Archives pour la catégorie 'Mondialisme / européisme'

David Rockefeller, promoteur et financier du mondialisme, est mort à 101 ans

David Rockefeller financier mondialisme mort 101 ans« Les nécrologies de David Rockefeller dans la presse française tournent autour de quelques mots : milliardaire, patriarche, philanthrope… Sa mort à l’âge respectable de 101 ans justifie certainement de le qualifier de patriarche, mais pour ce qui est de la philanthropie, elle est du style « humaniste », celle qui n’aime pas l’homme. David Rockefeller a maintenu la tradition familiale instituée par son grand-père, John D. Rockefeller, de soutenir les mouvements de légalisation et de diffusion de l’avortement et de la contraception. Il était également l’une des grandes forces derrière le mouvement mondialiste et la promotion d’un gouvernement global. David Rockefeller, sur la fin de sa vie, ne s’est pas caché d’avoir été promoteur et financier du mondialisme, certes pas le seul, mais certainement très influent.

Parmi les cinq frères Rockefeller de sa génération, dont il était le dernier représentant, il aura joué le rôle le plus déterminant dans le monde.

David Rockefeller, promoteur du mondialisme tout au long de sa vie

Sa fortune colossale était évaluée en 2015 à 3 milliards de dollars, mais ce n’est qu’une petite partie du tableau puisque, suivant une vieille tradition familiale, les Rockefeller étaient plus riches de leur puissance et de leur carnet d’adresses que de leur compte en banque, amplement garni. Ne pas oublier que John D. Rockefeller a joué un rôle clé dans la mise en place de l’impôt sur le revenu –une idée marxiste – aux Etats-Unis, mais que par le jeu des fondations et autres astuces de riches, il arrivait à en payer fort peu.

Lire la suite

Brexit : le chômage du Royaume-Uni au plus bas depuis 1975

De quoi discréditer un peu plus les prévisions alarmistes des économistes à la suite du vote pour le Brexit. Sur le front de l’emploi aussi, le Royaume-Uni s’en sort particulièrement bien depuis le référendum en faveur du Brexit. Le taux de chômage a reculé à 4,7 % fin janvier pour atteindre son niveau le plus bas depuis… 1975, selon les données de l’Office national des statistiques britannique (ONS) publiées mercredi.

Quant au taux d’emploi, celui-ci a atteint 74,6 %. C’est également son niveau le plus haut depuis 1971. «C’est une bonne nouvelle pour les familles qui travaillent à travers le Royaume-Uni alors que nous continuons à construire un pays qui fonctionne pour tout le monde», s’est félicité le ministre de l’Emploi, Damian Hinds.

Lire la suite

Crise diplomatique entre la Turquie et l’Europe

Une crise diplomatique a éclaté entre la Turquie et plusieurs pays européens (Suisse, Autriche, Allemagne et surtout Hollande), car ces derniers ont empêché la tenue de réunions de soutien dans le cadre du référendum qui aura lieu en Turquie, référendum qui devrait donner plus de pouvoir au président actuel Erdogan. Cette crise politique appelle deux remarques.

1- La Turquie n’est pas membre de l’Union Européenne grâce aux nationalistes. Il faut savoir que cela fait des décennies que la Turquie et les dirigeants de l’UE souhaitent que ce pays devienne membre à part entière de l’Union européenne. Si ça n’a pas été fait, c’est grâce aux nationalistes et à l’opinion publique qui s’y sont toujours opposés, car si l’on avait laissé les dirigeants européens faire, cela ferait belle heurette que les 80.000.000 de Turcs seraient européens. Pour preuve, on lira cet article de 2004 -parmi beaucoup d’autres- dans lequel le Président Français de l’époque, Jacques Chirac, disait que son voeu « le plus cher » (sic) était l’entrée de la Turquie au sein de l’UE. Evidemment, son homologue allemand de l’époque, Gerhard Schröder, approuvait, les deux larrons disant que les opposants « étaient de mauvaise foi ! » On notera, pour l’anecdote, comment ces gens sont visionnaires car, disait par exemple Jacques Chirac, « je suis persuadé que le problème se posera avec moins de passion » dans 10 ou 15 ans (autrement dit, aujourd’hui, NDLR). Il faut bien préciser que seuls les nationalistes avaient les bons arguments pour s’opposer à la Turquie, à savoir que ce pays géographiquement n’est pas en Europe (il est en Asie mineure), qu’il a ni la même histoire, ni la même culture et ni la même religion que l’Europe qui est Chrétienne et donc qu’il n’a rien à faire au sein de l’UE.

2- Plutôt que d’interdire des réunions (avec les ministres turcs), les pays européens feraient mieux de penser à la remigration ! Les raisons qui poussent les pays européens à interdire ces meetings au sujet d’un référendum en Turquie ne nous regardent pas. En effet, la peur des pays européens est que ce référendum donne plus de pouvoir au président turc actuel (Erdogan), ce qui aujourd’hui les effraie ! En quoi, la situation politique d’un pays, sis en Asie Mineure, nous regarde-t-elle ? Ce qui se passe en Turquie ne concerne que les Turcs, arrêtons de vouloir régenter le monde entier. Par contre, cette affaire révèle l’importance de la diaspora turque en Europe puisque le résultat du référendum semble en partie se jouer dans nos pays, tant les Turcs, souvent bi-nationaux (et donc votant également aux élections en Europe) y sont nombreux, et ce alors que la Turquie est peuplée de quatre-vingt millions d’habitants ! Or, le fait même que des meetings se tiennent prouvent que ces gens se fichent complètement de leur pays d’accueil et ne soucient que de ce qui se passe dans leur pays d’origine. Ils n’ont donc pas à rester en Europe et doivent aller vivre dans le pays qu’ils aiment !

Le CETA appliqué avant d’être ratifié : les mondialistes font la révolution du droit

C’est acquis, le CETA, le traité de libre échange entre Canada et UE peut être appliqué avant d’être ratifié par les parlements de chaque Etat membre de l’UE. Une incroyable révolution du droit qui montre que les mondialistes ne reculent devant rien pour imposer leurs projets.

Le CETA (comprehensive economic and trade agreement), lancé en 2014, est le petit cousin du TAFTA (transatlantic free trade agreement), lancé en 2013 : ce sont deux accords de libre-échange passés entre l’Union européenne et, pour le premier, le Canada, pour le dernier les Etats-Unis, dans la ligne des grands machins type OMC (Ah, ces sigles !) construits par les mondialistes afin de répandre le libre-échange partout sur la planète. Chacun suit avec attention son destin politique, les difficultés qu’il rencontre et les solutions choisies pour les surmonter. De son échec ou de son succès dépend celui du TAFTA. Conçu plus tard, mais avançant plus vite, il fait aujourd’hui figure de prototype.
Le CETA, cheval de Troie miniature
Le CETA est en quelque sorte le cheval de Troie miniature des mondialistes. Il fait moins peur que le TAFTA parce que le contractant d’outre-Atlantique est le Canada, ce n’est pas la superpuissance américaine connue pour son impérialisme.

Lire la suite

CETA : une catastrophe annoncée

Le CETA est « l’accord économique et commercial global » (AECG) conclu entre l’UE et le Canada approuvé aujourd’hui par les députés européens. C’est 1 600 pages de règles, qui prévoient entre autre de supprimer 99% des droits de douane et de mettre en place un tribunal arbitral « indépendant » pour régler les litiges commerciaux.

Un rapport rendu public le 18 janvier dernier (disponible ici), qui émane de députés membres de la commission des affaires européennes de l’Assemblée nationale, se penche sur la dangerosité des effets du Ceta. Il met en lumière les risques concernant la souveraineté, l’agriculture, les destructions d’emplois et un passage est consacré à la production agricole.

Concernant l’élevage français

Les filières bovines et porcines françaises vont prendre de plein fouet cette nouvelle concurrence étrangère, sans aucun moyen d’y faire face.

« L’AECG représente une menace majeure pour l’élevage en France

L’AECG vise avant tout à réduire, voire supprimer les barrières douanières qui, actuellement, protègent certains secteurs économiques européens (et canadiens), au premier rang desquels l’agriculture. Toutefois, parce que les produits agricoles sont particulièrement sensibles, ce démantèlement s’est accompagné, pour nombre d’entre eux, de l’application de quotas. C’est ainsi que le Canada ne pourra exporter, libres de droits, que 50 000 tonnes de viande bovine et 75 000 tonnes de viande porcine par an.

Or, il est évident que ces quotas d’importation – qui ne prennent d’ailleurs pas en compte la sortie prévue du Royaume-Uni de l’Union européenne – risquent de déstabiliser des filières d’élevage qui sont particulièrement fragiles dans notre pays. Nous avons tous en mémoire les récentes manifestations des éleveurs de porc contre la chute des cours. De même la filière bovine française représente une activité importante dans les zones de montagne qui, confrontée à cette nouvelle concurrence, risque fort de mourir. »

Concernant le tribunal arbitral international

Lire la suite

Starbucks : une chaîne de boutiques gauchiste, capitaliste et mondialiste !

La chaîne de cafés « Starbucks » a rapidement colonisé nos villes.
Non content de détruire le petit commerce au profit de grandes firmes capitalistes imposant un modèle culturel étranger, le géant américain est en plus un militant de toutes les mauvaises causes !

Ainsi, Starbucks avait inscrit la promotion du « mariage homosexuel » (sic) comme une de ses « valeurs fondamentales ».

En 2015, à l’approche de la saison des fêtes, la chaîne a décidé de changer ses décorations festives et gommé toutes références à la fête religieuse, même les plus profanes, telles que flocons de neige, sapins ou chants de Noël. Seul atout festif visible: les gobelets porteront la couleur rouge du père Noël. La firme a alors expliqué vouloir créer une «culture d’acceptation, d’inclusion et de diversité»…

howard schultz

Howard Schultz

Maintenant, après le décret du président américain Trump restreignant jusqu’à nouvel ordre l’entrée aux Etats-Unis de ressortissants syriens (soi-disant « réfugiés ») ou de certains autres pays, Starbucks a déclaré, par la voix de son PDG Howard Schultz (qui avait soutenu la sanguinaire Hillary Clinton), qu’elle allait embaucher 10 000 « réfugiés » sur les 5 prochaines années, à travers le monde…
Au détriment des nationaux donc.

Bien sûr, le militantisme idéologique de Starbucks ne prend pas trop de risques non plus : l’argent d’abord ! Ainsi, en Arabie saoudite, la chaîne s’est adaptée et interdit aux femmes l’accès d’une boutique !

« C’est un vrai marché, le migrant. »

La crise des migrants fait des heureux.

« La migration profite à tous » : grossière propagande de l’ONU

Voilà ce que poste sur son compte twitter l’ONU, ce machin qui encourage les « migrations » (vers les pays blancs, en réalité) plutôt que de chercher à en résoudre les causes…

On peut lire : « La migration profite à tous. Les migrants sont porteurs de compétences et de cultures nouvelles ».

Ainsi les Européens manqueraient de compétences…
Pour les cultures nouvelles apportées dans nos riantes et chaleureuses banlieues envahies, la loi ne nous permet pas d’en dire plus…
La migration « profite » aux élites mondialisées.

Le président du groupe Bilderberg dans l’entourage de François Fillon (et bientôt à Bercy?)

BFMTV vous présente les « hommes de l’ombre de la galaxie Fillon ».

Le groupe de Bilderberg est un cénacle mondialiste occulte de haut niveau.

Rappelons que François Fillon avait déclaré à Philippe de Villiers à propos du groupe de Bilderberg : « c’est eux qui nous gouvernent ».

François Fillon à propos du groupe de Bilderberg : « c’est eux qui nous gouvernent… »

Philippe de Villiers racontait il y a quelques temps, que François Fillon (entré comme Alain Jupé au groupe mondialiste secret de Bilderberg) lui avait déclaré : « que veux-tu, c’est eux qui nous gouvernent… »

A 2’37 :

On attend le démenti de Fillon…

Que penser de la victoire de Trump ?

Mardi dernier, Donald Trump a surpris le monde entier en emportant l’élection américaine, alors que tous les pronostics le donnaient perdant. Nous ne pouvons que nous réjouir de la défaite de l’establishement qui avait parié sur sa rivale, mais nous restons lucides et ne sommes pas naïfs, il est bien trop tôt pour crier victoire, tant le système sait gérer ses défaites et les transformer en victoire pour lui.

Il y a 6 mois, les Anglais, eux aussi à la surprise générale et contre le système, votaient pour le Brexit. Depuis, que s’est-il passé hors effet d’annonce ? Rien, absolument rien, les Anglais sont toujours membres de l’Union Européenne, leur sortie est sans arrêt reportée et même renvoyée aux calendes grecques. Les gens qui n’ont que le mot démocratie à la bouche savent s’asseoir dessus quand icelle ne donne pas les résultats escomptés. Concernant Trump, le système ne peut pas faire la même chose et il est certain que le 20 janvier prochain, ce sera Trump qui succédera à Obama. Néanmoins, le système est déjà à l’oeuvre pour récupérer sa défaite, avec semble-t-il, la complicité de ce dernier lui-même.

On sait que le système sait retourner les personnes qu’il a combattues et qui ont néanmoins gagné contre lui. Celui qui était « dangereux« , « contre nos valeurs » devient acceptable, et ce d’autant plus si lui-même donne des gages. Or, depuis son élection, Trump a bien adouci son discours. Certes, on ne peut pas lui reprocher d’avoir perdu un ton agressif pour un ton plus policé (Trump est passé de statut de candidat à statut de président), mais, et c’est bien plus gênant, le changement a également eu lieu sur le fond. Qu’on en juge, si l’on en croit la presse :

Une proposition controversée de Donald Trump sur l’immigration musulmane retirée de son site web. Même si cette proposition est réapparue, le site web de Trump expliquant qu’il s’agit d’une erreur de manipulation.
Donald Trump songe à demander conseil à Bill clinton. Il faut savoir que trump connaît les Clinton depuis de très nombreuses années, ont joué au golf ensemble.
Clinton, Obamacare, Trump semble adoucir le ton, même si, selon cet article, Trump confirme le changement de diplomatie concernant la Syrie et la Russie, et semble se montrer toujours autant inflexible concernant l’immigration, bien qu’il n’aborde pas le sujet du mur qu’il a promis de construire à la frontière sud des Etats Unis.

Enfin, last but not least, Trump veut jouer un rôle dans le conflit Israël-Palestine. Certes, Trump semble moins lié aux lobbys sionistes que ne l’était Hillary, mais on sait que ce lobby a su mettre ses deux fers aux feu, et tout semble indiqué que Trump ne défendra pas la justice, mais au contraire la puissance agressive d’autant qu’il avait soutenu durant sa campagne électorale que Jerusalem devait être la capitale d’Israël, ce qui serait un scandale absolu. Néanmoins, là encore, il reste prudent disant : son « administration peut jouer un rôle important en aidant les parties à parvenir à une paix juste et durable, qui doit être négociée entre les parties elles-mêmes, et pas imposée par d’autres. » Bref, difficile de se réjouir réellement, même si ce discours est plus rassurant que celui que tenait Hillay Clinton.

Au final, de la victoire de Trump si elle nous réjouit pleinement en ce sens qu’elle est un camouflet pour le système, s’il ne fait aucun doute que Trump sera un meilleur président que ce qu’aurait été Clinton, nous en pensons qu’il est néanmoins trop tôt pour être totalement comblé, et on le jugera à l’usage.

Hollande récompensé… à New-York

On a les récompenses que l’on mérite. C’est ainsi que François Hollande est l’un des plus calamiteux présidents que la France ait jamais connus, au point que s’il se représentait à l’élection à venir, il ne serait pas assuré de passer le premier tour, ce qui serait inédit. Pire même, il est fort vraisemblable qu’il serait devancé par un autre candidat de gauche, alors que le système démocratique à l’occidental procure toujours un avantage au candidat sortant, ce que les politologues appellent une « prime au sortant », avantage qui explique pourquoi de mauvais présidents ont quand même pu être réélus. Mais, on le voit, ce n’est pas le cas de François Hollande, tant il est mauvais et honni par les Français. Malgré cela, cet individu reçoit des récompenses…

C’est ainsi qu’à New-York, Hollande a été gratifié du titre de « Homme d’État de l’année » par la fondation « Appeal of conscience » et a reçu son trophée des mains d’Arthur Schneier et d’Henry Kissinger (Juif né en Allemagne, immigré aux Etats-Unis et qui a reçu le Prix Nobel de la Paix car, paraît-il, il a beaucoup oeuvré à la paix entre Israël et les pays arabes suite de la guerre du Kippour). On notera que, lors de la réception de son trophée, Hollande avait son rictus stupide dont il nous gratifie régulièrement, alors même qu’Arthur Schneier était coiffé d’une kippa. Le Président d’un pays soi-disant laïque ne semblait nullement gêné par ce détail, alors que, précisons-le, la fondation « Appeal of conscience » est une organisation qui se veut être politique et laïque, et nullement confessionnelle. Ainsi, Hollande n’avait pas ici affaire à des dignitaires religieux, mais bien à des acteurs civils et il ne s’est nullement ému de constater que l’un d’eux portait une kippa… Comme quoi, la chasse aux signes ostentatoires religieux ne semble pas concerner toutes les religions.

Du reste, dans son discours, la hiérarchie qu’il fait des religions a été patente. Si l’on en croit Le Parisien, Hollande n’a pas dit qu’il voulait combattre toutes les haines envers les religions, mais qu’il voulait « combattre l’antisémitisme ainsi que toutes les autres haines envers les religions ». On le voit, dans son esprit, une religion plus que les autres mérite d’être citée et mise en avant, les autres passant après.

Comme quoi, pour paraphraser Coluche, si dans la France laïque toutes les religions sont égales, force est de constater qu’au moins une est plus égale que les autres.

Allemagne. Attaqué 4 fois en 8 jours, le pays plonge dans la terreur

L’Allemagne a connu une quatrième attaque, hier soir en Bavière, où un kamikaze s’est fait exploser près d’un festival de musique. Après les viols très massifs de la Saint Sylvestre dans lesquels plus de 2.000 migrants sont impliqués, le pays connaît donc les joies du multiculturalisme. Car si les motivations des terroristes sont divergentes, il y a un point commun entre toutes ces attaques : Comme en France, elles sont le fait d’immigrés ou de fils d’immigrés.

1- Lundi 18 juillet, à Würzburg. À 21h15, un jeune réfugié afghan âgé de 17 ans attaque les passagers d’un train régional avec un couteau et une hache en criant « Allah Akbar ». Quatre personnes sont grièvement blessées. L’assaillant prend ensuite la fuite avant d’être abattu par la police. Le jeune homme était arrivé en Allemagne depuis plus d’un an et vivait depuis deux semaines en Bavière dans une famille d’accueil.
Motivation: son acte a été rapidement revendiqué par l’organisation État Islamique (EI) à laquelle il avait prêté allégeance dans une vidéo de revendication de 2 minutes 20. Dans sa chambre, les enquêteurs ont également retrouvé le drapeau de l’EI.

2- Vendredi 22 juillet, à Munich. Un jeune germano-iranien (sic) de 18 ans, David Ali Sonboly, ouvre le feu dans un centre commercial, faisant neuf morts et 35 blessés, dont 11 graves, avant de se suicider. Ses parents étaient arrivés en Allemagne en tant que demandeurs d’asile peu avant sa naissance et lui-même était né à Munich. Mais, pas plus qu’un ânon né dans une écurie de chevaux de course ne deviendra cheval de course, Sonboly ne se sentait pas comme un véritable Allemand, et il semblait en avoir un ressentiment vis à vis de son pays natal, comme l’atteste les propos qu’il a tenus juste avant de commettre son acte : « Sale métèque » lui lance un Allemand et une voix qui semble celle de l’assaillant lui répond: « Je suis Allemand, je suis né ici. » Le problème est que le dire ne suffit pas à le croire et encore moins à l’être.
Motivation : la police a assez rapidement privilégié la piste du « forcené » sans lien avec le djihadisme. Afin de brouiller les pistes, il avait dans un premier temps été présenté comme néo-nazi, et aujourd’hui encore on le compare souvent au Franc-Maçon Anders Breivik car des coupures de journaux concernant ce dernier ont été retrouvées chez lui, et parce que les deux terroristes ont commis leurs faits à la même date (22 juillet). Ça fait peu pour faire un lien entre les deux hommes, surtout de la part de gens, qui, dès qu’une explication des faits ne leur sied pas, accusent les auteurs de complotistes.

3- Dimanche 24 juillet, 16h30, à Reutlingen. Un homme armé d’une machette agresse plusieurs passants en pleine rue. Une femme est tuée et deux autres personnes blessées. L’assaillant serait un demandeur d’asile syrien de 21 ans qui aurait eu une « dispute » avec la victime avant de la tuer « avec une machette ».
Motivation : le « crime passionnel » serait la piste privilégiée par les enquêteurs. Outre la façon très violente de gérer un différend, on se demande pourquoi il a agressé d’autres personnes.

4- Dimanche 24 juillet, 22h12, à Ansbach. Deuxième attaque dans la même journée. Un réfugié syrien de 27 ans se fait exploser près d’un festival de musique où se trouvaient 2.500 personnes. L’explosion ne fait pas de victime, mis à part l’assaillant qui décède, mais 12 personnes sont blessées dont trois grièvement. L’homme avait voulu pénétrer sur le lieu du festival mais s’était fait refouler à l’entrée. Sa demande d’asile, il y a un an, avait été refusée mais il avait pu rester en Allemagne au vu de la situation en Syrie.
Motivation : « Il s’agit malheureusement d’un nouvel attentat », a déclaré le ministre de l’Intérieur, Joachim Herrmann, qui n’a « pas exclu » une piste islamiste. Il a également précisé que l’homme, qui avait déjà fait deux séjours en hôpital psychiatrique, avait tenté par deux fois dans le passé de se suicider.

Source, avec des compléments vidéo

Les supporteurs français défendent-ils la nation uniquement dans le cadre sportif ?

Nigel Farage : il y a 17 ans vous vous moquiez de moi, aujourd’hui vous ne riez plus



Close
Rejoignez Contre-info sur facebook et restez informé facilement !
Merci de cliquez sur le bouton Facebook ci-dessous (puis cette fenêtre ne s affichera plus)
Connect!