Le Qatar paye des faux supporters asiatiques pour sa coupe du monde de football (video)

Fabuleux.
Le Qatar prend tout le monde pour des idiots, et il n’a pas tort, car peu dénoncent cette farce (y compris sur le plan écologique).
La France est quant à elle désormais « tenue » économiquement par ce pays (riche simplement car nous lui achetons son pétrole…).

4 novembre 1956 : intervention soviétique à Budapest

Tout d’abord, rappelons que le 23 octobre 1956 avait commencé une insurrection pacifique.
Ce jour-là avait débuté par une manifestation pacifique d’étudiants, avant que les communistes ne tirent sur la foule.
L’information selon laquelle des manifestants avaient été tués s’était répandue rapidement et des émeutes avaient éclaté dans toute la capitale.

Après quoi la révolte s’était étendue rapidement en Hongrie et avait entraîné la chute du gouvernement et le départ du chef local du Parti communiste Matthias Rakosi (né Rosenfeld).
Des milliers de personnes s’étaient organisées en milices pour affronter l’Autorité de protection de l’État (ÁVH) et les troupes soviétiques.

Ce jour du 4 novembre, donc, les chars soviétiques entrent à Budapest, après que le nouveau gouvernement – amené par la révolte populaire spontanée débutée 11 jours plus tôt contre la tyrannie communiste – a fait savoir qu’il voulait quitter le Pacte de Varsovie.
L’aviation et l’artillerie rouges bombardent des poches de résistance ou supposées telles.

Avec le soutien tacite des démocraties occidentales, l’URSS va écraser l’insurrection dans le sang et entamer une sévère répression.

Un petit documentaire pas mal fait, contenant des images d’archives :

Source : hungarianambiance.com

Disneyland de Changhaï : des dizaines de milliers de visiteurs piégés suite à un cas de Covid

Dans sa ville la plus peuplée, le régime communiste chinois (à divers égards le modèle des régimes occidentaux actuels) maintient sa politique « 0 Covid », qui ne dépareille pas d’avec son habituelle tyrannie :

« Un cauchemar digne d’Halloween. Depuis lundi, des dizaines de milliers de visiteurs du parc Disneyland Shanghai se retrouvent enfermés dans le parc d’attractions après la découverte d’une seule personne positive au coronavirus. Un confinement d’urgence décrété par les autorités chinoises, obligeant les visiteurs à présenter un test négatif au Covid-19 pour en sortir.

Des familles entières venues fêter Halloween pour qui la soirée s’est terminée en enfer. Plus de 67.000 touristes se sont retrouvés pris au piège après la découverte d’un seul cas positif de Covid-19 au parc Disneyland de Shanghai. Depuis, les images de ces dizaines de milliers de touristes pris de panique et qui tentent de sortir du parc font le tour des réseaux sociaux. »

Continuer la lecture de « Disneyland de Changhaï : des dizaines de milliers de visiteurs piégés suite à un cas de Covid »

“Pas de gars sérieux avant 30 ans”: le conseil de Joe Biden à une jeune fille… (video)

« Ce vendredi 14 octobre, Joe Biden était en visite au Irvine Valley College à Irvine, en Californie, où il a présenté les plans de son administration pour réduire l’inflation et le coût des médicaments. Mais ce n’est pas son discours qui a fait parler de lui. Au moment de prendre des photos avec les élèves qui s’étaient rassemblés pour l’écouter, le président américain a posé son bras sur l’épaule d’une jeune fille avant de lui tenir des propos inattendus et jugés malvenus.

“J’ai toujours dit à mes filles et à mes petites-filles une chose très importante: pas de gars sérieux avant 30 ans”, glisse-t-il à l’oreille de l’écolière en se penchant vers elle. “Ok”, lui répond-elle en riant, visiblement gênée. “Je garderai ça en tête ». » (source)

Quel vieux pervers…
Et il se vante de donner ce « conseil » tordu, le contraire du bon sens, à ses filles et petites-filles !

PS : on remarquera l’agent du « secret service » qui essaie de mettre fin à cette séquence qu’il sent gênante.

Marioupol : le monument aux victimes de l’Holodomor démantelé

Le terme d’Holodomor désigne le génocide d’environ 6 millions d’Ukrainiens, par le moyen d’une famine organisée, sous Staline. Personne de sérieux n’en conteste la sinistre réalité, ni son caractère délibéré.

Mais l’agence officielle russe Ria Novosti rapporte :

« Les autorités de Marioupol ont démantelé le mémorial « Aux victimes de l’Holodomor », installé il y a 18 ans dans le centre-ville non loin du théâtre dramatique.

Continuer la lecture de « Marioupol : le monument aux victimes de l’Holodomor démantelé »

Italie : la droite nationale-populiste arrive au pouvoir

Ce dimanche avaient lieu en Italie les élections législatives.

Comme attendu, elles ont vu la victoire du parti « Fratelli d’Italia » (« Frères d’Italie »), dirigé par Georgia Meloni, avec 26% des voix.

Elle devrait accéder au poste de président du Conseil des ministres (l’équivalent de Premier ministre) avec ses alliés de la Lega (dirigée par Matteo Salvini, en recul ces dernières années, avec 9%) et le parti Forza Italia de l’oligarque affairiste de « centre-droit » Silvio Berlusconi (8,3%). Leur coalition emporte un large succès et dispose de la majorité absolue dans les deux chambres du parlement italien.

On peut qualifier le parti de Meloni de « droite nationale », mais il n’est pas nationaliste (il ne propose par exemple pas la sortie de l’Union européenne ni une large remigration) et encore moins « néofasciste » comme se lamentent les gauchistes les plus atteints (alors que Meloni est tout à fait acquise à la démocratie). Mais ses origines remontent au Mouvement social italien (MSI), créé en 1946 et effectivement post-fasciste, qui a muté en Alliance nationale (et dont le chef, le pitoyable Gianfranco Fini, a tout renié) et dont « Fratelli d’Italia » est issu.
Le parti de Meloni a d’ailleurs conservé sans crainte le logo du MSI : une flamme tricolore.
Oui, le FN français prit le même emblème à sa création, en 1972.

Même si le programme et le discours de Georgia Meloni ne sont guère radicaux, elle est bien plus à droite que Marine Le Pen sur les questions de société, de famille, de religion. Ce qui n’est pas dur…

Aujourd’hui réjouissons-nous de l’évolution de l’Italie vers la vraie droite et dégustons quelques larmes de sales gauchistes.

Cette tarée gauchiste complaisamment relayée par France Inter raconte n’importe quoi… Hélas !

 

L’ethnisme contre le jihadisme – par Bernard Lugan

Djihadisme en Afrique | TV5MONDE - Informations

Editorial de Bernard Lugan dans le dernier numéro de son bulletin électronique l’Afrique réelle :

« Pour l’Occident, une société est « évoluée » dans la mesure où elle adopte ses « valeurs » : rapports égalitaires entre les hommes et les femmes, reconnaissance de l’homosexualité, LGBT, théorie du genre, démocratie, droits de l’homme etc.
Pour une grande partie des Africains, tout cela n’est que perversion. Pour les jihadistes il s’agit de diablerie. L’incompréhension est donc totale.
Un exemple : comme l’école occidentale est postulée fabriquer des mécréants, un jihad de purification est donc nécessaire contre elle. Voilà pourquoi Boko Haram enlève et tue les écoliers.
Nous sommes loin de l’ « école de la République » et de l’ « école émancipatrice », mais bien face à une incommunicabilité référentielle. Dans ces conditions, tout ce que nous pouvons faire contre le terrorisme jihadiste ouest africain est vu comme une croisade ou comme une nouvelle colonisation.

Continuer la lecture de « L’ethnisme contre le jihadisme – par Bernard Lugan »

C’était un 1er août…

1291: naissance de la Suisse. Les représentants des cantons de Schwyz, d’Uri, d’Unterwald et, selon la légende, Guillaume Tell, promettent de délivrer leur pays de l’emprise des Habsbourg : c’est le serment du Grütli.
Cet événement est considéré comme la naissance officielle de la Confédération helvétique.
Depuis 2006, les autorités s’évertuent à bannir toute participation ou rassemblement dit « d’extrême-droite » sur cette fameuse plaine, à cette date.

1793 : phénomène unique dans l’histoire, ce sont les élus d’un Peuple souverain qui, le 1er août 1793, à l’unanimité votent une loi de déportation et de destruction totale par le feu et par le fer d’un pan entier d’un territoire, la Vendée (à cheval sur le Poitou, l’Anjou et la Bretagne) dont ils sont les représentants. Déçus des résultats obtenus par l’application de cette première loi génocidaire, ils votent à l’unanimité une seconde loi d’extermination de la population le 1er octobre 1793.
Ces deux lois votées à l’unanimité par des révolutionnaires convaincus, en conscience, de leur bon droit et de leur devoir de salut public, sont publiées au Journal officiel de l’époque. Elles sont sans ambiguïté, tant au niveau de la destruction des biens que de l’élimination de la population. Les mots parlent d’eux-mêmes : « Soldats de la Liberté. Il faut que les brigands de la Vendée soient exterminés avant la fin du mois d’octobre : le salut de la patrie l’exige ; l’impatience du peuple français le commande ». Quelques jours plus tard, des ordres précisent que par « Brigands » on entend tous les habitants résidents de Vendée et qu’il faut de préférence éliminer les femmes, « Sillons reproducteurs », et les enfants, « Car futurs brigands ». Ainsi, les Vendéens ont été exterminés, non pas pour ce qu’ils ont fait ou pour ce qu’ils croient, mais pour ce qu’ils sont, du simple fait qu’ils existent.

Union européenne : les pays européens achètent leur matériel militaire hors d’Europe

F35, de Lockheed Martin

Il y a quelques mois, l’Allemagne – bien qu’élément central de la funeste Union européenne –  a commandé 35 avions F35 chez Lockheed Martin (USA). Pourtant, le Rafale français rivalise aisément avec le F35, et coûte moins cher.

Maintenant, c’est la Pologne qui achète d’un côté 250 chars Abrams (moins bon que le Leclerc français) aux Etats-Unis et de l’autre commande à la Corée 1000 blindés K2, autant de pièces K9 de 155mm, ainsi que 50 chasseurs FA50 !

Bref, l’Union européenne ne correspond à aucune solidarité réelle (le couple franco-allemand existe généralement au détriment de la France), et le fait que Macron, avec son idéologie cosmopolite et décadente, indispose des pays plus normaux que le nôtre, se paye cher.

Mort d’un deuxième Français de droite en Ukraine

Sébastien Landes, dit « le Français », est tombé en Ukraine, à l’âge de 28 ans.

Parachutiste dans l’armée française, il avait servi en Irak et en Syrie. Il avait séjourné ensuite au Koweït, puis en Syrie, cette fois pour le compte de la DGSE.
Revenu à la vie civile, Sébastien s’est engagé en avril 2022 comme éclaireur au sein du bataillon nationaliste ukrainien Karpatska Sich.
Ses frères d’armes disent de lui qu’il était un nationaliste et un combattant exemplaire.

Source

Assassinat de l’ex Premier ministre japonais Shinzo Abe

Abe shinzo
Shinzô Abe (Wikimedia Commons)

Celui qui fut un remarqué Premier ministre du Japon de 2012 à 2020 a été abattu par balle, par un homme aux motivations flous, alors qu’il prononçait un discours électoral (bien qu’il soit retraité). Il était âgé de 67 ans.
Il était « nationaliste », au sens large, ce qui était une nouveauté remarquable et remarquée dans un pays traumatisé par sa défaite en 45 et par la culpabilisation qu’il subit.

« Cet homme était un conservateur convaincu sur les questions sociétales et un néo-libéral sur le plan économique. Ses croyances idéologiques ont ainsi posé de nombreux problèmes au Japon ou à l’étranger. Il était par exemple favorable à la révision de l’article 9 de la constitution japonaise. Celle-ci dit clairement que le Japon « renonce à jamais à la guerre en tant que droit souverain de la nation, ou à la menace, ou à l’usage de la force comme règlement des conflits internationaux. ». La constitution empêche encore aujourd’hui le Japon d’avoir une armée. Mais elle a été contournée au fil du temps avec, entre autres, la création des Forces d’Autodéfense Japonaise (FAD).
(…)
Face à ce flou juridique que pose les forces d’autodéfense, Shinzô ABE voulait modifier l’article 9. Mais devant une opinion publique défavorable à ce changement, il n’a pas pu aller au bout de son projet. Des lois ont néanmoins été publiées pour élargir le champ d’action de ces forces, et ainsi il a pu réinterpréter l’article 9 sans pour autant être anticonstitutionnel.
De plus il se rendait régulièrement au sanctuaire Yasukuni. Ce lieu symbolique a été érigé en hommage aux victimes Japonaises pendant des conflits. Mais depuis 1978 le nom de quatorze criminels de guerre jugés lors des procès de Tokyo pour crimes contre l’humanité ou de guerre avait été rajoutés dont le plus connu Hideki TÔJÔ. Pour les anciennes colonies du Japon comme la Chine ou la Corée, la visite annuelle des Premiers Ministres japonais à ce sanctuaire est perçue comme un déni de la souffrance subie par les populations locales et des crimes commis par les troupes japonaises.
(…)
En dépit de ce qui a pu être dit plus haut, l’ancien Premier Ministre conserva tout au long de son mandat une popularité assez importante. (…) » (source : Journal du Japon)

Notez le début du dernier paragraphe de l’extrait de ce magazine en ligne spécialisé sur le Japon : « En dépit de ce qui a pu être dit plus haut ».
Les sales gauchistes qui tiennent ce magazine reprochent au défunt homme politique ce qui fait qu’ils aiment le Japon : une politique qui donne un pays dynamique, ayant gardé son identité, son originalité, et s’est préservé de l’immigration massive.
Ils sont incohérents et stupides, comme d’habitude.

États-Unis : la Cour suprême redonne aux États la possibilité d’interdire l’avortement !

Formidable nouvelle (pour une fois) !
La culture de mort en prend un coup,  de même que le mythe du « sens de l’histoire » gauchiste, contre lequel on ne pourrait aller selon… la gauche.

Evidemment, ce n’est pas une complète victoire de la morale la plus élémentaire (ne pas tuer l’être humain le plus innocent qui soit) : dans de nombreux états américains, des bébés innocents vont continuer à être tués dans le ventre de leur mère, parfois jusqu’à la veille de l’accouchement !

Mais c’est un grand cap qui vient d’être franchit.
Dans certains états, les bébés seront donc protégés des infanticides pré-nataux, et les mères ne commettront pas un acte qui les blessera terriblement elles-mêmes pour le reste de leur vie.

« Dans une volte-face historique, la Cour suprême des États-Unis à majorité conservatrice a enterré ce vendredi 24 juin un arrêt qui, depuis près d’un demi-siècle, garantissait le droit [sic] des Américaines à avorter mais n’avait jamais été accepté par la droite religieuse.
Cette décision ne rend pas les interruptions de grossesse illégales, mais renvoie les États-Unis à la situation en vigueur avant l’arrêt emblématique «Roe v. Wade» de 1973, quand chaque État était libre de les autoriser ou non. » (source)

Pour reprendre la façon de parler des « progressistes » (en particulier les gros médias), la France est désormais « en retard » sur les Etats-Unis dans la défense de la vie.