C’était un 12 août… Fort Chabrol

Cet épisode rocambolesque a tant marqué l’opinion qu’il a engendré une expression dans le langage courant.

Il débuta le 12 août 1899, après que le président du Conseil Waldeck-Rousseau décida d’engager des poursuites contre les dirigeants des ligues nationalistes, accusés de complot contre la sûreté de l’État.
Ce jour, les autorités firent arrêter des dizaines de nationalistes pour les traduire devant la Haute-Cour de justice, dont Paul Déroulède et les dirigeants de la Ligue des patriotes, ainsi que les chefs des Jeunesses royalistes.

Continuer la lecture de « C’était un 12 août… Fort Chabrol »

« L’Équipe » publie un dessin antiblanc ridicule

Le pauvre arbitre arabe qui se fait agresser par une Française.
C’est un peu comme dans la si nuisible série « Plus belle la vie », où l’on voyait des jeunes Français tabasser un Arabe pour une cigarette…
Tous ceux qui savent (et les autres devinent) ce qui se passe sur les terrains de football mesurent l’ignominie de ce dessin et de ceux qui le publient.

C’était un 1er août…

1291: naissance de la Suisse. Les représentants des cantons de Schwyz, d’Uri, d’Unterwald et, selon la légende, Guillaume Tell, promettent de délivrer leur pays de l’emprise des Habsbourg : c’est le serment du Grütli.
Cet événement est considéré comme la naissance officielle de la Confédération helvétique.
Depuis 2006, les autorités s’évertuent à bannir toute participation ou rassemblement dit « d’extrême-droite » sur cette fameuse plaine, à cette date.

1793 : phénomène unique dans l’histoire, ce sont les élus d’un Peuple souverain qui, le 1er août 1793, à l’unanimité votent une loi de déportation et de destruction totale par le feu et par le fer d’un pan entier d’un territoire, la Vendée (à cheval sur le Poitou, l’Anjou et la Bretagne) dont ils sont les représentants. Déçus des résultats obtenus par l’application de cette première loi génocidaire, ils votent à l’unanimité une seconde loi d’extermination de la population le 1er octobre 1793.
Ces deux lois votées à l’unanimité par des révolutionnaires convaincus, en conscience, de leur bon droit et de leur devoir de salut public, sont publiées au Journal officiel de l’époque. Elles sont sans ambiguïté, tant au niveau de la destruction des biens que de l’élimination de la population. Les mots parlent d’eux-mêmes : « Soldats de la Liberté. Il faut que les brigands de la Vendée soient exterminés avant la fin du mois d’octobre : le salut de la patrie l’exige ; l’impatience du peuple français le commande ». Quelques jours plus tard, des ordres précisent que par « Brigands » on entend tous les habitants résidents de Vendée et qu’il faut de préférence éliminer les femmes, « Sillons reproducteurs », et les enfants, « Car futurs brigands ». Ainsi, les Vendéens ont été exterminés, non pas pour ce qu’ils ont fait ou pour ce qu’ils croient, mais pour ce qu’ils sont, du simple fait qu’ils existent.

L’empoisonneuse Agnès Buzyn, ancien ministre de la Santé, nommée à la Cour des comptes

« Discrète depuis sa défaite à la mairie de Paris, l’ancienne hématologue avait été nommée en 2021 à l’OMS. Elle exercera désormais rue Cambon à partir du mois de septembre, après s’être vue attribuée la légion d’honneur au début de l’année. […]
Cette nomination a tout d’une récompense pour une ancienne bonne soldate de la macronie. Elle n’y a pourtant pas laissée que de bons souvenirs.  […] » (source)

Cette sorcière cosmopolite (dont le mari Yves Lévy avait inauguré le fameux laboratoire P4 de Wuhan) s’est illustrée en particulier pendant la première partie de la « crise du Covid », comme ministre de la « Santé », en faisant et disant n’importe quoi.
Auparavant elle s’était distinguée en faisant passer les vaccins obligatoires pour les petits Français de 3  à 11…
Bref, elle a bien mérité du Système.

Mort d’un deuxième Français de droite en Ukraine

Sébastien Landes, dit « le Français », est tombé en Ukraine, à l’âge de 28 ans.

Parachutiste dans l’armée française, il avait servi en Irak et en Syrie. Il avait séjourné ensuite au Koweït, puis en Syrie, cette fois pour le compte de la DGSE.
Revenu à la vie civile, Sébastien s’est engagé en avril 2022 comme éclaireur au sein du bataillon nationaliste ukrainien Karpatska Sich.
Ses frères d’armes disent de lui qu’il était un nationaliste et un combattant exemplaire.

Source

30 juillet… 1940. Création des « Chantiers de Jeunesse »

Une superbe affiche, qu’on imagine mal sous notre régime.

Le service militaire ayant été aboli dans les clauses de l’armistice, l’Etat français, sous l’égide du Maréchal Pétain, lança cette initiative sous le commandement du général de la Porte du Theil.
Elle se proposait « de donner aux jeunes hommes de France, toutes classes confondues, un complément d’éducation morale et virile qui, des mieux doués fera des chefs et de tous des hommes sains, honnêtes, communiant dans la ferveur d’une même foi nationale ».
Continuer la lecture de « 30 juillet… 1940. Création des « Chantiers de Jeunesse » »

C’était un… 29 juillet

1907: le britannique Robert Baden-Powell fondait le mouvement scout. Celui-ci sera ensuite, en France, catholicisé notamment par les pères Paul Doncoeur et Jacques Sevin.
« Sur mon honneur, avec la grâce de Dieu, je m’engage :
à servir de mon mieux, Dieu, l’Eglise et la Patrie ;
à aider mon prochain en toutes circonstances ;
à observer la Loi Scoute ».

Extrait du Chant de la promesse :
« Fidèle à ma Patrie, je serai
Tous les jours de ma vie je servirai.
Je veux t’aimer sans cesse, de plus en plus
Protège ma Promesse, Seigneur Jésus ».

Aujourd’hui, il faut bien choisir le mouvement où l’on inscrit ses enfants, car le scoutisme a été frappé par la crise du monde moderne comme tout.
Les « Scouts de France », par exemple, sont à éviter formellement pour des raisons spirituelles, morales et politiques.

28 juillet 1985 : mort de Michel Audiard

La mort de Robespierre ou l’élan de l’égalité brisé

• 1794 : exécution de Robespierre, Saint-Just, Couthon, et d’autres robespierristes, par leurs amis d’hier. C’est la fin de la « Terreur » républicaine. La mort de Robespierre fut particulièrement sordide.

1985 : mort de Michel Audiard, scénariste, réalisateur et écrivain.

Les dialogues de ses films (entre autres) Un singe en hiver, d’après le roman d’Antoine Blondin, et Les tontons flingueurs restent un modèle du genre et l’archétype d’une certaine esthétique, disparue avec « la France d’avant ».
Nombre de ses répliques sont d’ailleurs devenues « cultes ».

Continuer la lecture de « 28 juillet 1985 : mort de Michel Audiard »

C’était un 25 juillet…

1139 : Alphonse Enriques, comte du Portugal, vainc une coalition de roitelets musulmans à Ourique, dans l’actuelle province d’Alentejo, au sud du Tage.
C’est le « miracle d’Ourique », à l’origine du Portugal indépendant.
Alphonse Enrique était d’origine française. Il était fils d’Henri de Bourgogne.
Les cinq écus bleus au centre du drapeau national rappellent les cinq rois maures vaincus à Ourique. Le drapeau va-t-il être modifié pour ne plus rappeler cet épisode « xénophobe » ?

1593: à Saint-Denis, le roi Henri IV abjure le protestantisme et se convertit officiellement au catholicisme : « Je proteste et je jure à la face du Dieu tout-puissant, de vivre et de mourir dans l’Eglise catholique, apostolique et romaine, de la protéger et de la défendre envers tous, au péril de mon sang et de ma vie, renonçant à toutes hérésies contraires à la doctrine de ladite Eglise. »

1789: l’Assemblée constituante institue un comité de recherches pour déjouer les « complots aristocratiques »…

1873: l’assemblée (conservatrice) vote une loi déclarant d’utilité publique la construction d’une église à Montmartre, conformément à la demande de l’archevêque de Paris, en expiation des fautes de la patrie (notamment lors de la Commune) et pour obtenir la fin des épreuves.
Isaac Crémieux vote contre, tout comme Sadi Carnot, Gambetta, Jules Ferry, Edgar Quinet, et autres antichrétiens dont les axes parisiens portent aujourd’hui les noms…

1920: publication du règlement de la Fédération nationale des Scouts de France. Cette date est retenue comme celle de la fondation du scoutisme en France.

1934: assassinat, à Vienne, du chancelier dictateur Engelbert Dollfuss, par des nationaux-socialistes (il s’opposait à une fusion avec l’Allemagne).
Le fondateur du Vaterländische Front (Front patriotique) avait maté l’opposition armée socialiste quelques mois plus tôt et instauré un État catholique, nationaliste, autoritaire et corporatif. Il fut soutenu jusqu’à la fin par Mussolini, au grand mécontentement de Hitler. Une petite biographie est disponible ici.

1936: dans La Flambeau, journal du Parti social français, le célèbre aviateur Jean Mermoz écrit : « pour être saine et efficace, l’action sociale doit se libérer des entraves d’une politique de métier au service d’intérêts particuliers. Cette politique devra faire face une fois pour toutes à une politique purement française au service de ceux qui travaillent, sans distinction de classe, pour leur pays. »

1937: assassinat du militant du Parti social français Fernand Lafrance.
Continuer la lecture de « C’était un 25 juillet… »

C’était un 21 juillet…

1306: excédé par leur comportement, le roi Philippe le Bel décide l’expulsion de tous les juifs vivant en France et la confiscation de leurs biens. On parle de 100 000 exilés.

1861: première grande bataille de la guerre de Sécession, à Bull Run (Virginie), où les Confédérés battent les troupes de l’Union. Chacun comprend que la guerre sera longue et sanglante.

Afficher l'image d'origine

1934: mort du maréchal Louis Hubert Lyautey.
Ce monarchiste légitimiste a été élu à l’Académie française (1912) et promu maréchal de France en 1921.
Sa carrière, commencée  à Madagascar, connaîtra son apogée au Maroc où il mènera une politique particulièrement intelligente, en associant l’élite marocaine au développement du pays.

Continuer la lecture de « C’était un 21 juillet… »

Moissac (82) : déjà condamné 19 fois, Mohamed L. a été interpellé pour une série d’incendies criminels et des agressions au couteau. Il est “notoirement connu” dans la commune

https://i2.wp.com/images.rtl.fr/~c/1620v1080/rtl/www/1372611-un-pompier-intervient-dans-un-bureau-de-poste-incendie-de-bordeaux-le-1er-janvier-2021.jpg?w=840&ssl=1

« Un mois après sa deuxième comparution immédiate, Mohamed L., 42 ans soupçonné d’une série d’incendies criminels à Moissac, et de menaces avec arme contre des agents de La Poste de la cité uvale, a été interpellé ce week-end après de nouveaux faits de violences avec un couteau. Le quadragénaire qui était sous contrôle judiciaire strict, a été déféré au terme de sa garde à vue. Il a été écroué à la maison d’arrêt de Beausoleil, ce 11 juillet. Il doit être jugé une troisième fois en comparution immédiate, ce mardi 12 juillet.

source La Dépêche
via FDS

C’était un 9 juillet…

mort de Daniel Hyacinthe Liénard de Beaujeu, héros canadien-français méconnu.

Né à Montréal le 19 août 1711 et mort près de Fort Duquesne le 9 juillet 1755, père de neuf enfants, il est officier durant la guerre de Sept Ans, commandant de Fort Niagara.

Il organise l’attaque préventive des troupes du général anglais Braddock alors que celles-ci traversent la rivière Monongahela afin d’assiéger Fort Duquesne en Nouvelle-France.

Conduisant une petite force (700 hommes) composée de soldats réguliers, de miliciens et d’une majorité d’Indiens, il parvient à défaire les troupes britanniques (2000 hommes).

Bien que tué dès le début de l’affrontement, il resta célèbre pour avoir utilisé des coutumes indiennes, tel que le port de peintures de guerre, pendant l’embuscade.
Il fut enterré sous les murs de Fort Duquesne (aujourd’hui Pittsburgh).

Source

Mort brutale du PDG de Biogroup, vaste groupement de laboratoires de biologie médicale

« L’homme, âgé de 52 ans, a été retrouvé mort au pied de l’hôtel Royal Monceau, laissant supposer d’une chute depuis un balcon. Le parquet de Paris a confirmé l’ouverture d’une enquête en recherche des causes de la mort.

D’après les informations du Parisien, les enquêteurs auraient retrouvé une lettre du PDG de Biogroup évoquant « une situation conflictuelle » avec son épouse. Un élément qui tend à conforter la piste du suicide mais aucune déclaration officielle n’est venue confirmer les informations du quotidien. […]

En 2021, le magazine Challenges avait estimé les actifs du chef d’entreprise à 600 millions d’euros, et l’avait placé à la 167e position de son classement des plus grandes fortunes de France.

Biogroup compte quelque 11 000 collaborateurs, répartis dans plus de 1500 laboratoires en France, Belgique, Grande-Bretagne, Espagne, Portugal, Suisse et au Luxembourg. Dirigé par Stéphane Eimer, le groupe était d’abord concentré dans le Nord-Est de la France et s’était développé en 2015 avec le rachat du réseau Biolam-LCD en Ile-de-France. Il a ensuite multiplié les acquisitions dans le Sud, le Centre, en Rhône-Alpes et dans l’Ouest, avant de s’internationaliser à partir de 2020, avec notamment la prise de contrôle du réseau CMA-Medina en Belgique.

La crise du Covid-19 avait contribué à accroître son chiffre d’affaires. Stéphane Eimer expliquait ainsi en 2021 que son entreprise réalisait « 1 test virologique sur 4 en France ». […] » (source La Depeche)

Ce genre de mort, pour des profils comme celui-ci et à ce moment-là, est toujours troublante.

Précisons aussi que Biogroup ne s’embarrasse pas de morale, en présentant parmi ses spécialités la manipulation d’embryons (dont un certain nombre meurt, donc) et la détection de la trisomie 21 (dont le résultat est, de fait, quasi toujours la mise à mort des enfants à naître trisomiques).

C’était un 21 juin 1973…

à Paris : meeting du mouvement « Ordre nouveau » (né en 1970) contre l’immigration sauvage.

Les trotskystes de la Ligue communiste, constituées en commandos armés, se heurtent aux forces de police et mettent à sac le siège du mouvement nationaliste, rue des Lombards.

Les jours suivants, le régime profitera de ces incidents pour dissoudre Ordre nouveau (qui ne s’était pourtant pas heurté à la police) ainsi que la Ligue communiste (qui était déjà la reconstitution d’un groupe dissous et qui se reconstituera ensuite).

Quelques images des affrontements :

16 juin 1883 : fondation de la « La Croix », « le journal catholique le plus anti-juif de France »

Ce jour-là donc, le RP Vincent-de-Paul Bailly et le comte Henri de l’Epinois font paraître le premier numéro du quotidien La Croix, journal catholique (« radicalement catholique » même), antiparlementaire, qui sera farouchement antidreyfusard et antisémite.

En 1890, par exemple, La Croix s’offusquait qu’on le soupçonne d’avoir la moindre complaisance envers les Juifs et se vantait même d’être « le journal catholique le plus anti-juif de France »…

Ce titre sous perfusion financière est aujourd’hui un insipide papier gaucho-moderniste : c’est peut-être l’embarras qui le pousse désormais à en faire « des tonnes » dans l’idéologie dominante ?