C’était un 18 mars : l’assassinat de François Duprat

Ce jour-là, à Caudebec-en-Caux (Normandie), François Duprat était victime d’un attentat à la voiture piégée, jamais élucidé. Sa femme fut gravement blessée.

Professeur d’histoire et de relations internationales, numéro 2 du Front national (voire « numéro 1 bis »), âgé de 37 ans, François Duprat était chef de file du courant « nationaliste-révolutionnaire ».
Antisioniste convaincu et promoteur du révisionnisme historique, auteur d’articles et d’ouvrages d’histoire du nationalisme, il était un doctrinaire autant qu’un homme d’action.

La sophistication de son assassinat laisse à penser que des services secrets en sont à l’origine, et les principales pistes restent les services  français et ceux d’Israël.

Une anthologie de ses textes accompagnée de témoignages de militants est tout récemment parue.

1 commentaire concernant l'article “C’était un 18 mars : l’assassinat de François Duprat”

  1. Notre Anatole France avait compris bien des choses , de celles qui échapperont toujours à nos intellos estampillés à gôôche toute . La République gouverne mal , mais elle se défend fort bien .
    Reconnaissez que bien des pays du  » monde libre  » , nous snobent . Le goulag , en Russie ? Allons donc : Il est chez nous , voyons …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.