LIESI : conditionner les citoyens à la «crise majeure» des mondialistes

Le 14 août 2011, lors de l’émission C Dans L’air, Philippe Dessertine (professeur d’économie à l’université de Nanterre) expliquait : « On est dans un enchaînement avec une accélération absolument démentielle. Les Français vont bientôt comprendre qu’il n’y a pas trente-six voies… c’est dans quelques semaines qu’il va falloir prendre des décisions fondamentales… Il va falloir discuter avec l’Allemagne. Jean-Claude Trichet a dit que cette crise est probablement aussi grave, voire même plus grave que la crise de 1929, c’est-à-dire la plus grave crise depuis la Première Guerre mondiale. A un moment donné, les politiques vont devoir expliquer à leur population que c’est ça ou le chaos, un chaos qui est absolument inimaginable ».

L’idée d’une « monnaie mondiale » comme solution à l’actuelle guerre monétaire implacable qui se joue sur les marchés des devises, est aujourd’hui reprise par de nombreux économistes. Bien sûr, on évoque l’exemple de l’euro, mais on insiste sur le fait que sa faiblesse vient d’un manque de rigueur budgétaire et de transparence pour la grande majorité des Etats au sein de la Zone euro.

La bonne « crise majeure » appelée par David Rockefeller pourrait justement permettre aux créanciers des Etats d’imposer les nouvelles règles du jeu ! Mais ce programme sera-t-il du goût de la Chine et de la Russie ? Ces puissances ne vont-elles pas s’y opposer ? Voilà pourquoi il est juste de dire, comme P. Dessertine, que « de jour en jour et petit à petit, l’idée que la crise pourrait déboucher sur une confrontation mondiale fleurit « officiellement » ici et là. Le mot de guerre apparaîtra certainement plus tard dans la bouche des politiciens, ce qui marquera une avancée inéluctable ». Ils sont donc maintenant quelques-uns à reconnaître que le scénario des années trente n’est plus à exclure Et nous savons que la crise de 1929 permit aux banquiers internationaux d’imposer, non seulement le conflit 1939-1945, mais surtout les règles d’après-guerre…

Malheureusement, ces économistes qui appellent à la rigueur budgétaire et à la nécessité de se serrer la ceinture, ne remettent pas en cause les complicités existant entre politiciens et banquiers internationaux sur le mécanisme de la dette et de ses intérêts usuraires. La nouveauté est que ces économistes font désormais un rapport entre la guerre des monnaies et de futurs bouleversements géopolitiques ! Ainsi, les événements suivraient un cours normal et il n’y aurait pas de complot !

« Si la population comprenait le système bancaire, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin ».
Henry Ford

« Je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés qu’une armée debout. Celui qui contrôle l’argent de la nation contrôle la nation ».
Thomas Jefferson, ex-président des Etats-Unis

source

4 commentaires concernant l'article “LIESI : conditionner les citoyens à la «crise majeure» des mondialistes”

  1. Et voilà le gros piège : Monnaie Mondiale, le mot est lâché, c’est ce que la camarilla des crapules de la finance désirent depuis longtemps, et les malaises économiques sont tous Artificiels, tous organisés, rien n’est fait par hasard, la Dictature sera au rendez-vous, totalitaire , pour l’instant ce ne sont que des répétitions générales.
    Les Crapules n’ont pas d’état d’âme, seuls le profit et la domination les mettent en transe.

  2. Il serait sage que Fillon nous explique comment les Français peuvent s’enrichir , ou au moins arrêter de s’appauvrir , et sans nous ressortir comme à chaque fois le coup du métissage (sowce d’enwichissement) ou de wigueuw budgetaiwe …

    => LISEZ LES PROTOCOLES DES SAGES DE SION !

  3. Faites des stocks de nourriture pour ne pas être surpris pas la future inflation et le futur pillage des supermarchés, des boîtes de conserves, un bon sac de 50 livres de riz, des sachets de pâtes, du sucre; tout ça tient 2 ans pour un mini prix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.