Des officiers de police noirs organisent des viols collectifs sur des Blancs en Afrique du Sud

Des histoires horribles nous proviennent d’Afrique du Sud où des hommes blancs ont subi des viols collectifs dans des cellules de commissariat.
Des hommes blancs sont arrêtés par la Police pour des délits mineurs tels qu’un excès de vitesse ou même simplement en tant que témoin d’un méfait. Ils sont ainsi placés en cellule avec de dangereux criminels noirs qui les violent collectivement, encouragés par les policiers. Les victimes blanches sont ensuite relâchées sans aucune poursuite. Plusieurs victimes blanches ont porté plainte contre la police, sans qu’aucune suite n’ait été donnée pour le moment.

Le texte suivant fût écrit par Gayton McKenzie, un membre d’un gang noir sud-africain, et fût publié dans une thèse de recherche à l’Université de Pretoria (attention, âmes sensibles s’abstenir). Il décrit un male blanc et frêle, détenu pour consommation de Marijuana :
« Wimpy, a un garçon blanc interpelé avec de la drogue, fût placé dans notre cellule. Je ne sais pas vraiment quel âge il a, peut-être 16 ans voire plus, mais il ne semble pas avoir plus de 14 ans, avec ses bras frêles et ses cheveux courts. Il essaie de se défendre lorsqu’on commence à le frapper mais sa résistance s’arrête brusquement lorsque quelqu’un éclate sa tête contre les barreaux en acier de la cellule.
Il est ensuite violé successivement par les vingt hommes noirs durant plus de huit heures, quasiment toute la nuit. Le garçon fait tout son possible, avec son pathétique champ d’action, pour essayer de les repousser, mais ses tentatives restent vaines. Il crie, il pleure, il supplie, il essaie de les convaincre, il prie.
C’est cependant au petit matin que je constate l’ampleur du massacre. Ce qui reste de Wimpie est allongé dans le couloir juste devant mon lit. Il est toujours nu, grelotant dans une flaque de son propre sang où ils l’ont massacré. Je dois littéralement enjamber son corps pour aller prendre mon petit déjeuner. »

Voici un autre cas rapporté dans un journal Sud-Africain :
En mars 2008 à Polokwane (Pietersburg), un jeune homme de la région s’appelant Nico Bouwer fût violé à plusieurs reprises lors de sa détention par la police juste quelques semaines avant son mariage. Il est depuis en grave dépression, ce qui l’a conduit à perdre son emploi. Il livre désormais des pizzas pour survivre financièrement et nourrir sa famille. Une collecte fût organisée par le journal « Rapport » pour payer ses soins. Sa vie est totalement gâchée depuis cette attaque.
Mr Bouwer revenait de chez un ami lorsqu’il a percuté un lampadaire suite à la crevaison d’un de ses pneus. Il fût transporté en ambulance à l’hôpital où il fût arrêté par la police malgré ses blessures. Il exigea, comme la loi l’indique, de pouvoir passer un coup de fil, ce que la police refusa. Enfermé avec 25 codétenus noirs, 8 d’entre eux l’attaquèrent et le violèrent à plusieurs reprises pendant que d’autres le tenaient et l’étouffaient avec un oreiller. Il ne fût autorisé à appeler son avocat que le lendemain, lorsqu’il fut finalement relâché sous caution.

A Vryheid, le tribunal reconnu que le propriétaire de ranch Etienne Van Wyk fût violé dans une cellule de police pendant que ses codétenus noirs chantaient. Van Wyk et Duvenhage furent placés en cellule après avoir été arrêtés pour « transport d’animaux sans autorisation ». Il s’est au final avéré que Van Wyk disposait d’une licence l’autorisant à transporter ces animaux et fût libéré le lendemain.

James Brown, 69 ans et atteint d’Alzheimer, fût arrêté pour n’avoir pas payé une barre chocolatée. Il fût sauvagement assassiné dans sa cellule par des Noirs.

Ces meurtres ne sont rien d’autre que des crimes de guerre. Dans plusieurs cas il fût rapporté que les violeurs chantent en commettant leur méfaits. La police noire et les détenus noirs agissent ensemble pour infliger ceci aux Blancs.

Source. Traduction © Contre-info