C’était un 28 septembre : mort de Roger Nimier

Le célèbre écrivain, passionné de voitures, se tue au volant de son Aston Martin à l’âge de 37 ans, en compagnie de la romancière Sunsiaré de Larcône, à la hauteur de La Celle-Saint-Cloud, le 28 septembre 1962.

Il était considéré comme le chef de file du mouvement littéraire dit des « Hussards ».

Ce courant, dans les années 1950 et 60, s’opposa aux existentialistes et à la figure de l’intellectuel engagé qu’incarnait Jean-Paul Sartre. Les Hussards se distinguaient d’abord par un style, cinglant. On les caractérisait aussi comme antigaullistes de droite, anticonformistes, refusant les modes et ayant le goût des causes perdues.

Les plus fameux romans de Roger Nimier sont Les épées, Le hussard bleu et Les enfants tristes.
Son ami Antoine Blondin lui consacrera un ouvrage : Monsieur Jadis ou l’école du soir.


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :

6 commentaires concernant l'article “C’était un 28 septembre : mort de Roger Nimier”

  1. ces auteurs qui fleurent bon la France, marginalisés, oubliés, enterrés…
    Qui se souvient de Roger Nimier ou a lu sa prose?

  2. A lire le libre d’Alain Sanders le Hussard bleu avec des talons rouges sublimes, surtout le tandem NIMIER, BLONDIN et l’histoire du chauffeur en livré et de la rolls (nimiez) qui vient chercher Blondin au commissariat pour une histoire de note de restaurant impayé.

    A lire

  3. Dernier survivant de cette époque, Guy Dupré, ami de la conductrice aux pieds nus, Sunsiaré de Larcone.
    Dupré, auteur des « Mamantes », le livre préféré du lycéen Emmmanuel Macron…

  4. Sunsiaré (pas plus que Sagan) n’a jamais conduit pieds nus.
    Invention de journaleux.
    Vous êtes-vous jamais assis dans une DB4 GT, avec son lourd pédalier d’aluminium surchauffé et ses énormes caoutchoucs collants?
    Déchaussé, je vous défie bien de passer les vitesses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.