C’était un 7 mai… 1954 : chute de Diên Biên Phu

Une guerre perdue à Paris…

Après six mois de lutte héroïque – illustrée notamment par les nombreux blessés et amputés qui ne voulaient pas quitter le front, ou par les paras volontaires qui sautaient pour rejoindre leurs camarades alors que la bataille était perdue – et une résistance acharnée, parfois à l’arme blanche, face à des troupes supérieures en nombre (dix fois plus, à un moment), en matériel et envoyant des jeunes kamikazes, étant à court de munitions et bombardée sans cesse dans l’enfer de la cuvette, l’armée française (comprenant des légionnaires, des paras, des troupes coloniales, des combattants indigènes), fautes de renforts suffisants, dut décréter le cessez-le-feu.

A l’issue de cette bataille, 12 000 combattants de l’Union française furent faits prisonniers. Seuls 3 290 seront rendus aux autorités françaises…
En quelques mois, les deux tiers des 12 000 captifs du Viêt-Minh moururent des mauvais traitements

Prisonnier
prisonnier français du Viet Minh

C’est toute une chevalerie massacrée vainement, et les coupables (secrétaires d’État, président du Conseil…) se lavaient déjà les mains du désastre dont ils étaient responsables.
Trahissant le pays qui l’hébergeait, le politicien socialiste, apatride et franc-maçon Pierre Mendès France a joué un rôle important dans l’abandon de l’Indochine et de ses habitants.
Militant de la destruction de l’Empire français et des départements français d’Algérie, il « négociera » avec le Viet-Minh à Genève, de concert avec l’URSS,  les accords qui chasseront définitivement la France de la péninsule asiatique, où il faisait si bon vivre, la livrant à la barbarie communiste.
Pierre Mendès « France » ne se préoccupa ensuite nullement, bien que président du Conseil, des milliers de Français prisonniers du Viet-Minh dans des conditions atroces.

Pierre Mendès France, négociant à Genève,  pendant que les soldats – français, coloniaux et indigènes – meurent dans l’enfer de Dien Bien Phu en résistant aux communistes

Près d’un million de Viet-Namiens du Tonkin fuirent en désordre vers le Sud pour échapper au marxisme dont ils avaient déjà pu faire l’expérience.

La guerre d’Indochine fut aussi une lutte idéologique contre l’ennemi intérieur qu’est le communisme, qui, représenté à l’époque par le PC«F», collaborait ardemment avec le Viêt-Minh et s’est rendu responsable de la mort de nombreux soldats français :
Continuer la lecture de « C’était un 7 mai… 1954 : chute de Diên Biên Phu »

C’était un 5 mai…

1789 : ouverture des États-généraux à Versailles. C’est la dernière fois qu’est respecté le cérémonial de la France d’Ancien Régime (hiérarchie visible dans l’organisation de la salle).
La bourgeoisie libérale va se substituer à la royauté féodale.
Sur 1336 députés ayant participé aux travaux de l’Assemblée nationale constituante (il y a ceux d’origine et les remplaçants), on compte 319 franc-maçons certains et au moins 13 possibles, soit environ 24% (dans un pays de 26 millions d’habitants, comptant seulement 40 000 franc-maçons).

Par la suite, sur 749 Conventionnels, il y aura au moins 247 franc-maçons.
On peut lire à ce sujet les fameux Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme, de l’abbé Barruel.

1945 : Radio-Prague proclame : « Tuez les femmes et les enfants allemands. »
Refoulés vers Prague, d’où ils cherchent à partir pour se rendre aux Américains, 60 000 Allemands sont massacrés dans la capitale tchécoslovaque par les Soviétiques.
Continuer la lecture de « C’était un 5 mai… »

« Culpabilité blanche et ethnomasochisme »

How Can I Cure My White Guilt? - The New York Times

Par Andrej Sekulović dans la revue slovène Demokracija :

« Le XXe siècle a été un siècle de grands changements. Outre les innovations technologiques, les décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale ont été marquées par de nombreux changements sociaux, principalement dus à l’hégémonie culturelle de gauche qui s’est finalement consolidée dans les sociétés occidentales au cours de cette période. En conséquence, la nouvelle gauche, qui préférait se concentrer sur les droits des groupes marginalisés, y compris diverses minorités ethniques et sexuelles, plutôt que sur les droits des travailleurs et les inégalités de classe, a commencé à redéfinir les termes et concepts communément acceptés, puis à inventer de nouveaux vocabulaires pour répondre à ses besoins idéologiques.

La culpabilité des Blancs comme stratégie de gauche

Continuer la lecture de « « Culpabilité blanche et ethnomasochisme » »

À Notre-Dame de Paris, les matériaux livrent leurs secrets (reportage video)

Le CNRS propose ce reportage video intéressant.

« A quelque chose malheur est bon ». Ainsi, le terrible incendie de la cathédrale de Paris a poussé les chercheurs à étudier les matériaux savamment mis au point par nos ancêtres, dont la civilisation était très (très) en avance sur le reste du monde.
On retrouve par exemple la recette des mortiers, on examine les ferrures de la cathédrale, comme on le ferait pour examiner l’état d’un disque compresseur ou de turbine après un essai d’endurance, pour être sûr qu’il n’éclatera pas au cours de sa durée de vie.

C’était un 2 mai… 1968 : le véritable début de « Mai 68 »

Ce jour-là, les gauchistes, qui craignent une intervention annoncée par le mouvement nationaliste « Occident » (à la suite de l’attaque du local du Front uni de soutien au Sud-Vietnam), se barricadent dans Nanterre.
L’entrée est surmontée d’une ignoble banderole : « Fascistes, vous avez survécu à Diên Biên Phu, vous n’échapperez pas à Nanterre. »

Le doyen Grappin ferme la faculté.
Pour cette raison, les trotskystes, les gauchistes et autres maoïstes se réunissent à la Sorbonne. Le mouvement révolutionnaire se répand dans la capitale.

Source

Les interventions de la police limitées dans la Drôme pour cause de… ramadan

Bienvenue dans la « France d’après », où le laïcisme et l’égalitarisme républicain s’accommodent bien du Grand Remplacement.

« Dans une note interne adressée à des policiers drômois, une organisation spécifique de leurs interventions dans un quartier a été précisée. Les raisons ? Les violences urbaines mais aussi… « la période du Ramadan ». La direction indique qu’il s’agit d’une maladresse.

« Vu les récents épisodes de violences urbaines dans le quartier et l’arrivée de la période du Ramadan du 13 avril au 11 mai 2021, les missions non urgentes […] doivent être reportées en journée. »
Continuer la lecture de « Les interventions de la police limitées dans la Drôme pour cause de… ramadan »

4e Dimanche après Pâques – textes et commentaire

Nous vous proposons une présentation des textes liturgiques propres à ce dimanche (rite catholique traditionnel), avec leur commentaire.

« Vivre en baptisés, fidèles à Dieu, dans les conditions mouvantes et difficiles de la vie d’ici-bas, n’est possible qu’avec le secours de Dieu. C’est de lui que vient tout don parfait (ép.) ; c’est lui qui fixe nos cœurs là où sont les vraies joies (coll.). La présence de l’Esprit-Saint lui-même, l’Esprit de vérité, qui rend témoignage au Christ et nous introduit au cœur du mystère chrétien (év.), achève de nous donner l’assurance et la paix surnaturelles qui sont un des plus précieux bienfaits de la vie chrétienne. »

Dom G. Lefèbvre

 

TEXTES AVEC COMMENTAIRE DE DOM GUÉRANGER
(dans l’Année liturgiquedisponible ici avec ses autres livres)

Continuer la lecture de « 4e Dimanche après Pâques – textes et commentaire »

Réactions (Mélenchon, Lecointre…) à la lettre ouverte de militaires : entre le ridicule et le malhonnête

La lettre ouverte signée par des milliers de militaires, dont un bon nombre d’officiers (certains en activité, c’est courageux car ils seront « saqués »), a suscité de nombreuses réactions. C’est surtout Mélenchon qui, par ses réactions outrées, a créé la polémique. Ce dernier essaie peut-être de faire oublier quelque chose d’embarrassant : le fait qu’on ait découvert que l’islamiste qui a assassiné une policière à Rambouillet partageait ces derniers temps sur son compte facebook des articles de « la France insoumise », son parti communiste et remplaciste.
Mélenchon aurait braillé pour qu’on dissolve des organisations nationalistes pour moins que cela…

Cet horrible rouge se moque de l’incohérence. Comme tous les Républicains à vrai dire, comme tous les partisans de la Révolution française, il brandit certains principes pour écraser les opposants, mais n’hésite pas à les piétiner dans son intérêt :

Peut être une capture d’écran de Twitter de 2 personnes et texte qui dit ’Jean-Luc Mélenchon @JLMelenchon Jean-Luc Mélenchon @JLMelenchon Dans la constitution de 1793 qui fonde la République, l'insurrection est un droit et un devoir. Vous ne pouvez pas empêcher des gens comme moi de penser que les attitudes d'insurrection personnelle sont la garantie pour que vive la flamme de la République. #StopLawfare Il est interdit par la Constitution française d'attenter à la forme républicaine de l'État. L'appel à l'insurrection est punie par les articles 412-4 et 412-6 du code pénal. #ConfPresseJLM Translate Tweet 10:16 7:18 19 Twitter Web App 190 Retweets 44 Quote Tweets 640 ikes’

Ce corniaud fait mine de croire que les militaires mécontents sont lassés de la République, ce qui est absurde. Malheureusement.

Passons au Chef d’Etat major des Armées, le général Lecointre.
Cette serpillère à politiciens antifrançais comme Macron a réagi très vivement contre ses camarades.
Continuer la lecture de « Réactions (Mélenchon, Lecointre…) à la lettre ouverte de militaires : entre le ridicule et le malhonnête »

Le Général Piquemal écrit au Général Lecointre

Militaire au parcours prestigieux, le général Piquemal s’était déjà distingué, après la fin de son service, par un engagement patriotique.
Signataire de la lettre ouverte sur l’état catastrophique de la France, signée par de nombreux militaires, et qui a suscité la colère du général Lecointre (plus haut responsable militaire), il répond vertement à ce dernier.

« Lettre ouverte adressée au général d’armée François LECOINTRE Chef d’Etat-Major des Armées (CEMA)

Le vendredi 30 avril 2021

Mon général,

Vous êtes le Chef d’Etat Major des Armées et à ce titre votre premier devoir est de défendre et soutenir les militaires d’active ou retraités. Manifestement vous préférez la chasse aux sorcières.

Par votre discipline intellectuelle servile et sans faille, votre carriérisme consternant, votre soumission lamentable au pouvoir politique, vous faites le contraire et êtes prêt par complaisance et bassesse à couper la tête à tous vos pairs et vos Anciens. Lamentable !

Continuer la lecture de « Le Général Piquemal écrit au Général Lecointre »

C’était (aussi) un 1er mai

1707 : fusion de l’Écosse et de l’Angleterre dans la Grande-Bretagne.

1891 : à Fourmies, dans le nord, l’armée de la République tire sur la foule des ouvriers grévistes, à la demande du sous-préfet apatride Issac et du patronat. Parmi les morts : une femme et un enfant de 11 ans. Edouard Drumont rendra hommage aux morts dans un grand livre, le Secret de Fourmies.

1916 : fin de la rébellion nationaliste à Dublin, réprimée par l’armée britannique. Plus de 500 morts.

1919 : fin de la terreur spartakiste en Bavière. Un corps-franc occupe la Résidence, arrache le drapeau rouge et hisse le drapeau bleu et blanc bavarois. Les membres du triumvirat communiste Tobias Axelrod, Max Lieven et Eugen Levine (tous juifs) tentent de s’enfuir en Autriche.

1941 : le maréchal Pétain institue le « 1er mai » comme « Fête du travail et de la Concorde sociale ». Appliquant la devise Travail, Famille, Patrie, et refusant à la fois le capitalisme et le socialisme, l’État français recherchait une troisième voie fondée sur le corporatisme et la collaboration des classes : la « fête du travail » s’inscrivait dans cette démarche. Cette journée de fête s’est maintenue après la guerre.
Elle coïncide depuis 1955 avec la fête de « saint Joseph artisan » instituée par Pie XII.
« Le travail des Français est la ressource suprême de la patrie. Il doit être sacré. Le capitalisme international et le socialisme international qui l’ont exploité et dégradé font également partie de l’avant-guerre. Ils ont été d’autant plus funestes que, s’opposant l’un à l’autre, en apparence, ils se ménageaient l’un et l’autre en secret. Nous ne souffrirons plus leur ténébreuse alliance. » (Maréchal Pétain)

1er mai 1776 : naissance des Illuminatis de Bavière

Ce jour-là fut créé l’ordre secret des « Illuminés (ou Illuminati) de Bavière », prétendant ressusciter les mystères de Mithra, par le franc-maçon révolutionnaire Adam Weishaupt (né juif, baptisé puis éduqué par les Jésuites avant de changer encore) et cinq autres frères (dont le chanoine Rocca et Benjamin Franklin).
Ils seront 2500, cinq ans après.

Cette puissante secte occultiste a joué un rôle important dans la survenue et le déroulement de la Révolution française (selon l’abbé Barruel notamment).

Selon certaines théories, l’ordre des Illuminés de Bavière qui a officiellement disparu en 1786 après une répression par les autorités du Sud de l’Allemagne, aurait survécu et se trouverait au sommet de la hiérarchie occulte qui travaille à l’avènement du nouvel ordre mondial.

Pour se former et former son jugement sur ces questions, voir cette bibliographie.

La lettre ouverte au Président, signée par un millier de militaires dont une vingtaine de généraux

Cette lettre ouverte publiée le 21 avril soulève une certaine émotion dans le monde politicien.
Il est certes rare que des officiers généraux (quoiqu’ici à la retraite) s’expriment, surtout collectivement, à propos des problèmes de notre pays.
La gauche et la macronie font mine de s’émouvoir, pourtant cette lettre est d’une grande modération.
On y parle de problèmes de « haine entre les communautés [ethniques] » à cause de « certains [qui] parlent de racialisme, d’indigénisme et de théories décoloniales, mais, à travers ces termes, c’est la guerre raciale que veulent ces partisans haineux et fanatiques ».
Bref : sécurité, assimilation (désormais impossible) et vivre-ensemble dans un « patriotisme du drapeau » (c’est-à-dire à l’américaine, et non charnel).
Cette lettre ne parle pas du problème le plus énorme qu’affronte la France, la menace la plus grave, la plus mortelle qu’elle ait jamais connue : la disparation de son identité ethnique à cause de l’immigration massive et du métissage. Justement, donc, la France a surtout besoin qu’on protège ses « indigènes » (rappelons qu’en France, les indigènes sont les « Français de souche », les Gaulois quoi), et qu’on la décolonise elle. Des mots (indigène, décolonisation…) qu’utilisent des gauchistes immigrés en les dénaturant au détriment, encore une fois, des Français.

Cela dit, une telle lettre (et surtout le nombre et la qualité de ses signataires) reste une bonne surprise : ne boudons pas notre plaisir.
Les gens sentent que la France va très mal, à défaut de bien identifier le problème.

C’est un bon début.

Beaucoup de militaires, bien qu’en accord avec le fond de cette lettre, trouvent qu’il est maladroit de la publier, que cela nuit à l’armée, créé une agitation nocive pour elle, etc. Ou que les militaires n’ont pas pour rôle de faire ce genre de choses.

C’est oublier que, avant d’être au service du pouvoir, l’armée est censée défendre la nation. C’est son but ultime. Or, la menace ne vient actuellement pas de l’extérieur, mais est dans les murs. Et nous ne parlons pas des banlieues envahies, mais du pouvoir politique antifrançais : tout le reste, tous les maux, dérivent de ce pouvoir politique cosmopolite.

LETTRE OUVERTE A NOS GOUVERNANTS

Monsieur le Président,

Mesdames, Messieurs du Gouvernement,
Mesdames, Messieurs les parlementaires,

L’heure est grave, la France est en péril, plusieurs dangers mortels la menacent. Nous qui, même à la retraite, restons des soldats de France, ne pouvons, dans les circonstances actuelles, demeurer indifférents au sort de notre beau pays.

 Nos drapeaux tricolores ne sont pas simplement un morceau d’étoffe, ils symbolisent la tradition, à travers les âges, de ceux qui, quelles que soient leurs couleurs de peau ou leurs confessions, ont servi la France et ont donné leur vie pour elle. Sur ces drapeaux, nous trouvons en lettres d’or les mots « Honneur et Patrie ». Or notre honneur aujourd’hui tient dans la dénonciation du délitement qui frappe notre patrie.

Continuer la lecture de « La lettre ouverte au Président, signée par un millier de militaires dont une vingtaine de généraux »

C’était un 30 avril 1524 : mort du chevalier Bayard

Lors d’un combat contre les troupes de Charles Quint, un coup d’arquebuse tiré par un soldat anonyme tue le chevalier Pierre Terrail, seigneur de Bayard, homme de guerre français, qui en 1515 contribua d’une manière décisive à la victoire de Marignan.

Il avait débuté dans le métier des armes à 13 ans, comme page du duc Charles de Savoie, puis entrait au service du roi de France Charles VIII et participa avec éclat aux guerres d’Italie. Il combattit plus tard les Anglais et les Impériaux.

Sur le champ de bataille de Marignan, le jeune François 1er, admiratif de la conduite au combat du capitaine, lui demande de l’adouber. Bayard le sacre chevalier selon un rituel féodal alors tombé en désuétude.

Modèle des vertus de courage et d’honneur militaire, il fut surnommé le « chevalier sans peur et sans reproches ».

Invincible à l’épée, Bayard n’a rien pu contre le mortel hasard d’une rencontre avec une balle ennemie.
Avec lui meurt l’idéal du combat chevaleresque favorisant l’affrontement des vertus, des honneurs et des valeurs individuelles.

L’admiration suscitée par le chevalier Bayard, à la fois de son vivant et longtemps après sa mort, peut être rapprochée de celle inspirée par les épopées de Jeanne d’Arc ou Bertrand Du Guesclin.

Détails sur sa fin :

Continuer la lecture de « C’était un 30 avril 1524 : mort du chevalier Bayard »

30 avril : Sainte Hildegarde de Vintzgau, épouse de Charlemagne et reine des Francs

St Charlemagne et Ste Hildegarde - fresque de la Résidence des Princes-Abbés à Kempten
Charlemagne et son épouse Sainte Hildegarde de Vintzgau (détail d’une fresque baroque des salles d’apparat de la Résidence des Princes-Abbés de Kempten [en français Campidoine] en Souabe)
« Avec Sainte Jeanne de France, Sainte Bathilde, Sainte Radegonde et, bien sûr, Sainte Clotilde, Sainte Hildegarde de Vintzgau  est la cinquième Reine des Francs ou Reine de France à avoir été élevée sur les autels et à être honorée d’un culte public par la Sainte Eglise. Elle n’est toutefois pas la plus connue des cinq, il faut bien le reconnaître !

Issue de la famille des Agilolfinges, vieille famille franque proche des Mérovingiens, à laquelle le Roi Clotaire 1er donna le duché de Bavière aux alentours de l’an 555, Hildegarde est née en 758.

Continuer la lecture de « 30 avril : Sainte Hildegarde de Vintzgau, épouse de Charlemagne et reine des Francs »