Kiss in devant Notre Dame : SOS homophobie lance un appel à témoin

Les militants sodomites de l’association SOS homophobie ne rêvent que d’une chose, faire condamner les quatres catholiques arrêtés pour avoir défendu Notre Dame de Paris, le 14 février dernier, lors de la provocation du Kiss in (cf article 1 et 2) .

Dans cette optique, l’association s’est portée partie civile en vue du procès qui se déroulera en novembre prochain. But de la manoeuvre : gagner en notoriété et si possible un petit peu d’argent…

Mais seulement voilà, les preuves sont minces et l’avocat des accusés risque fort d’obtenir l’acquittement sans trop de difficultés.

L’ultime solution qui s’offre aux invertis est de faire appel à d’ éventuels témoins qui ne se seraient pas faits connaître auprès de la police. Vous remarquerez que sur l’appel lancé par SOS homophobie, les responsables de l’association invitent des « témoins » à prendre contact auprès… d’eux ! Et non de la police ! C’est toujours mieux de pouvoir donner quelques instructions aux témoins avant le dépôt au commissariat, ça évitera qu’ils puissent refaire les mêmes erreurs que leurs prédécesseurs…

Afin de les aider au mieux nous vous invitons à laisser le témoignage de  votre gratitude pour l’action menée par cette belle association : sos@sos-homophobie.org

source

Thiberville : le recours de l’abbé Michel accepté par Rome

Tremblement de terre dans l’évêché d’Evreux : Mgr Nourrichard, qui annonçait il y a peu que Rome lui avait donné raison, s’inquiète. La plus haute juridiction du Saint Siège, le Tribunal Suprême de la Signature Apostolique, a donné droit à M. l’Abbé Francis Michel, curé de Thiberville, d’exposer sur le fond, ses réclamations, en acceptant le recours qu’il avait présenté.

Contrairement aux affirmations publiques de Mgr Nourrichard, qui estimait donc avoir raison, aucune décision définitive n’a été rendue par les autorités romaines, actuellement saisies de plusieurs autres réclamations. Rome avait donné tort à l’abbé Michel sur des problèmes de formes, mais pas sur des problèmes de fond. L’évêque d’Evreux peut donc remballer sa menace de suspension.

Source