C’était un 9 mai : mort de Sébastien Deyzieu

Le 9 mai 1994, le jeune militant nationaliste Sébastien Deyzieu rendait l’âme, victime de la répression policière, lors d’une manifestation organisée par le GUD et d’autres associations.

Il était âgé de 22 ans.

Le traitement médiatique n’eut évidemment rien à voir avec l’affaire Malik Oussekine, qui en son temps entraîna d’ailleurs la démission d’un ministre.

Chansons des groupes de « rock identitaire français » In Memoriam et Vae Victis dédiées à Sébastien Deyzieu :

__

Le maire du Lavandou annule la messe en plein air par peur des « déséquilibrés » !

Le maire du Lavandou, dans un grand élan de courage, a pris la décision de suspendre la messe dominicale en plein air l’été, tradition vieille de 20 ans, pour ne pas « attiser les critiques » ou « exposer les paroissiens au geste d’un déséquilibré », mot courant pour désigné un islamiste.

Faut-il donc rappeler à ce maire les processions qu’osent faire les chrétiens d’Orient dans leurs pays en guerre ? Ces derniers ont au moins la présence d’esprit de se souvenir que c’est là que se trouve leur force, et que « fuir signifie les laisser gagner ». Si l’on commence à annuler les processions et messes par peur des islamistes, autant leur laisser les rennes du pays directement !

Si vous refusez de vous cacher « pour ne pas choquer », il est évidemment possible d’écrire au maire : mairiedulavandou@gmail.com.

Capture d’écran 2015-06-24 à 13.50.25

Décès de Jean Madiran

Jean Madiran s’est éteint  ce mercredi 31 juillet, à l’âge de 93 ans.

C’est une figure importante de la droite nationale et catholique de ces 60 dernières années qui disparaît. Un intellectuel véritable et une fine plume.

Jean Madiran (de son vrai nom Arfel) avait commencé jeune, et fort, étant secrétaire de Charles Maurras durant la Seconde guerre, durant laquelle il fut décoré de la Francisque.
Il collaborait alors à L’Action française et à la Revue universelle (fondée par Jacques Bainville et Henri Massis).

Réfugié dans un monastère situé sur la colline de Madiran, d’où son pseudonyme, après 1945, il devint ensuite journaliste et essayiste. Il publia son premier livre, La Philosophie politique de saint Thomas (Les Éditions Nouvelles, 1948), sous le pseudonyme de Jean-Louis Lagor et lanca une publication d’inspiration maurassienne, l’Indépendance française, rachetée en 1950 par Aspects de la France.

Il marqua son époque avec la publication de qualité Itinéraires, fondée en 1956 et qu’il dirigea durant 40 ans, réunissant des intellectuels réputés et menant un inlassable combat face au modernisme.

Madiran cofonda (en 1982) et dirigea aussi (pendant 25 ans) le quotidien Présent.

Les obsèques de Jean Madiran seront célébrées, ce lundi 5 août à 10 h en la chapelle Notre-Dame des Armées (Impasse des Gendarmes) à Versailles, par Dom Louis-Marie, Père Abbé du Barroux.

L’Institut du Bon Pasteur réorienté

Voilà une information grave qui ne manquera pas d’inquiéter les partisans de la Fraternité Saint Pie X, alors que celle-ci est à deux doigts d’être réunie au Vatican.

L’Institut du Bon Pasteur (IBP) a été fondé en 2006 par les abbés Laguérie et de Tanouärn qui se séparaient alors de la Fraternité Saint Pie X.
L’Institut présentait son statut (100% traditionaliste et avalisé par Rome) comme une merveilleuse victoire .
Mais, après ses 5 ans d’expérimentation décidés par le Vatican, l’IBP a fait l’objet d’une « visite canonique » par la Commission Ecclesia Dei, qui vient de faire parvenir ses « recommandations » au supérieur de l’Institut.
Le document a rapidement fuité sur internet…
Continuer la lecture de « L’Institut du Bon Pasteur réorienté »

Mgr Grallet annule une messe en l’honneur de Sainte Jeanne d’Arc

Un lecteur de contre-info.com nous apprend que le vendredi 6 janvier à 18h30, une messe dans la crypte de la cathédrale de Strasbourg était annoncée en l’honneur  du 600ème anniversaire de la naissance de Sainte Jeanne d’Arc.
L’office devait être célébré par le curé de la Cathédrale, le Chanoine Michel Wackenheim, dans le rite romain traditionnel.
Une cinquantaine de personnes étaient présentes pour assister à la messe. Elles ont eu la désagréable surprise d’apprendre que Mgr GRALLET, archevêque de Strasbourg, avait interdit la célébration sans fournir aucune explication.

Messe pour Franco et Jose-Antonio à Paris

On nous prie d’annoncer :
« Vendredi 19 novembre, à 19 h 30, en l’église Saint Nicolas du Chardonnet à Paris (Vème arrondissement, métro Maubert-Mutualité), une Messe de Requiem sera dite, à la demande du Cercle Franco-hispanique, pour le repos de l’âme de Jose-Antonio Primo de Rivera, fondateur de la Phalange espagnole fusillé par les rouges le 20 novembre 1936, et du Général Franco, Chef de l’Etat espagnol, rappelé à Dieu le 20 novembre 1975. »