Le Maroc a acheté les stocks de chloroquine produits par Sanofi dans une usine délocalisée là-bas

Sanofi est une « entreprise française », mais grâce à la mondialisation, elle a délocalisé des usines pour faire produire à l’étranger ses produits vendus aux Français (merci à la République mondialiste!).
Le résultat est le même qu’avec les masques désormais produits en Chine : les Français passent en dernier !

« Avant que les choses ne s’aggravent, les autorités ont préféré anticiper les recommandations scientifiques. Le gouvernement marocain a décidé de traiter les patients positifs au Covid-19 avec de la chloroquine, médicament actuellement produit dans le pays. Il vient pour cela d’acheter tous les stocks de l’usine Sanofi de Casablanca. La nivaquine ou chloroquine, vieil anti-paludéen connu depuis des décennies, est-elle la nouvelle arme décisive contre le Covid-19 ? A ce jour, l’OMS émet pourtant des réserves et les scientifiques restent prudents. […]

Le gouvernement marocain n’a donc pas attendu le feu vert de l’OMS et des scientifiques pour agir, alors que les essais cliniques sont toujours en phase de test dans plusieurs pays. D’après le site en ligne Yabiladi, les Marocains se sont déjà rués sur les stocks de Plaquenil (à base de chloroquine) en pharmacie. » (source)

C’était un 1er avril…

1904 : circulaire du ministère de la justice prescrivant la laïcisation des prétoires et des palais de justice, en particulier le décrochage des croix et des tableaux à caractère religieux.

1939 : fin de la guerre civile espagnole. La « Croisade » contre les Rouges est une victoire totale. Dernier communiqué du quartier général, le seul jamais signé par Franco : « la guerre est terminée ».

1959 : inauguration par Francisco Franco du majestueux Valle de los Caïdos, le grand mausolée de la Guerre civile.
Continuer la lecture de « C’était un 1er avril… »

Confinement : les vautours espèrent des divorces pour faire du profit

Certains n’ont vraiment aucune morale, aucun scrupule.
Il est connu que le confinement peut faire naître ou exacerber des tensions dans les foyers, et c’est naturel.
Certains donnent des conseils.
D’autres, attirés par l’appât du gain, proposent d’aider à divorcer (et « rapidement », c’est-à-dire avant que les couples ne changent d’avis)…
Romain OMER (@romainomer) | TwitterC’est le cas avec le cabinet d’avocats de Romain Omer, qui paye facebook pour diffuser ses publicités indécentes.
Est-ce dans le talmud que ce type a lu que c’était moral ?!

C’était un 27 mars… 1944 : Biarritz bombardée par les Anglo-américains

Ce jour-là, un raid aérien des alliés a lieu sur Biarritz et fait de nombreuses victimes civiles ( environ 117 morts et 250 blessés).

Sur les bombardements alliés ayant ravagé la France en général, on peut lire notamment deux livres : Les Français sous les bombes alliés d’Andrew Knapp et La France sous les bombes américaines de Jean-Claude Valla.
Ces bombardements ont fait près de 100 000 morts parmi les civils français ! On n’en parle jamais, contrairement à d’autres choses qui concernent beaucoup moins les Français…

Voici comment raconta cette affreuse journée La Gazette de Bayonne, Biarritz et du Pays Basque, dans son édition du 28 mars 1944 (source Pays basque d’antan) :

« Biarritz victime d’un raid terroriste anglo-américain.

On compte de nombreux morts et blessés. Les dégâts sont considérables.

Biarritz bombardée.
Biarritz plongée dans le deuil et la désolation.

Aucun esprit sensé n’eût pu raisonnablement penser à une pareille éventualité. Continuer la lecture de « C’était un 27 mars… 1944 : Biarritz bombardée par les Anglo-américains »

Coronavirus : les scouts à la rescousse de l’AP-HP et de la réserve civique

Ils avaient le choix entre 2 catégories de jeunes.
Ceux mis en avant par les médias toute l’année, et ceux que les médias moquent toute l’année.
L’AP-HP a choisi étrangement ceux dont les médias se moquent toute l’année.

« Alors que les soignants sont mobilisés en masse pour soigner les patients infectés par le coronavirus, l’AP-HP a fait appel aux mouvements scouts pour assurer des missions bénévoles de manutention et d’intendance dans les hôpitaux.
Continuer la lecture de « Coronavirus : les scouts à la rescousse de l’AP-HP et de la réserve civique »

C’était un 24 mars…

1790 : suppression définitive, par la Constituante, des Parlements régionaux qui contrebalançaient l’autorité royale au profit des provinces.

1794 : Jacques Hébert, animateur du Père Duchesne, le journal le plus ordurier de la Révolution, monte à l’échafaud après avoir tenté de renverser Robespierre le 4 mars. Devant le fanatisme du peuple manipulé, les Montagnards n’hésitèrent pas à inventer, de toutes pièces, « la grande conspiration royaliste du Père Duchesne ».

1860 : Continuer la lecture de « C’était un 24 mars… »

C’était un 23 mars…

1372 : libération de Niort par Bertrand Du Guesclin.
En utilisant une ruse de guerre, le connétable de France reprend la ville qui est aux Anglais depuis 12 ans. Il déguise en soldats anglais 200 des siens qui se font ouvrir les portes par des sentinelles imprudentes.

1792 : Les Girondins prennent la tête de la Révolution.  Continuer la lecture de « C’était un 23 mars… »

Boulogne-Billancourt : les juifs dispensés d’attestation sur l’honneur pendant « Shabbat »

Bruno Authamayou, commissaire divisionnaire de Boulogne-Billancourt, a fait parvenir une directive ahurissante à ses subordonnés concernant le contrôle des attestations le samedi, jour du sabbat juif (le commissaire utilise carrément le mot hébreu shabbat).
Pour lui (et pour combien d’autres?), les Juifs sont au-dessus des autres citoyens et des lois :

Voir aussi : le ministre de la Justice hiérarchise les races : « On ne traite pas les plaintes antisémites de la même manière qu’une autre plainte »

Confinement et « diversité » dans l’Oise : barbecue géant dans la rue

A Compiègne, dans le charmant quartier colonisé du Clos-des-roses, « de 15 heures à 17 heures mercredi 18 mars, un barbecue a été installé derrière le bâtiment Baudelaire, rue Schoelcher. Il a ressemblé jusqu’à une vingtaine de participants. A aucun moment la police n’est venue perturber ce rassemblement illégal. A cet endroit de Compiègne, l’un des points stratégiques du trafic de drogue, pas question de perdre le sens de la fête ni des affaires semble-t-il. » (source Oise Hebdo)

C’était un 18 mars : l’assassinat de François Duprat

Ce jour-là, à Caudebec-en-Caux (Normandie), François Duprat était victime d’un attentat à la voiture piégée, jamais élucidé. Sa femme fut gravement blessée.

Professeur d’histoire et de relations internationales, numéro 2 du Front national (voire « numéro 1 bis »), âgé de 37 ans, François Duprat était chef de file du courant « nationaliste-révolutionnaire ».
Continuer la lecture de « C’était un 18 mars : l’assassinat de François Duprat »

C’était aussi un 18 mars…

1904 : en Suisse, Lénine et Mussolini figurent parmi les orateurs de la traditionnelle commémoration de la Commune de Paris, organisée à Plainpalais, sous la présidence du Dr Wyss, président du parti socialiste genevoix.

1910 :  au cabaret montmartrois du Lapin agile, Roland Dorgelès et André Warnod attachent un pinceau à la queue d’un âne et lui font barbouiller une toile posée sur un chevalet.

Continuer la lecture de « C’était aussi un 18 mars… »