Les scouts de France donnent dans la théorie du genre

L’organisation « Scouts de France », autrefois catholique, c’est progressivement laissé aller au mondialisme le plus crasse et s’aligne désormais sans tarder sur tous les délires de la gauche folle.

Ainsi, sur ses formulaires d’inscription, on ne demande pas les identités du père et de la mère, mais du « parent n°1 » et du « parent n°2 », au cas où il s’agisse de deux hommes ou deux femmes (ou autre chose?) !

Pour ceux qui avaient encore des doutes, évitez absolument de mettre vos enfants dans cette structure perverse : traditionnelle vue de loin, gauchiste et dégénérée en réalité.

FB_IMG_1505985032260

Source

Hérault : son visage écrasé et sa mère morte pour 780 €

« La photo, terrifiante, un gros plan sur son visage défiguré, où l’on voit la trace de la basket incrustée sur la joue et le front, est projetée, mardi, devant la cour d’assises de l’Hérault. Josette, 72 ans, ne peut retenir ses larmes. Dans son malheur, elle a échappé au pire. Mais pas sa mère Odile, 90 ans, décédée après cette attaque à domicile et crapuleuse, qui a dégénéré, le 27 mars à Saint-Just, près de Lunel.<
Continuer la lecture de « Hérault : son visage écrasé et sa mère morte pour 780 € »

Italie : une avocate estime qu’un viol commis par un Africain est excusable en raison de son origine

« Carmen Di Genio, avocate et membre du comité pour l’égalité des chances, intervenait à la Conférence nationale sur la sécurité et la légalité.

Faisant preuve d’un sérieux manque d’impartialité, celle-ci a osé déclarer :

Nous ne pouvons pas nous attendre à ce qu’un Africain sache qu’en Italie, sur une plage, on ne peut pas violer. Probablement, ils ne connaissent pas cette règle.

Continuer la lecture de « Italie : une avocate estime qu’un viol commis par un Africain est excusable en raison de son origine »

Un journaliste de Taranis news éjecté de la manifestation par les "Blackbloc"

Gaspard Glanz, journaliste indépendant fondateur du site Taranis News, a été pris à partie par des manifestants cagoulés lors de la mobilisation contre la réforme du code du travail, une jeune activiste lui assénant notamment un coup de pied.

Source

Calais : une habitante filme une rixe violente entre migrants

Les images sont choquantes. Elles ont été filmées ce jeudi à Calais. On y voit des jeunes hommes se battre à coups de béquilles et bâtons. Un homme en blanc se fait tabasser par plusieurs autres personnes. La Calaisienne qui filme depuis sa voiture est choquée : Ça ne va pas, non… Arrêtez…, crie-t-elle.
Les migrants concernés sont éthiopiens, irakiens et de syriens. La police est intervenue et le calme est revenu. Les sept blessés ont été hospitalisés et sont hors de danger. Aucune interpellation n’a eu lieu
mais la vidéo pourrait servir à intervenir.

 

Source

Regarder du porno double le risque de divorcer

Images intégrées 1

99 % des hommes et 82 % des femmes ont déjà vu un film pornographique. Attention, cela peut avoir des conséquences graves sur le couple !

résultats ont été présenté lors du congrès annuel de l’American Sociological Association en août dernier, montre le lien entre la visualisation de films pornographiques et la séparation des couples.

Une image dégradante de la femme

L’étude a porté sur près de 5 700 personnes pendant huit ans. Plus de 70 % des femmes trouvent que le film porno montre une image dégradante de la femme contre seulement la moitié des hommes.

Il s’avère que le risque de divorce passe de 6 % à 11 % lorsque l’un des époux regarde un film pornographique. Cette augmentation du divorce est encore plus important pour les femmes puisqu’il atteint 16 %.

Les jeunes couples plus à risque

Les couples qui totalisent peu d’années de mariage sont plus vulnérables que les autres. Ce sont eux qui risquent davantage de divorcer si le mari ou la femme visionne des films pornographiques.

Source

Les réactions des dirigeants frontiste et RBM à la démission du Philippot.

Un petit florilège des responsables frontiste et de leurs soutiens, suite à la démission de Florian Philippot:

"Le voici consacré exorciste en chef du bénitier médiatique : trop drôle!" Gilbert Collard


"Je regrette la décision de Florian Philippot. Il avait évidemment toute sa place au FN mais il fallait qu'il accepte le débat." Nicolas Bay

"Florian Philippot veut s'en aller, on fera sans lui." Wallerand de St Just.

"Je regrette qu'il ait refusé le débat au sein de notre mouvement, et qu'il n'ait pas annoncé clairement ses intentions à Marine Le Pen. Le combat pour la France doit rester un combat collectif, dans l'unité autour de Marine !" Steeve Briois

"Tous ceux qui ont quittés le Frant National, ont disparus." Marine Le Pen

"Ça fait Longtemps qu'il tue le débat, il ne voulait pas de débat sur le programme du Front National. Il considère qu'il a raison sur tout, il ne supporte aucun contradicteur, ni aucune critique de la stratégie. […] ça s'appelle un sectaire, pour moi , c'est un extrémiste." Louis Aliot

"Il était temps! reste maintenant à changer de ligne." Robert Ménard

"Monsieur Philippot n'a pas pu apporter des voix particulières au Front national puisqu'il se présentait comme un gaulliste de gauche. Le gaullisme de gauche en 2017, cela doit représenter 1 à 2%. C'est très respectable mais cela ne contribue pas à créer une majorité victorieuse" Jean-Marie Le Pen.


Attentat de Nice : la policière accusée de diffamation par Bernard Cazeneuve a été relaxée

Sandra Bertin, policière municipale niçoise accusée de diffamation par le ministre de l’intérieur d’alors, Bernard Cazeneuve, après l’attentat du 14 juillet 2016 sur la promenade des Anglais, a été relaxée jeudi 21 septembre par le tribunal correctionnel de Paris, au bénéfice de la bonne foi.

La policière avait affirmé avoir subi des « pressions » du ministère de l’intérieur pour modifier son rapport sur le dispositif policier en vigueur le soir de l’attentat. En réalité, elle a « pu en toute bonne foi », « fatigue physique et nerveuse » pesant, « interpréter de manière erronée la demande » d’une commissaire de la direction centrale de la sécurité publique, selon le tribunal.

Au cours de l’audience, la procureure avait estimé que Mme Bertin n’avait pas eu d’« intention maligne » en rapportant ces prétendues pressions à une journaliste du Journal du dimanche, dont l’article, publié le 24 juillet, avait alimenté une polémique sur le dispositif de sécurité au moment de l’attentat perpetré par Mohamed Lahouaiej Bouhlel sur la promenade des Anglais.

Dans le JDD comme à l’audience, Sandra Bertin, responsable des 1 734 caméras de vidéosurveillance installées à Nice, a parlé d’une pression « crescendo » exercée au lendemain du drame par une représentante du ministère de l’intérieur, qui lui aurait demandé de modifier un rapport sur les positions des policiers nationaux sur le parcours du camion.

Cette version des faits a été démentie au tribunal par plusieurs représentants, à des échelons divers, de l’administration de la police nationale et du ministère de l’intérieur.

Source

2.000 CRS se mettent simultanément en arrêt maladie pour protester

Le
moment tombe mal. 2.000 CRS ont posé ce jeudi matin un arrêt maladie. Un
chiffre qui équivaut à 
50% des effectifs
censés travailler
 aujourd'hui. Une manière pour eux, qui n'ont pas le droit de
grève, de protester contre la volonté du
gouvernement de fiscaliser leur prime d'éloignement
. Le jour n'est pas
choisi par hasard alors que des manifestations
sont organisées en France
 contre la réforme du Code du travail engagée par le
gouvernement. Ce jeudi, la CGT défile d'ailleurs en France. Dimanche se sera le
tour de La France insoumise de Mélenchon.

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/1-500-crs-se-mettent-simultanement-en-arret-maladie-pour-protester-7790179393 Source (])

Robert Ménard : «Philippot, c’est un Mélenchon de droite»

 Invité du «Talk Le Figaro», le
maire apparenté FN de Béziers s’est félicité de la démission de
l’ex-vice-président du FN. «Il faut arrêter de faire peur aux gens avec
l’euro», exhorte-t-il.

Comme un air de victoire. La démission de Florian Philippot semble avoir fait des
heureux au sein du Front national… Mais aussi dans ses sphéres satellitaires.
En témoigne la réaction de Robert Ménard, le maire apparenté FN de Béziers, qui
s’est félicité de cette nouvelle lors du «Talk Le Figaro». «(J’avais)
explicitement (demandé son départ,) donc je ne vais pas cacher (ma joie)»,
a-t-il concédé. Interrogé sur les raisons de son courroux, l’édile héraultais a
expliqué que le «courant de pensée» représenté par son meilleur ennemi était
«un obstacle pour la droite de la droite, parce que ce qu’il dit est
inaudible».

 

Source

Un ancien dirigeant de Lafarge reconnaît avoir financé l’Etat islamique avec l’aval de la France


Syrie.
Les investigations de la justice sur les activités de Lafarge en Syrie
révèlent que le groupe a longtemps préféré verser des dizaines de
milliers de dollars à l'Etat islamique plutôt que de perdre son usine
locale.

L'étau se resserre autour des activités du cimentier Lafarge en Syrie. Dans son édition de jeudi, Le Monde
publie des éléments de l'enquête qui vise le groupe, soupçonné d'avoir
versé des sommes importantes à l'Etat islamique afin de protéger sa
cimenterie de Jalabiya. Des documents pour le moins accablants, qui
révèlent comment plusieurs dirigeants fait le choix de céder au racket
des terroristes afin de protéger leurs activités en vue de
l'après-guerre civile.

De l'ordre de 20.000 dollars par mois

L'économie de racket a commencé en septembre ou octobre 2012”,
raconte aux enquêteurs l'ex-directeur général adjoint opérationnel.
Dans un premier temps, il s'agit de groupes rebelles, qui reçoivent “entre 80.000 et 100.000 dollars par mois
pour permettre aux camions de Lafarge de circuler sans encombres. Puis,
à partir de 2013, c'est l'Etat Islamique qui prend le relais. Bruno
Pescheux, patron de la filiale syrienne de l'entreprise jusqu'en juin
2014, explique que Daesh recevait “de l'ordre de 20.000 dollars par mois”.

Jusqu'en septembre 2014, l'usine continue de
Jalabiya continue de produire du ciment. Malgré les attaques de Daesh
contre les Kurdes dans la région et les alertes des responsables du
site, qui s'inquiètent pour la sécurité des salariés. “Comment pourrait-on caractériser ces déclarations : un manque de lucidité, la cupidité ou business as usual ?”, demande l'un des enquêteurs à Bruno Lafont, ex-PDG de Lafarge. Celui-ci répond simplement ne pas être au courant.

Le gouvernement français nous incitait à rester

Un élément au moins à joué dans le maintien
de l'activité syrienne de Lafarge: le soutien apporté par le ministère
des Affaires étrangères. Tout au long des investigations, il apparaît
que le Quai d'Orsay informait les dirigeants de l'entreprise de la
situation sur place et les poussait à rester. “Le gouvernement
français nous incit(ait) fortement à rester (…). Tous les six mois, on
allait voir le Quai d'Orsay, qui nous poussait à rester
”, rapporte encore l'un des dirigeants.

Valeurs actuelles

Des CRS contraints de quitter leur hôtel après l’arrivée des migrants qu’ils avaient expulsés

Images intégrées 1
©
Pascal Rossignol Source: Reuters

Un CRS devant des migrants à genoux à Calais le 1er juin 2017

Après avoir procédé à l'évacuation d'un camp de migrants de
Grande-Synthe, des CRS ont eu la surprise de voir les expulsés
installés dans l'hôtel qui leur était destiné. Les policiers,
dépités, ont alors dû plier bagage.

Des CRS délogés par des migrants ? C'est ce qu'affirment des
messages circulant sur les réseaux sociaux après la journée du 19
septembre, où plusieurs compagnies policières ont procédé
à l'expulsion du campement sauvage de Puythouck, à Grande-Synthe

«Après 14 heures de service, on apprend avec stupeur qu’un
bus de migrants interpellés par nos soins arrive dans notre hôtel,
dans nos chambres. Il nous est demandé de quitter nos chambres. Oui
oui les amis. On se fait virer par les migrants. Nous sommes dans
l'attente d’un hôtel», peut-on lire sur un message posté par
l'association Mobilisation
des policiers en colère
.

L'information a été
confirmée par le syndicat Unsa police. «Au retour de leur mission,
la CRS 16 ne s'attendait pas à revoir comme voisins de chambre les
migrants du camp évacué. […] Comble du comble, ce sont les
policiers qui ont dû plier bagage», a fait savoir l'organisation
sur Facebook. 

Le 19 septembre,
plusieurs centaines de migrants ont été évacués du campement
sauvage de Puythouck, à Grande-Synthe, sur ordre du ministre de
l'Intérieur Gérard Collomb. L'Office français de
l'immigration et de l'intégration (Ofii) avait pourtant annoncé que
l'opération avait été préparée en amont et que plus de 400
places d'hébergement avaient été dégagées dans les centres
d'accueil et d'orientation (CAO) pour les mises à
l'abri.

RT France