C’était un 29 octobre… 1891 : début de la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

Ce jour, le député de la Seine, Camille Dreyfus, dépose une une proposition de loi visant à la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

Paul Déroulède monte à la tribune : « je suis surpris qu’un débat semblable soit précisément ouvert devant vous non par un des 36 millions de catholiques mais bien par un des 300 000 ou 600 000 israélites ».
Camille Dreyfus proteste hypocritement : « je ne suis ni catholique ni israélite, je suis libre penseur » (c’est-à-dire franc-maçon…)

Paul Déroulède répond « […] je proteste quand je vois que l’on veut déchristianiser la France pour la judaïser peut-être »…

(intégralité du débat parlementaire ici)