La définition de la « Fake news » adoptée par le parlement autorise toutes les dérives

Voici la définition d’une fausse information adopté par l’Assemblée Nationale lundi dernier : « Art. L. 163-1 A. – Toute allégation ou imputation d’un fait dépourvue d’éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable constitue une fausse information. » (source)

Avec une définition aussi large de la fausse information, les députés placent de facto le pouvoir censorial entre les mains du pouvoir législatif. Les décisions successives de juges partiaux restreindront petit à petit la liberté des journalistes d’investigations, et des médias alternatifs.
N’oublions pas que Médiapart était attaqué sur le manque de preuves dans l’affaire Cahuzac…

Quant aux sites de la « réinfosphère », il suffira d’attaquer en justice régulièrement les responsables de la publication pour générer des frais important de défense, et ainsi forcer les sites à fermer boutique…

Cette loi est probablement une des plus pernicieuse jamais voté en France.

 

4 commentaires concernant l'article “La définition de la « Fake news » adoptée par le parlement autorise toutes les dérives”

  1. Donc Fausse Information = « Toute allégation ou imputation d’un fait dépourvue d’éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable constitue une fausse information »

    Les […] constituent donc une Fausse information car il faudrait fournir les éléments vérifiables suivants : Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Combien (budget) ? Pourquoi ?

  2. Je suis d’accord avec le commentaire de Thomas, et je me demande si on ne peut pas l’utiliser contre ceux qui nous dirigent de leur tour d’ivoire !?

    Des millions de citoyens qui surveillent les élus, ce qu’ils écrivent, et leurs vidéos, cela peut devenir cauchemardesque !!!

  3. il faut désigner un arbitre d’une honnêteté incontestable , d’une supériorité morale écrasante :

    naturellement le Crif et la Licra sont sans discussion les seuls qualifiés pour cette mission;

    pour distinguer le Vrai du faux, le Bien du mal;

    pour sonder les reins et les cœurs.

    et pour envoyer au Goulag, puis en enfer, les esprits menteurs .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.