Lobby pharmaceutique, argent et journalisme

Témoignage intéressant de la biochimiste de formation Virgine Bagouet, qui a travaillé plusieurs années pour Impact Magazine (une revue à destination des médecins généralistes). Elle a particulièrement étudié deux médicaments produits par les laboratoires Servier : le Médiator et le Protélos. Elle raconte sur RMC les petits ennuis qu’elle a connu suite à la rédaction d’articles pas franchement élogieux pour ces deux médicaments.

« C’est simple, sur le Médiator, on nous a rapidement interdit d’enquêter, puis même d’écrire. Je me suis aperçue très vite que la directrice de la rédaction faisait modifier tous mes articles. Mais c’est avec le Protélos que j’ai eu les pires ennuis. J’ai su que mes articles étaient directement envoyés chez Servier. Puis je les voyais revenir modifiés, et ils étaient publiés sous une autre signature. Je me souviens d’un article précis dont la moitié avait carrément été refaite par Servier, avec des termes élogieux et un vocabulaire marketing qui ne laissait aucune place à la vérité. Evidemment, j’ai rapidement demandé à ma directrice de la rédaction des explications. La réponse a été courte et claire : « Servier est content… » ».
« Pour résumer, le journal ne pouvait pas se permettre de rentrer en conflit avec le groupe pharmaceutique. J’ai également en mémoire un article sur les effets secondaires du Protélos que j’avais écrit. A la suite de sa publication, Servier avait suspendu sa publicité dans le magazine pendant 6 mois. On me mettait la pression en me disant que je mettais en danger la survie du journal. On me disait : « Tu as 70 emplois entre tes mains. Tu veux les mettre en péril ? » ».

11 commentaires concernant l'article “Lobby pharmaceutique, argent et journalisme”

  1. Technique classique pour faire taire les récalcitrants.

    On ferme le robinet et le propriétaire du journal est dos au mur.., soit il baisse son froc soit il perd tout !

  2. Ils sont hideux!

    Je les hais!

    Pour ceux qui n’ont pas d’enfants, commencer des maintenant à vous entraîner à prononcer NON, poliment, et fermement, préparez une liste d’argument, apprenez la par coeur,vous en aurez besoin car les médecins vous pousseront à faire de vos gosses de vrai pharmacie sur pattes.

    Par exemple vous savez ce qu’on vous sort quand vous refuserez le vaccin ORR, car le premier argument que vous avancez est ue la rougeole n’est pas une maladie mortelle? Et bien que maintenant, en France, il y a depuis quelques temps il y de plus en plus d’enfants qui meurt.
    Alors vous qui aimez vos enfants, qui voulez leur bien, quand vous entendez ces mots de la part d’un professionnel, vous vous dites que vous leur faite peut être courir un grave risque, qu’ils pourraient mourir de la rougeole et que ce sera votre faute parce que vous aurez refuser un soin. Et ça va être de pire en pire car maintenant ils vont avoir des primes de rendements.

    J’en connais qui sont contre les vaccins, qui ont conscience du danger, qui le disent, mais arrivées devant le docteur perdent leur moyens et les font tous, y compris celui de l’hépatite B. C’est eux la bête immonde, pousser des médecins à faire du chantage affectif aux mères pour vendre leur poison, ça prouve toute l’horreur de leur projet.

    Nous ne pouvons plus avoir confiance en personne, ils nous ont tous trahi, tous ceux qui devaient nous défendre, nous soigner, nous protéger, la police, la justice, et les médecins aussi se sont vendus.

  3. Dans les années « 70 » (1970 pas 1870 🙂 ) j’ai « milité » à la Ligue pour la Liberté des vaccinations. Pas facile de faire passer les gamins aux travers de la pharmacopée… on aurait suivi le troupeau on finissait avec des petits veaux en batterie! l’horreur pour les animaux transposée sur l’homme… C’est comme ça que je me suis retrouvé dans un mélange cocasse et sympathique d’anarcho gaucho, fachos, croyants cathos, parpaillots… tous gens néanmoins intéressants car pas dupe de l’entubage du système. Et finalement avec plus de points communs que certains s’imaginent. On a aussi réussi à passer à travers les radioscopies de contrôle (irradiation maximum) de la Médecine du travail. On répondait pas aux convocations… et finalement on n’a plus rien reçu… faire le mort avait du bon! 🙂 Avec les ordinateurs de la Stasi… c’est peu être plus dur.

    Le seul vaccin qu’on faisait faire? le Tétanos, vu qu’on travaillait la terre de nos jardins, sans produits « chimiques »!

  4. surtout ne faites pas vacciner vos enfants trop jeunes ,et empecher les vaccinations sous tous les prétextes (religieux, moraux, etc) car de plus en plus de vaccins sont vastement plus dangereux que les pseudo épidemies inexistantes ou pas forcement si graves que çà . Allant souvent sur prisonplanet j’ai découvert que des vaccins sont sciemment contaminés et sont des armes biologiques mortelles qui tuent et ou devastent des vies .Ainsi ,refusez le Gardansil ,ce vaccin soit-disant anti-cancer de l’utérus pour très jeunes filles qui a tué déjà des milliers de gamines aux USA !

  5. quand à Servier , voilà un pourri qui devrait délocaliser ses camelotes en Chine au lieu de se vanter de ses intentions de continuer à s’enrichir avec son bizness chez nous !

  6. Et pendant qu’on se bat pour empêcher qu’on empoisonne nos gosses, ces pét…..ses de féministe ne trouve rien de mieux à faire que lutter pour que l’on supprime la case « mademoiselle » sur les papier administratif car discriminatoire!

    ??!!!

    Avec toutes les difficultés que les femmes rencontre dans leur quotidien, elles ont trouvé que ça et le gender! Merde, poutant elles ont l’embaras du choix!!

  7. Le Huron

    Le vaccin contre le tétanos n’est pas indispensable.
    Un jour un médecin fut appelé pour un malade ( je ne sais pas de quoi il souffrait) net tandis qu’il le soignait, on vint lui dire qu’un homme souffrait du tétanos, qu’il était en « lame de ressort » (dos incurvé classique).
    Ne sachant que faire, il fit au hasard une intraveineuse de magnésium dosée à 25 %, remède appliqué au premier malade, il la fit lentement pour éviter un accident cardiaque. Sa surprise fut grande quand deux heures après, on lui dit que le tétanisé était assis dans son lit et réclamait à boire. Par précaution il répéta deux fois la piqûre ( espacée de douze heures), on ne trouva plus rien dans le sang de ce malade.
    D’autre part autrefois on utilisait le sérum du cheval pour soigner le tétanos, or c’est un animal qui justement est très sujet à cette maladie.
    Conclusion : les vaccins sont à remettre en cause, certains crient dans le désert, qui ont des choses à dire.

  8. « Lève toi » à raison.
    D’autant plus pour faire très simple, que le principe du vaccin est d’inoculer les germes de la maladie « désactivé » pour que notre système de défense crée des anticorps capable de repousser la maladie en cas de contamination. Mais dans le cas du Tétanos c’est de la grosse foutaise dans le sens que le corps ne développe pas cette « barrière » contre le tétanos.
    Certaines personnes ayant eu le tétanos et ayant été guéri, l’ont rattrapé une seconde fois alors que le corps pour se débarrasser de la première contamination aurait du produire suffisamment d’anticorps (de la même manière qu’on nous le dit pour les vaccins) pour ne pas rechuter, mais non.

  9. Quand on sait que « Pas moins de 128 000 personnes sont hospitalisées chaque année suite à la prise de médicaments en France », on se pose de réelles questions sur le but de l’industrie pharmaceutique. Et avec le nombre en constant évolution de nouveaux médicament qui sortent chaque années… N’aurions nous pas affaire un simple business comme un autre ou le but est le fric avant tout ?

    Voici un article qui soulève le débat sur le sujet : http://fleausolution.com/2011/11/entreprises-pharmaceutiques-leur-but-est-de-se-faire-du-fric/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.