Neuvaine à Saint Michel, du 20 au 28 septembre

Le 29 septembre, c’est la fête de Saint Michel, membre éminent de la hiérarchie céleste. On recourt beaucoup à lui, dans la religion catholique, car son rôle est important et son action puissante.
L’approche de sa fête est l’occasion de lui offrir une neuvaine (une prière par jour pendant 9 jours). En plus d’une grâce particulière que nous souhaitons, demandons-lui, par cette dévotion, de secourir l’Eglise – bien à la peine et persécutée de l’intérieur – ainsi que la France, dont il est un protecteur spécial.

Chaque jour de la neuvaine :

Continuer la lecture de « Neuvaine à Saint Michel, du 20 au 28 septembre »

C’était un 20 septembre : la bataille des champs catalauniques

En l’an 451, les Huns connurent une défaite lourde de conséquences.

Cette confédération de barbares européens et asiatiques menée par Attila, dont le gigantesque empire était basé en Pannonie (Hongrie), entendait conquérir la Gaule.
Après avoir franchi le Rhin, les Huns détruisirent Metz. Mais ils se détournèrent de Paris suite à l’opposition menée par Sainte Geneviève, avant de se casser le nez sur la résistance d’Orléans. Quinze jours après, près de Chalons-en-Champagne se déroula la bataille des Champs catalauniques où les Huns furent battus par une coalition.

Continuer la lecture de « C’était un 20 septembre : la bataille des champs catalauniques »

18 septembre 1981 : abolition de la peine de mort en France

Le projet de loi abolissant la peine capitale, présenté par Robert Badinter, fut adopté par l’Assemblée nationale le 18 septembre 1981 (par la majorité de gauche mais aussi certaines voix de droite dont celles de Jacques Chirac et de Philippe Séguin), puis par le Sénat le 30 septembre 1981.
Badinter, avocat cosmopolite né en 1928, fut l’artisan majeur de cette petite révolution judiciaire (avec François Mitterrand, dont ce fut l’une des premières mesures), qu’il avait entamée en défendant et  sauvant de la guillotine Patrick Henry.
Ce dernier avait assassiné un enfant de 8 ans, qu’il avait kidnappé en demandant une rançon. Son procès s’ouvrit en 1977 et le tueur fut condamné à la prison à vie au lieu de la peine capitale.
Bien sûr, sa « perpétuité » n’atteint pas son terme et pris fin en 2001 alors que le détenu avait 48 ans.

La traditionnelle pyramide des peines lourdes fut décapitée avec l’abolition de la peine de mort, qui fut prise contre l’avis majoritaire des Français à l’époque !
En effet d’après des sondages d’octobre 1981, 62% des Français voulaient le maintien. Telle est la démocratie…
Continuer la lecture de « 18 septembre 1981 : abolition de la peine de mort en France »

Hongrie : François 0 invite le pays à abandonner son identité et se faire envahir

Cet homme est un militant idéologique de la pire espèce, son action aura été un combat incessant et impitoyable contre les peuples d’Europe.

Peut être une image de 2 personnes et texte qui dit ’feMonde ACTUALITÊS ECONOMIE VIDEOS OPINIONS CULTURE MLE MAG SERVICES Le pape François appelle les Hongrois à ne pas avoir < peur >> d'une société << multiculturelle De passage à Budapest, dimanche, le chef de 'Eglise catholique a cherché à convaincre ses interlocuteurs, et travers eux les Hongrois, l'accepter une certaine pluralisation religieuse et culturelle de la société. Par Cécile Chambraud (Budapest, envoyée spéciale) Publié aujourd'hui 03h54, mis jour 05h53 © Lecture 4 min. Article réservé aux abonnés’

En visite en Hongrie, petit pays qui résiste (doucement) face à de terribles afflux de migrants musulmans, François n’a pu s’empêcher – avec un discours qui pourrait parfaitement émaner d’une loge maçonnique – de faire la leçon face à cette volonté de survivre et garder une certaine paix :

« Face à la diversité culturelle, ethnique, politique et religieuse, nous pouvons avoir deux attitudes : nous fermer dans une défense rigide de notre prétendue identité, ou nous ouvrir à la rencontre des autres et
cultiver ensemble le rêve d’une société fraternelle. »

« Prétendue » identité ! François nie carrément l’identité des peuples européens ! Ignoble.

Sur le plan religieux, il semble encore une fois, à rebours de la foi catholique, faire la promotion des autres religions :

« Vous avez le devoir de favoriser les conditions pour que la liberté religieuse soit respectée et promue par tous. »

Car, évidemment, il entend ici liberté religieuse pour toutes les opinions. Il contredit là encore frontalement la doctrine catholique, exprimée par exemple dans l’encyclique Mirari Vos de Grégoire XVI :
« De cette source empoisonnée de l’indifférentisme, découle cette maxime fausse et absurde ou plutôt ce délire : qu’on doit procurer et garantir à chacun la liberté de conscience ; erreur des plus contagieuses, à laquelle aplanit la voie cette liberté absolue et sans frein des opinions qui, pour la ruine de l’Église et de l’État, va se répandant de toutes parts, et que certains hommes, par un excès d’impudence, ne craignent pas de représenter comme avantageuse à la religion. Eh ! « quelle mort plus funeste pour les âmes, que la liberté de l’erreur ! » disait saint Augustin »

C’était un 17 septembre 1793 : la « loi des suspects »

Petit rappel démocratique :
le 17 septembre 1793, à la veille d’instaurer la Grande Terreur, la Convention vote la « loi des suspects ».

Elle permet l’arrestation de ceux qui « n’ayant rien fait contre la Liberté, n’ont rien fait pour elle ».

Tout le monde est menacé et les massacres vont prendre de l’ampleur.

Notez que les manuels scolaires préfèrent évoquer avec effroi les « lettres de cachet » royales.

Escroquerie « artistique » : l’Arc de Triomphe emballé dans du plastique

Peut être une image de monument et plein air

L’« art » contemporain de grandes dimensions a encore frappé. Cette fois, il s’est abattu sur la capitale, et plus précisément sur le célèbre Arc de Triomphe, qui est, il faut le rappeler, un monument aux morts.

Une idée signée « Christo », « célèbre artiste-plasticien » paraît-il, décédé le 31 mai 2020 à l’âge de 84 ans. Malgré sa mort, ses proches avaient décidé de maintenir son dernier projet, ou plutôt sa dernière farce.

Les « officiels » qui s’émouvaient à l’extrême de 2-3 graffitis pendant une manifestation des Gilets jaunes ne trouvent ici rien à redire.

25 000 m² de polypropylène ont été disposés sur le bâtiment. Et l’écologie, dont se targue abusivement le maire fou Hidalgo pour pourrir la vie des automobilistes ?
Wikipedia nous dit, à propos de cette résine thermoplastique, que « sa production en masse est source d’impacts environnementaux et de consommation de pétrole, ainsi que d’émission de gaz à effet de serre. Son impression ou certains additifs (fibres, ignifugeants — les métaux lourds sont interdits depuis quelques années) peuvent rendre son recyclage difficile ou impossible de manière rentable. »

En tout cas, ce spectacle stupide, dispendieux et assez laid reflète bien la folie de l’époque. Au moins il n’y a pas d’obscénité, cette fois.

Météo France : 345 millions d’euros du contribuable dans le vent

https://i0.wp.com/www.techno-science.net/illustration/Definition/inconnu/l/LogoMeteoFrance.png?resize=840%2C342&ssl=1
Tu parles !

« Météo-France nous annonçait une canicule digne de nos pires cauchemars, nous n’aurons eu qu’un été grisâtre, embelli juste par quelques jours de soleil. L’opérateur fait partie de ces services de l’Etat aussi chers que peu utiles, bel exemple d’organisme qui sert surtout à brasser de l’air, et auquel la privatisation ferait grand bien.

Météo-France est de moins en moins utilisé, mais de plus en plus cher pour le contribuable. Tout comme nombre d’opérateurs publics tels La Poste ou la RATP, il ne parvient pas à mener les réformes qui le rendraient plus performant. Il a les capacités, il a le matériel, mais les exploite très mal. La privatisation et l’ouverture à la concurrence de Météo-France offriraient l’opportunité de remettre à plat tous les problèmes, et probablement de les résoudre.

Un budget constitué à plus de 90% d’argent du contribuable

Continuer la lecture de « Météo France : 345 millions d’euros du contribuable dans le vent »

16 septembre 1943 : les Américains attaquent Nantes

nantesLe 16 et le 23 septembre 1943, les Alliés ravagent la ville de Nantes.
Leurs bombardements massifs font 1463 morts et 2500 blessés civils.
Continuer la lecture de « 16 septembre 1943 : les Américains attaquent Nantes »

C’était un 15 septembre…

1635 : le flibustier Pierre Belain d’Esnambuc prend possession de la Martinique pour la France.

Pierre Belain d’Esnambuc débarquant à la Martinique.

Il débarque dans la rade de Saint-Pierre avec 150 colons français qui ont été chassés par les Anglais de l’île Saint-Christophe. Il installe ainsi la première colonie dans l’île, pour le compte de la couronne de France et de la Compagnie des îles d’Amérique. Il a reçu du cardinal de Richelieu le pouvoir de coloniser toutes les îles qu’il trouverait et qui ne seraient pas occupées par des chrétiens.

Description de cette image, également commentée ci-après1700 : mort, à l’âge de 87 ans, d’André Le Nôtre, jardinier du roi Louis XIV de 1645 à 1700.  Il eut notamment pour tâche de concevoir l’aménagement du parc et des jardins du château de Versailles, mais aussi celui de Vaux-le-Vicomte et Chantilly.

Continuer la lecture de « C’était un 15 septembre… »

Suite aux menaces du CSA, Eric Zemmour ne sera plus dans « Face à l’info » sur Cnews à partir de ce lundi 13 septembre au soir

Suite aux menaces du CSA (le Conseil supérieur de l’audiovisuel, organisme de contrôle et de censure des médias), Eric Zemmour ne sera plus dans « Face à l’info » – émission dans laquelle le journaliste de droite s’exprimait quotidiennement – sur Cnews à partir de ce lundi 13 septembre au soir.
« La guerre est déclarée. La bataille pour l’élection présidentielle s’annonce rude, agressive, et tendue. Suivez sa dernière intervention à l’heure des pros, ce matin, sur Cnews. »

C’était un 14 septembre…


1759 : mort du marquis Louis de Montcalm de saint-Véran, général français, en défendant Québec assiégée, des suites d’une blessure reçue la veille lors de la bataille des Plaines d’Abraham.
Un trou, qu’une bombe avait fait, servit de sépulture à ce maréchal de camp qui avait résolu de sauver le Canada des Anglais.
Sa mort entraîna pour la France la perte de la ville de Québec et bientôt de toute la Nouvelle-France.
A lire : Montcalm, de Marie-Magdeleine Del Perugia, Ed. de Paris, disponible ici.

1944 : Robert Brasillach se présente volontairement à la préfecture de police de Paris, afin d’obtenir la libération de sa mère, arrêtée le 25 août dans le seul but de l’obliger à se livrer.
Bien qu’il n’y ait pas de mandat d’arrêt contre lui, il est transféré au camp de Noisy le Sec, puis, le 15 octobre à Fresnes. On lui reproche ses articles dans Je suis partout.
Continuer la lecture de « C’était un 14 septembre… »

Berlin : une jardinière de 58 ans poignardée dans le cou par un Afghan, « qui ne supportait pas de voir une femme travailler », un passant venu la secourir poignardé lui aussi

Dans la série « pauvres Afghans » venus en Europe.

« Des scènes terribles se sont déroulées samedi après-midi dans un espace vert du quartier de Wilmersdorf. Un homme (29 ans) a grièvement blessé une femme (58 ans). Un homme de 66 ans qui s’est précipité à son secours a également été grièvement blessé. L’attaque a-t-il un motif islamiste ?

Selon la police dimanche, l’Afghan de 29 ans s’est approché de la jardinière de 58 ans, parce que cela le dérangeait que la femme travaille.

Continuer la lecture de « Berlin : une jardinière de 58 ans poignardée dans le cou par un Afghan, « qui ne supportait pas de voir une femme travailler », un passant venu la secourir poignardé lui aussi »

C’était un 13 septembre : la bataille de Marignan

Cet épisode d’importance s’est déroulé en effet le 13 (et le 14) septembre 1515 en Italie, dans le Milanais.

Ce jour-là, les troupes de François Ier rencontrent les piquiers suisses (mercenaires au service du duché de Milan) dans une petite bourgade proche de la cité.
Après un essai de négociation, les Suisses attaquent.
Le roi, qui était à table, se lève et s’écrit : « Qui m’aime me suive ! », phrase passée à la postérité.

Au cours de ce combat long et furieux, l’artillerie et la cavalerie françaises ont raison des Suisses réputés invincibles.
Continuer la lecture de « C’était un 13 septembre : la bataille de Marignan »

C’était un 12 septembre… 1683 : la bataille de Vienne

La Bataille de Vienne par Józef Brandt.

Alors que Vienne est assiégée par les Turcs, qui occupent une partie de l’Europe et menacent l’autre, une bataille a lieu devant la ville, sur la colline du Kahlenberg.
Elle oppose d’un côté les troupes chrétiennes (60 000 Impériaux et 25 000 Polonais) venues briser le siège et menées par le roi Jean III Sobieski et de l’autre les Turcs ottomans (entre 140 000 et 170 000 hommes).

Continuer la lecture de « C’était un 12 septembre… 1683 : la bataille de Vienne »