C’était un 27 mars… 1944 : Biarritz bombardée par les Anglo-américains »

Coronavirus : le nombre de mort explose en France. Les vieux laissés de côté et condamnés

Comme prévu, le nombre de morts par jour connait une croissance vertigineuse.
Ce jeudi, ce sont officiellement 365 décès (augmentation + de 27% du nombre total ) !
Et encore, on n’a pas tous les chiffres.
Ainsi, puisque les hôpitaux sont débordés dans diverses régions, on refuse de prendre en charge les contaminés jugés trop vieux.
Des Français meurent par dizaines chaque jour dans les maisons de retraites et EHPAD.
« Des Ehpad livrés en housses mortuaires avant de l’être en masques de protection » (source).

« A Saint-Dizier (Haute-Marne), seize résidents d’une structure sont décédés, et une quarantaine sont sous surveillance étroite. Dans un Ehpad de Cornimont (Vosges), ce sont vingt décès qui sont « en lien possible avec le Covid-19 ».
Le décompte macabre ne s’arrête pas là. A Thise (Doubs), ce sont quinze personnes qui ont trouvé la mort. Toutes présentaient les symptômes du coronavirus, mais toutes n’ont pas fait l’objet d’un dépistage, qui n’est plus systématique. » (source)

D’après les témoignages que nous avons eu, on demande au personnel, traumatisé, de les « sédater ».
Prions pour ces anciens qui mourront sans pouvoir voir leurs proches, seuls, et souvent sans pouvoir recevoir les secours d’un prêtre.

Même dans les hôpitaux, où les annonces de mort de médecins commencent à s’accumuler, le personnel est choqué, de voir par exemple arriver des conteneurs réfrigérés pour stocker les cadavres…

 Créteil. Des conteneurs réfrigérés ont été livrés ces derniers jours dans les centres hospitaliers de Créteil et Villeneuve-Saint-Georges pour prendre en charge des personnes décédées du Covid-19.
Créteil. Des conteneurs réfrigérés ont été livrés ces derniers jours dans les centres hospitaliers de Créteil et Villeneuve-Saint-Georges pour prendre en charge des personnes décédées du Covid-19. DR

Vraiment, bravo et merci Macron. Et plus globalement, merci au régime (droite et gauche donc) !

Coronavirus : les scouts à la rescousse de l’AP-HP et de la réserve civique

Ils avaient le choix entre 2 catégories de jeunes.
Ceux mis en avant par les médias toute l’année, et ceux que les médias moquent toute l’année.
L’AP-HP a choisi étrangement ceux dont les médias se moquent toute l’année.

« Alors que les soignants sont mobilisés en masse pour soigner les patients infectés par le coronavirus, l’AP-HP a fait appel aux mouvements scouts pour assurer des missions bénévoles de manutention et d’intendance dans les hôpitaux.
Continuer la lecture de « Coronavirus : les scouts à la rescousse de l’AP-HP et de la réserve civique »

Nationalisme : « les supermarchés basculent vers 100 % de fruits et légumes français »

Résultat de recherche d'images pour "fruits et légumes"

La crise du coronavirus a le mérite de remettre certaines pendules à l’heure.

Par exemple :

« Les grandes surfaces alimentaires répondent à l’appel de Bruno Le Maire. Le ministre de l’Economie a demandé ce mardi aux enseignes de la grande distribution de s’approvisionner auprès des agriculteurs français, pénalisés par la fermeture des marchés annoncée lundi par le Premier ministre. Les enseignes avaient déjà pris, lundi, devant la FNSEA un engagement dans ce sens. Elles vont plus loin. […]
Dans tous les hypers et supermarchés, l’origine France sera mise en avant.
« Toutes les chaînes sont en train de passer à un approvisionnement français. Les produits étrangers qui sont présents en rayon seront écoulés mais après il n’y aura pas d’approvisionnement hors de France », résume la Fédération du commerce et de la distribution, qui souligne le maintien de prix accessibles. […] » (sources les Echos)