Marseille est maintenant dirigée par l’extrême-gauche : « Marseille appartient à qui vient du large »

Le gros satrape LR Jean-Claude Gaudin, franc-maçon, militant homosexualiste et proche du mafieux Pasqua, a remis l’écharpe de maire à la gauchiste Rubirola

La première phrase du discours d’installation du nouveau maire, la pseudo-écologiste Michèle Rubirola, fut :  « Marseille appartient à qui vient du large ».

Il s’agit d’une citation de Blaise Cendrars sortie de son contexte et choisie à dessein pour exprimer le projet de la gauche : offrir la France à toute immigration possible en échange de voix.
En réalité Marseille n’appartient qu’aux Français, particulièrement à ceux qui vivent sur place. Enfin, théoriquement.

PS : la tête de file LR au Conseil municipal, talonnant  la Rubirola, a refusé que les voix des élus RN se portassent sur lui.

Goussainville : Le candidat communautaire, probablement fiché S pour radicalisme islamique, élu maire de la ville

Goussainville, 30.000 habitants, dans le Val d’Oise sera administrée pendant les 6 prochaines années par un maire communautaire, Abdelaziz Hamida, dont une rumeur persistante a dit qu’il était fiché S pour radicalisme islamique. En effet, c’est ce que l’express du 26 septembre 2019 affirmait, disant même : « Abdelaziz Hamida est réputé proche du mouvement fondamentaliste Tabligh, une organisation dont le nom a été cité dans le dossier judiciaire de la filière djihadiste de Lunel » Le néo-maire a certes porté plainte contre l’hebdomadaire, mais l’Express ne s’est pas rétracté pour autant, son article étant toujours en ligne !

Quoiqu’il en soit, Hamida qui se promenait en djellaba jusqu’en 2010, quand il présenta sa liste -qui ne peut être légalement composée que de Français-, n’hésita pas à dire : « On a des Français, des Turcs, des Noirs, des Arabes » ce qui lui avait valu ce tweet très naïf de Valérie Pécresse :

Continuer la lecture de « Goussainville : Le candidat communautaire, probablement fiché S pour radicalisme islamique, élu maire de la ville »

Municipales à Sarcelles : le candidat Pupponi va se prosterner à la mosquée (MàJ : battu !)

Mise à jour du 29 juin 2020 :

La vile manoeuvre du député ne lui a pas servi, puisqu’il est sechement battu, obtenant 42 % des voix contre 58 % pour son ex-adjoint.


La politique politicienne, où les intérêts des politicards priment sur l’intérêt commun, est parfois compliquée.
Ainsi, à Sarcelles, l’ancien maire et actuel député PS François Pupponi affronte pour les municipales son ancien premier-adjoint et actuel maire, Patrick Haddad, qui a l’investiture PS…
Le combat est fratricide, comme le rappelle cet article du JDD. Tout cela se passe à Sarcelles, villes où de multiples communautés se juxtaposent… Aussi, ces candidats sont prêts à tout pour glaner des voix, d’autant qu’au niveau des idées rien ne les distingue.
Pensant sans doute qu’il a perdu l’importante communauté juive, François Pupponi mise sur la communauté musulmane… et va se prosterner à la mosquée. Lui, qui il y a encore 6 mois ne cessait de nous alerter sur le danger du communautarisme et plus particulièrement musulman…

Sibeth Ndiaye ne sait pas si c’est bien ou pas de jeter des pierres sur les forces de l’ordre

Nous vivons tout de même un moment politique fabuleux, avec la Macronie.

Tenez, hier, le fameux porte-parole du gouvernement, l’africaine Sibeth Ndiaye, répondait à un journaliste :
« Je ne saurai pas expliquer aujourd’hui, à mes enfants par exemple, s’il est normal ou pas de jeter des pierres sur les forces de l’ordre. »
Extraordinaire propos d’un des principaux représentants de l’Etat, d’un porte-parole du régime, disant cela publiquement à propos de la police, qui est notamment là pour défendre ce régime justement !

Entre ça et le Castaner qui piétine publiquement l’édifice juridique français

Patrick Balkany s’amuse à la fête de la musique (video)

Le politicien pourri (LR) Patrick Balkany s’amuse bien à la fête de la musique, après avoir mis la France dans une m… noire.

Il avait été libéré en février au bout de 5 mois de prison seulement, pour « raisons de santé », alors qu’il devait en faire trois ans.
Maintenant que ça va mieux, il pourrait peut-être « payer sa dette à la société » ?

Pourquoi Castaner a-t-il été flanqué de Laurent Nuñez ? Le véritable motif, tu par les médias

Il arrive, mais c’est peu commun, que le ministre de l’Intérieur soit flanqué d’une sorte de numéro 2 officiel, comme c’est le cas entre l’ignoble et vulgaire Christophe Castaner et le plus réservé Laurent Nuñez (qui a droit, lui, à son tilde sur le « n » dans les documents officiels de la République, contrairement aux Bretons…).
Le ministre de l’Intérieur est dirigé par un duo.
Qu’est-ce qui explique cette incongruité apparente ?

Le problème est simple.
Macron a voulu mettre un politicien ami à la tête de cette institution capitale, quelqu’un qui lui soit fidèle, doublé d’un « parleur ».
Or Castaner, on le sait, n’est pas très intelligent ni cultivé (ses camarades le surnomment « Rantanplan », mais il est roublard, il a été formé dans les bars louches de Marseille où il fréquentait la pègre, c’est un kéké, qui suit les modes et aime « draguer ». Et il n’est pas franc-maçon, contrairement à ce qui a pu être dit sur certains sites : il est […] pour ça.

Photomontage Contre-info (la photo de Castaner avec sa coupe « mulet » étant hélas authentique).

Il n’est pas doué pour les dossiers, il ne maîtrise pas son sujet ; voyez comme Nuñez doit le reprendre publiquement devant une commission parlementaire :

Castaner n’a pas de passé dans la police ou le corps préfectoral.
Bref, Macron le voulait là pour des raisons politiciennes, ou pire encore, mais cela risquait fort de ne pas passer auprès de la police, de la gendarmerie et des différentes services du Ministère ne comprenant pas quelle est sa légitimité et le trouvant tout simplement trop […].

Continuer la lecture de « Pourquoi Castaner a-t-il été flanqué de Laurent Nuñez ? Le véritable motif, tu par les médias »

Affaire Fillon : le juge rouge Houlette confirme la machination et donc l’élection faussée de Macron

L’image contient peut-être : 2 personnes, gros plan

Bon, Fillon mérite d’être condamné pour le mal énorme qu’il a fait à la France au sein de la fausse droite (celle qui s’est alliée régulièrement aux socialistes contre les patriotes), notamment en tant que Premier ministre du criminel Sarközy.
Mais les faits qui s’établissent montre bien les machinations minables de la vie politicienne démocratique et le rôle honteux de la « justice ».

Olivier Piacentini (livres ici) écrit :

« Madame Houlette, ancienne patronne du Parquet National Financier, vient enfin d’avouer, et devant l’Assemblée, Nationale, s’il-vous-plait : oui, elle a subi des pressions pour accélérer les procédures contrer François Fillon lors de la campagne présidentielle de 2017.
Des pressions qui l’auraient obligée à ouvrir une information judiciaire, alors qu’elle n’en était qu’au stade de l’enquête préliminaire, et que selon ses dires, elle n’avait pas assez d’éléments pour aller plus loin.
Madame Houlette avait jusqu’à présent affirmé qu’elle n’avait subi aucune pression dans cette affaire : elle était en poste, elle ne l’est plus, ceci explique sans doute cela…
Continuer la lecture de « Affaire Fillon : le juge rouge Houlette confirme la machination et donc l’élection faussée de Macron »

Macron et Assa Traoré avaient le même employeur !

Le monde est parfois petit ! Ainsi, si nous savions qu’avant d’être président, Macron était employé chez la banque Rotschild, un article de Causeur nous apprend qu’Assa Traoré travaillait à l’Oeuvre de protection des enfants juifs-Baron Edmond de Rothschild, contrat qui a pris fin en décembre 2019. Il ne s’agit certes pas juridiquement du même employeur, la banque étant distincte de l’association caritative, mais on voit très clairement les mêmes réseaux !

D’ailleurs, nous dit Causeur, l’employeur d’Assa Traoré était très complaisant avec son employée. Celle-ci étant en arrêt-maladie depuis la mort de son frère Adama (en juillet 2016), bien que depuis cette date, elle eût une activité militante débordante (meetings, interview, manifestations, écriture d’un livre, etc etc). On comprend pourquoi, dans son livre en dernière page, elle « remercie la fondation Opej pour sa compréhension et son soutien » (OPEJ : Oeuvre de protection des enfants juifs-Baron Edmond de Rotschild).

Continuer la lecture de « Macron et Assa Traoré avaient le même employeur ! »

Regardez à quoi en sont réduits les politiciens communistes (video)

Ils sont prêts à tout, prêts à faire la danse du ventre pour essayer de capter un nouvel électorat, après que le prolétariat français, ou ce qu’il en reste, soit passé au camp national.
Ici Jean-Paul Lecoq, le candidat communiste à la mairie du Havre :

Le maire de Dijon, François Rebsamen, pleurniche sur la situation qu’il a lui-même créée

 

François Rebsamen a une passion : l’immigration.

En 2012, il critiquait Nicolas Sarkozy qui voulait une loi anodine et évidente « visant à imposer un examen de langue française à tout candidat au regroupement familial. »

En 2018, il voulait que la France accueille plus de réfugiés « en régularisant notamment les ni expulsables, ni régularisables. » Il se vantait d’ailleurs d’en avoir accueilli  : « Il faut aujourd’hui faire clairement les choses, il faut accueillir les réfugiés. C’est un devoir et ils ont le droit d’être accueillis. Il faut les accueillir dignement, c’est ce que j’ai fait dans ma ville”, glissait le maire socialiste de Dijon.

Mais, depuis 2 jours, Dijon fait la Une de tous les médias avec la guerre entre Maghrébins et Tchétchènes. Et François Rebsamen est désormais en sueur, il panique :

Il regarde ses pieds, il a la voix tremblotante…
Il est moins à l’aise que dans sa loge maçonnique…

Ces politiciens sont complètement à la masse.
Ils ont mis la France dans une situation catastrophique et sont incapables d’assurer aux Français la sécurité la plus élémentaire.
Ils s’enfuiront les premiers, à moins de devenir les larbins serviles des « remplaçants », ce que certains ont déjà commencé à faire.

Le débat Zemmour / Onfray (video)

De Henri Ménestrel :

« Un débat de qualité, plutôt rare à la télévision, entre Eric Zemmour qui n’est plus à présenter et Michel Onfray, philosophe de gauche « souverainiste », populiste et libertaire.

Nous ne pouvons commenter tout et reprendre tous les points discutables mais notons tout de même que sur la question de l’identité nationale, Onfray est assez flou, pour ne pas dire confus, mais c’est normal, c’est le cas d’ailleurs de la totalité de la classe politique (gauche et « droite »).
Zemmour est beaucoup plus juste, reprenant en fait le discours toujours tenu par les nationalistes français : la France est « un territoire, un peuple, une civilisation », osant même dire que ce peuple est blanc et cette civilisation chrétienne.
Il y a encore un peu de chemin, mais c’est heureux de l’entendre et surtout que de nombreux Français guère éveillés et guère formés puissent l’entendre.

C’est peut-être un détail mais Onfray affirme – croyant peut-être faire une concession au réel (politiquement incorrect), car il reste athée et antireligieux – que « l’Europe est judéo-chrétienne ». Zemmour ne le contredit pas mais cette notion de judéo-christianisme est absurde, historiquement et théologiquement. La civilisation française est (ou plutôt fut) chrétienne, et le judaïsme moderne (c’est-à-dire celui d’après la venue du Christ, le judaïsme rabbinico-talmudique) n’y a pas contribué. Il est vrai qu’une large part de la « droite », même « nationale », commet cette erreur, par manque de réflexion et peut-être par intérêt. Bref.

On notera que le souverainisme de Michel Onfray est limité, voire bizarre :
« l’heure de la puissance est terminé pour la France, il n’y aura de puissance pour la France que dans l’Europe » affirme-t-il (vers 51min40), reprenant en fait le discours d’abandon et la rhétorique sophistique des européistes.

C’est un homme sincère et qui n’est pas sectaire (et assez humble : il peut admettre se tromper et évoluer), mais sur le plan politique cela reste confus et incohérent ; n’oublions pas qu’il est de gauche. Certes une gauche spéciale, mais très minoritaire et dont « l’heure de la puissance » est passée il y a très longtemps. »

Le catastrophique Pierre Moscovici nommé à la tête de Cour des comptes

Ça promet.
Le voici recyclé, comme un bon cadre du Système, à la tête de la Cour des comptes, lui qui en matière économique (il fut ministre de l’Économie), a toujours été lamentable. Mais au moins il n’embêtera pas ceux qui l’ont nommé là, à propos des comptes dont ils sont responsables.

Election européennes : Pierre Moscovici ne sera pas tête de liste ...

Pierre Moscovici est un vieil apparatchik socialiste, né de parents communistes juifs qui, à peine émigrés en France, ont cherché à la détruire par leur militantisme rouge.
Pierre fut toute sa vie politicien ou bureaucrate, selon les moments.
Cet homme très antipathique est un militant euro-mondialiste acharné, anti-national au possible ; il sévit en France même, en tant que député et ministre, pendant longtemps, avant de se retrouver en haut de la machine eurocratique comme commissaire à l’Economie.

Mais en plus de son idéologie odieuse, il faut signaler que l’homme est d’une incompétence crasse.
À la Commission européenne, Merkel, effarée par ce glandeur de compétition (qui n’a jamais vraiment travaillé, comme nous le laissions entendre), l’avait flanqué de deux adjoints allemands.

Mort du politicien Claude Goasguen, adversaire acharné du FN et larbin d’un lobby

Ce politicien emblématique de la droite boomer qui a détruit la France, partisan du fameux « front républicain » contre le parti patriotique dans les années 80-90, vient de mourir des suites du coronavirus.

https://i1.wp.com/www.medias-presse.info/wp-content/uploads/2019/06/claude-GOASGUEN-kippa.jpg?resize=600%2C337&ssl=1
Goasgen à l’Assemblée nationale ! « mon grand regret est de ne pas être juif moi-même » dira-t-il.

Vu chez E&R : « Présenté par la presse autorisée comme un « grognard parisien, un libéral partisan d’une droite décomplexée », Claude Goasguen restera surtout dans les annales comme un calculateur arriviste vendu aux intérêts du lobby le plus puissant de France.

Président du groupe parlementaire d’amitié France-Israel à l’Assemblée nationale, ce soutien inconditionnel d’Israël fut une sorte de pré-Manuel Valls de droite. D’ailleurs, en 2016, le sioniste catalan (alors ministre de l’Intérieur) avait accusé le sioniste toulonnais (alors maire du XVIe arrondissement de Paris) d’accointances avec l’extrême-droite : rivalité sur le terrain de la soumission ? Toujours est-il que si cet éphémère ministre de Jacques Chirac en 1995 a effectivement frayé avec [la droite nationaliste] dans ses jeunes années, c’est pour mieux expier sa faute tout au long de son parcours politique.

Adversaire acharné du FN de Jean-Marie Le Pen, ce proche de Meyer Habib a passé sa vie a donner des gages pour monter en grade, faisant de la lutte contre l’antisémitisme une priorité personnelle et allant jusqu’à déclarer les Palestiniens de « peuple sauvage de terroristes épouvantables » en 2011.

Favorable au renforcement de la loi Fabius-Gayssot et prophète d’une « immigration maîtrisée », cet amoureux de Marilyn Monroe fut également à la vie civile le beau-frère de Jean-Pierre Rosenczveig, trouble gauchiste impliqué dans l’affaire pédocriminelle du Coral et ancien président du tribunal pour enfants de Bobigny…

Parmi les faits d’armes de Claude Goasguen, citons les innombrables services qu’il a rendu au B’naï B’rith (organisation maçonnique interdite aux goyim) de France lors de ses mandats municipaux à la tête du XVIe arrondissement de Paris, lui prêtant les salles de la mairie pour son salon du livre. Mais il savait aussi se coucher devant l’injonction d’un communiste qui lui demandait d’exclure tel livre politiquement incorrect :

Qui est Claude Goasguen ?

Portrait issu de l’Encyclopédie politique française, tome 2 d’Emmanuel Ratier (2005)

« Inspecteur général de l’Éducation nationale, né le 12 mars 1945 à Toulon (Var). Il est d’ascendance bretonne et corse. Fils d’un militaire stationné à Toulon qui devint ensuite employé de mairie, il envisagea de passer le concours de l’École Navale.

Continuer la lecture de « Mort du politicien Claude Goasguen, adversaire acharné du FN et larbin d’un lobby »

Macron apocalyptique : « la Bête de l’Evènement arrive »

Propos énigmatique du président de la République française, interrogé par le Financial Times le 20 avril, à propos de la crise actuelle et de son parcours.

Dans le contexte de cet entretien fumeux, on croit comprendre qu’il désigne quelque chose à combattre, mais bon…