Le Tournant du « 24 mars »

[Tribune libre – les commentaires sont ouverts]

Beaucoup a déjà été dit sur le « 24 mars », journée historique par l’ampleur du nombre des manifestants. Tout le monde s’accorde à dire qu’il y a eu un tournant, qui était attendu et espéré : durcissement du mouvement d’opposition au mariage homo, augmentation de la mobilisation, agrandissement du fossé entre la base et la direction de la Manif pour Tous, passage réussi sur les Champs-Elysée. Pourtant, si nous ne voulons pas que ce tournant du « 24 mars » soit qualifié, ultérieurement, de rendez-vous raté, il faudra rapidement être conscient des réalités suivantes et réagir en conséquence :

Mme Barjot a torpillé le « 24 mars »

Comme cela était prévisible (à condition d’avoir un peu de discernement), la leader de la Manif pour Tous a été complice de l’Etat dans l’opération de parcage des manifestants et surtout dans leur acceptation moutonnière –sauf une minorité- des limites tyranniques imposées par le Système. Il faudra se demander pourquoi.

Après avoir, avant le « 24 mars », dénoncé le Printemps Français et les appels déterminés à occuper le terrain et s’imposer sur les Champs-Elysées (objectifs que Mme Barjot affichait pourtant peu avant), le jour même de la manifestation Mme Barjot a fait ‘patienter’ l’immense foule en colère, qui ne demandait qu’à marcher sur les Champs Elysées, par des appels au calme et des interventions faisant appel à la France « black-blanc-beur » et à la promotion de l’homosexualité.

Comme si cela ne suffisait pas, pendant qu’une minorité toutefois importante parvenait sur la Place de l’Etoile et enfin sur les Champs-Elysées, essuyant des gaz sans distinction d’âge ou de sexe, Mme Barjot -honte à elle !- dénonçait ces manifestants à la vindicte en les stigmatisant sous l’appellation de « fachos ».

Censée être apolitique enfin, la Manif pour Tous a fait parader sur la tribune des élus politiquement corrects, excluant les élus nationaux mais invitant un trotskyste à s’exprimer. La part belle était bien sûr réservée à l’UMP, qui pourtant, contrairement au Front National, ne s’est pas engagé à abroger la loi Taubira, préférant simplement une « union/alliance civile homosexuelle » chère aussi à M. Sarkozy et à Mme Barjot.

Que chacun imagine où nous en serions aujourd’hui si, ce « 24 mars », Mme Barjot avait laissé (à défaut d’inciter) la foule rejoindre en masse les Champs-Elysées … ! Nous serions certainement encore sur place, des dizaines de milliers voire plus, campant et occupant le terrain à la façon des printemps arabes, mettant l’Elysée dans la quasi obligation de retirer le projet de loi à moins de vouloir risquer une véritable insurrection.

Le mouvement contre la loi Taubira se poursuivant, il n’est pas trop tard pour répéter ceci :

Mme Barjot travaille pour l’UMP et contre la résistance politiquement incorrecte. Son objectif est d’offrir à l’UMP disqualifiée un soutien massif avant les élections qui s’annoncent en 2014, sur le dos des catholiques. Ses contacts fréquents avec l’UMP, la mise en avant de leurs élus, la similitude des éléments de langage de l’UMP sur la question de la loi Taubira (opposition centrée sur l’adoption, la PMA et la GPA ; promotion d’une alliance civile homosexuelle ; dénonciation de l’extrême-droite) l’attestent clairement. Questions subsidiaires :

– où était Mme Barjot quand le ministre UMP Châtel, sous la présidence Sarkozy, imposait la théorie du gender dans les manuels scolaires ? … pas d’appel à retirer la loi, pas de manif pour tous, rien …

– d’où vient l’argent de la Manif pour Tous ? …

Mme Barjot n’a aucune légitimité pour diriger le mouvement contre le mariage homo, mouvement composée à 95% du courant démocrate-chrétien ou catholique libéral, parfois teinté de conservatisme ; l’immense foule du « 24 mars » n’est pas la France des « gay friendly » ni des bars branchés parisiens, elle est la France des paroisses, réveillée à bon escient par une Eglise catholique de France en sursaut. Ce n’est pas Mme Barjot, mais les bergers et les fidèles des paroisses de France qui sont le levain et la sève du mouvement anti mariage homo. Or, sauf exception, la direction de la Manif pour Tous est à l’opposé de cette France des paroisses : Mme Tcheng, M. Mongibault, Mme Barjot sont non seulement des intrus mais ils n’apportent rien au mouvement anti mariage homo. Comble de l’imposture, cette direction s’est débarrassée de la représentante la plus digne de la Manif pour Tous, Mme Bourges, symbole d’une démocratie chrétienne plus engagée et audacieuse (sa présence sur les Champs Elysées le « 24 mars » le montre) qui est prête à déborder le champ légal en présence d’un Etat devenu illégitime et tyrannique, sans haine ni violences mais avec force.

Mme Barjot bloque le mouvement anti mariage homo, n’ayant comme objectif que d’utiliser la masse des démocrates-chrétiens en colère au profit d’un retour de l’UMP, cantonnant les manifestants dans un légalisme moutonnier qui empêche toute réussite du mouvement ; beaucoup ont en effet compris que, contre la loi Taubira, face au mépris tyrannique du Système et aux lobbies en cause, le Système ne cèdera que devant la force du peuple français.

Or cela, Mme Barjot et l’UMP n’en veulent pas, car ils savent bien que cette force du peuple (que l’Etat Sarkozy méprisa lui aussi, notamment dans l’affaire du Traité européen) ne s’arrêtera pas à la dénonciation des socialistes, mais visera aussi les libéraux. L’incroyable coïncidence de l’élection partielle dans la deuxième circonscription de l’Oise, où ce « 24 mars » le Front National remonta plus de 25 points face à l’UMP, est là pour le démontrer.

La masse du « 24 mars » doit prendre les choses en main

A défaut de changement de la direction de la Manif pour Tous, à défaut de chefs, la foule considérable venue de toutes nos régions françaises doit non seulement continuer à être déterminée et surmobilisée, mais aussi se conduire elle-même :

– en se libérant de l’étau dans lequel Mme Barjot et ses sbires enferment le combat contre la loi Taubira,

– en mettant en place également, et rapidement vu le vote proche du Sénat, une nouvelle et forte action contre cette loi.

Il est incontestable que l’initiative du ‘Printemps Français’, par exemple, dès qu’elle est apparue, a montré qu’elle correspondait absolument à l’attente de la masse des opposants au mariage homo, par sa détermination sans failles et ses mots d’ordre clairs et déterminés. Quel scandale, et quel avoeu … que Mme Barjot l’ait condamné !

Que le ‘Printemps Français’ donne le signal d’une nouvelle mobilisation (une occupation à proximité du Sénat, au jardin du Luxembourg ?), et il est évident que la masse se mobiliserait immédiatement, elle qui, de toutes parts, et hier encore à Guyancourt contre M. Binet, fait feu de tous bois contre la loi Taubira.

Nous n’avons pas besoin d’un nouveau parcage-manif de moutons dans 2 mois, nous avons besoin d’un Printemps Français sous la forme d’une mobilisation de masse rapidement décidée et déterminée à occuper le terrain choisi jusqu’au bout, … jusqu’à enterrement de la loi Taubira. Alors le « 24 mars » restera comme le tournant avant la victoire, et non le tournant raté.

Marcouf de Segons

14 commentaires concernant l'article “Le Tournant du « 24 mars »”

  1. Maintenant, il faut virer l’immonde Barjot et créer un vrai mouvement pour « le printemps français »
    Cela fait déjà peur aux « démocrates » patentés de Mediapart ou de « public sénat »
    il ne faut pas laisser retomber la pression mais organiser dès à présent une nouvelle manifestation !

  2. Je suis bien d’accord !!!
    Le mouvement ne doit pas devenir une marionnette au service de l’UMP; Me Barjot est une tiédasse qui couche avec les médias et défend relativement mal la cause des français, ce que nous défendons avant tout c’est le BON SENS !!

  3. RDV ce soir jeudi 28 mars au siège de France 2, les 4-5, we 6-7 avril devant le Sénat! Partout où les politiques se déplacent, il faut les traquer… Jusqu’à la prochaine grande manifestation!

  4. Bonjour,

    est un problème informatique ou une censure de votre part ?

    Ce blog est il tenu par de vrais patriotes ou par des agents de renseignement qui l’utilisent pour canaliser les foules, en vue d’une guerre civile prochaine ?

    Merci de prendre le temps d’expliquer vos censures, sinon pensez au moins à votre conscience.

    Cordialement,

  5. Il est évident que Frigide barjot est télécommandée par le système pour tenter de neutraliser la contestation populaire à ce projet inique.

    Neutralisation qui n,a pas marché et qui n’a fait que rendre plus évidente encore son absence de représentativité et de légitimité.

    Nombreux sont les Français à parler ainsi mais peu nombreux sont-ils à le manifester ne serait-ce que par un refus de participer aux institutions…

    Il serait temps que les mécontents soient logiques avec eux-mêmes et cessent de soutenir par leur vote ou leur résignation un projet de société dont ils ont eu la lucidité de reconnaitre le caractère mortifère.

  6. Personnellement, je pense que madame Barjot n’est pas la seule responsable. Plusieurs personnes faisant plus ou moins partie de l’organisation de la manif pour tous depuis fin octobre (en annonçant le rassemblement le 17 novembre alors que Civitas avait annoncé depuis août qu’il fallait s’organiser contre ce projet)ont aussi leur part de responsabilité. Je m’explique : j’ai entendu sur Radio-Courtoisie le dimanche matin 24 mars monsieur Grégoire Boucher ameuter pendant une heure, de sa voix recto tono, les Français pour qu’ils rejoignent la manifestation l’après-midi. C’était sous-entendu un devoir de citoyen. Mais le lundi soir dans une émission sur la même radio, il fustigeait madame Barjot d’une voix éraillée mais sur le même ton. Je dis donc à monsieur Boucher et à tous ceux qui se plaignent aujourd’hui mais qui laissent croire au soi-disant succès de cette manifestation : vous êtes responsables autant qu’elle. Civitas appelle au discernement depuis novembre, il fallait écouter la voix de la raison, et non celle de l’ambivalence, madame Barjot ne s’en est jamais caché. Vous saviez. Et si le projet n’est pas retiré aujourd’hui, malgré la peur que cette dernière manifestation à suscitée parmi les membres du Gouvernement, c’est à cause de vous. Il n’y a pas à rejeter la faute sur un seul, vous êtes tous coupables ; on ne sert pas deux étendards à la fois. Quand j’entends aussi monsieur Bernard Antony ou l’abbé de Tanouarn dire qu’il ne faut pas mélanger le politique et le religieux, ils se trompent lourdement, l’adversaire le sait bien et cette grave erreur l’a servi : les Français ont été ridiculisés par cette manifestation avec flonflons, banderoles rose bleu blanc à la gloire de l’homosexualité (et de la soi-disant droite jamais en retard pour essayer de récupérer l’électorat qu’elle perd depuis des décennies à cause de ses mensonges). Cela a été démontré encore dimanche dernier. Car la politique en France depuis la naissance de la Franc-Maçonnerie n’est pas autre chose que de vouloir supprimer le catholicisme de la France. Ecouter Peillon, il le dit haut et clair : « la Révolution n’est pas terminée, nous allons l’achever ». Et vous y avez contribué par manque de discernement.

  7. Je suis d’accord avec vos affirmations Monsieur de Segons.
    Mais nuançons quand au 24 mars. J’ai certes été dérangé quand Madame Barjot a pris le micro pour dire aux « fachos » de dégager, mais en venant Dimanche je savais à quoi m’en tenir.
    Par ailleurs, c’est une très lourde responsabilité de laisser une manifestation d’un million et demi de familles sortir du parcours autorisé par les autorités. J’en est pour preuve la réaction des forces de l’ordre à l’Étoile.

    Alors, oui, un « Printemps Français » serait carrément souhaitable. Mais pour mettre qui ? Qui va rafler la mise, à votre avis ? J’ai peur de savoir.

  8. @ Maxime :
    où ça de la censure ? Parce que les messages doivent attendre d’être validés par quelqu’un avant d’apparaître ?
    Agents de renseignement, si nous l’étions, vous le dirions-nous ?!

  9. Oui mais si on peut voter plusieurs fois çà ne sert à rien… c’est un sondage trompeur.

    Le vrai printemps français ne se fera pas en jouant la samba et en criant pour rien.
    Maintenant il faut passer VRAIMENT a l’action.

    Il nous faut des chefs.

  10. Simple constat de celui qui a vécu 25 ans en zone communiste… « Merci pour tout Madame Kerenski, je veux dire Madame Tellenne-Barjot, maintenant, on gère la chose. Signé : Vladimir Oulianov, je veux dire, ceux dont on a besoin « .

  11. Les journalistes sont devenus particulièrement pénibles, ils parlent au nom des Français, falsifient la vérité, se comportent en politiciens en dénigrant systématiquement les personnes qui ont pas les mêmes idées, sur canal+ ils narguent et ils raillent les Français, ils font de la provocation sans arrêt sans qu’on puisse répondre ni dire un mot.

    Il faut cibler les médias maintenant, sinon ils vont continuer éternellement à qualifier les patriotes de fachistes et d’extrémistes, ce qu’ils ne sont pas, mais quand on veut tuer son chien on dit qu’il a la rage.

    Casser les journalistes ce n’est pas difficile …

  12. Superbe manif pour tous ! bravo !

    Ne vous laissez pas intimider par la pntifiante Barjot ,mais cela dit ,servez-vous de ces mobilisation pour agrandir vos réseaux ,faire des contacts et laisser des courroies d’infos pour la suite .

    Que l’ump et Barjot fasse leur cinéma en profitant de la manif pour tous sert d’autant plus à légitimer vos revendications car plus on est nombreux pluus de gens voudront rejoindre ce mouvement .

    Quand à ces gens judicieux qui ont vu l’utilité d’aller déranger la PUTE (Pensée Unique Totalitaire Eurolandiste) ,et semer la zizanie les propagandistes et autres imposteurs ministricules , c’est tout simplement génial aussi ! On appelle ça du harcellement démocratique ,hé,hé,!!

    Faut tenir un agenda d’alertes que tel ou tel jacteur viendra à tel endroit à tel date et hop ,ceux qui le peuvent iront pourrir les blablateurs qui pourrissent l’existence de tous depuis trop longtemps !

  13. Ceux qui critiquent Madame Barjot aurait surement raison si son attitude n’était aussi facile à comprendre, ou encore ils auraient raison si à coté du mal qu’ils dénoncent, ils montraient le remède, ce qu’ils ne font pas.

    Lorsque Madame Barjot dit aux manifestants :  » On aime les homosexuels, Allez tout le monde dit : » On aime les homosexuels »; ou quand elle dit « on respecte la légalité, on reste dans les clous »; c’est qu’elle veut éviter que les journalistes ne disent qu’elle est homophobe ou qu’elle est une extrémiste. Elle prend les devants pour éviter de se retrouver dans la situation d’une Marine Le Pen obligée de ramper pour se dédiaboliser.
    Ensuite du point de vue du marketting politique, l’invention des slogans du style de la « manif pour tous » en réponse au « mariage pour tous » est brillantissisme et renvoie l’extréme droite sur les rangs de l’école maternelle. Barjot a fait un sans faute, et tous ceux qui l’ont suivi le 24 Mars la suivront lors de la prochaine manif, je pense.

    Ensuite lorsque Barjot dit en s’adressant à Français Hollande : « ça va être la guerre civile monsieur le président », elle le menace. Madame Bourge dans une émission des grandes gueules s’est permise, elle aussi, de menacer les journalistes, elle a commis l’interdit .. ENFIN .. !
    Elle l’a fait intelligement, les menaces sont une solution à réserver à ceux qui savent les employer, c’est une arme à double tranchant.
    Madame Bourge s’est attaquée aux journalistes, elle.
    On ne peut pas critiquer Barjot et son mal: l’aplatissement à la pensée unique sans proposer le rémède : S’attaquer aux journalistes au lieu de s’aplatir devant aux comme le fait Marine Le Pen.
    Ensuite les reproches sur le fait que le FN n’ait pas été invité à s’exprimer à la tribune se comprennent, pourquoi donner la parole à des toccards qui s’attribueront ensuite le mérite de son action ? (Le FN plafonne à 14% depuis 15 ans au moins.), Pourquoi Marine Le Pen était-elle absente à la première manifestation ? Et puis quand on voit la fille désavouer son père en tentant par toutes sortes de reptation de se faire bien voir des journalistes, on se dit que son père à eut tort de lui donner le parti. Enfin quelqu’un a tort dans cette histoire, si ce n’est pas le père c’est la fille.
    Il y a un coté amateurisme dans tout cela, on n’est plus au début du réveil des Français quand même. L’extrème droite ou ceux qui se disent ou se croient d’extrème droite doivent faire attention de ne pas se faire plus de tort à eux-même qu’à ceux qu’ils critiquent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.