Ces ministres ayant le temps d’écrire des livres… qui font des bides : Blanquer, Wargon, Schiappa (64 exemplaires)

Livres invendus mis au « pilon » – image d’illustration

Ce personnel politique incompétent et nuisible trouve le temps d’écrire des livres… (ou du moins de les superviser)
Mais le succès n’est pas au rendez-vous, malgré les achats d’organismes administratifs.
Il y a un décalage entre le poids politique de ces gens et leur popularité réelle.

« […] Jean-Michel Blanquer a publié École ouverte – logique pour le locataire de la rue de Grenelle – chez Gallimard ce 9 septembre. Moralité, 620 exemplaires vendus. Un plan promo manqué ? En tout cas, une copie à revoir pour le ministre de l’Educnat.
Marlène Schiappa, tout récemment, fait paraître chez Stock Sa façon d’être à moi – un titre aux accents de Julien Clerc — ce 6 octobre. Le démarrage pour la ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur de France, chargée de la Citoyenneté n’a rien de foudroyant : 64 exemplaires. Peut-être que son prochain livre, C’est une bonne situation, ça, ministre ? (chez L’Observatoire), prévu pour le 26 janvier prochain fera-t-il mieux…
En la matière, elle n’est d’ailleurs pas la seule : Sophie Cluzel a dû finaliser dernièrement son livre La force des différences (Lattes, prévu le 12 janvier 2022). On ne sait rien du bouquin de la secrétaire d’État du Premier ministre, chargée des personnes handicapées.
Bienvenue en politique : à ceux qui sont tentés de renoncer, que signe Emmanuelle Wargon chez Calmann-Levy est sorti le 22 septembre. L’éditeur doit encore sécher ses larmes : 75 exemplaires vendus. La ministre du Logement ne comptera pas sur ses droits d’auteurs pour payer son loyer… […]» (source Actualitté)

« L’Empire du mensonge » : Jean-Michel Vernochet interrogé par Anne Brassié

Pour son émission Perles de culture sur TV Libertés, Anne Brassié recevait le journaliste Jean-Michel Vernochet pour son ouvrage L’empire du mensonge et les nouvelles dictatures, Chronique de la terreur sanitaire globale et de la fraude démocratique, aux Editions des Cimes (disponible ici, 12 €). « Le très informé essayiste nous démontre comment la dictature se nourrit de mensonges. »

Rappel à Dieu de Michel Bayvet

Michel Bayvet, militant patriote infatigable, vient de nous quitter à 93 ans.
Catholique traditionnel, militant de la France française, il rejoignit le Front national dès sa création, en 1972.
Trésorier national au début des années 80, il fut secrétaire départemental des Yvelines, élu de Versailles et exerça plusieurs mandats au sein du Conseil régional d’Île-de-France.
Il a longtemps été membre du Bureau politique du FN.
Face à la marinisation du parti autrefois nationaliste, il quitta ce dernier pour fonder avec d’autres cadres le Parti de la France, en 2009.
Il était un homme d’une immense courtoisie, d’une grande gentillesse, d’une nature amicale et rieuse et d’un honneur sans faille.
Ses obsèques auront lieu vendredi à 14 heures en l’église Saint Nicolas du Chardonnet à Paris.

Peut être une image de 1 personne, position debout et intérieur

Les boomers régimistes du Conseil constitutionnel valident la tyrannie du « Pass sanitaire »

Certains espéraient que le Conseil constitutionnel arrête ou freine les ardeurs totalitaires de la clique macronienne.
Il n’en fut rien, et l’essentiel du dispositif gravement liberticide (et potentiellement dangereux pour la santé des cobayes des gros labos déjà multicondamnés) a été validé par cette instance juridique de dernier recours.

Les vieux covidistes du Conseil constitutionnel, posant sur le plancher maçonnique (damier) de leur établissement scabreux.

Cette institution est composée de boomers, au parcours peu reluisant.

On y retrouve ainsi de vieux politiciens recasés là pour leur retraite, tel Alain Juppé (condamné pour corruption!) ou l’antifrançais Laurent Fabius, ce dernier – membre éminent de l’oligarchie qui dirige la France (nous n’écrirons pas « oligarchie française ») et ministre coupable du scandale sanitaire du « sang contaminé » – étant le président.
Précisons que le propre fils de Fabius, le sulfureux Thomas Fabius, est directeur du « cabinet de conseil » Mc Kinsey, qui aide le gouvernement dans sa stratégie concernant la « crise sanitaire ».
Le fameux « hasard ».

Valérie Pécresse annonce vouloir s’en prendre aux Gaulois réticents à l’immigration, en les piégeant avec des « testings »

Il y a probablement quelques gogos-boomers qui considèrent encore Valérie Pécresse – présidente et candidate à la région Ile-de-France – comme de « droite » et s’apprêtent pour cela à voter pour elle.
A ce degré, l’ignorance politique qu’ils manifestent n’est guère excusable.

En effet, dans sa profession de foi pour les élections régionales, elle se vante de son fanatisme et de son sectarisme républicain, ainsi que de sa volonté de Grand Remplacement.

Extrait de la profession de foi adressée par V. Pécresse aux électeurs franciliens.

• Ces « valeurs de la République » – dont on ne sait toujours pas exactement ce que c’est – mais qui sont toujours brandies pour contrer toute volonté de défendre l’identité française, la civilisation française, la « France d’avant », sont concrètement un outil idéologique de gauche.
• La « laïcité » dont elle se gargarise est bien sûr à prendre dans son sens maçonnique, incompatible avec la civilisation française et chrétienne, et a en réalité fait le lit de l’islamisation. Pécresse fait déjà du chantage aux associations et aux entreprises : pour bénéficier des aides régionales, celles-ci  doivent signer une charte dans laquelle elles s’engagent à « respecter et promouvoir [!] les valeurs républicaines » et à ne jamais « discriminer », etc. Une démarche totalitaire, en utilisant l’argent pris aux Français.
• Pécresse annonce clairement qu’elle va faire la guerre aux Gaulois qui ne sont pas assez enthousiastes envers la submersion migratoire, avec des testings : une méthode perverse et ignoble, créée en France par l’association socialiste Sos-racisme, et consistant à essayer de piéger les gens pour leur coller un procès ou les détruire socialement s’ils essayent de choisir librement à qui ils vont louer leur appartement, qui ils acceptent dans leur établissement nocturne, etc.
Si vous êtes patrons d’une boîte de nuit, vous devrez laisser rentrer toute la racaille possible. Si vous utilisez une partie de votre logement en chambre d’hôte, vous devrez accepter un couple de gros dégénérés sexuels s’exhibant. Si vous voulez privilégier un Français pour quoi que ce soit, vous serez châtié par la police et la justice à cause de Pécresse.

Par ces méthodes, clairement annoncées, Valérie Pécresse – qui finance des associations « LGBT » avec l’argent public – se déclare en ennemi résolue et fourbe des Gaulois.

Quel Français digne de ce nom pourrait voter pour elle ?!

Voir aussi :
► Le meeting bidon de Valérie Pécresse. Révélateur.
« L’excellent bilan pornographique de la région Ile-de-France » avec Pécresse 

Terrible moment de malaise avec Marlène Schiappa essayant d’animer un meeting (video)

Le ministre (!!) Marlène Schiappa essayait d’animer un meeting de soutien à Macron et à sa tête de liste pour les élections régionales d’Ile-de-France, Laurent Saint Martin.
Une video insoutenable.
Les réunions de divertissement dans les EHPAD sont bien plus réussies et cent fois moins embarrassantes.
Cette video projetée en boucle à un prisonnier ligoté sur une chaise constituerait probablement le pire moyen de torture créé par l’homme.

C’est ça, les « professionnels » de la politique ?!

Macron giflé. Émoi hypocrite chez le personnel politique

Le président de leur République Emmanuel Macron était en tournée de spectacle dans la Drôme aujourd’hui.
Il est allé à un moment vers les benêts venus l’applaudir et a commencé à serrer des mains (car les « gestes barrières », c’est pour les gueux).
Sauf qu’il y avait un mouton rebelle dans la foule : après avoir lancé au sbire de Rothschild un stylé « Montjoie-Saint Denis ! A bas la Macronie ! », un jeune Français a souffleté Macron.
Entendons-nous : une petite gifle, surtout symbolique ; pas une baffe de cow-boy à la Bud Spencer.

Or, souvenez-vous ce qu’avait dit le président-banquier, au début de la grande mobilisation populaire des Gilets jaunes ?
Face au peuple en détresse et révolté, qui recevait d’abondants coups de matraque et tirs de flashball, il avait lamentablement répondu « qu’ils viennent me chercher ! »
Et maintenant, ça pleurniche…

Nous ne saurions engager les Français à en faire de même, ce serait illégal.
Mais avouons que Macron n’a pas trop à se plaindre. S’il lui était appliqué ne serait-ce que le commencement des méthodes républicaines, il aurait du souci à se faire.

Mais la caste politico-médiatique s’excite.
Le Figaro écrit carrément : « Le scénario du pire, tant redouté par la protection rapprochée de l’Élysée, s’est donc produit mardi dans la Drome. »
C’est cela, le scénario du pire ?! Grotesque.
Macron, plus tard dans la journée, a réagit en évoquant « des faits isolés » « d’individus ultraviolents ».
« Ultraviolents » ?! Les mots ne veulent plus rien dire pour la gauche (au sens large).

Quelques heures plus tôt, Macron déclarait : « Dans la démocratie, des oppositions peuvent s’exprimer librement : dans la rue, dans la presse, à la télévision… Et elle s’exprime à échéances régulières dans les urnes. La contrepartie de cela, c’est la fin de la violence et de la haine. Si la haine et la violence reviennent, elles fragilisent une seule chose, c’est la démocratie».
Et Castex de déclarer « la démocratie en danger », celle-ci ne consistant en aucun recours à « la violence », etc.
Quels tartuffes !
En France, tous les jours de bons Français sont persécutés, traqués par la police et traînés devant les tribunaux pour de simples propos pas assez politiquement corrects, tandis que la racaille s’en donne à cœur joie !
Certains patriotes ou historiens dissidents sont condamnés à de la prison ferme pour de simples écrits ! Sans parler de la scandaleuse affaire Méric ou de braves jeunes gens sont jetés en prison contre toute justice.
N’est-ce pas là de la violence ?
Ce régime n’a aucune leçon à donner en matière de violence (il en est né et re-né ; les républicains, eux, assassinent carrément les rois) : en particulier après l’épisode des Gilets jaunes et ses jeunes filles patriotes de 20 ans éborgnées.
Bref, l’émoi politico-républicain, relevant de la société du spectacle, est particulièrement déplacé et pénible à voir.
Quand la France sera libérée et la justice restaurée, Macron devra répondre de ses trahisons multiples envers la nation et aura plus à craindre, au tribunal, qu’un soufflet.

PS : les droitards diront que ce n’est pas bien et qu’il faut sévèrement réprimer ces jeunes car ils ne respectent pas la fonction, même si l’homme Macron est contestable.
Evidemment, ils n’ont rien compris au problème de fond, qui est celui du régime. Macron, traître à la France, ne mérite aucun respect ; quant à la fonction présidentielle, si jamais elle avait été respectable, Macron a achevé de la décrédibiliser et de la ridiculiser. Accessoirement, la France est en train de disparaître par l’action de ces gens.

Castex et Macron s’exhibent en terrasse

Le ministre Bruno Lemaire n’est pas en reste dans l’indécence :Peut être une capture d’écran de Twitter de texte qui dit ’Bruno Le Maire @BrunoLeMaire L'art de vivre à la Française #tousenterrasse PHOTO CHOCOLAT CHAUD’

« L’art de vivre à la française » avec une bouteille de gel sur la table et un masque sur le museau, quelle blague !

Réactions (Mélenchon, Lecointre…) à la lettre ouverte de militaires : entre le ridicule et le malhonnête

La lettre ouverte signée par des milliers de militaires, dont un bon nombre d’officiers (certains en activité, c’est courageux car ils seront « saqués »), a suscité de nombreuses réactions. C’est surtout Mélenchon qui, par ses réactions outrées, a créé la polémique. Ce dernier essaie peut-être de faire oublier quelque chose d’embarrassant : le fait qu’on ait découvert que l’islamiste qui a assassiné une policière à Rambouillet partageait ces derniers temps sur son compte facebook des articles de « la France insoumise », son parti communiste et remplaciste.
Mélenchon aurait braillé pour qu’on dissolve des organisations nationalistes pour moins que cela…

Cet horrible rouge se moque de l’incohérence. Comme tous les Républicains à vrai dire, comme tous les partisans de la Révolution française, il brandit certains principes pour écraser les opposants, mais n’hésite pas à les piétiner dans son intérêt :

Peut être une capture d’écran de Twitter de 2 personnes et texte qui dit ’Jean-Luc Mélenchon @JLMelenchon Jean-Luc Mélenchon @JLMelenchon Dans la constitution de 1793 qui fonde la République, l'insurrection est un droit et un devoir. Vous ne pouvez pas empêcher des gens comme moi de penser que les attitudes d'insurrection personnelle sont la garantie pour que vive la flamme de la République. #StopLawfare Il est interdit par la Constitution française d'attenter à la forme républicaine de l'État. L'appel à l'insurrection est punie par les articles 412-4 et 412-6 du code pénal. #ConfPresseJLM Translate Tweet 10:16 7:18 19 Twitter Web App 190 Retweets 44 Quote Tweets 640 ikes’

Ce corniaud fait mine de croire que les militaires mécontents sont lassés de la République, ce qui est absurde. Malheureusement.

Passons au Chef d’Etat major des Armées, le général Lecointre.
Cette serpillère à politiciens antifrançais comme Macron a réagi très vivement contre ses camarades.
Continuer la lecture de « Réactions (Mélenchon, Lecointre…) à la lettre ouverte de militaires : entre le ridicule et le malhonnête »

Marine Le Pen s’oppose à la chasse à courre et s’emmêle les pinceaux

Le site spécialisé jaimelachasse s’émeut de ce nouveau positionnement :

« Cette fois-ci, Marine Le Pen a franchi le Rubicon. Elle a déclaré le 9 mars qu’elle était personnellement opposée à la chasse à courre et à certaines chasses “cruelles qui ne sont plus admises par les français”.

“Je suis opposée à la chasse à courre mais pas aux chasse traditionnelles”... mais madame Le Pen, la vénerie est une des plus traditionnelles des chasses, vous ne maîtrisez apparemment pas le sujet.

Cette déclaration a néanmoins le mérite d’être claire, à défaut d’être cohérente. Nous aussi nous sommes clairs, et nous l’avons toujours dit dans ces colonnes ; attaquer un mode de chasse, c’est attaquer toutes les chasses. Madame Le Pen qui semble n’avoir aucune ligne idéologique précise et stable surfe sur tous les sujets de société qui peuvent lui rapporter quelques voix. Entre les voix des chasseurs et celles des mémères à chats, elle a choisi. Dont acte.

Cela ne date pas d’hier, BFM l’avait déjà remarqué en 2016 : “En vue de 2017, et dans le cadre de sa stratégie de dédiabolisation, le Front national de l’ère Marine Le Pen drague de manière ostentatoire les amis des animaux.” 

[…] N’étant plus à une contradiction près, Marine Le Pen déclarait à la même période “La chasse a joué un rôle clef dans notre destin et elle dépasse la fonction purement alimentaire. Elle est même un vrai morceau de patrimoine : un art de vivre, un concentré de traditions, indispensables à la préservation de la ruralité et à la régulation de la faune, tout en respectant la flore. C’est aussi une tradition populaire fortement ancrée dans notre pays.”

Il faudrait savoir madame Le Pen, vous êtes donc maintenant opposée à la défense du patrimoine, de l’art de vivre et des traditions françaises ?

Comment s’y retrouver dans ces déclarations à géométrie variable, dans ces prises de position souvent contradictoires ?

Nous notions déjà il y a peu de temps les déclarations de deux cadres du RN à propos de la vénerie. »

Sarközy condamné à trois ans de prison dont un an ferme, dans l’affaire des écoutes

L’apatride Nicolas Sarközy devient le deuxième ancien président de la Ve République a être condamné. Evidemment, ce mondialiste acharné est condamné pour des « broutilles » à côté de ce à quoi il devrait répondre devant la nation française : ses trahisons constantes contre l’identité, l’indépendance, la sécurité, la prospérité et les intérêts français.
Comme les autres présidents, certes…
Et, en effet, la magistrature, globalement rouge, est sûrement plus rigoureuse envers la fausse droite « bling bling» qu’envers la gauche…

Rassurez-vous, il n’ira pas vraiment en prison : les peines de un an et moins sont rarement effectuées en France.
Le même Sarközy feignait d’ailleurs de s’en plaindre. Un message qui prend une nouvelle saveur :

De toute façon, il a fait appel et donc l’exécution de la peine est suspendue.

Rappel des faits :

« […] L’ancien chef de l’Etat a été déclaré coupable de corruption et trafic d’influence. La décision a été lue dans un très grand silence au tribunal correctionnel de Paris, que Nicolas Sarkozy a par la suite quitté sans faire aucune déclaration.

Continuer la lecture de « Sarközy condamné à trois ans de prison dont un an ferme, dans l’affaire des écoutes »