C’était un 18 novembre 1936 : mort de Roger Salengro,

né en 1890, politicard socialiste et franc-maçon. De nombreuses rues et avenues portent son nom.

Il devint ministre de l’Intérieur sous le très néfaste Léon Blum.
C’est Salengro qui a totalitairement dissous les puissantes « Ligues » patriotes en 1936, portant un rude coup au camp national.
Continuer la lecture de « C’était un 18 novembre 1936 : mort de Roger Salengro, »

Horrible : la « liquéfaction » des corps

Après l’incinération des corps que la Franc-Maçonnerie a obtenue et propagée après un long bras de fer avec le catholicisme, voici la « liquéfaction » !
Cette nouvelle méthode pour se débarrasser des défunts – en les privant de sépulture, d’ensevelissement et du respect le plus élémentaire – consiste à plonger le mort dans une solution aqueuse d’hydroxyde de potassium, à une pression légèrement supérieure à 10 bars, et portée à 180°C.
Les tissus humains sont complètement dissous au cours de ce processus chimique (hydrolyse alcaline), et le liquide ainsi obtenu est évacué par… le système des égouts municipaux !
Continuer la lecture de « Horrible : la « liquéfaction » des corps »

Russie : interdiction du mouvement DPNI par le pouvoir

Le 18 avril, le tribunal de Moscou a rendu sans surprise son verdict : le DPNI (« Mouvement contre l’immigration illégale », principale organisation nationaliste russe) a été déclaré « extrémiste » et, à ce titre, interdit.
Une décision politique qui avait déjà été donnée par le gouvernement à la justice, d’après le mouvement, prétextant des incidents en décembre suite au meurtre d’un supporter moscovite par des immigrés.
La remarquable montée d’un nationalisme anti-système, particulièrement chez les jeunes, inquiète visiblement le pouvoir russe.

Une nouvelle organisation regroupant les militants orphelins du DPNI et d’autres structures verra probablement le jour dans les prochains mois.

Nouvelles du DPNI

Le principal mouvement nationaliste russe est visé (comme nous l’expliquions ici) par une procédure de dissolution initiée par le bureau du procureur de Moscou.

Mais voilà, ce dernier a demandé un délai d’un mois supplémentaire pour son enquête, reconnaissant manquer de preuves ! La date du verdict est donc repoussée d’autant.

De son côté, Alexander Belov (en photo), président du mouvement, a porté plainte contre les responsables moscovites du FSB (service secret de sécurité intérieure) et du bureau du procureur, pour diffamation.

L’Olympique lyonnais veut éliminer les nationalistes de ses tribunes

Après le Kop de Boulogne à Paris, ce sont dans les tribunes lyonnaises que le gouvernement et les associations « antiracistes » souhaitent éradiquer tout ce qui ressemblerait de près ou de loin à un patriote.

« Afin d’atteindre cet objectif, les stadiers et les agents de sécurité lyonnais s’apprêtent à suivre une formation visant à repérer et signaler les propos et agissements racistes au sein de certaines tribunes. Cette initiative a pris jour en mars, lors d’une réunion entre les dirigeants de l’Olympique lyonnais, le préfet de police et la Licra.

A peine un mois plus tard, le groupe de supporters Cosa Nostra, né de la fusion entre les Lugdunum et les Nucléo Ultra, était dissout par le ministère de l’Intérieur. Pour autant, à Gerland, les nationalistes ont toujours leurs quartiers dans le virage sud. Certains de ses membres se sont regroupés pour former « Les indépendants ». Ils figurent en première place sur la liste noire des groupes dits « d’extrême-droite ». De même, « Lyon 1950 » et les « Bad Gones » sont sur la sellette. » (source)

Comble du ridicule, des tracts seront distribués avant chaque match, sur lesquels figurera le numéro national de la cellule juridique de la Licra, où ils pourront signaler ces comportements. L’Olympique lyonnais fait partie des 22 clubs de Ligue 1 et de Ligue 2 à avoir signé un accord national, en octobre, en partenariat avec l’UCPF et la LFP.

Juvénal