C’était un 26 janvier…

1941 : lancement par « l’Etat français » du Comité de rassemblement pour la Révolution nationale (en réaction, dit-on, au lancement par Déat du Rassemblement National Populaire tourné vers la collaboration), où figurent parmi les premiers membres Thierry Maulnier et Antoine de Saint-Exupéry.

1871 : ce jour a lieu la signature d’un armistice entre la France de Napoléon III et l’Allemagne menée par Bismarck, concluant de façon catastrophique la guerre commencée – imprudemment et pour des motifs légers – par l’empereur le 19 juillet 1870.

L’Alsace (sauf ce qui deviendra le territoire de Belfort) et les trois quarts du département de la Moselle vont être arrachés à la France.
Des centaines de milliers d’Alsaciens et Lorrains quittent leurs foyers et s’exilent par refus de devenir citoyens allemands (près de la moitié de la population de Metz).
Les conséquences pour l’Europe vont être très lourdes.

1983 : mort de Georges Bidault. Cet agrégé d’histoire, ancien professeur à Louis-Le-Grand, fut président du Conseil national de la Résistance (CNR) après l’arrestation de Jean Moulin, en juin 1943.
Président du Conseil en 1949 et plusieurs fois ministre des Affaires étrangères de la IVe République, il fut l’un des plus fermes opposants à la politique gaulliste de trahison et d’abandon de l’Algérie (il relança le CNR), ce qui le conduira à entrer, comme d’autres, en clandestinité en juillet 1962. Il dut s’exiler en Espagne jusqu’à l’amnistie de 68 (obtenue par Massu auprès de De Gaulle, ce dernier faisant dans sa culotte face aux évènements de Mai 68).

3 commentaires concernant l'article “C’était un 26 janvier…”

  1. bonjour,

    je suis descendant d’Optant -en son sens large, ceux qui ont cru pouvoir opter pour la France en restant chez eux- ma famille a rejoint la France non annexée en 1901.
    Nous nous considérons comme des  »Alsaciens de l’intérieur », c’est-à-dire des Alsaciens vivant en d’autre régions que l’Alsace.
    S’il y a des Optants qui lisent ces lignes, qu’ils me fassent un petit clin d’œil…
    bien à vous,
    Eric BURTSCHER

  2. Dés l’annexion en 1871, mon Aïeul a opté pour la France, accompagné de son Epouse et de son fils ( mon arrière Grand-Père alors âgé de huit ans). Ils se sont établi à Djidjelli en Algérie ou mon Aïeul y avait fait son service militaire, dix ans auparavant. Bien cordialement. Alain HIGELIN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.