21 janvier : anniversaire du régicide

Le 21 janvier 1793, la racaille révolutionnaire, ivre de haine et de rage, assassinait le roi de France, Louis XVI, agé de 38 ans.
Cet acte sauvage recelait une grande force symbolique : en décapitant celui qui était le père de la nation organique et le sommet de l’Etat monarchique, c’était l’ordre ancien qui était abolit en profondeur, au profit d’une contre-civilisation qui allait s’instaurer progressivement et inexorablement et dont nous connaissons aujourd’hui une certaine étape.

Pour l’anecdote, et contrairement à ce que laissait espérer l’innovation technique que constituait la guillotine, l’exécution du roi martyr fut une boucherie.
Revenons donc à ce triste épisode, au coeur des heures les plus sombres de notre histoire.

Craignant un ultime rebondissement si le roi faisait un discours devant la foule, le commandant de la garde nationale donna l’ordre de faire jouer tous les tambours au pied de l’échafaud, qui était d’ailleurs fortement protégé.
Sur la dernière marche cependant, le roi fit un signe impérieux aux tambours qui, surpris, cessèrent de battre,
et cria d’une voix tonnante : « je meurs innocent de tous les crimes qu’on m’impute. Je pardonne aux auteurs de ma mort, et je prie Dieu que le sang que vous allez répandre ne retombe jamais sur la France. Et vous, peuple infortuné… »
Déjà, des ordres étaient donnés et les tambours reprenaient.
Un journaliste de l’époque écrivit :  « est-ce bien le même homme que je vois bousculé par quatre valets de bourreau, déshabillé de force, dont le tambour étouffe la voix, garrotté à une planche, se débattant encore, et recevant si mal le coup de la guillotine qu’il n’eut pas le col mais l’occiput et la mâchoire horriblement coupés ? »
D’après certains témoignages, il fallut s’y reprendre à deux fois pour trancher la tête, tandis que d’autres affirment que le bourreau dut appuyer de tout son poids sur la lame qui avait à peine entamé le crâne – au lieu du cou – afin de détacher la tête…
Le prêtre présent raconta qu’ensuite « le plus jeune des gardes, qui semblait avoir dix-huit ans, saisit immédiatement la tête, et la montra à la populace en faisant le tour de l’échafaud ; il accompagna cette monstrueuse cérémonie des gestes les plus atroces et les plus indécents ».

On notera avec inquiétude que l’idéologie républicaine, contre-nature et forgée dans le sang de très nombreux Français, connaît aujourd’hui un regain de popularité dans la mouvance nationale.

19 commentaires concernant l'article “21 janvier : anniversaire du régicide”

  1. Lisez  » l’enfant du temple  » c’est à pleurer de faire ça à un enfant de huit qui par la torture physique et morale a dit  » je veux mourir  »

    les tanneries avec des peaux humaines sous la république

    elle a éé fondée sur le crime , le sang

  2. Lire l’exellent livre de Secher sur la vendée, oui le 21 janvier notre bon roi fut exécuter par la les fréres trois points, depuis ils tremblent car un jour il faudra bien qu’il paye leurs forfaitures et crimes, mais la branche royale est Ligitimiste car les Orléans sont plus dans la course au trone depuis le vote sur la mort du roi martyr Louis XVI par le fameux philippe l’égalité. Le roi est mort vive notre nouveau roi mais un bourbon uniquement, le reste est régicide, la seule faute de Ch Maurras eut été de croire a la branche des Orléans, VIVE LE ROI.

  3. Lisez « le Livre Noir de la Révolution Française » complet et objectif. Je suis en train de le lire, il est très bien.

  4. Révolution « française »=boucherie maçonnique antifrançaise/trahison nationale anti-populaire/arnaque-escroquerie de banquiers comploteurs 🙂

    1789=début insidieux du TOTALITARISME PROGRAMME DU NOUVEL ORDRE MONDIAL (le gouvernement mondial de l’Antechrist/Big Brother)

    Aux chiottes le bonnet phrygien et rendez nous notre vraie FRANCE!

  5. Les Orléans? peuh! Tixier Vignancourt disait que le Comte de Paris descendait d’Orléans… en passant par Les Aubrais (gare de correspondance de la sncf des années 70)

    Les descendants du régicide Philippe d’Orléans -dit Egalité- ne peuvent prétendre à un héritage qui serait issu d’un crime. En Droit, un assassin ne peut hériter de sa victime… encore heureux! ses descendants non plus.

    Philippe Egalité a fini « raccourcis » aussi, juste retour de son crime! La mort du Roi ne fut pas votée à l’unanimité et sa voix a pesé lourd dans la balance, provocant même la surprise de Robespierre (me semble-t-il)

  6. N’ayez crainte,ce n’est pas l’idéologie républicaine qui connait aujourd’hui un regain de popularité dans la mouvance nationale mais plutôt une prise de conscience de la prolifération des jacobins dans notre société et comme je le disais sur un autre topic,ce n’est pas le peuple qui se laisse duper mais la populace,celle qui se soumet à l’idéologie importée des USA et qui se fait sodom…. avec le sourire.
    Le peuple ne mange pas de ce pain car le peuple a une conscience raciale,politique,religieuse et aussi culturelle.
    Le roi Louis XVI doit aujourd’hui se retourner dans sa tombe en voyant ce que la république a apporté à la France.
    Approuver ce régime obscurantiste de nos jours relève de l’ignorance concernant la réalité de la monarchie présente au cours de nombreux siècles sur notre territoire.
    Les jacobins doivent savoir que,malgré toutes leurs persécutions contre le peuple Francais,malgré leur système de surveillance des citoyens,malgré la répression républicaine…
    Nous ne lâcherons rien et nous battrons jusqu’à notre dernier souffle.
    Bientôt ces imposteurs se verront avaler leur torchon sur la « constitution Francaise » et là,ils connaitront la douleur qu’ils ont fait enduré à Louis XVI et à Jeanne d’Arc.

    Vive la monarchie et vive le roi de France.

    Vive le peuple Francais qui lutte pour défendre son pays.

    Vive le nationalisme

  7. Et pourtant, Louis XVI avait fait de bonnes choses, même pour ceux qui l’ont fait tuer, car c’est toujours eux qui sont là avec leur haine atavique du christianisme au point de comploter pour un nouveau monde où l’homme n’est plus homme mais se comporte comme une bête.
    Revenons à Louis XVI, voici un extrait des mesures politiques et sociales qu’il avait mises en oeuvre pour soulager le peuple : http://cerclehenri4.free.fr/nouveau/saviez.html

  8. Vous êtes marrant mais quelqu’un qui balance nos plans de bataille à l’ennemi mérite échafaud, quelle idée d’être aller chercher cette autrichienne aussi.

  9. Très très bien (je parle du jour) lorsque je pense que pas moins qu’hier j’ai parlé à un jeune de 14 ans de toute la tromperie qu’il y a eu envers le Roi Louis XVI et du « jeu » de la ripoublique.

    Un conseil (si j’ose le faire) aux internautes de ce site: Enseignez aux jeunes de se méfier de l’école républicaine.

  10. Jojo le bonobo

    Faux. Et Marie-Antoinette n’avait rien à y voir. Avant de propager la propagande historique jacobine faite l’effort d’étudier l’Histoire. Sinon retournez au passe-temps onaniste de ces chers Bonobos 😀

  11. Les Grenouilles qui demandent un roi
    Les grenouilles se lassant
    De l’état démocratique,
    Par leurs clameurs firent tant
    Que Jupin les soumit au pouvoir monarchique.
    Il leur tomba du ciel un roi tout pacifique:
    Ce roi fit toutefois un tel bruit en tombant,
    Que la gent marécageuse,
    Gent fort sotte et fort peureuse,
    S’alla cacher sous les eaux,
    Dans les joncs, les roseaux,
    Dans les trous du marécage,
    Sans oser de longtemps regarder au visage
    Celui qu’elles croyaient être un géant nouveau.
    Or c’était un soliveau,
    De qui la gravité fit peur à la première
    Qui, de le voir s’aventurant,
    Osa bien quitter sa tanière.
    Elle approcha, mais en tremblant;
    Une autre la suivit, une autre en fit autant:
    Il en vint une fourmilière;
    Et leur troupe à la fin se rendit familière
    Jusqu’à sauter sur l’épaule du roi.
    Le bon sire le souffre et se tient toujours coi.
    Jupin en a bientôt la cervelle rompue:
    «Donnez-nous, dit ce peuple, un roi qui se remue.»
    Le monarque des dieux leur envoie une grue,
    Qui les croque, qui les tue,
    Qui les gobe à son plaisir;
    Et grenouilles de se plaindre.
    Et Jupin de leur dire:« Eh quoi? votre désir
    A ses lois croit-il nous astreindre?
    Vous avez dû premièrement
    Garder votre gouvernement;
    Mais, ne l’ayant pas fait, il vous devait suffire
    Que votre premier roi fut débonnaire et doux
    De celui-ci contentez-vous,
    De peur d’en rencontrer un pire.»

    Jean de La Fontaine.

  12. Sacré La Fontaine.Toujours « actuel ».
    J’ai passé mon enfance à Coulommiers (Seine et Marne) où il a séjourné.
    Pour accéder à sa résidence il empruntait devinez quoi?
    Un chemin montant, sablonneux, malaisé et de tous côtés au soleil exposé!…
    Ledit chemin est toujours visible.
    Merci, Azrael.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.