Rupture du contrat avec l’Australie : pourquoi la France n’est plus respectée

En 2016, après deux ans de négociations, la France et l’Australie signaient un contrat d’un montant de 56 milliards d’euros…
La France devait fournir 12 sous-marins, fabriqués par son grand groupe industriel autrefois appelé DCN (pour « Direction des constructions navales », héritière des arsenaux fondés par Richelieu), et renommé en 2017, de façon pitoyable, « Naval Group ». Un nom anglais – quel comble pour les arsenaux français – symbole du renoncement français, qui n’aura pas porté chance à la France pour les marchés internationaux.

Il y a quelques jours, on a appris que l’Australie déchirait le contrat pour finalement se fournir auprès des Etats-Unis, dans le cadre d’une alliance à trois – avec l’Angleterre –, ourdie dans l’ombre, destinée à renforcer leur influence dans la zone « indo-pacifique », particulièrement face à la Chine.
Cette trahison envers la France, au-delà de conséquences économiques lourdes, est un très violent camouflet diplomatique et géostratégique. Un geste de mépris grave envers la France, que le ministre Le Drian a bien pris comme tel, de la part d’« amis ».

Le monde politicien s’émeut et semble s’étonner.
Pourtant, ce coup de tonnerre n’a rien d’illogique.

D’abord, il est abusif de présenter les Etats-Unis comme  « amis » de la France, comme on l’entend parfois.
Continuer la lecture de « Rupture du contrat avec l’Australie : pourquoi la France n’est plus respectée »

Pourquoi le « Pass sanitaire » est scandaleux

  • Le «pass sanitaire» sera disponible dès le mois de juin en France

Il est important d’avoir conscience que Macron a franchi une étape cruciale avec son « Pass sanitaire » (même là, un anglicisme…).

Ses compères gouvernementaux ont affirmé pendant des mois qu’il n’y aurait pas de « vaccination obligatoire » face au Covid-19, mais c’est maintenant tout comme : pour aller dans les lieux culturels, les cafés et restaurants, les grands centres commerciaux, etc., et même pour certains afin de pouvoir se rendre à leur travail,  de nombreux Français auront le choix entre des certificats de vaccination ou des tests PCR valables 48h et plus remboursés !

Une démarche totalitaire dans laquelle le pouvoir – perversion suprême déjà pratiquée chez les bolcheviques – force des citoyens (ici les employeurs, les restaurateurs, etc.) à contrôler eux-mêmes leurs concitoyens.

Les gros médias ont préparé l’opinion publique en suggérant pendant des semaines cette idée de vaccination obligatoire et en répétant ad nauseam que le variant Delta était très contagieux, plus contagieux que les versions précédemment servies. Or, ces médias ne rappellent jamais une autre donnée : s’il est plus contagieux, le variant Delta est officiellement moins virulent, moins létal. Cette omission systématique relève purement et simplement de la manipulation mentale, en vue de faire paniquer la population pour qu’elle accepte des mesures normalement inacceptables.

Quant à la vaccination, sans entrer dans le détail des controverses, il est parfaitement légitime, pour soi et les siens (surtout les jeunes), de s’en méfier : ces vaccins ou thérapies sont toujours en phase d’évaluation – on ne connaît pas les effets à terme (il y a des controverses en particulier pour les thérapies à ARN) – et sont proposés par des entreprises déjà multi-condamnées pour de graves scandales médicaux.

Par ailleurs, si ces vaccins sont efficaces et que les populations à risque sont déjà largement vaccinées, pourquoi craindre un engorgement des services de réanimation ?

Evidemment, il ne faut pas compter sur la « droite » sécuritaire pour comprendre quelque chose aux enjeux et proposer de véritables solutions. Robert Ménard illustre à merveille cette vision des choses :

 

Ce que Ménard et d’autres n’ont pas perçu, c’est qu’accepter ce système de Pass [sic] sanitaire et cette vaccination quasi-obligatoire, c’est précisément renoncer à une vie normale !

C’est la même chose pour l’insécurité ; prenons cet exemple.
La France devient petit à petit un coupe-gorge à cause de l’immigration massive qui, en plus, menace de lui faire perdre définitivement son identité.
Que proposent la gauche et la droite pour « retrouver une vie normale » ? Prendre le problème à la racine avec une très large remigration ? Non.
Elles proposent de mettre un policier derrière chaque citoyen, d’espionner son activité sur internet et installer des caméras absolument partout. Et elles osent présenter cela – ce que nos ancêtres lointains comme proches n’auraient jamais toléré – comme la « vie normale » !
Mais, à défaut de régler le problème de l’insécurité, cela permet au régime en place de surveiller et de réprimer plus facilement les dissidents.
Fin de la parenthèse.

Si le quart de ce que vont coûter les mesures gouvernementales avait été consacré plutôt à la création de nouveaux lits en réanimation, les mesures antisociales imposées depuis l’automne 2020 auraient été clairement inutiles et injustifiables.

Par ailleurs, le gouvernement fait mine d’ignorer l’existence de médicaments tels que l’ivermectine (pas chère…), dont de nombreux échos évoquent l’efficacité dans le traitement du Covid.

Mais il est légitime de penser qu’il y a des buts cachés. Les théories ne manquent pas.
En tout cas, ce qui se passe depuis mars 2020 et qui culmine avec ce « Pass sanitaire » constitue un formidable exercice d’ingénierie sociale et de contrôle social.

Il est capital de s’opposer au maximum à ce projet de société digne de la Chine communiste.
Il y a du potentiel de résistance, comme le montrent les très nombreuses manifestations qui ont lieu à travers la France samedi (plusieurs dizaines de milliers de personnes à Paris), en plein mois de juillet.

Henri Ménestrel

Peut être une image de une personne ou plus, personnes debout, foule et plein air
A Paris, plusieurs dizaines de milliers de manifestants, en plein mois de juillet

 

Le point sur l’élection américaine, et ses enjeux

Plus de deux semaines après le scrutin, l’élection présidentielle aux Etats-Unis n’a pas encore abouti, et il n’est pas dit que Joe Biden en sorte vainqueur. Mais voyons d’abord en quoi elles peuvent concerner le reste de la planète.

D’abord, très concrètement, cette nation se prend depuis des décennies pour le « gendarme du monde » et n’hésite pas à agresser d’autres pays, voire à provoquer des déstabilisations graves de régions entières du monde (comme avec la guerre contre l’Irak), afin d’étendre son empire, d’exporter un modèle politique démocratique (propice aux manipulations et à la domination de la Finance), de servir la politique étrangère de l’Etat d’Israël ou de répondre aux intérêts de l’« État profond » américain.
Presque tous les pays peuvent donc se sentir concernés – même indirectement – par ce qui se passe à Washington.
Or, Donald Trump avait annoncé pendant sa campagne de 2016 vouloir rompre avec cette manie d’ingérence belliqueuse et il avançait, de fait, un certain isolationnisme. Force est de constater, qu’en dépit de ses déclarations tonitruantes et de certaines rodomontades qui peuvent inquiéter, son bilan n’est pas comparable avec celui de ses prédécesseurs, même s’il est toujours excité contre l’Iran, pour plaire à Israël.

Par ailleurs, les États-Unis sont, depuis la 2e Guerre mondiale surtout, le cœur du mondialisme, du cosmopolitisme et de tout ce que l’on peut y rattacher : uniformisation culturelle, abrutissement télévisuel, brassage ethnique, mouvement homosexualiste, théorie du genre…
Continuer la lecture de « Le point sur l’élection américaine, et ses enjeux »

La violente agression maçonnico-laïcarde contre l’éducation catholique

L’initié Macron a annoncé une mesure radicale pour la rentrée prochaine : en plus de l’école obligatoire à partir de 3 ans (depuis 2019), il sera alors interdit aux parents d’instruire eux-même les enfants à la maison !

Hormis pour des « impératifs de santé ».
Le mondialiste « progressiste » de l’Elysée a fait part de cette idée dimanche, dans un discours sur son « plan de lutte contre les séparatismes ».

Notons que cela arrive quelques jours après que TF1 a diffusé un « reportage » honteux sur ce thème, comme pour préparer le terrain.

Macron – traumatisé après avoir été détourné par une femme qui pouvait être sa mère quand il était adolescent – veut pouvoir aller expliquer lui-même aux enfants sa conception délirante de la famille :

L’école publique tend désormais à fabriquer des ignares, illettrés et grossiers : le niveau s’est effondré, avec des pédagogies contre-nature et parfois gravement nocives (par exemple la « méthode globale » pour le français), des programmes aberrants ou immoraux et aussi, il faut le reconnaître, l’arrivée de populations étrangères qui plombent le niveau car elles n’ont pas les mêmes aptitudes ou inclinations.

A cela il faut ajouter que l’école publique est avant tout une vaste usine d’endoctrinement des enfants, de conformation à une idéologie bien particulière : l’idéologie républicaine, héritée de la Révolution et élaborée par les loges maçonniques. Une idéologie foncièrement anticatholique – ce fut son grand combat –, mais aussi anti-naturelle (contre la loi morale naturelle).

Ce rôle premier (l’endoctrinement) est officiel. Macron d’ailleurs l’a dit lui-même dimanche : « Parce que l’école doit d’abord inculquer les valeurs de la République […] » .

Dès lors, mettre ses enfants à l’abri de l’école publique relève justement d’un « impératif de santé » morale (et spirituelle) !

La République française est un régime intrinsèquement totalitaire et la Ve version se radicalise d’année en année. Elle ne tolère pas qu’on lui soit dissident, en actes ou même en propos : elle appelle ça maintenant le « séparatisme ». On n’a pas le droit ne pas s’unir au Régime actuellement en place !
Il veut qu’aucun cerveau ne lui échappe : c’est le pourquoi de cette mesure extrémiste de Macron concernant les petits.
En brandissant le spectre de l’islam radical – que ce même régime fait venir en France avec acharnement ! – on cherche à susciter l’adhésion de la masse inquiète, mais il s’agit de fait d’interdire l’enseignement conforme aux lois naturelles, au patriotisme, au catholicisme sur lequel s’est pourtant fondée la France.
Certes il existe (pour combien de temps?) des écoles libres, c’est-à-dire hors contrat, mais elles représentent un coût important pour le budget familial et surtout il y en a peu. C’est pourquoi des catholiques traditionnels de plus en plus nombreux choisissent l’école à la maison, généralement avec des cours par correspondance qui ont fait leurs preuves.

Mais tout ça risque effectivement de ne pas faire d’excellents républicains, mais de mauvais citoyens aimant la France française, pas convaincus par la pornographie homosexuelle publique, pensant que tuer un bébé dans le ventre de sa mère n’est pas bien, croyant comme leurs ancêtres que le Christ ne doit pas être relégué dans les sacristies, etc.

L’amateur élyséen de débauche homosexuelle africaine a eu aussi un petit mot pour les écoles hors contrat : elles « feront l’objet d’un encadrement encore renforcé ».
Les catholiques traditionnels (c’est-à-dire authentiquement catholiques) qui espèrent pouvoir vivre à peu près tranquillement, dans une société qui s’effondre (moralement, d’abord), avec leurs écoles à eux, se font des illusions : la pente est totalitaire et il s’agit d’un bras de fer permanent avec les forces antichrétiennes.
Cela fait plusieurs années que Contre-info en parle et l’annonce.
Si on fuit le combat politique, la politique nous rattrape tôt ou tard et entretemps beaucoup de terrain aura été perdu.
Cela se produit continûment parce que les catholiques désertent le champ politique. Mais ils peuvent perdre encore beaucoup de terrain, de libertés, notamment autour de leurs écoles. Qu’ils y en pensent. On n’échappe pas à la politique. Soit on la subit, soit on la fait.

Incarcération politique d’Hervé Ryssen : les pires réactions

Bien que les prisons soient pleines (des dizaines de milliers de peines ne sont pas effectuées faute de place), l’écrivain dissident Hervé Ryssen a été incarcéré pour un an et demi pour quelques propos écrits et une caricature partagée sur facebook, il est vrai sur un thème tabou : le judaïsme.
Il s’agit évidemment d’une persécution politique, au moment même où de façon inédite, une centaine des plus gros médias (privés ou publics) s’unissent dans une déclaration d’attachement à la liberté d’expression !

Du côté de l’oligarchie politico-médiatique, cet épisode très significatif dans la marche totalitaire du régime est l’occasion d’une vaste danse (du ventre) de joie.

Citons simplement, pour l’exemple, le « journaliste » Frédéric Haziza, devant qui les politiciens viennent s’aplatir. Cet individu odieux et répugnant est tellement sûr de la victoire définitive du camp cosmopolite antifrançais qu’il ne prend même la peine de se faire passer pour français, en utilisant le calendrier commun :

Mais on ne peut pas vraiment lui en vouloir : il est dans son rôle.

En revanche on pourra être choqué (ou pas…) des réactions de personnalités classées « dissidentes ».

Tout d’abord, signalons la réaction de Bruno Gollnisch, l’une des très rares personnalités qui ait exprimé son désaccord avec l’embastillement de dissidents du Régime. C’est la réaction pondérée mais courageuse d’un honnête homme :

Et voyons comment réagit à ce message par exemple un certain Kevin Bossuet (!), plume de Valeurs actuelles, très suivi sur Twitter et qui ose se présenter comme « détesté par le « camp du bien » » : un vrai rebelle !

Continuer la lecture de « Incarcération politique d’Hervé Ryssen : les pires réactions »

En 2019, 112 000 étrangers ont obtenu la nationalité française, soit 99,96% des demandeurs…

La France est ouverte aux quatre vents et est littéralement submergée par l’immigration : tout le monde le sait malgré les dénégations mensongères des gros médias et des politiciens mais, chose au moins aussi grave, sa nationalité est bradée depuis des décennies par la République.
« Être français », au sens moderne, ne veut strictement plus rien dire : il s’agit simplement d’une formalité administrative pour les républicains, d’un bout de papier, précieux simplement car il donne encore plus de droits et d’aides économiques à ceux qui en bénéficient.

Chaque année environ 100 000 étrangers acquièrent la nationalité française, par divers modes, mais la presque totalité restent totalement étrangers, c’est-à-dire qu’au-delà de la question du sang, ils gardent leur culture et mœurs d’origine.

En même temps, il est difficile de le leur reprocher car il n’y a plus vraiment de culture française aujourd’hui (sans parler de civilisation), celle-ci – appuyée sur les cultures locales de France – a été tuée par la République et n’est désormais qu’une variante de la sous-culture mondialisée à saveur américaine.

Beaucoup de ces nouveaux « Français » parlent à peine le français.

Quand nous disons que la nationalité française est bradée, c’est sur un constat que chacun peut faire en discutant avec un naturalisé ne parlant que quelques mots de français et aux mœurs exotiques, mais c’est aussi grâce à des chiffres officiels.

Il n’est pas d’examen plus facile à réussir, même le baccalauréat 2020 est enfoncé !
En effet, plus de 99,96 % des demandes de nationalité française sont accordées.

Plus de 112.000 étrangers ont obtenu la nationalité française en 2019, dont 27.000 environ par mariage. Dans le même temps, 13 personnes seulement ont vu leur demande rejetée par un décret d’opposition motivé par un «défaut d’assimilation» autre qu’une maîtrise insuffisante de la langue de Molière. Et 62 pour «indignité». Soit 75 rejets exprimés pour les cas les plus litigieux, qui témoignent d’un comportement totalement en contravention avec les valeurs de la République. (source Le Figaro)

Vous noterez que pour le Régime, les valeurs de la France n’existent pas, il n’est question que de « valeurs de la République ». Ces gens confondent France et République et, de fait, nient la France.
Pourquoi ne pas donc distinguer citoyenneté républicaine et réelle nationalité française ?!

Assa Traoré intervient dans les lycées… Jean-Michel Blanquer est-il au courant ?

Étaient évoqués hier sur ce site les propos tout simplement délirants que tenait cette militante d’extrême-gauche antiblanche dans la rue.
Mais il y a mieux. Elle tient probablement les mêmes dans les lycées de la République.

Gabrielle Cluzel nous relate :

« Dans un article récent du Monde, Emmanuel Macron a pointé du doigt « le monde universitaire [qui] a été coupable. Il a encouragé l’ethnicisation de la question sociale en pensant que c’était un bon filon. Or, le débouché ne peut être que sécessionniste. »

Certes. Mais que dire de l’enseignement secondaire, sous le contrôle du ministère de l’Éducation nationale garant de son contenu, et qui ne peut se réfugier, comme l’université, derrière une tradition (qui parfois a du bon) de liberté intellectuelle (univoque… ) de ses mandarins ?

Ce n’est pas officiel, mais tout parent le sait : l’antiracisme, au lycée, est devenu, sinon un cours à part entière, du moins un enseignement savamment distillé dans toutes les matières littéraires, y compris les langues étrangères ; or, aucun enfant ne peut couper à la leçon d’antiracisme.

Continuer la lecture de « Assa Traoré intervient dans les lycées… Jean-Michel Blanquer est-il au courant ? »

Remarques sur l’affaire Griveaux

Résultat de recherche d'images pour "griveaux ma famille"

Vous avez probablement entendu parler des déboires du candidat macroniste à la mairie de Paris, Benjamin Griveaux, jusqu’alors porte-parole du gouvernement.
Il a jeté l’éponge dans la course aux prébendes municipales après qu’une video intime de lui a été diffusée sur un site internet, par un « activiste » anarchiste russe, Piotr Pavlenski.
Griveaux avait réalisé lui-même cette video pornographique, dans laquelle il se filmait en pleine séance d’onanisme, et l’avait envoyée par messagerie privée à une femme (amante de Pavlenski). Une méthode de séduction particulière…
Pavlenski voulait dénoncer le double-discours de Griveaux, qui, dans les médias, joue les maris comblés et fidèles et vante l’importance de la famille pour lui. C’était aussi probablement l’occasion de faire exploser en vol la carrière politique d’un représentant éminent de la macronie, politicien sans âme, homme sans empathie et particulièrement suffisant, doublé d’un gros porc donc.

La classe politique et médiatique s’est très majoritairement scandalisée de cette atteinte à la vie privée de Griveaux et à « cette attaque contre la démocratie ».
Continuer la lecture de « Remarques sur l’affaire Griveaux »

Mise en garde à propos des éditions Omnia Veritas

Les éditions Omnia Veritas (installées hors de France) rééditent de nombreux textes au mépris des droits d’auteur (éditions « pirates »), mais, plus grave encore, sont ésotéristes.
Elles rééditent de bons livres mais publient des livres perfidement antichrétiens et gnostiques (comme certains d’Evola), et mettent à la fin de tous leurs livres, y compris d’auteurs catholiques, des publicités pour leurs autres livres, y compris les plus scandaleux.
Continuer la lecture de « Mise en garde à propos des éditions Omnia Veritas »

Matteo Salvini : « la Ligue ne veut pas sortir de l’Union européenne et de l’euro »

Le leader italien de La Ligue, Matteo Salvini, mis en échec mais ne s’avoue pas vaincu

Pour certains, c’est une évolution et même une conversion ; selon Matteo Salvini – qui répond au quotidien Il Foglio ce 14 octobre – c’est un rappel : lui et son parti veulent que l’Italie reste dans l’Union européenne, et même dans l’euro.
Une position partagée d’ailleurs désormais par le Rassemblement national en France.
Nous touchons là du doigt la différence entre le simple populisme (foncièrement démocratique et donc glissant vers la démagogie) et le nationalisme (manifestant des convictions fermes, fondées sur un patriotisme intransigeant et une analyse sans concession des problèmes).

Extrait :

« Je le dis une fois pour toutes, et j’espère que personne, à l’intérieur ou en dehors de mon parti, ne soulèvera à nouveau cette question. La Ligue n’a pas en tête  la sortie de l’Italie de l’euro ou de l’Union européenne. Je le dis encore mieux, alors les journalistes cesseront de nourrir d’étranges fantasmes : l’euro est irréversible[sic]. Cela ne signifie pas que j’ai changé d’avis sur la façon dont la monnaie unique est née : elle est née mal, dans l’intérêt de quelques-uns et à l’avantage de nombreux. »

Il y a quelques années :

L’image contient peut-être : 1 personne, debout

 

« Manifester, remanifester, et après ? »

Après la grande manifestation du 6 octobre contre la PMA, François Billot de Lochner, président de l’association « Liberté politique », fait quelques remarques – qui nous semblent intéressantes – sur la façon que les partisans du bon sens et de la civilisation ont de s’opposer aux lois de déconstruction de la gauche (au sens large).

Les grandes manifestations contre la parodie homosexuelle de mariage en 2013 ont montré leurs limites. Faut-il refaire la même chose ?

On pourra lire sur ce thème le n°9 de l’excellente revue L’Héritage.

Évidemment, tout le monde se dit « mais que faire alors ? ».

Continuer la lecture de « « Manifester, remanifester, et après ? » »

La lettre ouverte de Marine Le Pen volant au secours du Régime alors qu’il vacille

TRIBUNE LIBRE

Capture d’écran site du RN

Alors que le peuple appelle de ses vœux une révolution, pourquoi Marine Le Pen a-t-elle voulu se porter au secours du Régime qui était en train de vaciller ces derniers jours ?

Sont-ce ses convictions personnelles qui s’expriment ? Si oui, voilà un criant manque de lucidité et de formation, quant au Système intrinsèquement pervers qui a mené la France là où elle est : endettée à mort, non plus indépendante mais soumise à des institutions étrangères, tyrannisée par les lobbies et tout simplement sur le point de disparaître culturellement et physiquement.

Ou alors s’agit-il peut-être de gages donnés pour éviter davantage de problèmes (judiciaires en particulier) ou s’attirer les faveurs du Régime en question et de ses médias ?

Dans tous les cas, diront certains d’entre nous, c’est précisément pour ce genre d’attitude qu’elle a été promue par les médias au début des années 2000, car ils avaient compris qu’elle pourrait faire évoluer le FN – pas particulièrement républicain et incompatible avec le Système par certains aspects de son programme (défense de la vie des enfants in utero, défense de la famille, remigration, défense de l’identité ethnique française, opposition radicale à l’UE…) – vers un parti largement moins opposé au projet gaucho-cosmopolite.

En attendant, il ne faut pas se plaindre que l’extrême-gauche récupère les Français révoltés, ils y sont presque poussés par Marine Le Pen…

Henri Ménestrel

Dans cette lettre ouverte, on relève ainsi  :

Continuer la lecture de « La lettre ouverte de Marine Le Pen volant au secours du Régime alors qu’il vacille »

Pourquoi l’ISF est un mauvais combat que veut imposer la gauche au peuple

La gauche radicale essaie d’influencer et d’orienter la révolte gauloise, populaire et antifiscale des Gilets jaunes.

Pour atteindre ses fins (lutte des classes, immigration de masse, révolution marxiste…), elle essaye de flatter les bas instincts et en premier lieu la jalousie, pour exciter la haine entre classes.
Elle entend donc mettre démagogiquement sur le tapis la question de l’ISF, dont elle exige le rétablissement.
Cette question est pourtant hors sujet : l’ISF contribuait marginalement au budget de l’Etat et si l’Etat ponctionne tant les Français (la France est le pays européen où l’on paye le plus d’impôt), au point qu’ils se rebellent aujourd’hui légitimement, c’est d’abord que l’argent est dépensé n’importe comment.
En effet, chaque année l’impôt est utilisé de façon scandaleuse : dizaines de milliards pour les intérêts de la dette publique, dizaines de milliards pour l’immigration, milliards pour l’Union européenne, milliards pour l’Afrique, milliards pour la bureaucratie et pour subventionner les journaux et associations gauchistes, etc.

Sur l’ISF lui-même, il faut rappeler certaines choses  :

Continuer la lecture de « Pourquoi l’ISF est un mauvais combat que veut imposer la gauche au peuple »

L’Élysée annule la hausse des taxes sur le carburant au 1er janvier : première victoire des Gilets jaunes. Ensuite ?

TRIBUNE LIBRE

Alors que le Premier ministre Édouard Philippe a évoqué mardi un moratoire de six mois concernant la hausse des taxes sur le carburant, l’Élysée a précisé ce mercredi soir à France info que l’augmentation n’est pas « suspendue, ni différée », mais bien « annulée ». »

A côté de cela :
« Le gouvernement assure ses arrières. L’Assemblée nationale a approuvé, mercredi 5 décembre, par 358 voix contre 194, les mesures annoncées par Edouard Philippe en réponse à la crise des « gilets jaunes », à l’issue d’un débat de près de cinq heures dans l’hémicycle. Lors de sa déclaration sur « la fiscalité écologique et ses conséquences sur le pouvoir d’achat », objet du vote, le Premier ministre a notamment défendu l’abandon dans le budget 2019 de la hausse de la taxe carbone et le gel des tarifs du gaz et de l’électricité cet hiver. » (source)

Grande victoire pour les Gilets jaunes, mais ça ne doit et ne va probablement pas s’arrêter là, alors que le régime est en train de vaciller : la hausse des taxes sur un carburant déjà extrêmement cher n’était que la goutte d’eau qui faisait déborder le vase.

La fiscalité française est délirante, l’une des plus extrêmes au monde, et tout le monde est matraqué, à part les plus riches qui arrivent à échapper à l’impôt.
De plus, l’argent extorqué par toutes sortes de taxes et d’impôts possibles est gaspillé et utilisé sans lien avec l’intérêt de la nation (milliards pour les migrants, milliards pour l’Afrique, milliards pour l’Union européenne, etc.).

Les Gilets jaunes doivent exiger une avancée qui permettra au peuple de donner ses consignes sur les sujets qui lui tiennent le plus à cœur : l’instauration du RÉFÉRENDUM D’INITIATIVE POPULAIRE, où à partir d’un certain seuil de signatures (par exemples 500 000), un référendum est organisé, dont le résultat à valeur d’obligation pour l’État. Un peu comme en Suisse (où ce n’est pas le chaos).

PS : on comparera avec les résultats nuls de Manif pour tous, malgré son million de manifestants opiniâtres… Y aurait-il eu une différence de méthode ?

Censure progressive du net : le régime fait bloquer un site par les FAI

Le 8 novembre, le procureur de la République assignait en référé les fournisseurs d’accès à internet pour qu’ils bloquent l’accès au site democratieparticipative.biz

Il appliquait les demandes des organismes de traque des opinions « incorrectes » (CRIF, LICRA, UEJF, DILCRA, SOS-Racisme…) qui exigeaient que ce site soit rendu inaccessible, car la « Justice » n’arrivait pas à condamner ses auteurs (que les services de police n’ont pas réussi à identifier).
Continuer la lecture de « Censure progressive du net : le régime fait bloquer un site par les FAI »