Le quotidien de gauche La Croix publie une tribune collective bidon

Image

Ce quotidien national – aujourd’hui de gauche et vaguement chrétien progressiste – publie une tribune contre la prétendue « extrême-droite » revendiquant la signature de 6 000 chrétiens… mais il ne fait aucune vérification sur les-dits signataires.
Sans parler du fond inepte, relevons l’œuvre de petits farceurs parmi les signatures :
• Jean Raspail, écrivain
• Jawad Bendaoud, aubergiste.
• Jean-Michel Trogneux, professeur
• Jacques Mesrine, troubadour

Sans parler des noms apparaissant plusieurs fois.
Bref, ce genre de tribune ne vaut rien, ne représente rien.

Source

Parution d’un petit livre décapant, « Macron : du complot Covid aux injections meurtrières ? » (+ émission + dédicace)

4e de couverture :

« Dans cet essai solidement documenté, Alain Le Bihan va droit au but…
Tout en restant prudent, il remet gravement en cause la présentation que le gouvernement français donne de sa gestion de l’épidémie de Covid-19 ainsi que de sa politique vaccinale.
Dangerosité du Covid, confinements, scandale de l’hydroxychloroquine, effets indésirables des vaccins, argent public, Big Pharma et tyrannie : des questions très dérangeantes sont posées.
De cette synthèse inédite, Emmanuel Macron sort cruellement mis à nu : l’intérêt de la France et des Français eux-mêmes n’est assurément pas sa priorité… »

L’auteur était invité récemment sur Radio Courtoisie à ce sujet :

La préfecture de la région Hauts-de-France a menti concernant la présence de Darmanin à une inauguration

l’archétype du traître…

Dans cette Ripoublique, les préfets mentent sans vergogne…
Ce n’est pas la première fois que cela se voit, évidemment (par exemple les chiffres bidons donnés par la Préfecture de Paris concernant les manifestations contre la parodie homosexuelle de « mariage » en 2013.)

« […] Si la venue du ministre de l’Intérieur était pressentie pour l’inauguration de la nouvelle mairie de Gruson, elle avait rapidement été démentie par la préfecture de la région Hauts-de-France. L’invitation lancée aux habitants de la commune, via une publication sur la page Facebook de Gruson, évoquait clairement la présence, entre autres représentants politiques et locaux, de Gérald Darmanin.
L’inauguration étant fixée au samedi 6 mai, le site du mouvement contestataire Attac, avait annoncé le jeudi précédent une «casserolade» pour accueillir le ministre de l’Intérieur. D’après les informations de La Voix du Nord, cette nouvelle mobilisation aurait fait paniquer les conseillers du ministre.

Ils auraient rapidement contacté des journalistes afin de faire passer une nouvelle information : Gérald Darmanin ne sera pas présent à Gruson lors de l’inauguration de la nouvelle mairie.

De son côté, la préfecture de la région Hauts-de-France a joué le jeu sur Twitter. «Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, ne se rendra pas à Gruson ce samedi 6 mai 2023. Précision : il n’a jamais été question qu’il vienne», peut-on encore lire sur le compte de la préfecture. » (source)

Et pourtant :

« Prévenu dans la matinée du jeudi 4 mai que le ministre ne viendrait pas, Olivier Turpin, maire de Gruson a dû revoir le protocole et le déroulé de l’inauguration… Pour le changer une nouvelle fois samedi matin, lorsque Gérald Darmanin l’a finalement prévenu de sa présence, 20 minutes à peine avant le début de l’inauguration.  » (id.)

Un policier révèle un scandale politico-judiciaire

Le syndicaliste Bruno Attal :

« on trouve 5kg de shit et un fusil pompe. L’appartement appartenait à la 1ère secrétaire d’un parti très connu. Quand son boss est devenu président, un juge nous a demandé de mettre fin à l’enquête ».

Pour ceux qui ignoraient ou avaient oublié comment ça se passe dans cette République, cet « état de droit ».

Paris : la gauche se rassemble contre le racisme et l’extrême-droite le jour anniversaire des attentats du 13 novembre

Le 13 novembre 2015, 130 personnes étaient assassinées par des immigrés. L’attentat le plus meurtrier depuis la 2e Guerre mondiale.
Le sens des priorités de la gauche est suffisamment éloquent pour se passer de commentaires….

Source

L’indécente venue de Darmanin aux obsèques de Lola, tuée par sa faute

Peut être une image de 8 personnes, personnes debout et plein air
« Alors c’est fait. Ça a eu lieu.
Le responsable direct de la non exécution de centaines de milliers d’OQTF [obligation de quitter le territoire français], se traduisant chaque année par des milliers de crimes et délits, était au premier rang des obsèques de la petite Lola, « invité » à peine imposé à la famille, quelques jours après avoir hurlé à l’indécence et à la récupération contre les lanceurs d’alerte et autres citoyens en colère, ces salauds coupables de dire les faits et de demander l’application la loi.
Ce sinistre crime fera date dans l’histoire des grandes manipulations de Big Brother, au niveau des attentats terroristes transformés en quelques heures en kermesses contre l’islamophobie.
Repose en paix, petite.
Jamais ils n’auront notre silence. »
de Laurent Obertone

L’horrible assassinat de la petite Gauloise Lola laisse indifférent Macron, trop occupé à lécher les fesses du Maghreb

Les Français qui ont pris connaissance, malgré une couverture médiatique inégale, de l’atroce sort réservé à Lola – 12 ans – par des immigrés algériens à Paris sont toujours sous le choc, alors que des détails plus sordides les uns que les autres apparaissent quant au supplice que cette jeune Gauloise a subi.

Emmanuel Macron n’a toujours pas réagi, depuis 48 h. En revanche, il se démène pour effectuer l’une de ses activités favorites : lécher les fesses du Maghreb.

Pas un mot pour la Française massacré chez elle par des intrus, mais des félicitations à un footballeur racaillo-islamiste qui se sent plus algérien que français (à juste titre) et un coup de repentance mensongère envers les terroristes du FLN (voir la réalité des faits ici).

Euh, qui demande un « avenir partagé » ?

Macron confirme, par ce comportement très significatif, son rapport au peuple français : il est là pour que son effacement, son remplacement – même sanglant – se déroule.

 

Louis Aliot s’accoquine avec les Klarsfeld, dans l’obsession mémorielle

La famille Klarsfeld, qui fait profession (« business » diront les mauvaises langues) de « la mémoire de la Shoah », est une ennemie – résolue, acharnée, prête à tout – de la droite nationale, depuis des décennies.

Elle a par exemple persécuté judiciairement (et donc politiquement) Jean-Marie Le Pen pour des déclarations historiques pourtant peu audacieuses.

En 2017, cette famille (Serge, Beate et Arno) publiait par exemple sur une page de Libération, avant les présidentielles, une affiche délirante de mauvaise foi :

Continuer la lecture de « Louis Aliot s’accoquine avec les Klarsfeld, dans l’obsession mémorielle »

« Les 50 ans de la fondation du FN : un anniversaire qui embarrasse le RN ! »

Editorial de Jérôme Bourbon dans Rivarol :

« Il Y A UN DEMI-SIÈCLE jour pour jour, le jeudi 5 octobre 1972, naissait à Paris en soirée à la salle des Horticulteurs le Front national pour l’unité française, le FNUF. Son premier président et fondateur, Jean-Marie Le Pen, avait alors 44 ans. Après la perte de l’Algérie en juillet 1962 et la violente et impitoyable répression gaulliste contre l’OAS, la droite nationale, qui avait cru pouvoir renaître de ses cendres avec la campagne présidentielle de l’avocat Jean-Louis Tixier-Vignancour en 1965, connaît une longue traversée du désert. Le résultat de Tixier le 5 décembre 1965 (5,20 %), sans être catastrophique, est jugé très insuffisant, le centriste Jean Lecanuet, le candidat aux dents blanches, lui ayant pris un grand nombre de voix lors de la dernière ligne droite de la campagne. La déception entraîne immanquablement des divisions (notamment entre Tixier et Le Pen qui était le secrétaire général des comités TV et le directeur de la campagne présidentielle) et une démobilisation durable des troupes qui s’éparpillent. Si d’autres mouvements se créent (Occident en 1964, puis l’Œuvre française début 1968), ils ne jouent pas la voie électorale. C’est la direction d’Ordre nouveau, mouvement fondé par de jeunes étudiants en 1969, et dont le signe de ralliement est la croix celtique, comme les deux groupements précités, qui décide pour s’élargir et s’assagir de créer un Front national et qui propose à Jean-Marie Le Pen, qui accepte, d’en prendre la présidence, après avoir consulté plusieurs personnalités (dont Dominique Venner) qui, elles, déclinent l’offre.

Continuer la lecture de « « Les 50 ans de la fondation du FN : un anniversaire qui embarrasse le RN ! » »