Voici l’Assemblée nationale française en 2019

Cette femme – militante active du Grand Remplacement qu’elle incarne bien tout en le niant – est député macroniste et s’était fait connaître en mordant violemment à l’épaule un chauffeur de taxi qui l’avait contrariée.

Pour le compte du régime, elle vient de déposer une loi de censure et de répression de l’internet digne de la Chine communiste.

Voyez dans quel langage elle s’exprime à la tribune de l’Assemblée :

On aurait presque de la peine pour la République…

Sous ces mots calomniateurs et ce mépris, il ne faut pas s’y tromper, elle désigne les patriotes et les dissidents.

PS : les macronistes insistent sur le fait qu’Avia est diplômée de Sciences-Po Paris. Ils oublient de préciser que c’est par la magie de la « discrimination positive » (donc discrimination antifrançaise).