C’était aussi un 8 septembre… 1944

Maurras lors de son procès. Lyon, 1945.

Ce chef et penseur nationaliste et royaliste, âgé de 76 ans, est arrêté pour « faits de collaboration » et sera condamné à la prison à perpétuité pour « intelligence avec l’ennemi », bien qu’il fut sa vie durant d’une grande hostilité à l’Allemagne.

L’arrestation est faite sur ordre d’Yves Farge, nommé par De Gaulle « Commissaire de la République » pour la région rhodanienne. Farge était un dirigeant communiste, engagé dans la « Résistance » (après la rupture du pacte germano-soviétique), qui reçut le « prix Staline pour la paix » (sic).

C’était un 6 septembre… :

1683: décès de Jean-Baptiste Colbert.
Initialement chargé des finances du Royaume, Colbert, qui meurt à 64 ans, a exercé peu à peu son influence dans tous les domaines, tout au long des 22 années passées au service du Roi-Soleil. D’abord Commissaire aux Armées, à la fin de la Guerre de Trente Ans, Colbert à la mort de Mazarin, est nommé Intendant ce qui lui permet de gagner la confiance de Louis XIV.
Continuer la lecture de « C’était un 6 septembre… : »

4 septembre 1768 : naissance de François-René de Chateaubriand

à Saint-Malo.
Il fut un écrivain romantique et homme politique français. Il est considéré comme l’une des figures centrales du romantisme français et de la littérature française en général.

Il fut ministre d’État en charge des Affaires étrangères de Louis XVIII.  Catholique, royaliste, traditionaliste, défenseur des « Ultras »,  il mit son talent au service de la revue Le Conservateur et du Journal des débats.
Il démissionna de toutes ses charges et pensions à l’avènement de l’usurpateur Louis-Philippe, refusant sa monarchie « bâtarde ». Il mourut à Paris le 4 juillet 1848.
Parmi ses ouvrages les plus célèbres : Le Génie du christianisme, Atala, Renée, Les Martyrs, Mémoires d’outre-tombe. Moins connu mais intéressant : de Buonaparte et des Bourbons.

C’était un 26 août : mort d’Hélie Denoix de Saint Marc

dit Hélie de Saint Marc.
Né en 1922 à Bordeaux, il fut d’abord un jeune résistant (déporté dans un camp allemand d’où il survécut de peu) et un officier de l’armée française, décoré des plus hautes distinctions militaires avec treize citations, ayant servi dans la Légion étrangère, en particulier au sein de ses unités parachutistes.
Continuer la lecture de « C’était un 26 août : mort d’Hélie Denoix de Saint Marc »

C’était un 24 août 1944 : massacre de 76 Français au Grand Bornand

Histoire d’équilibrer un peu le travail de mémoire, penchons-nous sur cet épisode sanglant où des Français (a priori) mirent à mort des Français après une parodie de procès. Dont un père et ses deux fils attachés aux poteaux, côte à côte. Le plus jeune assassiné avait seize ans.
Rappelons que « l’Epuration »  a fait beaucoup plus de morts français que l’Occupation (10 à 20 fois plus).

Ici les victimes furent 76 Savoyards, qui, pendant la 2e Guerre mondiale, s’étaient engagés par patriotisme dans la Milice (service d’ordre au service de la Révolution nationale du Maréchal Pétain).

Le cimetière, improvisé et sans précisions, où beaucoup de touristes croient se recueillir sur les tombes de résistants.

« Au matin du samedi 19 août 1944, des miliciens savoyards incorporés dans la Franc-Garde, depuis l’ordre de mobilisation lancé par Joseph Darnand, quittent leur cantonnement annécien de La Commanderie par la route d’Albertville. Dans la nuit, les chefs départementaux Yves Barbaroux et Jacques Chambaz ont rencontré les chefs de la Résistance : les francs-gardes se rendent avec les honneurs de la guerre, ils conservent leurs armes et seront traités en prisonniers de guerre.

Un jeune de la Milice, juste avant d’être fusillé, attaché au poteau par un communiste goguenard.

Continuer la lecture de « C’était un 24 août 1944 : massacre de 76 Français au Grand Bornand »

C’était un 23 août : prise de Rome par Alaric

 « Le 24 août 410, Alaric, roi des Wisigoths, fâché que l’empereur Honorius n’eût pas versé le tribut demandé, s’empare de Rome.
Pendant trois jours, ses troupes vont piller et massacrer à qui mieux mieux.
Alaric lui-même enlève une princesse promise à un grand destin,
Galla Placidia !

Certes, depuis de nombreuses années, la Ville éternelle était délaissée par l’empereur d’Occident au profit de Ravenne et n’était plus que l’ombre d’elle-même. L’événement n’en revêt pas moins une grande importance symbolique aux yeux des intellectuels de l’époque, tel saint Augustin.
Continuer la lecture de « C’était un 23 août : prise de Rome par Alaric »

22 août 1914 : mort au front d’Ernest Psichari,

à l’âge de 31 ans. Ce jeune écrivain était le petit-fils d’Ernest Renan.

Il rejeta tôt les idées exprimées par le milieu de la bourgeoisie intellectuelle dreyfusarde de sa jeunesse.
Au pacifisme succéda la ferveur nationale, au culte du moi celui de la communauté enracinée, au rationalisme la ferveur des sentiments.
Psichari est, par sa personnalité, ses préoccupations, ses aspirations morales et son engagement, emblématique d’une jeunesse exaltée dont fit aussi partie Charles Péguy par exemple.
Continuer la lecture de « 22 août 1914 : mort au front d’Ernest Psichari, »

Décès du colonel Jean Luciani

Décès du colonel (er) Jean Luciani - Cliquez

« Le colonel Jean Luciani est décédé le 10 août d’une crise cardiaque. Figure historique de la Légion, il avait eu l’honneur de porter la main lors d’une cérémonie de Camerone. Sa carrière a été hors du commun même pour ceux de sa génération, résistant, élève officier 7e promotion « de guerre » (1945-46), deux séjours en Indochine, officier au 2e REI, puis 1er BEP, prisonnier à Dien Bien Phu, interné au camp n° 1. Nommé capitaine au feu, il est le héros d’Eliane 2 pendant la bataille de DBP. En Algérie, il est officier au 1er Bataillon de choc.

Il était Grand Croix de la Légion d’honneur, commandeur de l’ordre national du Mérite, dix fois cité au feu, quatre fois blessé à Dien Bien Phu. Après la guerre d’Algérie, sans considération pour sa carrière, il témoigne au procès de son ami, le Cdt Bernard Cabiro.

Il voulait ses engagements associatifs et politiques comme la continuation de ses combats militaires. A l’UNP, il est l’adjoint de son président, le Cdt Pouget. Au début des années 1980, il adhère au Front national directement auprès de Jean-Marie Le Pen avec le Cdt Cabiro et le Cne Sergent. Il a tenu le poste de secrétaire départemental adjoint du FN puis du MNR. Il a été élu conseiller régional d’Ile-de-France et conseiller municipal de Nogent-sur-Marne. Il était le secrétaire-général de l’ANAPI (Association Nationale des Anciens Prisonniers d’Indochine).

Discret et véritable homme de foi, il témoignait que son engagement était d’abord spirituel. Ses obsèques auront lieu aux Invalides, mercredi 18 août à 10h00, avec honneurs militaires dans la cour d’honneur. »

Source : Présent

 

Rappel à Dieu de Michel Bayvet

Michel Bayvet, militant patriote infatigable, vient de nous quitter à 93 ans.
Catholique traditionnel, militant de la France française, il rejoignit le Front national dès sa création, en 1972.
Trésorier national au début des années 80, il fut secrétaire départemental des Yvelines, élu de Versailles et exerça plusieurs mandats au sein du Conseil régional d’Île-de-France.
Il a longtemps été membre du Bureau politique du FN.
Face à la marinisation du parti autrefois nationaliste, il quitta ce dernier pour fonder avec d’autres cadres le Parti de la France, en 2009.
Il était un homme d’une immense courtoisie, d’une grande gentillesse, d’une nature amicale et rieuse et d’un honneur sans faille.
Ses obsèques auront lieu vendredi à 14 heures en l’église Saint Nicolas du Chardonnet à Paris.

Peut être une image de 1 personne, position debout et intérieur

C’était un 12 août… Fort Chabrol

Cet épisode rocambolesque a tant marqué l’opinion qu’il a engendré une expression dans le langage courant.

Il débuta le 12 août 1899, après que le président du Conseil Waldeck-Rousseau décida d’engager des poursuites contre les dirigeants des ligues nationalistes, accusés de complot contre la sûreté de l’État.
Ce jour, les autorités firent arrêter des dizaines de nationalistes pour les traduire devant la Haute-Cour de justice, dont Paul Déroulède et les dirigeants de la Ligue des patriotes, ainsi que les chefs des Jeunesses royalistes.

Continuer la lecture de « C’était un 12 août… Fort Chabrol »

« On adopte un ton grave et catastrophique ! » dit discrètement le préfet de Guadeloupe à la directive de l’ARS avant la conférence de presse (video)

Magnifique.
Cet extrait confirme que nous avons affaire à des comédiens.

Il faut monter le son :

C’était un 1er août…

1291: naissance de la Suisse. Les représentants des cantons de Schwyz, d’Uri, d’Unterwald et, selon la légende, Guillaume Tell, promettent de délivrer leur pays de l’emprise des Habsbourg : c’est le serment du Grütli.
Cet événement est considéré comme la naissance officielle de la Confédération helvétique.
Depuis 2006, les autorités s’évertuent à bannir toute participation ou rassemblement dit « d’extrême-droite » sur cette fameuse plaine, à cette date.

1793 : phénomène unique dans l’histoire, ce sont les élus d’un Peuple souverain qui, le 1er août 1793, à l’unanimité votent une loi de déportation et de destruction totale par le feu et par le fer d’un pan entier d’un territoire (à cheval sur le Poitou, l’Anjou et la Bretagne) dont ils sont les représentants. Déçus des résultats obtenus par l’application de cette première loi génocidaire, ils votent à l’unanimité une seconde loi d’extermination de la population le 1er octobre 1793.
Ces deux lois votées à l’unanimité par des révolutionnaires convaincus, en conscience, de leur bon droit et de leur devoir de salut public, sont publiées au Journal officiel de l’époque. Elles sont sans ambiguïté, tant au niveau de la destruction des biens que de l’élimination de la population. Les mots parlent d’eux-mêmes : « Soldats de la Liberté. Il faut que les brigands de la Vendée soient exterminés avant la fin du mois d’octobre : le salut de la patrie l’exige ; l’impatience du peuple français le commande ». Quelques jours plus tard, des ordres précisent que par « Brigands » on entend tous les habitants résidents de Vendée et qu’il faut de préférence éliminer les femmes, « Sillons reproducteurs », et les enfants, « Car futurs brigands ». Ainsi, les Vendéens ont été exterminés, non pas pour ce qu’ils ont fait ou pour ce qu’ils croient, mais pour ce qu’ils sont, du simple fait qu’ils existent.

31 juillet… 1944 : mort d’Antoine de Saint-Exupéry, aviateur et écrivain français

L’aviateur et écrivain Antoine de Saint-Exupéry, 44 ans, disparaît ce jour-là au cours d’une mission de reconnaissance sur le sud de la France. Résistant de la première heure, il avait rejoint la peu gaulliste Armée d’Afrique (dirigée par le général Giraud).
Les conditions de sa disparition restent obscures : attaque d’un chasseur allemand, panne de moteur… ?
Des morceaux de son appareil ont été retrouvés en 2000 et formellement identifiés le 7 avril 2004.

Saint-Exupéry laisse derrière lui de nombreux ouvrages relatifs à sa quête de vérité et au sens des actions de l’homme, entre autres : L’Aviateur, Courrier sud, Vol de nuit, Terre des hommes, Pilote de guerre, Le Petit Prince (l’un des livres français les plus lus au monde), Citadelle, et un ouvrage posthume : Écrits de guerre, 1939-1944, dont voici quelques extraits peu historiquement (gaullistement) corrects :

Continuer la lecture de « 31 juillet… 1944 : mort d’Antoine de Saint-Exupéry, aviateur et écrivain français »

30 juillet… 1940. Création des « Chantiers de Jeunesse »

Une superbe affiche, qu’on imagine mal sous notre régime.

Le service militaire ayant été aboli dans les clauses de l’armistice, l’Etat français, sous l’égide du Maréchal Pétain, lança cette initiative sous le commandement du général de la Porte du Theil.
Elle se proposait « de donner aux jeunes hommes de France, toutes classes confondues, un complément d’éducation morale et virile qui, des mieux doués fera des chefs et de tous des hommes sains, honnêtes, communiant dans la ferveur d’une même foi nationale ».
Continuer la lecture de « 30 juillet… 1940. Création des « Chantiers de Jeunesse » »