Université : le dossier de presse bourré de fautes publié par l’UNEF

Le syndicat étudiant gauchiste UNEF a publié un « dossier de presse » (disponible ici) contre le projet actuel de réforme de l’université.

Ce texte est littéralement truffé de lourdes fautes d’orthographe et de grammaire ; sans parler de cette autre violence envers la langue française – mais volontaire pour le coup – qu’est l’écriture « inclusive ».
Ces étudiants universitaires n’auraient pas obtenu le brevet des collèges, il y a quelques années.

extrait du Canard enchaîné

5 commentaires concernant l'article “Université : le dossier de presse bourré de fautes publié par l’UNEF”

  1. La preuve est désormais établie : l’enseignement dispensé par leur raiepublique n’a qu’un seul objectif former des illétrés , des tarés.L’enseignement raipublicain ne doit absolument pas permettre aux élèves d’acquérir des connaissances.Il faut former de bons raipublicains robotisés analphabètes,remplis de haine envers eux mêmes et leur pays.Le contenu de l’enseignement doit se limiter : aux heures sombres ….,à l’enseignement de l’égalité , à la lutte contre l’homophobie et l’enseignement de la théorie du genre ainsi que « laicriture ainclusive », il suffit de se reporter aux réformes voulues par Peillon et sa fameuse circulaire puis Belkacem.Point final.
    Seule une minorité , formée dans les écoles privées aura accès à un enseignement de qualité et nos politicards et autres bourges friqués ne se privent pas pour inscrire leur progéniture dans ces établissements.Quant à l’enseignement public s’il est volontairement dévalorisé et nul…mais voilà encore un bon prétexte pour recruter toujours plus d’enseignants comme s’il n’y en avait pas encore assez.

  2. Des Ânes !!! Il est urgent de les renvoyer étudier la grammaire et l’orthographe de notre langue française !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.