Le point sur l’élection américaine, et ses enjeux

Plus de deux semaines après le scrutin, l’élection présidentielle aux Etats-Unis n’a pas encore abouti, et il n’est pas dit que Joe Biden en sorte vainqueur. Mais voyons d’abord en quoi elles peuvent concerner le reste de la planète.

D’abord, très concrètement, cette nation se prend depuis des décennies pour le « gendarme du monde » et n’hésite pas à agresser d’autres pays, voire à provoquer des déstasbilisations graves de régions entières du monde (comme avec la guerre contre l’Irak), afin d’étendre son empire, d’exporter un modèle politique démocratique (propice aux manipulations et à la domination de la Finance), de servir la politique étrangère de l’Etat d’Israël ou de répondre aux intérêts de l’« État profond » américain.
Presque tous les pays peuvent donc se sentir concernés – même indirectement – par ce qui se passe à Washington.
Or, Donald Trump avait annoncé pendant sa campagne de 2016 vouloir rompre avec cette manie d’ingérence belliqueuse et il avançait, de fait, un certain isolationnisme. Force est de constater, qu’en dépit de ses déclarations tonitruantes et de certaines rodomontades qui peuvent inquiéter, son bilan n’est pas comparable avec celui de ses prédécesseurs, même s’il est toujours excité contre l’Iran, pour plaire à Israël.

Par ailleurs, les États-Unis sont, depuis la 2e Guerre mondiale surtout, le cœur du mondialisme, du cosmopolitisme et de tout ce que l’on peut y rattacher : uniformisation culturelle, abrutissement télévisuel, brassage ethnique, mouvement homosexualiste, théorie du genre…
Continuer la lecture de « Le point sur l’élection américaine, et ses enjeux »

États-Unis : des déclarations d’impôts révèlent que l’association caritative contre le cancer de Joe Biden a dépensé des millions en salaires, zéro en recherche

Ce type et son camp sont des escrocs.

« Une organisation caritative de lutte contre le cancer, créée par Joe Biden, ne donne pas d’argent à la recherche et consacre la majeure partie de ses contributions aux salaires de son personnel, comme le montrent les dossiers fédéraux.

Continuer la lecture de « États-Unis : des déclarations d’impôts révèlent que l’association caritative contre le cancer de Joe Biden a dépensé des millions en salaires, zéro en recherche »

Etats-Unis : les journalistes « démocrates » font des listes d’opposants

C’est aux Etats-Unis mais cela illustre bien l’hypocrisie, la folie haineuse et le totalitarisme de la gauche, qui sont bien internationales.

Cette Jennifer Rubin est « journaliste » pour les questions politique et d’« éducation » au Washington Post, quotidien propriété de Jeff Bezos (le patron du monstrueux Amazon).

Voici ce qu’elle s’est autorisé à écrire sur twitter, alors que de lourds soupçons de fraude planent sur le scrutin :

« Chaque Républicain [pro-Trump – NDCI] promouvant le refus d’une élection ou appelant à ne pas suivre la volonté des électeurs ou faisant des allégations de fraude sans fondement ne devrait jamais travailler en bureau, rejoindre un conseil d’administration, trouver un poste à l’université ou être accepté dans une société « polie ». Nous avons une liste ».

 

Un Américain blanc pro-Biden confronté à ses amis… (video)

Un Américain blanc affichant un drapeau pro Joe Biden pense que cela va le protéger des hordes afro-gauchistes en train de piller la ville. « Soyez pacifiques » dit-il… et ils répondent que c’est du suprémacisme blanc que d’expliquer a des « minorités » comment elles doivent manifester, qu’ils se foutent de son « avis de cul blanc ». Il finit par se faire frapper et voler son téléphone.

4 novembre 1956 : intervention soviétique à Budapest

Ce jour, les chars soviétiques entrent à Budapest, après que le nouveau gouvernement – amené par une révolte populaire spontanée débutée le 23 octobre contre la tyrannie communiste – eut fait savoir qu’il voulait quitter le Pacte de Varsovie.
L’aviation et l’artillerie rouges bombardent des poches de résistance ou supposées telles.

Avec le soutien tacite des démocraties occidentales, l’URSS va écraser l’insurrection dans le sang et entamer une sévère répression.

Ci-dessous 15 minutes de séquences vidéos tournées par des amateurs le 23 octobre 1956. Elles montrent que cette journée a commencé par une manifestation pacifique d’étudiants, avant que les communistes ne tirent sur la foule.

Ce jour-là les nouvelles s’étaient répandues rapidement et des émeutes avaient éclaté dans toute la capitale.
La révolte s’était étendue rapidement en Hongrie et avait entrainé la chute du gouvernement.
Des milliers de personnes s’étaient organisées en milices pour affronter l’Autorité de protection de l’État (ÁVH) et les troupes soviétiques.

Source : hungarianambiance.com

USA : un petit Blanc de 5 ans exécuté par un Noir. Indifférence médiatique

En Caroline du Nord, dimanche, le petit Cannon Hinnant, 5 ans, a été abattu de sang-froid, alors qu’il faisait de la bicyclette devant la maison de son père.
L’assassinat a eu lieu devant les sœurs de l’enfant, âgées de 7 et 8 ans.
Le tueur est Darius Sessoms, voisin le plus proche. Les deux familles se connaissent depuis longtemps et, si le motif du crime n’est pas encore officiellement connu, l’entourage du petit Blanc a dit que celui-ci avait roulé sur la parcelle de Sessoms.
Cet afro-américain s’est dirigé vers le garçon et l’a abattu d’une balle dans la tête.

On comparera avec le traitement médiatique de l’affaire George Floyd, drogué mort lors d’une interpellation qui n’avait rien de raciste.

Dans le cas du petit Cannon Hinnant, inversez les races et c’est la seule chose dont on aurait parlé pendant 1 mois.

Source

Juan Carlos, roi mondialiste et corrompu, fuit l’Espagne

Le général Franco, après avoir sauvé l’Espagne du communisme (et par le même coup peut-être l’Europe) et de la décadence morale, a voulu transmettre le pouvoir.
Il décida de rétablir la monarchie, une monarchie traditionnelle et chrétienne.
Ce fut « Juan Carlos » qui monta ainsi facilement sur le trône et à qui il ne fallut pas longtemps pour trahir celui à qui il le devait ainsi que sa mission, son rôle :
Continuer la lecture de « Juan Carlos, roi mondialiste et corrompu, fuit l’Espagne »

1er août… 1291 : naissance de la Suisse

Les représentants des cantons de Schwyz, d’Uri, d’Unterwald et, selon la légende, Guillaume Tell, promettent de délivrer leur pays de l’emprise des Habsbourg : c’est le serment du Grütli.
Cet événement est considéré comme la naissance officielle de la Confédération helvétique.
Depuis 2006, les autorités s’évertuent à bannir toute participation ou rassemblement dit « d’extrême-droite » sur cette fameuse plaine, à cette date.

Chypre, et la Turquie à l’assaut de l’Europe (émission)

Emission diffusée en direct sur Radio Courtoisie le 2 juillet, à l’occasion de la sortie du livre de Jean-Claude Rolinat, « Chypre, l’épine turque dans le talon européen », un nouvel ouvrage très intéressant sur l’histoire de Chypre mais aussi de la Turquie d’Erdogan, qui sème le trouble en Méditerranée.
On peut se le procurer ici.

Présentation du livre par l’éditeur :

Continuer la lecture de « Chypre, et la Turquie à l’assaut de l’Europe (émission) »

Sainte-Sophie : première prière islamique et premier prêche, sabre à la main…

First Muslim prayers held in Hagia Sophia after 85 years

Sainte-Sophie, qui fut cathédrale de Constantinople pendant presque mille ans avant la chute de la capitale aux mains des Turcs ottomans, est de nouveau devenue une mosquée (après un intermède de 86 ans comme musée), par la volonté du nouveau Sultan Erdogan.

Ce vendredi la première grande prière s’est tenue.

«  Cinq cents personnes ont été conviées au «programme d’ouverture de la Mosquée Sacrée de la Grande Sainte-Sophie», le nouveau nom des lieux, en présence du président, Recep Tayyip Erdogan. Ministres, chefs de parti, représentants d’association, journalistes proches du pouvoir avaient reçu ces derniers jours leur carton d’invitation. […]

Continuer la lecture de « Sainte-Sophie : première prière islamique et premier prêche, sabre à la main… »

Chypre et la Turquie : un nouveau livre qui tombe bien

L’écrivain Jean-Claude Rolinat vient de signer un nouveau livre très intéressant sur l’histoire de Chypre mais aussi de la Turquie d’Erdogan, qui sème le trouble en Méditerranée.

On peut se le procurer ici.

Présentation de l’éditeur :

« Vaste île de la Méditerranée, la belle Chypre, qui fut un temps royaume franc, est dotée d’une histoire singulière et d’un avenir incertain.
Elle se trouve actuellement au centre d’enjeux ethniques, militaires, géopolitiques et civilisationnels d’importance.
Partagée – dans la violence – entre Grecs et Turcs, elle est la cible de l’appétit vorace d’un Erdogan aux allures de nouveau sultan.
Jean-Claude Rolinat, éloquent écrivain-voyageur de retour de l’île, nous en propose une présentation vivante et aborde sans détours la crise qui risque d’éclater prochainement.
Il revient aussi de façon synthétique sur l’histoire récente de la Turquie, permettant de mieux comprendre cet État qui va fortement troubler le monde méditerranéen. »

Constantinople occupée : la basilique Sainte-Sophie reconvertie en mosquée

Le président turc Erdogan se rêve en nouveau sultan et son programme conjugue impérialisme et islamisation.

Cet acte grave, dans l’ancienne capitale de l’Empire romain d’Orient tombée aux mains des Ottomans dans des conditions horribles, est symboliquement très fort…

Image illustrative de l’article Sainte-Sophie (Constantinople)

Lu dans Le Point :

« Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé vendredi 10 juillet l’ouverture de l’ex-basilique Sainte-Sophie à Istanbul aux prières musulmanes après qu’un tribunal a annulé son statut de musée, ouvrant ainsi la voie à sa transformation en mosquée. Le Conseil d’État, plus haut tribunal administratif de Turquie, a accédé vendredi à la requête de plusieurs associations en révoquant une décision gouvernementale datant de 1934 conférant à Sainte-Sophie le statut de musée.
Continuer la lecture de « Constantinople occupée : la basilique Sainte-Sophie reconvertie en mosquée »

Xi, Erdogan : les dictateurs qui piétinent l’Occident

Tribune d’Olivier Piacentini (ses livres ici) pour Contre-info :

« La crise du coronavirus a véritablement affaibli l’Occident à un point tel que nos ennemis ne cachent même plus leurs intentions.
Turquie et Chine avancent leurs pions, piétinent l’Occident, n’ont que faire du droit international, des incantations de l’Union Européenne, de la Communauté internationale.
Eux agissent, à visage découvert, ils ne craignent plus personne.
La Chine a promulgué une loi sécuritaire pour « normaliser » Hong Kong, la soumettre au droit chinois commun, à savoir celui d’une dictature totalitaire impitoyable : il faut rappeler que depuis son retour dans le giron de Pékin en 1997, après des décennies de protectorat britannique, Hong Kong bénéficiait d’un statut dérogatoire qui maintenait les libertés publiques en l’état. Statut que Pékin s’emploie depuis maintenant deux ans à démolir, et qui y est parvenu, désormais :
dès l’annonce de la promulgation de la loi sécuritaire, plusieurs centaines d’opposants ont été interpellés, pour avoir porté des tee-shirts appelant à la révolte, ou pour s’être exprimé sur les réseaux sociaux.
Les injonctions de l’Union Européenne, de la Grande Bretagne, doivent faire ricaner Xi, plutôt que l’angoisser.
Xi a désormais la main, sans que personne ne semble en mesure de s’opposer à ses ambitions.
La seule chose que Johnson ait pu faire, c’est accorder aux Hong-Kongais qui le veulent le statut de réfugié politique.
Continuer la lecture de « Xi, Erdogan : les dictateurs qui piétinent l’Occident »