C’était un 16 novembre

1793 : à Nantes, l’infâme Carrier fait noyer 90 prêtres réfractaires dans la Loire.
Mandaté par la Convention nationale pour briser la révolte vendéenne par tous les moyens, Jean-Baptiste Carrier invente la noyade en masse et met au point la « déportation verticale » dans le fleuve, l’objectif étant d’éliminer rapidement et à moindres frais des condamnés trop nombreux…
Pour se faire la main, l’envoyé de Paris commence avec 90 prêtres réfractaires (c’est-à-dire ayant refusé de signer la Constitution civile du clergé) emprisonnés à Nantes. Il demande à son bras armé, l’adjudant général Guillaume Lamberty, et à ses hommes, la compagnie Marat, de les noyer dans la Loire, le « fleuve républicain ». Lire la suite ici. Entre les derniers jours de 1793 et février 1794, de 1 800 à 4 800 victimes disparaissent dans la Loire.

1937 : dans la nuit du 15 au 16 novembre, le CSAR (Comité secret d’action révolutionnaire), surnommé péjorativement par Maurras « la Cagoule », mais originellement nommé l’OSARN (Organisation secrète d’action révolutionnaire nationale), mobilise secrètement ses effectifs en région parisienne, les tenant prêts à intervenir, dissimulés à côté de différents dépôts d’armes.
S’appuyant sur des notes du 2e Bureau, ils attendent un coup d’Etat communiste pour la nuit et sont prêts à le contrer.

Continuer la lecture de « C’était un 16 novembre »

Le scandaleux film de Roman Polanski sur le capitaine Dreyfus, avec la complicité de l’armée (+ émission rétablissant les faits)

 

de Jean Beaumont (paru dans Rivarol) :

« Le film ouvertement dreyfusard, J’accuse, (avec le grimaçant Jean Dujardin) a été diffusé en avant-première ce début novembre à l’École militaire, où il a pour l’essentiel été tourné. En salles depuis le 13 novembre, la nouvelle œuvre du fils de Sem, Roman Polanski, produit par un certain Alain Goldman, retrace d’un point de vue monochrome et geignard le parcours du Capitaine Dreyfus.
Le film, présenté avec un grand sens de la nuance comme « retraçant le plus grand scandale antisémite de la fin du XIXe siècle en France » (sic), a été projeté en avant-première à l’École militaire en présence de nombreux haut gradés en extase, dont le chef d’état-major des armées, le général François Lecointre.
Continuer la lecture de « Le scandaleux film de Roman Polanski sur le capitaine Dreyfus, avec la complicité de l’armée (+ émission rétablissant les faits) »

C’était un 14 novembre…

L’image contient peut-être : 1 personne, gros plan1942 . L’amiral Darlan, « dauphin » du Maréchal Pétain, fait une proclamation (après l’invasion de la Zone libre par les Allemands) :

« Habitants de l’Afrique française,

Le 13 novembre, vous avez appris, par la proclamation du général Noguès et la mienne, que j’assurais désormais la responsabilité des intérêts français en Afrique. Aujourd’hui, je viens vous confirmer ces proclamations et vous donner les premières directives.
Continuer la lecture de « C’était un 14 novembre… »

Un émouvant portrait de l’armée française de 14 – 18

Résultat de recherche d'images pour "armée française 1914"

En ce 11 novembre, cet extrait de l’ouvrage Joffre, un âne qui commandait des lions (plus commercialisé), de Roger Fraenkel :

« Cette immense et vibrante armée dont nous sommes légitimement fiers aujourd’hui encore, qui ne serait pris de compassion pour elle ? Avec tous les ces chefs ardents, tous ces cadres pétant le feu, cette troupe de 1914 fringante et patriote, avec nos chers zouaves et nos chasseurs, avec cette masse de jeunes types qui demain vont se réveiller rudes Poilus, avec nos beaux cavaliers et nos artiflots, avec tant de lieutenant Psichari et de lieutenants Péguy, tant de colonels Driant, tant de Guynemer et de René Fonck, tant de généraux Fayolle, Barbot et Gouraud, tant de Castelnau, de Foch et de Pétain et un tel Gallieni ! Et puis surtout, oh oui surtout, tant d’humbles et sublimes bonhommes, du deuxième classe au capitaine, ces humbles qui s’apprêtent au sacrifice solennel de leur vie pour la patrie avec la plus complète abnégation.
Continuer la lecture de « Un émouvant portrait de l’armée française de 14 – 18 »

Un bon film visible ici : « Marie-Antoinette, ils ont jugé la reine »

« Dévoilant les arcanes d’un procès truqué, cette ambitieuse fiction historique livre la chronique rigoureusement documentée des derniers jours de Marie-Antoinette et du basculement de la Révolution dans la Terreur. »

Un film remarquable de précision historique.
Continuer la lecture de « Un bon film visible ici : « Marie-Antoinette, ils ont jugé la reine » »

Italie : un film sur les massacres de Trieste par les rouges (hommes et femmes jetés vivants dans des fosses)

Il s’agit d’un drame dont seuls parlaient jusqu’à présent les nationalistes italiens : le massacre ignoble de milliers de personnes par les communistes italiens et yougoslaves (« partisans ») à la fin de la 2e Guerre mondiale. Mais un film vient de sortir qui met sur le devant de la scène italienne cet épisode tu par la gauche culturelle…
La bande-annonce :

Lu chez la Tribune de Genève :

« Pendant des décennies, l’Italie a oublié les milliers de victimes des massacres commis à la frontière yougoslave à la fin de la Seconde Guerre mondiale. «Red Land – Rosso Istria», sorti la semaine dernière en Italie, veut leur rendre justice.

Évoquant des faits longtemps commémorés par les seuls néofascistes, le film tente de rendre compte de la complexité de ce drame. Il a provoqué de fortes réactions sur les réseaux sociaux.

Entre 1943 et 1947, 5000 à 10’000 Italiens – selon les estimations des historiens – ont été tués dans les territoires repris par les Yougoslaves autour de Trieste. Certains ont été jetés parfois vivants dans les «foibe», de profondes crevasses naturelles, tandis que plus de 250’000 autres ont dû fuir leur foyer.

Continuer la lecture de « Italie : un film sur les massacres de Trieste par les rouges (hommes et femmes jetés vivants dans des fosses) »

C’était un 7 novembre… 1936 : début des massacres de Paracuellos à Madrid

7 novembre 1936 : Début des massacres de Paracuellos à Madrid
Des communistes et républicains, contents d’eux…

« Durant les premières semaines de la bataille de Madrid (novembre-décembre 1936), lors de la guerre d’Espagne, les bolcheviques Républicains espagnols se lancent dans des massacres de masse de leurs prisonniers politiques, suspects d’approuver le soulèvement nationaliste du 18 juillet 1936.

Continuer la lecture de « C’était un 7 novembre… 1936 : début des massacres de Paracuellos à Madrid »

C’était un 6 novembre : la « Révolution d’octobre »

La prise du Palais d'Hiver en octobre 1917
La prise du Palais d’Hiver en octobre 1917

Dans la nuit du 6 au 7 novembre 1917, les bolcheviques s’emparent des principaux centres de décision de la capitale russe, Petrograd (anciennement Saint-Pétersbourg).
Dans la terminologie bolchevique (on dira plus tard communiste), ce coup de force sans véritable soutien populaire est baptisé « Révolution d’Octobre » car il s’est déroulé dans la nuit du 25 au 26 octobre selon le calendrier julien en vigueur dans l’ancienne Russie jusqu’au 14 février 1918.

« Jamais une échauffourée de si petite envergure (une dizaine de morts, d’après les historiens soviétiques) n’a eu des conséquences aussi prodigieuses, et une fois de plus, le sort de la capitale décida de celui du pays tout entier », écrit Léon Poliakov.

Avec seulement quelques milliers d’activistes et une préparation au grand jour, les communistes – farouchement déterminés – arrivent à prendre le pouvoir dans un empire de 130 millions de personnes.

Avis aux amateurs…

Azincourt : comment le film “Le Roi” (Netflix) piétine allègrement la réalité historique

Il ne faudra pas compter sur Macron ou un ministre pour protester ou sanctionner le fournisseur (de néfastes séries et films) Netflix.

Timothée Chalamet incarne pour Netflix le roi d'Angleterre Henry V, vainqueur de la bataille d'Azincourt en 1415. / © NETFLIX

« Un nouveau film, diffusé sur Netflix, revisite Shakespeare et son célèbre « Henry V », en proposant une lecture encore plus fantaisiste des faits historiques ayant conduit en 1415 à la célèbre bataille médiévale d’Azincourt, dans l’actuel Pas-de-Calais.

Continuer la lecture de « Azincourt : comment le film “Le Roi” (Netflix) piétine allègrement la réalité historique »

4 novembre 1956 : intervention soviétique à Budapest

Ce jour, les chars soviétiques entrent à Budapest, après que le nouveau gouvernement – amené par une révolte populaire spontanée débutée le 23 octobre contre la tyrannie communiste – eut fait savoir qu’il voulait quitter le Pacte de Varsovie.
L’aviation et l’artillerie rouges bombardent des poches de résistance ou supposées telles.

Avec le soutien tacite des démocraties occidentales, l’URSS va écraser l’insurrection dans le sang et entamer une sévère répression.

Ci-dessous 15 minutes de séquences vidéos tournées par des amateurs le 23 octobre 1956. Elles montrent que cette journée a commencé par une manifestation pacifique d’étudiants, avant que les communistes ne tirent sur la foule.

Ce jour-là les nouvelles s’étaient répandues rapidement et des émeutes avaient éclaté dans toute la capitale.
La révolte s’était étendue rapidement en Hongrie et avait entrainé la chute du gouvernement.
Des milliers de personnes s’étaient organisées en milices pour affronter l’Autorité de protection de l’État (ÁVH) et les troupes soviétiques.

Source : hungarianambiance.com

C’était un 3 novembre…

1798 : naissance, à  Palerme, de Caroline de Bourbon-Siciles, future duchesse de Berry, fille de François Ier de Naples et mère du comte de Chambord. Femme énergique et romanesque, elle tentera, sans succès, de soulever la Vendée contre le gouvernement bourgeois de Louis-Philippe et sera quelques temps emprisonnée à la citadelle de Blaye.

1897 : naissance à Civens (Loire), du journaliste et historien contre-révolutionnaire, le comte Léon de Montaigne de Poncins,
Continuer la lecture de « C’était un 3 novembre… »

C’était un 2 novembre…

472 : à Rome, le gouverneur des Gaules Olybrius meurt.
Panique dans l’Empire : le pouvoir est vacant, Olybrius a oublié de désigner son successeur. Son nom va devenir alors synonyme de « fanfaron » et d’« étourdi ».

Résultat de recherche d'images pour "odilon de cluny"Xe siècle : instauration du « jour des morts » à travers la Chrétienté.
C’est Odilon, abbé de Cluny en un temps où ce monastère étendait son influence sur l’Europe entière, qui instaure cette commémoration et en fixe la date au 2 novembre (décalée au lundi si cela tombe un dimanche), lendemain de la Toussaint, par un décret que les historiens placent entre 998 et 1031.

Continuer la lecture de « C’était un 2 novembre… »

C’était un 1er novembre…

1347 : la peste est à Marseille. Les responsables du port de Marseille acceptent un bateau génois dont ils savent pourtant qu’il est porteur de la peste… L’épidémie va se développer dans toute l’Europe et tuer en quelques mois jusqu’à 40% de la population de certaines régions européennes. Elle ressurgit par épisodes ici ou là.
En quatre ans, 25 à 40 millions d’Européens vont néanmoins mourir de la «Grande Peste» ou «Peste noire».

Continuer la lecture de « C’était un 1er novembre… »

Bonne fête de la Toussaint !

C’est, dans l’Eglise catholique, la fête de tous les saints connus et inconnus (ceux qui peuplent le Ciel, « l’Église triomphante »). Elle est célébrée le 1er novembre.

« La solennité de tous les saints nous met devant les yeux la foule immense des rachetés, pour nous dévoiler l’avenir auquel nous sommes appelés. Elle doit aussi nous rendre conscients de notre solidarité avec ceux qui nous ont précédés victorieusement dans le monde invisible. Vivant près de Dieu, ils intercèdent pour nous ; ils sont des puissances dans nos vies. »

Le 2 novembre, c’est « le jour des morts » : pensez à eux, priez pour eux, tâchez ces jours-ci de vous recueillir au cimetière sur les tombes de vos proches ou parents.

Tableau d'Emile Friant

Continuer la lecture de « Bonne fête de la Toussaint ! »

Grande collecte des archives de la Grande Guerre par la BNF

À l’occasion du centenaire de l’armistice du 11 novembre 1918, une nouvelle collecte sur la Grande guerre se déroulera du 5 au 11 novembre 2018.

Organisée depuis 2013 par les Archives de France en partenariat avec la Mission du centenaire de la Première Guerre mondiale et la Bibliothèque nationale de France, la Grande Collecte est une opération nationale de collecte appelant tous les citoyens à présenter aux services d’archives partenaires leurs archives personnelles liées à une thématique donnée. Certains de ces documents sont ensuite numérisés puis mis en ligne sur le site de la Grande Collecte. Continuer la lecture de « Grande collecte des archives de la Grande Guerre par la BNF »