« La corrida ou l’euthanasie ? »

Feria de Mont-de-Marsan : corrida coulée, novillada sauvée

Belle tribune de Stéphanie Bignon, autour de sujets polémiques :

« Mes poules et leur coq vivent en liberté le jour et la nuit ils se protègent dans le poulailler. Le risque de me faire prendre des volailles par le renard en journée est très élevé surtout au printemps.

Cependant l’ouverture matinale du poulailler provoque toujours la même excitation et le même empressement chez mes gallinacés. Comme si la vie ne valait d’être vécue qu’en liberté… au risque de la perdre. La liberté sans le risque n’existe pas et la vie sans la liberté ne vaut rien, m’enseignent mes poules. Notre choix aujourd’hui, plus crucial que jamais, se situe là : sortons-nous du poulailler ou pas ? Acceptons-nous le prix de la liberté ? Et ne pas l’accepter nous protège-t-il de mourir ? Certains voudraient nous faire croire que rester dans le poulailler est le gage de la sécurité, d’une vie paisible et sans risque de mourir.

Continuer la lecture de « « La corrida ou l’euthanasie ? » »

« Immigrés déversés dans les campagnes et euthanasie pour tous ! »

« Transition démographique » est le nouveau nom de code pour « Grand Remplacement ».

A ce propos, voici l’éditorial de Jérôme Bourbon dans Rivarol :

« Vous avez aimé Macron 1er, vous allez adorer Macron II. Le premier quinquennat du successeur de François Hollande avait déjà été marqué par une régression des libertés fondamentales sans précédent, avec notamment les atteintes aux libertés de circulation, de manifestation, de culte et l’interdiction de facto de l’école à la maison applicable, sauf dérogations, dès cette rentrée scolaire. Le second mandat sera bien pire encore.

D’abord parce que tout va toujours plus mal. Et aussi et surtout parce que Macron ne pouvant pas se représenter en 2027, il peut faire absolument tout ce qui lui plaît d’ici là. Ou plus exactement il peut mettre en œuvre les mesures dévastatrices pour lesquelles il a été choisi et mandaté par les cénacles mondialistes. Et manifestement il ne perd pas de temps.
Continuer la lecture de « « Immigrés déversés dans les campagnes et euthanasie pour tous ! » »

« Cachez ces tatouages que je ne saurais voir ! »

Cachez ces tatouages que je ne saurais voir!

Alors qu’un Français sur 5 est désormais tatoué, voici une tribune radicale de Charles Gassot, qui nous semble intéressante pour « contribuer au débat » :

« Le règne de la laideur ne se cantonne plus aux paysages envahis par les éoliennes, ni aux villes nouvelles à l’architecture infâme où paradent trottinettes électriques et sont affichées les publicités les plus subversives. Les corps de nos contemporains se livrent, eux aussi, à une compétition inédite: la course au tatouage le plus hideux.


Vous pensiez partir en vacances l’esprit libre et dégagé. L’année a été rude mais vous avez tenu bon ! Vous aviez réservé un endroit de rêve pour vous ressourcer, vous imprégner de quiétude et de beauté…

C’était sans compter sur vos contemporains qui ont décidé de vous pourrir la vie – la vue – en étalant leur laideur sans complexe, de la plage au supermarché, avec leurs tatouages. En en mettant partout, sur les bras, sur le cou et jusque derrière les cuisses, ils imposent l’immonde à tous, et hissent la laideur au rang de fierté.

La course au tatoo le plus hideux

Le tatouage a démarré discrètement. Il était porté comme accessoire élégant par quelques art directors à la pointe de la mode, par des sportifs aussitôt suivis par des top modèles. Aujourd’hui, c’est la course pour avoir le plus hideux, le plus criard, le plus voyant, et l’attitude de ceux qui le portent va de pair, elle est agressive et vindicative. Tous s’impriment le corps : serveurs, maçons, barmen, banquiers… même les mamies s’y mettent ! Dans le monde d’avant, on avait droit au « Marcel », le gilet de corps des prolos de l’époque. Il arrivait aussi, parfois, que l’un d’entre eux affiche un logo Renault sur sa poitrine. Son « Marcel », l’ouvrier le portait comme une seconde peau et exhibait volontiers la carte du PC qui allait avec. Désormais, nos tatoués sont des créatifs qui déclinent sur leurs chairs motifs ethniques, personnages de mangas et dates de naissance en chiffres romains. Mais tant d’efforts – de souffrances ? – ne rendent pas plus attrayante une anatomie disgracieuse.

Bon goût et tendance

La file d’attente, à la caisse du supermarché, permet d’admirer à loisir ces œuvres qui font mal aux yeux. Une contemplation de l’horreur qui se poursuit, trop souvent, par le contenu des caddies qui débordent de produits industriels infâmes. Comment ce mauvais goût s’est-il imposé si vite ? J’écris « goût », mais ce mot, associé à une certaine idée de l’esthétique, ne peut dépeindre ce navrant spectacle.

« Tendance » serait peut-être plus adaptée, et la courbe de celle-ci dessine malheureusement celle de la paupérisation de notre société. Quel est le futur de ces jeunes enfants de couples tatoués, assis entre les bouteilles de coca et les pizzas surgelées, quel endoctrinement leur est asséné, quelle culture leur est transmise ? Les tristes statistiques l’attestent : aujourd’hui, quand on naît pauvre, on le reste. Les footballeurs seraient des exemples à suivre. Mais que chacun tente de leur ressembler, les millions d’euros et l’exercice physique en moins, constitue une énigme. Ceux qui sont heurtés par ce spectacle dégradant se noient dans le désenchantement puisqu’il est interdit de le critiquer. Ces corps devenus supports revendicatifs ne peuvent être attaqués car ils sont beaux, nous dit-on en plus ! De guerre lasse, combien de parents éclairés ont renoncé d’essayer de convaincre leurs enfants de ne pas se souiller de crétines inscriptions ?

Dans les années soixante, des jeunes filles fraîches et radieuses marchaient d’un pas léger sur les trottoirs de Paris et d’ailleurs, vêtues de robes à carreaux Vichy. Le monde leur appartenait. Jacques Demy et ses Demoiselles de Rochefort doivent se retourner dans leur tombe.

Ce sont pourtant ces femmes ravissantes, devenues de jolies grand-mères, qui ont engendré ces mutants qui aiment s’enlaidir à souhait.

On est bien loin de la révolte des Sex Pistols ou de l’élégance iconoclaste et créative de David Bowie. L’immersion est un concept à la mode. Qu’à cela ne tienne, nos jeunes tatoués ont choisi de s’immerger dans le rejet absolu d’eux-mêmes. Pensent-ils à leur avenir et à travailler ? Toute entreprise recherche de nouveaux collaborateurs. Elle veut engager des jeunes gens dynamiques et plein d’idées. Certes, les diplômes ont leur importance, mais c’est avant tout la motivation, l’énergie et… la bonne mine qui priment. C’est là que ça se gâte. Que se passe-t-il lorsqu’un employeur potentiel découvre des tatouages qui s’échappent d’une chemise pour aller s’étaler jusque sur les mains ? Peut-il refuser un tatoué sans être condamné pour discrimination ?

Le PDL (parti du laid) est aujourd’hui le plus grand parti de France. Peut-on imaginer une contre-offensive de l’élégance, du beau et de la sympathie ? Le combat s’annonce difficile. Le cinéma français est devenu inodore, sans passion. Où est passée notre illustre exception culturelle ? Les romans sont insipides, les chaînes d’info en continu et les réseaux sociaux ont colonisé les cerveaux pour y supplanter les idées, les révoltes, les inspirations et la curiosité. Existe-t-il encore des scénaristes, des réalisateurs et des producteurs qui auraient le culot d’inverser la tendance ? Que sont devenus l’humour et le spirituel ? L’élégance est une discrète, elle sait rester en retrait, voire se cacher. Certains voudraient lui casser la gueule pour lui faire payer ce qu’ils prennent pour de l’arrogance. Si elle est votre compagne de tous les jours et qu’elle vous dicte votre style vestimentaire, votre langage, votre attitude dans la vie, surtout, sachez avoir le regard fuyant : vous éviterez celui, haineux, de ceux que la seule idée du chic et de la distinction rend fous !

Il serait ainsi malvenu d’évoquer, pour donner l’exemple, Givenchy ou Saint Laurent, on me reprocherait de ne parler que des riches. Ce n’est pourtant pas une question d’argent : les plus grands de la haute couture ont tous été copiés par l’industrie du prêt-à-porter, accessible à tous. Où est le jeune créateur qui saura séduire nos tatoués, en créant des modèles qui les ouvrira à autre chose qu’à la laideur ? S’il existe, il va partir de loin et je lui souhaite bon courage, d’autant que la pub et les médias ne sont pas prêts à faire barrage au moche. Je suis heureux qu’Azzedine Alaïa et Issey Miyake soient morts, ils n’ont plus à vivre dans ce monde de désolation. »

Source Causeur

Le résultat de l’élection présidentielle est rageant, mais…

Tribune libre  :

https://i2.wp.com/images.midilibre.fr/api/v1/images/view/6265d201d11f7c2c000f49c4/large/image.jpg?w=840&ssl=1

« Le scrutin présidentiel de cette piteuse année aboutit donc à un résultat de 58,55% des voix exprimées pour Macron, et 41,45% pour Marine Le Pen, avec une abstention record de 28%.

Une nette majorité des votants a donc choisi sciemment (car Macron a pu faire ses preuves pendant 5 ans) : plus de mondialisme, plus d’invasion migratoire, plus d’insécurité, plus d’avortements, plus de possibilité de fabriquer dans des éprouvettes des petits humains pour les offrir comme des objets de consommation à des couples de dégénérés, plus de tyrannie à prétexte sanitaire et de totalitarisme inhumain (rappelez-vous les malades et les vieux qu’on a laissé mourir en interdisant à leurs proches de les accompagner ou les voir une dernière fois! La génération d’enfants qu’on a traumatisés et détruit psychologiquement avec les masques et les confinements), plus de propagande LGBT, plus de délocalisations et de désindustrialisation (-2 millions d’emplois dans ce secteur ces 5 dernières années), plus de dette publique, etc., etc.

Il y a même eu des « évêques » modernistes pour annoncer publiquement leur vote en faveur de cela, mais cela fait quelques décennies que cette engeance dans son ensemble trahit la France et le Christ ainsi que son Eglise.

Certaines bourgeois ont voté Macron en pensant que sur le plan économique il est meilleur que Marine : or, il faut vraiment avoir une vue courte et égoïste pour ne pas se soucier du fait que Macron accroît de façon ahurissante une dette publique déjà vertigineuse…
Aucune politique économique n’est bonne si elle aggrave lourdement la dette.
Mais c’est typiquement l’approche de la génération du baby-boom, celle qui a acclamé largement Macron : « après nous le déluge ».

Ce résultat s’explique par deux faits notamment :
Continuer la lecture de « Le résultat de l’élection présidentielle est rageant, mais… »

« Leur régime tyrannique est l’exact opposé de la France du Maréchal » – Belle analyse de Jérôme Bourbon

La Révolution nationale ou le redressement de la « Maison France » | Histoire et analyse d'images et oeuvres

Éditorial de Jérôme Bourbon dans le dernier numéro de l’hebdomadaire Rivarol, auquel on ne peut contester grand chose :

« C’est dans ce contexte dramatique que nous commémorons le soixante-dixième anniversaire de la disparition du Maréchal dont le régime fut quasiment en tous points l’inverse de celui que nous subissons depuis la fin de la guerre. Le lundi 23 juillet 1951 s’éteignait en effet Philippe Pétain. Six ans jour pour jour après le début de son procès devant la Haute Cour de justice (ou plutôt d’injustice). Sept décennies se sont écoulées depuis. Et l’on n’a toujours pas réhabilité le Maréchal. Ses cendres n’ont toujours pas été transférées à Douaumont. Au contraire, ces dernières années la situation s’est considérablement aggravée. Les dernières rues qui portaient encore le nom du Vainqueur de Verdun dans quelques rares villages de France ont été débaptisées en 2010. Le portrait du Maréchal qui figurait au même titre que tous les autres chefs d’Etat français, entre Albert Lebrun et Vincent Auriol, dans la salle des mariages d’une humble mairie du Calvados a également été décroché, le préfet aux ordres de la LICRA exigeant, comminatoire, que le maire s’exécute. Macron, lors du centenaire de l’armistice de 1918, a été morigéné par le Lobby auquel il était pourtant soumis et rappelé à l’ordre par Attali lui-même pour avoir osé sa petite phrase sur Pétain qui fut « un soldat courageux ». Cet épisode est le dénouement d’une longue escalade. En effet, auparavant, François Mitterrand qui fleurissait chaque 11-Novembre la tombe du Maréchal [comme Giscard, Pompidou et même De Gaulle auparavant – NDCI] a dû y renoncer en 1993 devant les pressions du lobby auquel rien ni personne n’ose plus résister.

Continuer la lecture de « « Leur régime tyrannique est l’exact opposé de la France du Maréchal » – Belle analyse de Jérôme Bourbon »

Réflexion sur la légitimité morale du vaccin contre le Covid

Vaccination : la campagne s'accélère - Ville De Port Saint Louis du Rhône

Tribune très intéressante, parue dans la Nef en décembre 2020, qui garde sa pertinence.

« Les vaccins contre le Covid 19 qui arrivent sur le marché ont été élaborés en un temps record et, pour certains, selon des techniques nouvelles dont les effets à long terme sont par définition inconnus. De tels vaccins tant attendus ne dispensent pas d’une juste réflexion morale, d’où le point de vue argumenté que nous sommes heureux de publier ici.

Le sujet du vaccin à ARN messager (ARNm) est sensible et mérite une évaluation morale particulière de la part de l’Église. D’autant plus se vérifie ici le lien entre évaluation éthique et nécessité de compréhension scientifique des processus vitaux se déroulant. D’autant plus semble se vérifier que les fondements de bioéthique sont inscrits au cœur même du vivant. C’est donc très précisément qu’il nous faut examiner la question, au cœur du fonctionnement de la cellule, au cœur du fonctionnement du coronavirus Covid 19, au cœur de celui du vaccin à ARN messager qui vient d’être mis sur le marché.

Quelle est donc tout d’abord sa nature ? S’agit d’un vaccin au sens traditionnel ?
Continuer la lecture de « Réflexion sur la légitimité morale du vaccin contre le Covid »

Nouvelle tribune de militaires : “de nouveau, la guerre civile couve en France et vous le savez parfaitement”

Défilé militaire du 14 Juillet — Wikipédia

Après une première lettre signée par de nombreux militaires, dont des généraux, et qui a suscité de vives réactions et conséquences, voici qu’une deuxième tribune est parue, reprise par l’hebdomadaire Valeurs actuelles qui la présente comme signée par deux mille militaires d’actives (ce qui est beaucoup) :

« Monsieur le Président de la République, Mesdames et Messieurs les ministres, parlementaires, officiers généraux, en vos grades et qualités,

On ne chante plus le septième couplet de la Marseillaise, dit « couplet des enfants ». Il est pourtant riche d’enseignements. Laissons-lui le soin de nous les prodiguer :
« Nous entrerons dans la carrière quand nos aînés n’y seront plus. Nous y trouverons leur poussière, et la trace de leurs vertus. Bien moins jaloux de leur survivre que de partager leur cercueil, nous aurons le sublime orgueil de les venger ou de les suivre »

Nos aînés, ce sont des combattants qui ont mérité qu’on les respecte. Ce sont par exemple les vieux soldats dont vous avez piétiné l’honneur ces dernières semaines. Ce sont ces milliers de serviteurs de la France, signataires d’une tribune de simple bon sens, des soldats qui ont donné leurs plus belles années pour défendre notre liberté, obéissant à vos ordres, pour faire vos guerres ou mettre en œuvre vos restrictions budgétaires, que vous avez salis alors que le peuple de France les soutenait. Ces gens qui ont lutté contre tous les ennemis de la France, vous les avez traités de factieux alors que leur seul tort est d’aimer leur pays et de pleurer sa visible déchéance.

Continuer la lecture de « Nouvelle tribune de militaires : “de nouveau, la guerre civile couve en France et vous le savez parfaitement” »

« Culpabilité blanche et ethnomasochisme »

How Can I Cure My White Guilt? - The New York Times

Par Andrej Sekulović dans la revue slovène Demokracija :

« Le XXe siècle a été un siècle de grands changements. Outre les innovations technologiques, les décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale ont été marquées par de nombreux changements sociaux, principalement dus à l’hégémonie culturelle de gauche qui s’est finalement consolidée dans les sociétés occidentales au cours de cette période. En conséquence, la nouvelle gauche, qui préférait se concentrer sur les droits des groupes marginalisés, y compris diverses minorités ethniques et sexuelles, plutôt que sur les droits des travailleurs et les inégalités de classe, a commencé à redéfinir les termes et concepts communément acceptés, puis à inventer de nouveaux vocabulaires pour répondre à ses besoins idéologiques.

La culpabilité des Blancs comme stratégie de gauche

Continuer la lecture de « « Culpabilité blanche et ethnomasochisme » »

« je n’ai pas signé pour me retrouver dans un pays soviétique »

Peut être une image de 2 personnes et texte qui dit ’SI VOUS PERMETTEZ AUX POLITICIENS DE VIOLER VOS DROITS EN TEMPS DE CRISE ILS CRÉERONT DES CRISES POUR VIOLER VOS DROITS’

D’Erik L’Homme :

« Assujettissement aux écrans pour le travail et les loisirs, mainmise totale de l’Etat sur l’éducation des enfants, lyssenkisme au CNRS et dans les universités, pravdatisation des médias, réécriture à flux tendu de l’Histoire, assignations à résidence, déplacements sous surveillance, réunions et manifestations interdites, justice à géométrie variable, flicage des opinions, censure massive sous couvert de complotisme, état d’urgence ordinaire, et bientôt identification par QR code pour aller manger au restaurant ou boire un café, passeport vaccinal pour accéder aux lieux culturels et pour voyager…
Ça réjouit peut-être les communistes, les amateurs d’uchronies ou les fans de dystopies, mais moi je n’ai pas signé pour me retrouver dans un pays soviétique ! »

« Un Etat totalitaire est un Etat où tout ce qui n’est pas défendu est obligatoire. »
Curzio Malaparte, La Peau.

« Harry est incontestablement le plus gros débile d’Angleterre, et c’est accessoirement un traître pur et simple »

Peut être une image de 1 personne et barbe

Coup de gueule pertinent de Jonathan Sturel, après le cirque du couple mal marié devant les caméras américaines, bavant sur la famille royale dont lui est issu.

« Il y a plein de choses à dire sur ce pitoyable guignol, mais rien ne pourrait être plus précis que cette simple déclaration : Harry est incontestablement le plus gros débile d’Angleterre, et c’est accessoirement un traître pur et simple.
Dans quelques années, il divorcera de cette opportuniste et on aura la confirmation de ce que l’on sent déjà, à savoir qu’elle lui vampirise l’esprit au point de le pousser à renier et trahir son sang, son rang, son milieu et sa position. Rappelons qu’il y a encore quelques mois, cet effroyable abruti dénonçait le… «racisme systémique», ah ! quelle surprise !
Ce type blanc, de sang royal, européen de la plus ancienne souche possible, se retrouve, flanquée de sa roulure bigarrée, devant une milliardaire afro-américaine woke, à assister au spectacle pitoyable de la mise en pièces, par sa femme et avec la complicité de la grosse noire, de sa famille, de son sang, de ce qu’il est lui-même et qu’il incarne dans sa chair. Et il ne bronche pas, ce crétin ! Il acquiesce même, il valide tout cet abruti !
La famille royale paie son inconsistance.
Continuer la lecture de « « Harry est incontestablement le plus gros débile d’Angleterre, et c’est accessoirement un traître pur et simple » »

Mario Draghi, président du Conseil italien : les banquiers jouent à « main basse sur l’Europe »

Non ce n’est pas Jean-Claude Van Damme, mais le moins sympathique Mario Draghi

D’Olivier Piacentini, essayiste (ses livres ici) :

« Mario Draghi est devenu, le 3 février, le nouveau président du Conseil italien, succédant ainsi à Giuseppe Conte. En effet, la défection de Italia Viva, parti de Matteo Renzi, a privé la brinquebalante coalition M5S-centre gauche de la majorité parlementaire. Une majorité elle-même issue du rabibochage express et en coulisse du mouvement populiste M5S avec la gauche de gouvernement, en septembre 2019 : un coup de poignard dans le dos de la Lega de Salvini qui prenait bien trop de poids dans l’opinion, avec les succès de l’ex-ministre de l’Intérieur sur le front de l’immigration.

Lors d’un débat télévisé organisé, il y a quelques mois, sur la RAI entre Renzi et Salvini, le premier avait reconnu avoir fomenté un « coup d’État » pour écarter la Lega du pouvoir, prétextant un risque de flambée du coût de la dette italienne provoqué par la défiance que le second inspirait dans les milieux financiers… Fort de ses malheureux 5 % des voix, Renzi aura donc réussi à chasser les populistes du pouvoir en deux temps, Salvini d’abord, Conte ensuite : chapeau, l’artiste, voilà un Florentin pur jus digne successeur de Machiavel au panthéon de la roublardise politique.
Continuer la lecture de « Mario Draghi, président du Conseil italien : les banquiers jouent à « main basse sur l’Europe » »

Etats-Unis : « Gagaland mondialiste et marchands de canons »

Le choix de la chanteuse et danseuse surnommée Lady Gaga, pour inaugurer solennellement la présidence Biden, est lourdement significatif. Cette horrible femme ne fait quasiment que dans l’obscène, sinon le pornographique, et multiplie les références occultistes voire sataniques.

« Il y avait quelque chose de macabre et d’indécent, dans l’inauguration du nouveau président Joe Biden, une cérémonie très select sous la surveillance de plus 20.000 soldats amassés devant un Congrès déserté, à laquelle le peuple n’a pas été convié. Certes, la démocratie a toujours eu peur du peuple, et ce n’est pas par hasard que ce haut lieu de la démocratie a pris les allures d’un « village Potemkine », un « gaga land » ploutocrate pour la superclasse mondialiste.

En effet, cette inauguration nous a offert un spectacle à la fois navrant et pathétique de déjà-vu, une sorte de musée Grévin genderisé, un mixte très kitsch de politique et de reality-show, d’un pâle retour au modèle de gouvernance « obamien » à base de star système et de politique belliqueuse, bref, le bis repetita d’une Amérique momifiée, revisitée par les annonces pompeuses d’un retour à la démocratie à laquelle personne ne croit plus. Les States à la mode bicéphale, avec ses deux versants : le versant sociétal-culturel et le versant politique militaro-industriel.

Continuer la lecture de « Etats-Unis : « Gagaland mondialiste et marchands de canons » »

Islamisme : « la République française n’est pas la solution à nos problèmes, elle est le problème »

« Lorsqu’elle a voulu montrer sa suprématie sur la religion catholique, la République a décroché toutes les croix des murs, a utilisé la force pour déloger de leurs congrégations des communautés de bonnes sœurs et de frères désarmés, a pris possession des églises et en a bradé le mobilier, a établi le règne des Droits de l’homme athée contre la foi et contre le Christ. Sans sourciller une seconde.

Lorsqu’elle veut, ou lorsqu’elle prétend vouloir freiner l’appétit d’un islam conquérant devenu vorace, elle refuse d’utiliser le mot «islam» afin de ne pas offenser les musulmans.

Rappelez-vous simplement qu’après les lois de séparation, sur les places des villages, l’officier public, mandaté par la République, organisait des ventes sauvages des objets de culte auprès desquels s’étaient recueilli plusieurs siècles de vos ancêtres. Que l’on a retrouvé, sur les étals des brocanteurs, des statues qui avaient passé 300 ans, parfois plus, dans les églises de nos aïeux. Ce vandalisme légal, cette boucherie, cette profanation, la République les assume impeccablement, je le redis : sans sourciller.

Et maintenant, il faut à cette République profanatrice vingt attentats pour commencer à envisager la fermeture administrative, pour quelques mois seulement, d’une mosquée fanatique.
Et lorsqu’il s’agit pour elle de répondre à la conquête de nos territoires par l’islam, elle refuse même de citer seulement son nom.
La République française n’est pas la solution à nos problèmes, elle est le problème. »

de Jonathan Sturel

« Presse, instruction à domicile, écoles hors contrat : requiem pour nos dernières libertés »

Éditorial de Jérôme Bourbon dans le dernier numéro de Rivarol :

« Leur république totalitaire ne cesse de montrer chaque jour davantage son visage hideux et ses obsessions tyranniques. Les pouvoirs publics veulent ainsi vider de leur substance la loi sur la presse, interdire l’instruction à domicile et exercer une pression toujours plus forte sur les écoles hors contrat. Le ministre de la Justice entend sanctionner plus rapidement et plus sévèrement ce que les pouvoirs publics appellent « la haine en ligne ». La plateforme Pharos qui centralise et traite tous les signalements par les internautes de « contenus haineux ou illicites » est désormais appelée à être ouverte sept jours sur sept à la suite de l’intervention de l’affreuse Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la Citoyenneté. Dans un entretien au Figaro, le 18 novembre, le garde des Sceaux Eric Dupont-Moretti explique son projet liberticide : « Nous allons créer au parquet de Paris un pôle de magistrats spécialement dédiés à la lutte contre la haine en ligne en lien avec Pharos. Il aura pour but de judiciariser plus rapidement les signalements et d’aider cette plateforme à fonctionner mieux encore. Ce projet est lancé et il devrait voir le jour très vite avec de nouveaux moyens humains. »

Pis, se pliant à une exigence historique du CRIF et de la LICRA (il a d’ailleurs reçu les présidents de ses deux puissantes associations qui lui ont dicté leurs ordres), le ministre de l’Antiracisme (c’est ainsi que s’est défini Eric Dupont-Moretti en arrivant place Vendôme, ce qui est tout un programme !) a décidé de modifier la loi du 29 juillet 1881.
Continuer la lecture de « « Presse, instruction à domicile, écoles hors contrat : requiem pour nos dernières libertés » »

Nouveau meurtre gratuit d’un jeune homme par des migrants à Lyon – par Olivier Piacentini

Tribune libre d’Olivier Piacentini, essayiste (ses livres ici) :

« La nuit dernière, à Lyon, un jeune homme de vingt ans a été assassiné à coups de couteau à la station de métro Gerland.
Pauvre garçon, fauché dans la fleur de l’ âge.

Les meurtriers ? Ils ne s’appelaient ni Jean-Edouard, ni Eudes, ni François-Xavier, n’étaient pas cathos intégristes ni d’extrême droite. C’étaient deux migrants en situation irrégulière, ivres au moment des faits, qui s’en sont pris à ce garçon, on ne sait trop pourquoi.
Ce que l’on sait, par contre, mais que personne ne veut relayer dans les médias, c’est que l’immigration irrégulière tue, et souvent.
Continuer la lecture de « Nouveau meurtre gratuit d’un jeune homme par des migrants à Lyon – par Olivier Piacentini »