Bavure ou méthode américaine ?

– Oh, yeah, look at those dead bastards.
– Nice.

C’est la video qui « buzze » actuellement outre-Atlantique. Elle montre des soldats états-uniens massacrant un groupe d’hommes qu’ils croyaient armés, à Bagdad en juillet 2007.
Mais les supposées armes (dont un RPG !) sont en réalité des appareils photographiques et deux journalistes de l’agence Reuters sont abattus.
Mais ce n’est pas tout : l’hélicoptère mitraille aussi une camionnette arrivée sur place et dont sont sortis des hommes non armés, pour secourir le premier groupe.
Leurs propos indiquent que les soldats américains semblent se croire dans un jeu video.

A partir de 4’35 et de 9’10.

Source

Kiss-in à Nice : 200 sodomites s’embrassent en public

Plus de deux cents homosexuels ont participé samedi dernier à un kiss-in en réaction à une pseudo agression dont deux d’entre-eux auraient été victimes une semaine plus tôt à Nice.

Rappel des faits : une semaine plus tôt, Steeve et Romuald, deux sodomites de 29 ans n’avaient rien trouvé de mieux à faire que de se rouler de grosses pelles dans un jardin public du centre-ville de la ville au milieu des enfants…
Une mère, légitimement outrée, leur demanda d’arrêter leur provocation à cause de la présence des enfants.

Sûrs de leur droit à pervertir la jeunesse, les deux gays insultent la pauvre mère de famille et recommence de plus belle. Malchance pour les provocateurs, quelques jeunes gens présents prirent la défense de la mère de famille et leur indiquèrent virilement la sortie du jardin public.

En réponse à cet odieux acte homophobe, les assoces gays de Nice se sont mobilisées massivement pour organiser ce kiss-in géant.

Source

République sioniste : promotion de Pâques de la Légion d’honneur

Dans la promotion de Pâques  de la Légion d’honneur, nous avons noté avec « surprise » les promotions ou nominations suivantes Moise Cohen, président d’honneur du Consistoire de Paris est promu officier ; Eric de Rothschild, président du Mémorial de la Shoah et Edmond Elalouf, président du Centre communautaire de Paris sont nommés chevaliers.

Marc Knobel, le commissaire politique du Crif, s’en prend à Fdesouche

François Desouche, le site d’extrême droite le plus populaire de France (24.000 pages vues par jour), n’est pas hébergé en France. « Identitaire » » et « nationaliste », ses créateurs ont pourtant choisi de l’installer aux États-Unis, dans la petite ville de Lansing au Michigan. Plutôt paradoxal pour un site qui stigmatise les étrangers qui s’installent en France, (…)
« Ces sites s’hébergent à l’étranger parce qu’il existe une loi anti-raciste en France depuis 1972 », explique à StreetPress, Marc Knobel chercheur au CRIF et ancien responsable d’une association de lutte contre le racisme sur Internet:
« Les propos racistes et antisémites sont considérés non comme des opinions mais comme des délits, et des actions en justice peuvent être intentées contre les directeurs de publication de ces sites.» Marc Knobel poursuit: «A partir du moment où ils sont à l’étranger, ils sont tranquilles. Les coordonnées que possèdent les hébergeurs étrangers ne peuvent pas être transmises aux services français ».

Source

Chronique de la christianophobie – 06/04/2010

«L’athéisme en France est une religion et l’anticléricalisme une église.» E.Berl

Chers internautes,

Il n’est pas question ici de se lamenter. Le rendez-vous hebdomadaire que nous vous proposons a pour seul objectif de fortifier votre esprit critique et votre quête de Vérité, en mettant à votre disposition des éléments cachés par les grands de ce monde en termes de christianophobie.
Ici, ce vocable sera considéré dans son acception la plus large, c’est-à-dire que nous traiterons aussi (en plus de la peur) de la haine dont la Chrétienté est l’objet dans notre monde.
Posez-vous une question simple : à quelle fréquence entendez-vous parler de faits relevant de la christianophobie  dans les médias traditionnels ?
Croyant à l’objectivité des médias, beaucoup se contentent d’assimiler « actes antireligieux » à « islamophobie », ou « judéophobie ».  Les actes qui y sont associés existent bien entendu, et sont, eux, largement relayés par les médias. En tant que média alternatif, nous visons ici à combler les lacunes du système d’information en place, et à dénoncer ses mensonges, le cas échéant.
Continuer la lecture de « Chronique de la christianophobie – 06/04/2010 »

Un dirigeant afrikaner séparatiste assassiné

Le leader sud-africain blanc Eugene Terreblanche a été battu à mort pendant son sommeil par deux jeunes noirs samedi dans sa ferme située dans les environs de Ventersdorp à 100km à l’ouest de Johannesburg.

« Le corps de M. Terreblanche a été découvert sur le lit, portant des blessures au visage et à la tête », a ajouté Adele Myburgh. Une machette a été retrouvée sur le cadavre, ainsi qu’un « knobkerrie » -une sorte de matraque africaine à bout rond-à proximité du lit.

Ce nouveau meurtre de fermier blanc intervient à moins de dix semaines du coup d’envoi de la Coupe du monde de football -la première disputée sur le sol africain-alors que l’inquiétude grandit dans le pays en raison du nombre particulièrement élevé de billets invendus et de chambres d’hôtel encore libres pour la compétition.

Descendant de huguenots français, Eugene Terreblanche débuta sa carrière politique en 1973, fondant avec six autres nationalistes blancs le Mouvement de résistance afrikaner, l’AWB, organisation prônant la séparation ethnique. Farouche opposant à la démocratie parlementaire, sous toutes ses formes. Terreblanche arrivait aux meetings politiques à cheval, escorté par des gardes du corps en habits militaires et devint le leader charismatique d’une petite minorité de blancs sud-africains, principalement chez les fermiers boers dans les zones rurales du pays, comme l’Orange Free State ou le Transvaal.

Récemment, il avait fustigé la corruption du gouvernement sud-africain. « Notre pays est dirigé par des criminels qui tuent et volent (…) Nous sommes à nouveau opprimés. Mais nous nous relèverons », avait-il déclaré en faisant référence à la résistance des Afrikaners lors de la guerre des Boers (1899-1902).

Nos états d’âme modifient l’expression de notre ADN

« Un esprit sain dans un corps sain » cet adage établi par le Docteur Alexis Carrel dans son célèbre ouvrage « l’Homme, cet inconnu », vient d’être renforcé par la preuve scientifique que l’esprit influencerait l’expression de notre ADN.

« Une équipe menée par Mikael Meaney, à l’université de McGill (Canada), l’a montré en comparant le cerveau des bébés rats cajolés par leur mère à ceux de ratons délaissés. Le délaissement induit des modifications épigénétiques qui bloquent le gène utilisé pour produire le récepteur aux corticoïdes dans l’hippocampe. Or, ce récepteur contrôle la réponse au stress en réduisant le taux sanguin de cortisol, l’hormone libérée en cas de stress. En clair, les rats délaissés possèdent moins de récepteurs au cortisol, et sont alors moins bien armés pour faire face au stress. Perpétuellement angoissés, ils souffrent de troubles de la mémoire et d’un comportement dépressif. Même à l’âge adulte, le moindre dérangement prend chez eux des proportions alarmantes […]. Lorsqu’une femme est dépressive ou anxieuse pendant sa grossesse, le bébé a tendance à présenter un marquage épigénétique anormal sur le gène du récepteur aux corticoïdes. Avec pour conséquence un nourrisson au taux de cortisol élevé, très sensible au stress. La preuve que nos gènes gardent la cicatrice des évènements vécus avant même la naissance.» (source : Science et vie Mars 2010)

Ces modifications pourraient peut-être être transmissibles héréditairement.

L’expression de l’ADN pouvant être modifié par l’environnement, on voit alors toute l’importance du rôle de la  société et la qualité de l’éducation dans la construction de l’individu et son équilibre psychique… Alexis Carrel pressentant : « L’avenir sera ce que nous serons nous-mêmes. Il est bien certain que le principe du moindre effort, la morale du plaisir, le libéralisme sont en contradiction avec les règles de conduite inscrites dans la structure même de notre corps et de notre esprit. Ils doivent être rejetés de façon radicale ».