30 avril : Sainte Hildegarde de Vintzgau, épouse de Charlemagne et reine des Francs

St Charlemagne et Ste Hildegarde - fresque de la Résidence des Princes-Abbés à Kempten
Charlemagne et son épouse Sainte Hildegarde de Vintzgau (détail d’une fresque baroque des salles d’apparat de la Résidence des Princes-Abbés de Kempten [en français Campidoine] en Souabe)
« Avec Sainte Jeanne de France, Sainte Bathilde, Sainte Radegonde et, bien sûr, Sainte Clotilde, Sainte Hildegarde de Vintzgau  est la cinquième Reine des Francs ou Reine de France à avoir été élevée sur les autels et à être honorée d’un culte public par la Sainte Eglise. Elle n’est toutefois pas la plus connue des cinq, il faut bien le reconnaître !

Issue de la famille des Agilolfinges, vieille famille franque proche des Mérovingiens, à laquelle le Roi Clotaire 1er donna le duché de Bavière aux alentours de l’an 555, Hildegarde est née en 758.

Continuer la lecture de « 30 avril : Sainte Hildegarde de Vintzgau, épouse de Charlemagne et reine des Francs »

C’était un 30 avril 1524 : mort du chevalier Bayard

Lors d’un combat contre les troupes de Charles Quint, un coup d’arquebuse tiré par un soldat anonyme tue le chevalier Pierre Terrail, seigneur de Bayard, homme de guerre français, qui en 1515 contribua d’une manière décisive à la victoire de Marignan.

Il avait débuté dans le métier des armes à 13 ans, comme page du duc Charles de Savoie, puis entrait au service du roi de France Charles VIII et participa avec éclat aux guerres d’Italie. Il combattit plus tard les Anglais et les Impériaux.

Sur le champ de bataille de Marignan, le jeune François 1er, admiratif de la conduite au combat du capitaine, lui demande de l’adouber. Bayard le sacre chevalier selon un rituel féodal alors tombé en désuétude.

Modèle des vertus de courage et d’honneur militaire, il fut surnommé le « chevalier sans peur et sans reproches ».

Avec lui meurt l’idéal du combat chevaleresque favorisant l’affrontement des vertus, des honneurs et des valeurs individuelles.
Invincible à l’épée, Bayard n’a rien pu contre le mortel hasard d’une rencontre avec une balle ennemie.

L’admiration suscitée par le chevalier Bayard, à la fois de son vivant et longtemps après sa mort, peut être rapprochée de celle inspirée par les épopées de Jeanne d’Arc ou Bertrand Du Guesclin.

Détails sur sa fin :

Continuer la lecture de « C’était un 30 avril 1524 : mort du chevalier Bayard »

Le 11 mai (fin du confinement) coïncide avec une drôle de fête

Le journal Le Monde juif n’en revient pas et titre son article : « Incroyable : Macron fait coïncider le début de la levée du confinement avec la fête juive de Lag Baomer »

Laissons-le nous en dire plus sur cette fête :

Le 11 mai tombe au même moment que la fête juive du Lag Baomer qui célèbre la fin d’une épidémie qui décima les disciples du grand sage Rabbi Akiva.

Continuer la lecture de « Le 11 mai (fin du confinement) coïncide avec une drôle de fête »

Villeneuve-la-Garenne : des antifas venus prêter main forte pour casser virés par les racailles

Même les racailles étrangères rejettent cette lie de l’humanité que sont les « antifas ».

« Au moins une vingtaine de militants antifascistes sont venus prêter main-forte aux racailles du coin. Des jeunes hommes, d’autres plus âgés, quelques femmes. Ils ont rappliqué à Villeneuve pour apporter leur soutien et leur expérience des batailles rangées avec les forces de l’ordre. Nul besoin d’être un expert en mouvements sociaux pour les distinguer. Ils sont blancs pour la plupart, globalement plus âgés que les jeunes à la manœuvre, et tout dans leur attitude et leur équipement trahit une certaine habitude de la révolte de rue.

Continuer la lecture de « Villeneuve-la-Garenne : des antifas venus prêter main forte pour casser virés par les racailles »

C’était un 26 avril… 1937 : le bombardement de Guernica (et ses bobards)

 

Cliquez sur l’image pour agrandir

Durant la guerre civile espagnole, Franco bénéficie lui aussi d’un soutien étranger et ce 26 avril, l’aviation allemande bombarde Guernica.
Les objectifs sont trois fabriques d’armes et les 2000 républicains chargés de défendre ces sites.

Exploité internationalement, le nombre de victimes figurant sur les registres d’état-civil s’élève à 126 (et non les 1654 morts et les 889 blessés de la propagande rouge).

Quant au célèbre tableau de l’escroc de génie Picasso, qui porte le nom Guernica et qui émeut les bonnes consciences à propos du bombardement, il a été rebaptisé ainsi plusieurs années après !

Il avait été réalisé lors d’une série sur la Minotauromachie, lorsque le gouvernement espagnol lui commanda et paya (1 million de francs) une toile pour l’Exposition universelle de 1937 à Paris.
Il suffit de regarder ce tableau pour constater qu’il n’illustre en rien les horreurs de la guerre (version officielle), mais la corrida.

Source : Éphémérides nationalistes

Les prochaines voitures Volvo vont fliquer leur conducteur (et rouleront moins vite)

Volvo : c'est parti pour la limitation à 180 km/h

Sous prétexte de sécurité, la marque suédoise va abaisser la vitesse maximale de ses véhicules à 180 km/h (en Allemagne, la vitesse est totalement libre sur certaines portions d’autoroute), mais surtout va traquer les conducteurs et limiter à leur place leur vitesse dans certaines zones !
Un incroyable piétinement de leur responsabilité et de leur liberté.

« […] Volvo avait donc dû trouver un compromis : toute nouvelle Volvo qui voit le jour en 2020 sera limitée à 180 km/h. Le constructeur ira plus loin avec une limitation « intelligente » qui bloquera une vitesse maximale en fonction des conditions sur la route (météo, route dégradée ou trop sinueuse…), ainsi qu’un système de géolocalisation limitant automatiquement le véhicule à l’approche de points sensibles tels que les écoles. Le fameux « tracking » fait donc son chemin dans les autos modernes. […] »(source Caradisiac)

 

C’était un 18 avril : le martyre de saint Parfait, ou la tolérance d’Al Andalus…

Parfait de Cordoue, en latin Perfectus, était un prêtre chrétien de Cordoue, en Espagne, qui fut décapité par les musulmans le 18 avril 850, jour de Pâques, pour avoir refusé de retirer ses propos sur Mahomet.
Plusieurs autres chrétiens sont aussi massacrés par les autorités musulmanes d’Al-Andalus.
Il est considéré comme l’un des plus grands martyrs de son époque. Son supplice, enregistré par saint Euloge, figure dans le Memoriale sanctorum.
On est loin du mythe de l’« Al Andalus » havre de paix et de tolérance bâti par les islamistes ou les partisans du multiculturalisme.

Parfait était né à Cordoue, quand la région était sous le contrôle des Maures du califat omeyyade.
Continuer la lecture de « C’était un 18 avril : le martyre de saint Parfait, ou la tolérance d’Al Andalus… »

C’était un 16 avril…

1860 : selon les termes du traité de Turin du 24 mars 1860, un plébiscite est organisé à Nice. Par 25 743 « oui » contre 160 « non », les habitants décident le rattachement de leur ville (possession du royaume de Savoie) à la France.

1936 : dans Candide, l’historien Pierre Gaxotte écrit ces lignes qui n’ont pas pris une ride : « le régime que connaît la France est essentiellement ploutocratique. Tous ceux qu’on appelle des fascistes n’ont jamais demandé que l’écrasement des puissances d’argent et des grands trusts. »

1973 : attentat gauchiste dans une banlieue populaire de Rome, au domicile d’un responsable nationaliste du MSI – Destra nazionale. Ses deux enfants, âgés de 7 et 16 ans, périssent brûlés vifs.

Continuer la lecture de « C’était un 16 avril… »

15 avril 1450 : la bataille de Formigny

Le 15 avril 1450, le roi Charles VII dépêche le comte Jean de Clermont et l’amiral de Coëtivy vers le Cotentin car une armée anglaise de trois mille hommes a débarqué à Cherbourg, sous le commandement de Thomas Kyriel, pour tenter de secourir les dernières places anglaises de Normandie. La confrontation se produit à Formigny, près de Bayeux.

En attendant le renfort du connétable Arthur de Richemont, Clermont fait avancer son artillerie à portée de tir des Anglais. Ses couleuvrines font des ravages dans les rangs ennemis mais finissent par être capturées. Clermont se résigne alors à engager son infanterie pour tenter de les récupérer. C’est alors que les 1 500 Bretons de Richemont surgissent opportunément sur le flanc gauche des Anglais et les mettent en fuite. Dans la poursuite, les Français se font une joie de massacrer les archers gallois haïs et redoutés.

Côté anglais : 3800 morts et 1200 prisonniers. Côté français : seulement 12 morts !

Avec cette victoire, qui vaut au roi de France le surnom de « Victorieux », la guerre de Cent Ans touche à sa fin et la Normandie est rattachée au royaume des lys…

C’était un 11 avril…

1852 : naissance à Montazels (Aude) d’un des Français les plus mystérieux du demi-siècle, l’abbé Bérenger Saunière, qui passe pour avoir découvert le trésor des Wisigoths, dans la région de Rennes-le-Château. Cet ecclésiastique contre-révolutionnaire se retrouva à la tête d’une colossale fortune, dont l’origine ne fut jamais expliquée et suscita de nombreux fantasmes.

1950 : le colonel Rémy, résistant authentique et de premier ordre, s’élève dans l’hebdomadaire Carrefour, sous le titre « la justice ou l’opprobre »n contre le maintien en forteresse de Philippe Pétain (94 ans), maréchal traité de manière honteuse et inhumaine, et prône sa réhabilitation. Il développe la théorie du bouclier (Pétain) et de l’épée (De Gaulle), affirmant qu’il s’agit de la même France. Il adhèrera à l’association pour la défense du Maréchal Pétain (ADMP) afin que justice soit enfin rendue. Début de « l’affaire Rémy », qui sera persécuté par les gaullistes.

1970 : mort de l’écrivain nationaliste Henri Massis, critique littéraire, essayiste politique et historien de la littérature, auteur de Défense de l’Occident (1927) ou encore Maurras et notre temps (1961). Il était membre de l’Académie française depuis 1960. On peut acquérir certains de ses livres ici.

Georges Hollande, militant nationaliste et père de l’ancien président, est mort

Georges Hollande est mort samedi 4 avril dans un Ehpad parisien où il résidait depuis un an. Il était âgé de 96 ans.

Son fils indigne François Hollande fut le président calamiteux que l’on sait, mais son père s’était engagé pour la bonne cause : militant patriote proche de l’OAS, il avait défendu l’Algérie française et s’était présenté aux élections municipales à Rouen et sa banlieue en 1959 et 1965, dans la mouvance de Jean-Louis Tixier-Vignancour.

François Hollande avait déclaré n’être pas très proche de son père…

Interrogé sur l’attentat de Romans-sur-Isère, Jean-Luc Mélenchon répond sur la réunion évangélique de Mulhouse

Le leader rouge Mélenchon est interrogé à propos d’un réfugié africain (installé par des associations immigrationnistes) qui a poignardé plusieurs Français, aux cris d’« Allah Akbar », en tuant deux.

Ce militant remplaciste de choc est vraiment une crapule.