29 septembre : la saint Michel !

Aujourd’hui, fête de l’archange Saint Michel, qui est très populaire chez les Chrétiens.
C’est le plus grand des anges, vainqueur de Lucifer, chef de la « milice céleste », « défenseur de la foi », mais aussi… ange protecteur de la France !

Il est le patron des soldats (et en particulier des parachutistes) et de nombreux corps de métier.

Ci-dessous un article de présentation de l’archange paru dans l’excellente revue L’Héritage.

« La connaissance de Saint Michel et a fortiori la dévotion envers lui se tarissent toujours davantage au royaume des lys.
C’est une chose grave : d’abord parce qu’il occupe une place éminente dans le plan divin, et ensuite parce qu’il a une relation privilégiée avec notre nation.

Saint Michel, prince des armées de Dieu

Puisque leur confrontation est le premier fait qui nous est connu de l’archange, il est impossible de parler de Saint Michel sans évoquer Lucifer.
Ce dernier était la plus belle, la plus grande de toutes ces créatures purement spirituelles que sont les anges.

Les Docteurs lui appliquent le passage suivant d’Ezéchiel :
« Tu étais l’empreinte de la ressemblance de ton Créateur, tu étais plein de sagesse et parfait en beauté. Tu étais dans les délices du paradis de Dieu.
Toutes les pierreries ornaient ton vêtement : la sardoine, la topaze, le jaspe, la chrysolithe, l’onyx, le béryl, le saphir, l’escarboucle et l’émeraude.[1]Ces neuf pierres représentent les dons distribués entre les neuf chœurs des anges, et que Lucifer comme leur chef possédait
à lui seul.

L’or brillait sur tes vêtements et toutes sortes d’instruments de musique ont été préparés pour célébrer ta naissance.
Tu étais comme les chérubins à l’aile puissante et protectrice.
Et je t’ai placé sur la montagne sainte de Dieu, tu as marché parmi les pierres de feu.[2]C’est-à-dire qu’il occupait parmi les êtres créés jusque-là la première place.
En un mot, tu étais parfait dans tes voies dès le jour de la création, jusqu’au moment où l’iniquité s’est trouvée en toi. » (Ezéchiel XXVIII, 12-15).

Ebloui par son immense puissance, il se rebella contre Dieu et prononça son fameux “non serviam” (“je ne servirai pas”), probablement en prenant connaissance du projet de l’Incarnation, et refusant par orgueil d’adorer un Dieu-Homme.
Il entraîna dans sa chute une grande quantité d’anges, un tiers, d’après la tradition.[3]En se basant sur ce passage de l’Apocalypse (XII, 3-4) : « un grand dragon rouge, ayant sept têtes et dix cornes, et sur
ses têtes sept diadèmes. Sa queue entraînait le tiers des étoiles du ciel, et les jetait sur la terre. » Les anges sont souvent
comparés aux étoiles dans la Bible, puisqu’ils appartiennent tous à un “monde céleste”.

S’en suivit un grand combat entre les créatures spirituelles, pour lequel Michel prit la tête des anges fidèles. Dieu jugea indigne de lui d’employer Sa main toute-puissante pour frapper des ennemis qui, en Sa présence, n’étaient que néant ; Il voulut leur infliger l’humiliation d’être vaincus par leurs égaux ; Il voulut laisser à Ses amis le mérite et la gloire de Le venger et de Lui montrer leur fidélité.
Michel répondit à Lucifer en s’écriant « Quis ut Deus ? » (« Qui est semblable à Dieu? »), rappelant la vanité absolue de l’orgueil et de toute rébellion contre Dieu. Ce cri lui donna son nom et sa devise.

Humilité et fidélité caractérisent Saint Michel.

Saint Michel et son armée triomphèrent des révoltés, qu’on appellera désormais les démons :
« Et il y eut guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent, mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut plus trouvée dans le ciel. Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui. » (Apocalypse XII, 7-9)

Michel prit dès lors le titre de prince de la milice céleste, et devint le champion des gens de Dieu contre les forces des Ténèbres (il est d’ailleurs particulièrement invoqué lors des exorcismes). Il est naturellement le saint patron des guerriers, comme de nombreux corps de métiers.

Saint Michel, protecteur du peuple de Dieu

Il est chargé de la défense des droits de Dieu, de son peuple, et de son épouse, la sainte Eglise.[4]L’archange Gabriel dit au prophète Daniel : « Michel se tient constamment debout pour la défense du peuple de Dieu ».

Quand le féroce Attila, après avoir semé la terreur parmi les peuples, arriva devant un faible vieillard, le pape saint Léon, aux portes de Rome, il eut une apparition qu’il décrivit à ses hordes barbares : « J’ai vu, à côté du vieillard, un personnage revêtu d’habits sacerdotaux, avec une épée nue et un air si terrible que j’en ai été effrayé ». C’était saint Michel, protecteur du souverain Pontife et de l’Eglise.

Saint Michel, « psychopompe »

Cet adjectif signifie qu’il est chargé de mener les âmes des morts à leur dernière demeure après le Jugement. C’est d’ailleurs à ce titre qu’il est cité dans l’offertoire de la messe des défunts.

Devant peser les âmes des trépassés, il est souvent représenté tenant une balance à la main. Après le Christ, bien sûr, il tient la seconde place lors du Jugement dernier.
S’appuyant sur saint Thomas, Bellarmin et Suarez déclarent que saint Michel est l’Ange patron de la bonne mort. Ce rôle supérieur justifie donc une fervente dévotion à Saint Michel, réputé pour être très soucieux du salut de ceux qui lui rendent un culte. On lui impute ainsi plusieurs miracles permettant à certains de ses serviteurs de voir leur mort reculée de quelques jours, leur laissant le temps de s’y préparer.

Cette bienveillance active explique l’étonnante parole de Saint Alphonse de Liguori : « la dévotion à saint Michel est un signe de prédestination ».


Saint Michel pesant les âmes.
A gauche, le Diable, aidé d’un démon, tente de perturber l’archange et de faire pencher la balance de son côté, en vain.

Saint Michel et la France

Les véritables nations ont, comme les individus, chacune un ange tutélaire[5]Le prophète Daniel parle de l’opposition entre Saint Michel, protecteur de l’ancien Israël, et l’ange gardien de la Perse. qui a pour charge de les éclairer, de les guider et de les protéger tant qu’elles sont fidèles à la mission que le Créateur leur confie.

Or l’ange gardien de la France n’est autre que saint Michel lui-même !
Quel motif d’espérance pour tous les patriotes effrayés par l’état de putréfaction de la France ! Quel sujet de honte pour tous les traîtres catholiques qui renient notre nation, notamment au profit de chimères européistes ou séparatistes…

Quand jadis les Hébreux maintenaient tant bien que mal le vrai culte au milieu des peuples païens, Michel protégeait cette nation élue.
Puis, une fois le judaïsme ancien rendu caduc par l’avènement du Christ, il semble que ce soit à l’Empire romain, devenu chrétien, qu’échut ce rôle de « champion de Dieu » parmi les peuples. Mais les successeurs de Constantin failliront et l’Empire disparaîtra sous les invasions…
C’est ensuite le peuple franc qui va endosser le rôle glorieux « d’épée et de bouclier de l’Église ».

Le pacte est scellé près de Tolbiac, lors d’une bataille contre les Alamans, où Clovis et ses hommes sont dans une posture désespérée. Suite aux efforts, à la patience et aux prières de son épouse sainte Clotilde, le roi des Francs promet au Dieu des Chrétiens de se convertir s’il lui accorde la victoire.
Le miracle se produit[6]D’après certains auteurs, Michel apparut, combattit et terrifia les Alamans, nous donnant ainsi miraculeusement la victoire. et Clovis se fait baptiser avec ses guerriers, entraînant la conversion de tout le royaume.
La France, première nation chrétienne, prend la tête de toutes les autres.

Le pape Anastase écrit à Clovis : “Daigne le Seigneur accorder à vous et à votre royaume sa divine protection ; qu’il ordonne à saint Michel, qui est votre prince et est établi pour les enfants de votre peuple, de vous garder dans toutes vos voies, et de vous donner la victoire sur tous vos ennemis”.

Depuis, l’archange a accompagné attentivement la marche du peuple franc à travers les siècles, multipliant les interventions.

Ainsi Charles Martel enverra son épée au Mont Saint Michel, estimant avoir été assisté surnaturellement par l’ange. Pour les mêmes raisons, Charlemagne, après son expédition contre les Saxons, fera peindre l’image de St Michel sur ses drapeaux avec la devise « Voici Michel qui m’a secouru ».
De nombreux monarques français feront œuvre de piété publique envers Saint Michel, notamment en marchant vers le Mont.

Alors que tout semblait perdu pour notre nation, Saint Michel va exhorter Jeanne d’Arc[7]A cette occasion, Saint Michel se présente à la jeune bergère comme « l’ange de la France »., la guider et l’assister afin qu’elle rende à notre patrie son honneur, sa liberté et sa nationalité. D’ailleurs, d’après les chroniqueurs de l’époque, lorsque l’armée de Jeanne délivra Orléans un 8 mai (une des fêtes de Saint Michel), on vit apparaître l’ange sur le pont, au moment de l’assaut, repoussant les Anglais.

La haute qualité de « l’ange de la France » et son action passée pour elle nous rappellent la mission exceptionnelle qui est celle de notre peuple, et la place particulière que la France occupe au rang des nations.

La dévotion à Saint Michel est un devoir incontournable qui permet :
– d’honorer un être particulièrement proche de Dieu, et qui joue un rôle éminent dans la Création.
– de remercier l’ange gardien de la France et d’implorer son secours pour que notre pays soit délivré de maux difficilement guérissables.
– de s’assurer une puissante assistance dans la lutte contre les Ténèbres, et une protection précieuse, spécialement quand vient l’heure de quitter ce monde. »


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :

References   [ + ]

1. Ces neuf pierres représentent les dons distribués entre les neuf chœurs des anges, et que Lucifer comme leur chef possédait
à lui seul.
2. C’est-à-dire qu’il occupait parmi les êtres créés jusque-là la première place.
3. En se basant sur ce passage de l’Apocalypse (XII, 3-4) : « un grand dragon rouge, ayant sept têtes et dix cornes, et sur
ses têtes sept diadèmes. Sa queue entraînait le tiers des étoiles du ciel, et les jetait sur la terre. » Les anges sont souvent
comparés aux étoiles dans la Bible, puisqu’ils appartiennent tous à un “monde céleste”.
4. L’archange Gabriel dit au prophète Daniel : « Michel se tient constamment debout pour la défense du peuple de Dieu ».
5. Le prophète Daniel parle de l’opposition entre Saint Michel, protecteur de l’ancien Israël, et l’ange gardien de la Perse.
6. D’après certains auteurs, Michel apparut, combattit et terrifia les Alamans, nous donnant ainsi miraculeusement la victoire.
7. A cette occasion, Saint Michel se présente à la jeune bergère comme « l’ange de la France ».

26 commentaires concernant l'article “29 septembre : la saint Michel !”

  1. Allez dans ce magnifique lieu que reste le Mont-Saint-Michel, fondé par Saint Aubert d’Avranches, vers 708. l’un des plus vieux monastères de France, l’un de ses plus beaux fleurons architecturaux. Savoir faire abstraction de la pacotille touristique qu,il y a autour.

  2. Bonne fête à tous les Michel.

    « Saint Michel Archange, protégez-nous !!! »

    Bonne fête aussi aux Gabriel et au Raphaël.

  3. @ Decebal :
    j’ai ajouté votre video dans le billet.

    @ Raoul :
    je crois que St Michel n’est pas saint patron de la France.

  4. (contre info a trop tendance à prendre pour parole d’évangile tout ce qui est écrit dans wikipedia)

    les références à fournir les voici

    Saint Michel et la France

    A chaque nation, comme à chaque individu, Dieu a donné un Ange tutélaire, un Ange pour la guider, l’éclairer dans sa marche à travers les siècles ; la soutenir, la protéger dans ses luttes avec les autres peuples, tant qu’elle reste fidèle à sa mission providentielle. Tel est l’enseignement des Pères de l’Eglise et de la sainte Ecriture.
    Quel est donc l’Ange gardien de la France ? C’est saint Michel, prince des phalanges célestes et glorieux vainqueur de Lucifer.
    Comme Dieu avait autrefois choisi les Hébreux parmi les nations païennes, pour conserver et défendre, sous l’égide de saint Michel, la gloire de son nom ; ainsi a-t-il élu le peuple Franc pour être, parmi les nations chrétiennes et sous les auspices du grand Archange, le bouclier et l’épée de son Eglise.
    Cet honneur, ce privilège divin semble tout d’abord réservé à Constantin, qui tire l’épouse du Christ des catacombes ; mais ses successeurs ne comprennent pas leur mission ; ils ne répondent pas à l’appel divin, et ils disparaissent devant les invasions barbares. Alors saint Michel, apparaissant au mont Gargan, cherche un nouveau peuple pour défendre l’Eglise de Dieu que l’arianisme essayait d’étouffer de toutes parts.
    Ce nouveau peuple de Dieu est trouvé ; c’est le peuple Franc violemment implanté sur le sol gaulois, peuple ignorant de la foi chrétienne, mais de pur de toute hérésie. Son chef, tout païen qu’il est, a même pleuré au récit de la passion du Sauveur.
    Pour mieux signaler et cimenter son alliance avec le peuple Franc, Dieu lui envoi son Archange, l’Ange des combats et des triomphes. Après la bataille de Tolbiac, où Clovis entrevit saint Michel, disent certains auteurs, combattant avec lui et lui procurant merveilleusement la victoire, le roi Franc se fait baptiser à Reims, et son baptême devient celui de son peuple.
    A dater de ce jour, la France marche à la tête des nations. Toujours sûre de son angélique allié, elle porte partout la lumière avec les libertés sacrées de la foi chrétienne. Partout où elle passe, les chaînes tombent, la tyrannie disparaît, la barbarie recule épouvantée. Ainsi se réalisent, avec une étonnante célérité, les paroles du pape Anastase à Clovis et à sainte Clotilde qui avaient mis la France sous la protection spéciale du glorieux Prince de la milice céleste. « Daigne le Seigneur, leur écrivait le pontife, accorder à vous et à votre royaume sa divine protection ; qu’il ordonne à saint Michel, qui est votre prince et est établi pour les enfants de votre peuple, de vous garder dans toutes vos voies, et de vous donner la victoire sur tous vos ennemis. »
    Avec le secours de l’Archange saint Michel, la France grandit et prospère ; elle mérite le nom glorieux de Fille aînée de l’Eglise.
    Une des marques éclatantes de la suzeraineté de saint Michel sur la France, c’est sa prise de possession du sol de notre pays. Qui ne connaît, au moins de nom, le mont Saint-Michel ? Qui n’a maintes fois entendu parler de ce rocher de granit qui se dresse entre la Normandie et la Bretagne, sur le littoral de la Manche ? C’est sur ce rocher que saint Michel veut un sanctuaire. En 708, il apparaît trois fois à saint Aubert, évêque d’Avranches, et lui demande une chapelle sur la cime de ce mont, auquel de fréquents naufrages avaient valu le nom sinistre de Tombe au péril de la mer. Aujourd’hui, ce sanctuaire de saint Michel, transformé par le génie des siècles, par la foi et la renaissance de nos pères, est ce qu’on nomme la merveille de l’Occident et l’un des plus célèbres pèlerinages.
    Ainsi le mont Tombe, jadis abri du démon et collège de druidesses, est devenu le siège d’honneur et le trône de saint Michel qui, une fois de plus, triomphait de Satan à la place même où celui-ci avait dominé avant le règne de la croix.
    C’est du rocher du mont Saint-Michel qu’a jailli, comme un torrent, cette foi chevaleresque qui a converti et civilisé l’Europe entière. C’est là que Charlemagne et saint Louis vinrent tour à tour s’agenouiller ; que les Normands, avec Rollon, leur chef, furent adoucis et christianisés, et que Charles VII, remonté sur le trône, se rendit en action de grâces. Plus tard, les sectes hérétiques ont beau inonder la France d’erreurs et de sang, le mont Saint-Michel demeure toujours une forteresse inaccessible à leurs atteintes. Emblème et rempart de la foi, il reste debout au milieu des tempêtes de l’océan, sans en être ébranlé, parce que l’Archange n’a jamais cessé de le couvrir de ses ailes et avec lui toute la France.
    Voilà pourquoi le peuple Franc, malgré tant d’égarements, reste dans le monde ce qu’il a toujours été, l’ouvrier des grandes choses de Dieu. Même dans notre siècle, où l’on dirait parfois qu’elle a échangé l’étendard de l’Archange contre celui de Satan, n’est-ce pas la France qui, de son sein généreux, a fait sortir et épanouir sur le globe les œuvres de la Propagation de la Foi et de la Sainte-Enfance, œuvres magnifiques qui ont donné tant d’accroissement à l’Eglise, tant d’âmes à Dieu, surtout dans les pays où Satan règne encore par les ténèbres du paganisme ?
    O saint Michel, pitié pour notre chère France ! Daignez l’abriter encore sous vos ailes, malgré son ingratitude et ses fautes ; daignez la couvrir de votre bouclier, surtout en ce moment où l’Enfer la dispute au Ciel avec un acharnement effroyable ! Par votre puissant concours, ô divin Protecteur, puisse notre patrie échapper aux étreintes de l’impiété et de la démoralisation qui l’avilissent ; puisse-t-elle redevenir le foyer de la vraie civilisation, la digne fille aînée de l’Eglise, le héraut et le champion de Dieu parmi les nations modernes !

    Extrait de « L’Ange Gardien » n°5, Septembre 1895, pp.147-150

    Saint Michel, gloire de la France

    Saint Michel n’est pas seulement le protecteur, le gardien de la foi de la France, il est encore le promoteur de sa gloire, ainsi que l’attestent les grandes pages de notre histoire nationale.
    Que l’orgueil apostat de notre temps rejette cette vérité, qu’il refuse effrontément de voir le doigt de Dieu, le surnaturel, dans la marche du peuple franc à travers les siècles, il n’effacera point de notre histoire le souvenir du rôle glorieux de saint Michel. Il faudrait effacer aussi les fastes de la grandeur de la France, fastes qui prouvent que l’illustre Prince du ciel, accomplissant sa mission divine, est venu, d’une manière souvent visible, au secours de notre chère patrie.
    Dès la formation du peuple franc, à la fin du V° siècle, Clovis prie le Dieu de Clotilde sur le champ de bataille de Tolbiac, et aussitôt les Allemands, éblouis par une vision semblable à celle dont saint Michel avait déjà épouvanté les ennemis de Constantin, prennent la fuite en désordre.
    Charles-Martel, Charlemagne, ont senti si merveilleusement l’assistance de l’invincible Archange, que le premier envoie son épée au mont Saint-Michel, et le second, au retour de son expédition contre les Saxons, fait peindre l’image de saint Michel sur les drapeaux, avec cette devise : Voici Michel qui m’a secouru.
    Deux fois, au moins, les croisés voient ce glorieux Archange marcher à l’avant-garde comme leur guide en de lointains pays, et guerroyer à leur tête pour décider la victoire.
    Plus tard, quand la France agonisait sous l’invasion des armées anglaises et sous les coups des défaillances suprêmes, n’est-ce pas encore saint Michel qui suscite et dirige Jeanne d’Arc, gloire de la France et libératrice de notre patrie ? dans des visions merveilleuses, l’Archange conte à l’humble bergère des montagnes des Vosges la grande pitié qui était au royaume de France ; il lui donne à profusion lumière te force pour remplir se glorieuse mission ; il fait d’une enfant de seize ans une sainte héroïne qu’il mène constamment triomphante à travers les dangers et la mort. A la bataille d’Orléans, que Jeanne d’Arc gagna le 8 mai, une des fêtes de l’Archange, saint Michel apparut lui-même visiblement sur le pont, racontent les chroniqueurs de l’époque, au moment de l’assaut, et en repoussa les Anglais.
    La protection de saint Michel fut si manifeste dans la noble mission de la vierge de Domremy que, pour perpétuer le souvenir des victoires qui rendirent à notre beau pays sa gloire, son indépendance et sa nationalité, on fit frapper la monnaie à l’effigie de l’Archange, et louis XI institua l’ordre si célèbre des chevaliers de saint Michel. Sur les étendards, au-dessous de l’image de saint Michel, on lisait les deux devises tirées du prophète Daniel : Voilà que Michel, un des premiers princes, vient à mon secours. – Personne ne vient à mon aide en tout ceci, si ce n’est Michel, votre prince. Le royaume de France s’appela plus que jamais le royaume de saint Michel : Regnum Michaelis, et on s’empressa de rétablir partout les inscriptions que les Anglais avaient fait disparaître : Saint Michel, prince et patron de la France, priez pour nous !
    Si l’on parcourait ainsi, siècle par siècle, les annales de nos délivrances et de nos plus glorieux combats, nous verrions toujours saint Michel au poste qu’il a bien voulu prendre avec nous et pour nous. Nous constaterions avec Louis XIV lui-même, qui ne manquait pas de placer ses glorieuses entreprises sous la sauvegarde de celui qui est à la fois l’Ange des combats et l’Ange de la paix, que toute gloire acquise en dehors de son inspiration et de son aide n’est qu’une gloire éphémère et fatale à la patrie. La France, hélas ! en a fait la triste expérience au commencement de ce siècle.
    Plus récemment encore, il y a vingt-cinq ans à peine, notre patrie n’a-t-elle pas éprouvé combien il est téméraire de ne compter que sur le nombre des soldats et le courage humain pour arrêter les invasions et éviter les malheurs ? Aujourd’hui même, veut-elle comprendre qu’il y a des invasions plus redoutables que celles des armées ennemies ? que le joug de l’erreur et de l’irréligion est plus pesant que celui de l’étranger ? Ce joug est cependant plus dangereux, car on ne tue pas facilement une nation, mais elle se suicide, lorsque l’impiété y devient à l’ordre du jour. N’est-ce pas l’état de la France ?
    Puisse-t-elle, après toutes ses infortunes, remonter aux véritables sources de sa grandeur, et revenant s’agenouiller aux pieds de l’Archange tutélaire dont elle a top oublié le culte et les bienfaits, retrouver dans les plis du même drapeau et les élans de sa foi, et le secret de son antique gloire ! Puisse l’Archange, de son côté, oublier nos ingratitudes et montrer bientôt que ce n’est pas en vain que les peuples l’honorent !

    Extrait de « L’Ange Gardien » n°6, Octobre 1895, pp.183-185

  5. « (contre info a trop tendance à prendre pour parole d’évangile tout ce qui est écrit dans wikipedia) »

    Rien que ça. Trop aimable cher monsieur…
    Ce n’est pas une question de wikipedia en l’occurence, car on y trouve les 2 versions opposées.
    Je veux bien vous croire, je demandais juste des éléments.

  6. On parle beaucoup du mont St Michel et tant mieux: il ne faut surtout pas oublier St Mihiel près de Verdun où l’Archange est apparu peu avant la fameuse bataille de Tolbiac. Ce lieu est presque désert de bonnes et ferventes prières… et ce lieu est plus que sacré parmi tous les lieux dédiés à l’Archange ! Les rois de France y venaient en pèlerinage…

  7. Saint Michel, le plus grand des anges, vous êtes sûr ? Il est un archange et l’archange, dans la hiérarchie des anges, n’est qu’au second niveau, juste au dessus des anges. Saint Michel n’est pas un séraphin…

  8. le 29 septembre est la célébration de la dédicace de la basilique du mont gargan ; la France fête son Saint Patron le 16 octobre fête de la dédicace du Mont Saint Michel ,messe avec propre spécial ;cette célébration semble avoir disparu du propre de France c’est domageable pour la patrie ; autrefois les fêtes du mont duraient 3 jours un très assidu des pèlerinages fut le roi Louis XI ;Que la gloire de l’Archange trasforme notre petite charité en un grand désir de vivre notre vie dans une si belle contemplation « Quis ut Deus!?….

  9. Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat !
    Et vive le chapitre Saint-Michel !!! toujours présent au pèlerinage de pentecôte (sens Châtres-Paris – région Paris)
    SNC

  10. Alors, que tous ceux qui lisent ce site s’engagent à prier chaque jour, chaque jour:

    Saint Michel Archange, défendons-nous dans le combat et soyez notre protecteur contre la méchanceté et les embûches du démon.
    Que Dieu lui commande, nous L’en supplions!!
    Et vous, prince de la milice céleste, par les pouvoirs divins qui vous sont conférés, repoussez en enfer Satan et tous les esprits mauvais qui parcourent le monde pour la perte des âmes.

    Il faut que les Français prient pour être délivrés.

  11. Contrairement à ce que disent certains, saint Michel n’est pas saint patron de la France, il est saint protecteur de la France.
    la Différence ? Enorme… sinon la dialectique de la langue française ne le préciserait pas comme tel.
    Les saints patrons de la France sont, en premier la sainte Vierge, en second sainte Jehanne d’Arc et sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus. Et d’autres encore.
    Saint Michel est apparu à plusieurs fois en France pour combattre auprès des défenseurs de la France et de la sainte Eglise. A la bataille de Tolbiac ; auprès de sainte Jehanne d’Arc et à d’autres guerres et multiples occasions où la foi était menacée.
    Voilà la différence : saint Michel combat à nos côtés, d’où son nom de protecteur de la France.
    Tout n’est donc pas perdu pour la France malgré les assauts qu’elle subit depuis plus de deux cents ans.
    Il faut prier. Veiller et prier. Sans cesse.

  12. VIEILLE PRIERE A SAINT MICHEL
    Saint Michel Archange,
    Défendez-nous dans le combat, soyez notre protecteur contre les méchancetés et les embûches du démon.
    Prince de la milice céleste, par le pouvoir divin qui vous a été confié, précipitez au fond des enfers Satan et les autres esprits mauvais, qui parcourent le monde pour la perte des âmes.
    Saint Michel Archange, de votre lumière, éclairez-nous,
    Saint Michel Archange, de vos ailes, protégez-nous,
    Saint Michel Archange, de votre épée, défendez-nous.
    Amen.

  13. La prière à Saint Michel fait partie des prières au bas de l’autel et fut composée et rajoutée par Pie IX après une révélation sur l’action du démon dans l’époque moderne.

  14. Sans rapport avec le sujet, j’ai essayé 3 fois de passer sur FB le post au sujet de la condamnation des familles allemandes qualifiées de racisme mais ça n’a jamais marché !

  15. La prière à saint Michel que l’on dit au bas de l’autel n’a pas ét composée par Pie IX mais par Léon XIII qui a eu les révélations en ce qui concerne l’attaque du démon sur le monde moderne. On l’appelle d’ailleurs plus communément « exorcisme de Léon XIII » bien que ce n’en soit qu’un court extrait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.