Les Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP) dans le collimateur de l’Etat ?

Oui, si l’on en croit les contrôles vétérinaires et les contrôles effectués par les services de la répression des fraudes dans deux AMAP normandes au mois de mai.

Cherche-t-on à intimider ces petites structures de production et de vente directe qui dérangent les magnats de l’agroalimentaire ?

La question est d’autant plus naturelle que l’Etat n’est pas très regardant quand il s’agit de la qualité des produits de la grande distribution, cultivés à grand renfort de pesticides et autres substances toxiques. Une grande distribution qui, en outre, empoche de sompteux bénéfices au détriment des producteurs. A suivre.

Source : Le Pays d’Auge 14 mai, via Nexus n°69

3 commentaires concernant l'article “Les Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne (AMAP) dans le collimateur de l’Etat ?”

  1. Les AMAPs ont de plus en plus de succès auprès des populations qui commencent à comprendre que les grandes surfaces alimentaires ne sont que des intermédiaires parasites inutiles qui ne servent qu’à prendre de grosses marges et réduire à l’esclavage les paysans français ! A terme ça risque de devenir un véritable manque à gagner pour Carrefour & co. qui commencent à prendre au sérieux la mouvances décroissante !

    VIVE LA DÉCROISSANCE

    VIVE LE RETOUR A LA TERRE

    VIVE LE VÉGÉTARISME CRUDIVORE

    NON A LA PUTASSERIE CONSUMÉRISTE !

  2. On peut en faire autant dans les étales des supermarchés avec les produits qui tombent par terre et sont replacés dans les rayons. Sans parler des pigeons qui s’y sont installés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.