Pfizer : l’une des entreprises les plus condamnés au monde (et la première dans le domaine de la santé)

https://i2.wp.com/www.forbes.fr/wp-content/uploads/2021/05/gettyimages-1232569756-740x490.jpg?resize=740%2C490&ssl=1

« Depuis 2000, la somme des pénalités financières infligées à Prizer et ses nombreuses filiales par les différents départements de l’administration des États-Unis s’élèverait ainsi à près de 5 milliards de dollars, avec d’importants écarts entre les montants.

[…] En 2005 et 2006, c’est au tour d’une autre filiale du géant américain, King Pharmaceuticals, de recevoir une amende de deux fois 124 millions de dollars pour falsification des faits et fausses déclarations. Dans cette affaire, l’entreprise était accusée d’avoir trompé diverses entités gouvernementales sur le prix de ses produits, en contournant les systèmes de contrôle.

En 2013, Wyeth doit à nouveau payer une amende colossale — 490,9 millions de dollars — à l’administration américaine : cette fois-ci, la justice impute à la société d’avoir recommandé et vendu le Rapamune, un médicament employé lors des transplantations de reins, dans le cadre de « greffes non rénales », mettant en danger la santé des patients.

Si l’on omet bien d’autres sanctions inférieures, Pfizer a également été condamnée, en 2016, à une amende de 784 millions de dollars pour avoir une énième fois escroqué le gouvernement des États-Unis, en pratiquant des prix faux et frauduleux sur deux de ses médicaments, Protonix Oral et Protonix IV, prescrits pour traiter les symptômes du reflux acide.

Mais la condamnation la plus lourde, battant tous les records américains dans le domaine de la santé, est sans aucun doute celle de 2009. Pfizer écope cette année-là d’une amende de 2,3 milliards de dollars pour avoir fait la promotion illégale de quatre médicaments : le Bextra, un anti-inflammatoire ; le Geodon, un antipsychotique ; le Zyvox, un antibiotique et le Lyricia, un antiépileptique.

Pour le Bextra, Pfizer avait continué de promouvoir et commercialiser son médicament alors que la FDA l’avait retiré du marché en 2005, en raison d’inquiétudes sur ses effets secondaires.

Continuer la lecture de « Pfizer : l’une des entreprises les plus condamnés au monde (et la première dans le domaine de la santé) »

5 700 lits d’hôpitaux ont été fermés en France en 2020

Avec Olivier Véran comme ministre de la Santé, malgré la pandémie ce sont plus de 5 700 lits d’hospitalisation complète ont été fermés en 2020 dans les établissements de santé français, rapportait une étude du ministère de la santé fin septembre.
C’est un record, depuis l’année 2003 !

Mais Véran préfère persécuter une partie de la population et veut même faire des injections expérimentales aux enfants, qui ne risquent pourtant rien face au Covid !

Par ailleurs, 10% des postes d’infirmiers sont désormais vacants, mais Véran continue à exclure et faire démissionner des milliers de soignants en les « emmerdant », comme dirait son chef, avec son obligation vaccinale.

Covid-19 : les injections à ARNm autorisées (et encouragées) pour les enfants de 5 à 11 !

Le très mal nommé « Comité consultatif national d’éthique » a approuvé ce 17 décembre  « la vaccination de tous les enfants de 5 à 11 ans ».

Une certaine Alexandra Benachi (?!), membre de ce Conseil bidon, a déclaré lors d’une conférence de presse en présentant cet avis qu’« il est important de vacciner les enfants et que cette vaccination soit bien suivie ».

Donc, même si elle dit en même temps qu’il ne faut pas que ce soit obligatoire et qu’il ne faut pas de passe sanitaire pour cette tranche d’âge, on sait qu’on ne peut la croire.
Les injections avec les traitements expérimentaux de Big Pharma, par contrainte, des 12-18 ans sont déjà une ignominie, d’autant que ces jeunes n’ont quasiment aucune chance de mourir du Covid.

Macron a déjà laissé entendre que la vaccination obligatoire des Français était à l’étude.
Ce Régime – soutenu par l’infernale génération des boomers toujours prête à sacrifier celles d’après par peur et pour son bien-être uniquement – semble n’avoir aucune limite et le pire est toujours à venir.
Il n’y a aucune force politique consistante pour s’opposer à lui.
Il faut absolument arrêter ce Régime par une mobilisation populaire vaste et sans concession (et sans récupérations douteuses).
Les nombreux personnes (de droite, catholiques de tradition, etc.), qui méprisaient ce régime mais ne se sont pas engagés politiquement contre lui ces dernières décennies commencent à payer directement l’addition, personnellement, et avec elles leurs enfants.

Les dégâts psychologiques des mesures sanitaires sur les enfants et les adultes

Marie-Estelle Dupont est psychologue clinicienne, psychothérapeute et auteur.

Dans cette video, elle est « interrogée sur les effets des mesures sanitaires prises par le gouvernement sur la santé mentale des enfants et des adultes.
Quel a été l’impact de le mise en place du passe sanitaire et de l’obligation vaccinale sur le psychisme de ses patients ?
Quelles sont les conséquences de l’apprentissage à distance pour les enfants en cas de fermeture des classes ?
Quelle est la situation dans les services hospitaliers de pédopsychiatrie ? Les enfants et les adolescents qui en ont besoin peuvent-ils être pris en charge correctement ?
Quel regard porter sur la communication du gouvernement depuis le 12 juillet ?
Quel est le type de société qui est en train de se dessiner ?
Doit-on s’inquiéter des clivages apparus parmi la population depuis plusieurs mois ?
Ces fractures pourront-elles se résorber sans laisser de stigmates durables ?
Quelles sont les ressources dont disposent les individus pour préserver leur équilibre psychique et leur libre arbitre ? Comment nous aligner sur ce qui nous humanise, plutôt que sur ce qui nous divise ?
»

L’utilisation du vaccin ARN pour contrôler le cerveau humain expliquée par un expert en neurobiologie de la CIA en conférence à l’Académie militaire de West Point

« Le journaliste indépendant Guy Boulianne vient d’exhumer une information très importante sur les possibilités d’utilisation du vaccin ARN à des fins de manipulations de nos cerveaux. Cette hypothèse n’émane pas d’un complotiste caricatural : c’est un expert en neurobiologie de la CIA qui en a fait l’exposé à l’Académie militaire de West Point. 

Le 13 juin 2018, le Dr Charles Morgan, un expert en neurobiologie de l’Université de Yale, de la DARPA et de la CIA, a donné une conférence devant les étudiants de l’Académie militaire de West Point (USMA). Il a parlé de la capacité de modifier l’ADN à des fins de contrôle de l’esprit.
Continuer la lecture de « L’utilisation du vaccin ARN pour contrôler le cerveau humain expliquée par un expert en neurobiologie de la CIA en conférence à l’Académie militaire de West Point »

Fletcher Prouty – Le pétrole, énergie fossile : « les origines de cette théorie mondialiste »

« Leroy Fletcher Prouty (1917-2001) était un militaire américain ayant servi comme chef des opérations spéciales sous la présidence Kennedy. Avant cela, il avait établi le Commandement de la défense aérienne et avait été chargé de coordonner les opérations entre l’US Air Force et la CIA. Entre autres. Après sa carrière militaire, il a été directeur de banque et directeur de la National Railroad Foundation and Museum.

Très critique sur les actions menées par la CIA (opérations clandestines), il a beaucoup écrit sur ce sujet, qu’il connaissait très bien. Ainsi que sur l’assassinat du président Kennedy, qu’il a décrit comme une conspiration du gouvernement lui-même et du renseignement militaire. C’était pour lui un coup d’État, lié aux relations conflictuelle entre Kennedy et la CIA.

Il s’exprime ici sur la naissance de la théorie du pétrole d’origine biologique, contre laquelle il s’inscrit. Avec comme instigateur Rockefeller, qui eut l’idée de génie de faire accepter cette énergie comme étant une ressource « fossile », c’est-à-dire ne pouvant se renouveler et donc non seulement à même de s’épuiser un jour, mais d’être quasiment de tout temps sur le point de s’épuiser. Si bien que, depuis un siècle, la fin de l’ère du pétrole n’en finit pas d’être imminente…

Une traduction ERTV : 

Un groupe pharmaceutique et l’agence nationale du médicament (légèrement) condamnés pour «tromperie aggravée» et des centaines de morts !

Vous avez peut-être entendu parler de l’« Affaire Médiator », du nom d’un médicament commercialisé par les « laboratoires » Servier depuis 1976, en particulier pour les malades du diabète.

La commercialisation s’est arrêté en 2009 grâce à l’acharnement d’un médecin. S’en sont suivis dix ans de procès pour arriver à ce verdict :

« Les laboratoires Servier ont été condamnés lundi 29 mars à Paris à 2,7 millions d’euros d’amende pour «tromperie aggravée» et «homicides et blessures involontaires» dans le scandale sanitaire de leur médicament Mediator, tenu pour responsable de plusieurs centaines de décès. […] Jean-Philippe Seta, l’ex-numéro 2 du groupe pharmaceutique et ancien bras droit du tout-puissant Jacques Servier, décédé en 2014, a lui été condamné à quatre ans d’emprisonnement avec sursis.
L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), jugée pour avoir tardé à suspendre la commercialisation du Mediator, a été condamnée à 303.000 euros d’amende. Le tribunal correctionnel a estimé que l’Agence avait «failli dans (son) rôle de police sanitaire et de gendarme du médicament» et lui a infligé la peine maximale de 225.000 euros pour «homicides et blessures involontaires» par négligence, à laquelle s’ajoutent des peines d’amendes contraventionnelles à hauteur de 78.000 euros.» (source)

A l’heure du Covid, voici qui tombe mal pour l’industrie pharmaceutique, qui suscite de plus en plus de méfiance chez les Français.
Cela ne va pas accroître non plus la confiance envers l’Agence nationale de sécurité du Médicament, qui valide actuellement, face au Covid, des « vaccins » (plus exactement des traitements ARN) dont on ne connait pas les effets secondaires.

Précisons que 2,7 millions d’euros d’amende pour un groupe pharmaceutique qui affiche un chiffre d’affaires de 4,6 milliards d’euros et un résultat net de 626 millions d’euros en 2019/2020, ce n’est probablement pas très dissuasif…

Argenteuil (95). Le nettoyage d’un site occupé durant une année par une centaine de Roms laisse une facture de 900.000 euros à la ville

La diversité serait un enrichissement ! Pas pour la nature en tout cas, ni pour les contribuables. Ainsi, à Argenteuil, une centaine de Roms s’est installée illégalement sur un site en bord de Seine. Un année plus tard, ce sont 8.000 tonnes de détritus qui s’y sont amoncelés ! Les Roms y entreprenaient des opérations de recyclage de divers matériaux, et ce au mépris total de l’environnement en laissant les déchets non monnayables à côté d’eux, alors même que le site est en bord de Seine… On aimerait une réaction des élus EELV, mais il sont muets sur la question…

Depuis leur départ, la municipalité a entrepris de nettoyer les lieux. Xavier Péricat (LR), premier adjoint au maire nous dit : « Devant l’ampleur de cette accumulation, la municipalité avait étudié la possibilité de procéder à un enlèvement par voie fluviale. Elle a finalement choisi de le faire avec des camions. À raison d’une vingtaine de chargements par jour, l’ensemble des déchets devrait avoir été enlevé au bout de deux mois, soit fin février. » Le tout laissera une facture de 900.000 € à régler !

L’entretien, censuré par Youtube-Google, de la généticienne Alexandra Henrion-Caude sur le Covid et le vaccin ARN

Alexandra Henrion-Caude est une grande généticienne – qui n’a a priori pas de conflits d’intérêts, contrairement à beaucoup d’autres -, spécialiste depuis une quinzaine d’années de l’ARN.
Elle était interrogée sur TV Libertés à propos du Covid et du vaccin ARN.
Cette vidéo a été censurée par Youtube (propriété de Google), qui a aussi sanctionné la chaîne.
Signalons en particulier, vers la fin, l’interrogation à propos des nouveaux variants super-contaminants qui sont apparus dans les trois pays (Grande-Bretagne, Afrique du sud, Brésil) ayant vacciné à l’ARNm trois semaines avant les autres pays, et l’affirmation que dans certains cas l’ARN messager peut être transformé en ADN et intégrer le génome.

Le PDG du labo Pfizer explique qu’il ne souhaite pas recevoir tout de suite son vaccin : il laisse la priorité à ceux qui en ont « davantage besoin »

Injection, Infirmière, Hôpital, Seringue

Quelle élégance de la part de cet homme désintéressé !
Non, sérieusement : quelle blague !

« Le président-directeur général du laboratoire américain Pfizer, Albert Bourla, a fait savoir le 14 décembre 2020 auprès de CNBC qu’il n’avait pas encore été vacciné contre le Covid-19 avec le produit maison (développé en collaboration avec l’Allemand BioNTech). Celui-ci a expliqué qu’il ne voulait pas « couper la priorité » [à ceux qui en auraient davantage besoin] et qu’aucun membre du Conseil d’administration ou de la direction du laboratoire ne le ferait.  […] «Dès que je le pourrai, je le ferai», a-t-il précisé. » (source RT)

Par ailleurs :

« Le PDG de Pfizer, Albert Bourla [« fils de survivants de la Shoah»], a allumé les bougies de Hanoukka lors d’une cérémonie virtuelle organisée par l’ambassade d’Israël à Washington mercredi soir, quelques jours seulement après que son entreprise pharmaceutique a reçu le feu vert final pour distribuer son vaccin contre le coronavirus à travers les États-Unis. […] Selon Albert Bourla, tout comme la fête célèbre un « impossible devenu possible », le monde célèbre les scientifiques qui ont défié le possible en créant un vaccin aussi rapidement. » (source Times of israel)

«Mal traités » : un documentaire sur le Covid-19 et le scandale de l’Hydroxychloroquine

Virus, Covid, La Science, Covid19

« Mal traités. Tel est le nom d’un reportage d’1h27 signé Alexandre Chavouet, qui évoque la pandémie de Covid-19, mais surtout les traitements médicaux inhérents et la bataille, autour de l’hydroxychloroquine notamment.

Le documentaire évoque également la pensée unique sanitaire gouvernementale, sous influence de l’industrie pharmarceutique, visant à empêcher tout traitement alternatif à celui que propose les autorités. Continuer la lecture de « «Mal traités » : un documentaire sur le Covid-19 et le scandale de l’Hydroxychloroquine »

France : le responsable de la campagne de vaccination ne sait pas si le vaccin protègera !

Fabuleux.
Non seulement ils veulent – non pas « obliger » – mais pousser très fortement (c’est tout en nuances !) les Français à se faire injecter un produit dont on ne connait pas les effets secondaires, faute de recul suffisant, mais en plus ils ne savent pas si cela aura le moindre effet sur la transmission de la maladie.
C’est un certain Fischer, « en charge de » (sic) la campagne de vaccination en France – comme l’écrivent fautivement les journalistes – qui le dit lui-même en conférence de presse !
A propos des effets secondaires : notez qu’ils ont fait voter la protection des labos dans le cadre de la loi d’État d’urgence (en cas de condamnations, ce sera l’État qui payera, c’est-à-dire les Français…).