« L’Opinion » ne prend même plus la peine de faire du journalisme

L’Opinion ne prend même plus la peine de faire du journalisme

Lu chez l’OJIM :

« Au lendemain du débat entre Éric Zemmour et Marlène Schiappa, dans l’émission Face à l’info de CNews, le quotidien libéral L’Opinion, tout en souhaitant en parler, ne juge pas utile de proposer un véritable article à ses lecteurs. Décryptage.

Le débat du lundi 10 février 2020 dans l’émission phare de CNews, « Face à l’info », entre Zemmour et Schiappa, sur le thème des discriminations, contre lesquelles la secrétaire d’État est censée lutter mais auxquelles Zemmour ne croit guère, avait tout pour attirer les téléspectateurs. Ce fut d’ailleurs le cas : l’événement médiatique a battu le record d’audience de CNews, avec plus de 390 000 téléspectateurs (1,9 % des parts d’audience). 75 000 personnes de plus que lors du précédent record.

Continuer la lecture de « « L’Opinion » ne prend même plus la peine de faire du journalisme »

Vers la seconde mort de Vincent Lambert

A gauche, Vincent Lambert. A droite, son bourreau, le « docteur » Vincent Sanchez

« Le tribunal correctionnel de Reims a relaxé le docteur Vincent Sanchez le 28 janvier 2020. Ce dernier comparaissait pour « non-assistance à personne en danger », après avoir ordonné l’arrêt des soins ayant causé le décès de Vincent Lambert, le 11 juillet 2019.

Selon le tribunal rémois, le praticien a « parfaitement respecté les décisions judiciaires », et les faits qui lui sont reprochés « excluent toute intention de porter atteinte à Vincent Lambert » (sic). Comme si priver un malade gravement handicapé de toute nourriture et de toute hydratation n’allait pas porter atteinte à sa vie ?

Continuer la lecture de « Vers la seconde mort de Vincent Lambert »

L’étrange photo dans le bureau de Juan Branco

L’avocat rouge (mais issu de la bourgeoisie fortunée) Juan Branco – qui s’était illustré en tentant de récupérer le sain mécontentement des Gilets jaune – fait à présent beaucoup parler de lui dans « l’affaire Griveaux ».
Au détour d’une interview par l’AFP dans les bureaux du militant, un élément du sobre décor mérite d’être signalé :

Même si c’est une photo de famille, un peu de pudeur !

Il a bien encadré une photo d’un singe copulant avec un chien !
Ces gens-là ont vraiment des problèmes…

Cela nous rappelle les références très bizarres de son site internet.

Pour ceux qui ont des doutes :
Continuer la lecture de « L’étrange photo dans le bureau de Juan Branco »

Identité : grave dérapage de Benjamin Cauchy, porte-parole de « Debout la France »

L’image contient peut-être : 3 personnes, texte

Vous avez bien lu, pour le porte-parole de Debout la France (qui devrait peut-être reprendre son précédent nom, « Debout la République »), « être français c’est respecter les lois de la République ».

Ces politiciens idéologues ne savent même pas ce qu’est la nation française !
Pour eux, ce n’est qu’un régime politique (maçonnique), la République !

C’était un 18 février…

Louis de Frotté

1587 : la reine d’Elisabeth d’Angleterre (ayant instauré l’anglicanisme religion d’État) fait décapiter la catholique Marie Stuart (reine d’Écosse, et qui fut aussi éphémère reine de France), après dix-huit ans d’emprisonnement. La reine poussa l’ignominie jusqu’à lui refuser un prêtre catholique.

1800 : le comte Marie Pierre Louis de Frotté, qui négociait sa reddition et disposait de sauf-conduits, est fusillé à Verneuil, sur ordre de Bonaparte, en même temps que six de ses officiers.
Né dans une famille protestante, il se convertit au catholicisme et fut le plus prestigieux chef de la chouannerie normande, réunissant sur son seul nom, en 1799, dix mille volontaires.

Dimanche de la Sexagésime – textes et commentaire

Nous vous proposons une présentation des textes liturgiques propres à ce dimanche (rite catholique traditionnel, tel que le connaissaient nos ancêtres), suivis de commentaires.

Résultat de recherche d'images pour "Christ parable sower"

« Dans les chants de la messe, mêmes accents de détresse mais aussi de confiance que dimanche dernier. L’Épître a été choisie à cause de la station à Saint-Paul-hors-les-murs ; c’est un des plus beaux morceaux de saint Paul : on y sent passer toute l’âme du grand apôtre. L’Évangile de la semence montre Dieu à l’œuvre dans le monde comme un semeur de bon grain, mais dit aussi les conditions nécessaires pour que ce bon grain porte en nous tout son fruit. ».

Dom G. Lefebvre

COMMENTAIRE DE DOM GUÉRANGER
(dans l’Année liturgiquedisponible ici avec ses autres livres)

Continuer la lecture de « Dimanche de la Sexagésime – textes et commentaire »

Le point sur le cas Matzneff (et les complaisances auxquelles on ne s’attendait peut-être pas)

Matzneff à la télévision, content de lui et de sa vie.

Voici un petit résumé si vous n’êtes pas très au fait de cette affaire assez révélatrice.

Gabriel Matzneff, écrivain maintenant âgé de 83 ans, est depuis quelques semaines dans la tempête médiatique. En effet, on lui reproche enfin des actes ignobles envers des jeunes filles – pourtant notoires et étalés par lui-même dans ses livres. On en entend en revanche beaucoup moins parler d’un autre aspect des mœurs, encore plus choquant…

Pendant des décennies Matzneff a séduit des jeunes filles, de préférence vierges, usant de sa grande différence d’âge et de son petit prestige, pour profiter d’elles et les débaucher.
Un aspect particulièrement répugnant du bonhomme est que, se présentant comme un homme profondément spirituel, il mêle incessamment à ses actes, dans les pages où il les décrit, des considérations « mystiques » de tonalité chrétienne. En plus d’être blasphématoire, cela manifeste un haut degré de perversion non seulement morale mais intellectuelle. Cet homme esclave de la chair présente son vice comme quelque chose de noble, et son attitude comme « aristocratique ».

Pendant des décennies Matzneff a bénéficié de la complaisance, voire de la bienveillance des mondes littéraire, médiatique et politique (même de « droite »).
Continuer la lecture de « Le point sur le cas Matzneff (et les complaisances auxquelles on ne s’attendait peut-être pas) »

De la viande achetée 3,8 € le kilo aux éleveurs est revendue 42,10 € en supermarché

Même en tenant compte de la chaîne de la viande, c’est difficilement justifiable.

« « On n’est pas considérés », c’est ainsi que Nicolas Mazilly résume la situation.
L’éleveur, installé à La Rochepot, en Côte-d’Or, a de plus en plus de mal à boucler ses fins de mois. Il est d’autant plus amer qu’il voit les bénéfices que d’autres font sur son travail. Il montre la photo d’un tournedos vendu au rayon boucherie d’une grande surface de l’agglomération de Dijon.

Continuer la lecture de « De la viande achetée 3,8 € le kilo aux éleveurs est revendue 42,10 € en supermarché »

Immigration : les trois énormes mensonges de Marlène Schiappa


« […] il convient de revenir sur les énormes contre-vérités proférées [lundi 10] par Marlène Schiappa. On nage dans le grotesque, en prenant le peuple français pour le plus demeuré de la planète ! J’espère pour elle qu’elle ne croit pas un seul mot de ce qu’elle dit et qu’elle se contente de répandre la bonne parole, en bon petit soldat de la Macronie.

Car pour déclarer en 2020, alors que l’ex-ministre de l’Intérieur nous prédit une quasi-guerre civile dans les cinq ans, que l’immigration est encore une chance pour la France, il faut oser !

Les mensonges officiels sur les chiffres de l’immigration sont devenus la norme. Tout est maquillé, falsifié, avec des études minutieusement alambiquées pour que les citoyens restent dans l’ignorance la plus totale.

L’exécutif  ment sur le nombre d’immigrés, refuse de chiffrer le coût de l’immigration et nie l’échec flagrant de l’intégration.

Et quand Marlène Schiappa se réfère à Hervé Le Bras pour  nier la réalité du Grand Remplacement, on sombre carrément dans le comique, bien que le sujet soit gravissime, puisque c’est une tragédie historique qui se prépare.

 

Continuer la lecture de « Immigration : les trois énormes mensonges de Marlène Schiappa »

C’était un 14 février… 1831 : les républicains profanent et saccagent de nombreuses églises

Les royalistes légitimistes ont organisé une messe ce jour-là à Saint-Germain l’Auxerrois, afin de commémorer l’assassinat du fils de Charles X, le duc de Berry.

Les républicains organisent une manifestation pour s’y opposer ! Elle dégénère.
Des milliers d’émeutiers envahissent et mettent l’église à sac.
Le lendemain, les républicains saccagent de nombreuses églises à Paris et en province, de même que l’archevêché de Paris, qu’ils incendient ensuite…