Les chiens de Nicolas Sarközy ont dévoré le mobilier national

Le dicton « Tel maître, tel chien » se vérifie-t-il encore ?

À l’Élysée, les chiens de Nicolas Sarközy n’ont pas laissé que de bons souvenirs. C’est ce que révèle Mediapart dans un article qui s’appuie sur les révélations d’employés du Mobilier national, l’institution héritière du Garde-meubles royal.
Les canidés de l’ancien chef de l’État se sont particulièrement attaqués aux meubles du salon d’argent, révèle le site. Cette pièce inestimable est connue pour ses meubles dorés à l’or blanc et couverts d’étoffes. C’est par exemple là que Napoléon a dicté son abdication en 1815.

Les chiens ont ainsi aiguisé leurs crocs sur les accoudoirs des fauteuils, connus pour leurs fameux becs de cygne. Résultat : plusieurs corps de métier sont intervenus pour restaurer le mobilier. « D’après un devis, la réfection des dorures a été sous-traitée à un artisan parisien pour plus de 6 600 euros. L’achat de galons, à lui seul, a coûté plusieurs milliers d’euros. Sans compter les soieries et les heures de travail des ouvriers du Mobilier », poursuit l’article.

Ce n’est pas la première fois que du mobilier d’État est laissé détérioré après le passage de Sarközy.
Lorsqu’il était ministre de l’Intérieur, un canapé avait été retrouvé dans un piteux état : imbibé de poils et d’urine attribués aux chiens du président…


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :