C’était un 18 novembre 1936 : mort de Roger Salengro,

né en 1890, politicard socialiste et franc-maçon. De nombreuses rues et avenues portent son nom.

Il devint ministre de l’Intérieur sous le très néfaste Léon Blum.
C’est Salengro qui a totalitairement dissous les puissantes « Ligues » patriotes en 1936, portant un rude coup au camp national.
Continuer la lecture de « C’était un 18 novembre 1936 : mort de Roger Salengro, »

C’était un 9 mai : mort de Sébastien Deyzieu

Le 9 mai 1994, le jeune militant nationaliste Sébastien Deyzieu rendait l’âme, victime de la répression, lors d’une manifestation organisée par le GUD et d’autres associations.

Il était âgé de 22 ans.

Le traitement médiatique n’eut évidemment rien à voir avec l’affaire Malik Oussekine, qui en son temps entraîna d’ailleurs la démission d’un ministre.
Là le gouvernement, dont le ministre de l’Intérieur était le gaullo-mafieux Charles Pasqua, ne fit montre d’aucune émotion.

Chansons des groupes de « rock identitaire français » In Memoriam et Vae Victis dédiées à Sébastien Deyzieu :

__

Une manifestation d’hommage a lieu chaque année :
Continuer la lecture de « C’était un 9 mai : mort de Sébastien Deyzieu »

29 avril 1975 : mort du jeune Sergio Ramelli, 18 ans, assassiné par les Rouges

En cette année 1975, à Milan, Sergio Ramelli était un jeune étudiant de 18 ans.

Militant nationaliste au sein du Front de la Jeunesse (branche jeune du Mouvement Social Italien, MSI), il était connu comme tel dans son milieu scolaire, dans une époque de tension politique marqué par la violence d’extrême-gauche (l’année précédente, plusieurs militants italiens avaient été assassinés par les Brigades rouges).

Le 13 mars 1975, Sergio Ramelli rentre chez lui en fin de journée.
Continuer la lecture de « 29 avril 1975 : mort du jeune Sergio Ramelli, 18 ans, assassiné par les Rouges »

Clément Méric, un activiste d’extrême-gauche belliqueux

[mise-à-jour : la video a été récupérée]

dans la video visible ci-dessous, on aperçoit (à 1’10) Clément Méric (l’affaire ici) en rouge avec sa bande d’« antifas » venir s’en prendre à une pacifique « Manif pour tous » en avril. Un peu plus tôt il franchissait la ligne du service d’ordre pour aller sur des manifestants. A 15’34, l’« étudiant modèle » fait partie du groupe pénétrant dans un bâtiment pour agresser des manifestants.

Ce jour-là, les belliqueux gauchistes se sont adonnés à des provocations mais il y eut aussi des échauffourées qu’on ne voit pas sur la video.
Clément a eu tort de se laisser entraîner par des débiles haineux.
Résultat : ce jeune bourgeois étudiant à Science-Po a trouvé la mort accidentellement en s’en prenant à des prolétaires patriotes, qui se sont logiquement défendus, de façon proportionnée…

Les amis de Clément Méric manifestaient hier…

Dans la video ci-dessous, on voit la manifestation spontanée des camarades de Clément Méric, « jeune étudiant pacifique », « élève modèle tué pour ses idées ».
Que pense le sourcilleux Valls de leurs slogans ?
« Flics, fascistes, assassins ! »
« Un flic, une balle, justice sociale ! »
« A bas l’Etat, les flics et les fachos ! »
« Mort aux fachos ! » (attention, dans leur cas il ne s’agit pas d’ « appels à la violence »…)
A 3’25, la racaille antifa essaie de s’en prendre à l’église Saint Nicolas du Chardonnet, mais est bloquée par des CRS.

Les terroristes de Boston sont à Paris

Ils ont été retrouvés hier soir dans un fourgon de police. Manifestement, ils menacent la sécurité du pays et semblent en passe de renverser le régime… Contre-Info a pu filmer ces talibans au péril de sa vie :

On observe ci-dessous que les terroristes ne sont pas non plus terrorisés par les CRS :

***Attention : vidéos non disponibles. Article basculé en privé / RN ***

Manifestation au siège de Larousse

Les éditions Larousse, ainsi que l’avons signalé et analysé hier sur Contre-Info, ont modifié avant l’heure la définition du mot mariage: « Acte solennel par lequel deux personnes de sexe différent, OU DE MEME SEXE, établissent entre eux une union » !

Contre cet état de fait, des militants pour le mariage naturel ont exprimé, hier, leur désaccord devant le siège de Larousse :

N.B : nous laissons le lecteur juger de la pertinence de l’usage des symboles républicains.

Contre le « mariage » homo : devant le Sénat du 4 au 7 avril !

Parce que le combat pour la famille ne doit souffrir aucun répit, Civitas appelle à la mobilisation quotidienne, du 4 au 7 avril prochains, devant le Sénat qui doit discuter prochainement de ce projet de loi inique. Nous relayons donc le communiqué :

Manifestations quotidiennes organisées par CIVITAS devant le Sénat
durant tout le débat en Haute Assemblée du projet de loi Taubira

Pression quotidienne sur les sénateurs
Il est essentiel de maintenir une pression quotidienne sur les sénateurs durant tout le débat sur le projet de loi Taubira.

CIVITAS n’a aucune confiance dans les sénateurs UMP.
Si l’UMP ne manque pas d’habilement occuper l’espace médiatique lors d’événements contre ce projet de loi, comme ce fut encore le cas lors de la mobilisation nationale et populaire du 24 mars dernier, il faut pourtant bien constater que les actes ne suivent pas, comme en témoignent les trois exemples ci-dessous.
– Le texte aurait déjà pu être bloqué en commission des lois si deux sénateurs UMP, Christian Cointat et Christophe-André Frassa, n’avaient voté en faveur de ce projet de loi.
– Le chef de groupe UMP au Sénat n’est autre que le sénateur-maire de Marseille Jean-Claude Gaudin dont Le Canard enchaîné affirmait il y a peu qu’il avait proposé aux socialistes de liquider en quatre jours à peine le débat en séance plénière du projet de loi Taubira. Ce qui n’étonne guère quand on sait que Jean-Claude Gaudin est un grand ami du lobby homosexuel marseillais. Il a par exemple accordé une importante subvention publique à l’Europride qui se déroulera du 10 au 20 juillet à Marseille et au cours de laquelle une cérémonie baptisée « Les Mariés de l’an 1 » devrait unir symboliquement 2013 duos homosexuels ! Continuer la lecture de « Contre le « mariage » homo : devant le Sénat du 4 au 7 avril ! »

Festival sur twitter

Comme vous pouvez le voir, le député socialiste Pascal Terrasse ne manie pas finement la diabolisation.

Son appréciation est évidemment (hélas) loin de la réalité.

Notons que ce brillant analyste politique – député rappelons-le – n’est pas fichu d’accorder correctement le verbe être avec le sujet de sa courte phrase (« la radicalité […] sont »).

Quant à Elie Peillon, le fils du franc-maçon fanatique qui est ministre de l’Education nationale, il ne brille pas non plus par son français et sa pondération :

elie

On a envie de dire que la bêtise des socialistes SONT stupéfiante !

Civitas appelle à la mobilisation !

Nous relayons bien volontiers le communiqué de Civitas, qui appelle à poursuivre la mobilisation contre le « mariage » homosexuel :

Le vrai printemps français, ce sera avec CIVITAS devant le Sénat

La journée du 24 mars a démontré que la mobilisation nationale et populaire contre le projet de loi Taubira ne faiblit pas. Mieux encore, on constate que le ton de beaucoup de ses participants se radicalise.

Non, les défenseurs de la famille ne sont pas des « casseurs »

Hélas, comme c’était prévisible, celle qui prétend incarner cette mobilisation a trahi ceux qui lui avaient fait confiance.
Elle qui, il y a quelques semaines, avec des accents matamoresques, devant de nombreux journalistes, encourageait les Français à squatter les Champs-Elysées le temps qu’il faudrait pour faire cèder François Hollande, s’est rapidement désolidarisée de ceux qui ont cru à son discours de « printemps français » et ont subi les lacrymogènes et parfois les matraques de policiers et gendarmes. Celle qui se fait appeler Barjot a traité de « casseurs », d’ « extrémistes », de « fachos », ces Français de tous âges, qui n’avaient fait qu’agir selon ses propres consignes.

Récupération politique et supercherie
Les interventions à la tribune ont par ailleurs témoigné de la manoeuvre de récupération politique négociée avec Mme Barjot au profit d’une UMP désormais omniprésente.
Pour faire bonne mesure, la parole a bien été donnée à quelques élus de gauche dont un trotskyste, mais c’est l’UMP qui eut la part belle, avec notamment les discours d’Henri Guaino et de Jean-Pierre Raffarin, tandis que Jean-François Coppé se dressait au premier rang de la foule, place de choix pour répondre aux questions des médias. Une « manif pour tous » désormais au service de simples calculs électoralistes, entre préparation des esprits à la candidature de Mme Barjot et promotion d’un pseudo-engagement de l’UMP. Continuer la lecture de « Civitas appelle à la mobilisation ! »

Communiqué du Renouveau français suite à la manifestation du 24

Un bon communiqué du mouvement nationaliste (qui rejoint notre analyse) :

« Le Renouveau français se réjouit du grand succès populaire de la manifestation de ce 24 mars contre le délirant projet de loi Taubira.
La forte mobilisation ne s’est pas essoufflée depuis janvier et l’immense foule, d’au moins un million de personnes, représente bien la colère de la France réelle face à une petite oligarchie, forte seulement de ses médias et de ses matraques.

Nous regrettons qu’à nouveau les discours et les mots d’ordre des organisateurs officiels aient trop souvent été des apologies des « valeurs républicaines » – qui nous ont pourtant menées là où nous en sommes- , ou aient été d’une mollesse et d’une naïveté déconcertantes face au cynisme du gouvernement.
Nous sommes choqués que la parole ait été donnée complaisamment à des pontes de la droite libérale, coresponsable depuis des dizaines d’années du pourrissement moral de notre société.
Continuer la lecture de « Communiqué du Renouveau français suite à la manifestation du 24 »

Frigide Barjot dérape encore…

Madame Barjot a sans doute quelque accointance avec ses prétendus adversaires. La dernière fois, elle voulait « dialoguer » avec eux, se voulant rassurante quant à ses intentions : non, elle n’est pas une « révolutionnaire« . Elle promettait donc de demeurer aux ordres.

Nous lui avions répondu, sur Contre-Info, que « les révolutionnaires, ce sont précisément ceux qui décident de renverser l’ordre traditionnel de la société, ce sont ceux qui nient l’ordre naturel, ou qui déclarent vouloir s’en émanciper, sous le fallacieux prétexte d’une liberté mal comprise, qui recouvre en fait un nouvel esclavage, celui du consumérisme. Les opposants à leur funeste projet sont au contraire des contre-révolutionnaires, qui veulent reconstruire la société sur ses fondements traditionnels, comme la famille, condition de sa pérennité. »

Hier, madame Barjot a poursuivi sur sa lancée. Annonçant que des perturbateurs tentaient de troubler la manifestation -allusion aux heurts déjà évoqués avec les forces de police-, elle demande aux forces de l’ordre de les en empêcher. Et de s’écrier fièrement : pas de « fachos » ! Voilà, le mot est lancé. Les fachos sont de retour. Entendez que dans sa bouche, il s’agit bien d’une insulte. Ou comment une organisatrice se retourne contre ses propres manifestants. Comme si elle avait besoin, en effet, de donner des gages de bonne volonté à un système qui l’a pourtant déjà condamnée, et de sacrifier sur l’autel de la bien-pensance les militants les plus remontés contre un gouvernement devenu totalement illégitime. Continuer la lecture de « Frigide Barjot dérape encore… »

Retour sur la manifestation du 24 mars

Lancelot, gazé deux fois par la police lors de la manifestation du 24 mars.

Une fois acté que le projet de loi sur le « mariage » gay s’oppose aux exigences du droit naturel et qu’il sécrète de graves discriminations auprès des enfants, lesquels, selon le désir de l’adulte, ne seront pas tous élevés par un papa et une maman, que faire ?

Si la légitimité se fonde sur le respect du droit naturel, et se distingue ainsi de la légalité, le projet de loi contre lequel un million et demi de français ont manifesté hier n’est pas légitime. Et pour pallier cette absence de légitimité, le pouvoir s’impose visiblement par la violence.

Une question subsiste : que faire face à la violence étatique lorsqu’elle contredit les principes fondamentaux sur lesquels repose la civilisation ? Et que tous les moyens légaux ont été épuisés ?