Autoroute A13 fermée 36h, bouchons monstres : le fléau des vols de câbles par des Gitans

De dimanche à mardi matin, l’autoroute A13 a été brusquement coupée à proximité de Paris, créant un enfer pour les automobilistes concernés. En cause, « un vol de câbles entraînant la perte d’équipements de sécurité » dans un tunnel.

« Résultat, la fermeture d’une partie de l’autoroute A13 à partir de 17h50 dans les deux sens de circulation entre la sortie de Paris et le tunnel de Saint-Cloud, et des milliers Franciliens de retour de week-end, notamment de Normandie, pris dans la nasse, totalement à l’arrêt et mettant parfois plus de 5 heures pour se sortir de ce guêpier, et évidemment particulièrement exaspérés par cette situation. Après 36 heures de coupure et des bouchons terribles dimanche et lundi, cette partie de l’A13 a rouvert normalement mardi 26 octobre en début de matinée. » (source)

Le nombre de vols de câbles augmente d’année en année en France, comme le prix du métal qu’ils contiennent. LCI précise :

« Un phénomène qui n’est pas propre à l’Île-de-France : partout sur le territoire, les vols de câbles en cuivre se multiplient, jusque dans les plus petites communes. Dans le Nord, le maire d’Oxelaëre n’en revient toujours pas : les 25 lampadaires du village ont été mis hors service. « Un dimanche midi, il y a un voisin qui m’appelle et qui avait vu toutes les trappes des poteaux ouvertes. On est venus tout de suite et on a appelé la gendarmerie et on s’est aperçu que sur 1,2 kilomètre, tous les câbles en cuivre avaient été volés », déclare Stéphane Dieusaert. Le préjudice s’élève à 27.000 euros et l’édile a déposé plainte, mais les voleurs sont toujours en fuite.
Les voyous spécialisés dans le vol de câbles ont, depuis des années, de quoi se frotter les mains. Car dérober du cuivre est moins risqué que le trafic de drogue et rapporte beaucoup d’argent. Le prix du cuivre s’est même envolé et la tonne coûte désormais 10.000 euros, soit quatre fois plus qu’il y a dix ans. Alors, les malfaiteurs s’en donnent à cœur joie sur les chantiers, les chemins de fer, les poteaux électriques ou encore les canalisations, provoquant des dégâts considérables. […] »

Aucun média ne précise cependant une vérité notoire, à propos de ce phénomène qui pourrit la vie des Français (trains arrêtés, téléphone, électricité et internet coupés, etc) et leur coûte une fortune : le vol de câbles est quasi-exclusivement l’œuvre de Gitans. De Roms, en particulier (voir par exemple ici, , , ou ).

Lisez bien cette phrase concluant l’article de LCI dont un extrait était donné ci-dessus :

« Les forces de l’ordre se disent quant à elles démunies face à ces vols dont le nombre ne fait qu’augmenter tous les ans. » 

Le Régime, du fait de sa politique judiciaire et surtout de son immigrationnisme et de son sans-frontiérisme, est non seulement incapable d’endiguer ce phénomène, mais il le favorise.

28 octobre 1904 : l’« affaire des fiches » éclate

Le scandale éclate à la Chambre : depuis 1901, un proche collaborateur du général André (ministre de la Guerre) soumettait toutes les nominations d’officier à l’approbation du Grand Orient, la plus importante obédience maçonnique.

Les membres de cette puissante secte établissaient des fiches sur tous les officiers possibles (les classant « républicains » ou « cléricaux » notamment) avant de les remonter au ministère de la Guerre.

Continuer la lecture de « 28 octobre 1904 : l’« affaire des fiches » éclate »

Une journaliste et animatrice TV compte les Blancs à un meeting de Zemmour

Cette Maïtena Biraben, journaliste multimillionaire grâce à la redevance des Français, représente bien sa caste.
D’un côté, ils parlent du Grand Remplacement comme d’une théorie, complotiste de surcroît. De l’autre ils se plaignent qu’on voit encore trop de Blancs dans certaines réunions.

Voici ce qu’elle a mis sur Twitter, en réponse à quelqu’un qui postait des photos d’un meeting de Zemmour à Biarritz :

Image

C’était un 26 octobre…

1918 : arrivée à Paris du « colonel » Edward Mandell House, éminence grise du président américain Woodrow Wilson.
Homme des puissances secrètes et d’argent, c’est lui qui rédigera l’essentiel des traités de paix.
De son véritable nom Mendel-Haus, ce maçon illuministe, membre éminent de la Round Table, tenait largement son influence des banquiers Paule et Félix Warburg, Otto H. Kahn, Louis Warburg, Henry Morgenthau, etc.

Résultat de recherche d'images pour "ramiro ledesma ramos"1936 : mort de Ramiro Ledesma Ramos, considéré comme l’un des cofondateurs de la Phalange espagnole, assassiné par les Rouges.
En fait, il fonde, au début de 1931, las JONS (Juntas offensivas nacional syndicalista – Juntes d’offensive nationale-syndicaliste), qui fusionneront avec la Phalange de Jose-Antonio Primo de Rivera en mars 1934.

Continuer la lecture de « C’était un 26 octobre… »

25 octobre 732 : Charles Martel arrête les Arabes à Poitiers

En 711, soit à peine 80 ans après la mort de Mahomet, les musulmans atteignent l’Espagne, qu’ils traversent en 8 ans, et occupent en 719 le Languedoc actuel. Cette province, entre les Pyrénées et le Rhône, s’appelle alors Gothie, en souvenir des Wisigoths, ou Septimanie, d’après ses sept villes principales (sa capitale Narbonne, Agde, Béziers, Nîmes, Maguelone, Lodève et Elne). Arrêtés à Toulouse, en 721, par le duc Eudes d’Aquitaine, ils tournent alors leurs regards vers l’Est et prennent Nîmes, Arles et Autun en 725.

En 732, ils s’approchent de Tours, la ville de Saint Martin.
Continuer la lecture de « 25 octobre 732 : Charles Martel arrête les Arabes à Poitiers »

C’était un 24 octobre…

996 : Hugues Ier Capet, couronné en 987, succombe à la variole, à l’âge de 55 ans. Son fils Robert II Le Pieux lui succède.

1870 : signature du « décret Crémieux », portant le nom d’Isaac-Moïse Adolphe Crémieux, député et ministre, et cosigné par Clemenceau : il accorde, en profitant de la débâcle de 1870, la nationalité française aux Israélites indigènes des départements d’Algérie.
Il restera en vigueur jusqu’à l’indépendance (hormis sous l’État français).
Dans une circulaire adressée aux maires le 3 mai suivant, son instigateur Crémieux tente de se justifier : « nous devons être disposés à accorder la nationalité française aux étrangers animés de l’esprit de nos institutions républicaines et qui, en outre, ont apporté en France, soit des capitaux, soit des industries […] ».

Son décret déclenche un tel tollé que, le 21 juillet 1871, Thiers propose son abrogation.
Alphonse de Rothschild menace de retirer ses concours aux emprunts engagés par l’État : le décret est maintenu.
Continuer la lecture de « C’était un 24 octobre… »

Ces ministres ayant le temps d’écrire des livres… qui font des bides : Blanquer, Wargon, Schiappa (64 exemplaires)

Livres invendus mis au « pilon » – image d’illustration

Ce personnel politique incompétent et nuisible trouve le temps d’écrire des livres… (ou du moins de les superviser)
Mais le succès n’est pas au rendez-vous, malgré les achats d’organismes administratifs.
Il y a un décalage entre le poids politique de ces gens et leur popularité réelle.

« […] Jean-Michel Blanquer a publié École ouverte – logique pour le locataire de la rue de Grenelle – chez Gallimard ce 9 septembre. Moralité, 620 exemplaires vendus. Un plan promo manqué ? En tout cas, une copie à revoir pour le ministre de l’Educnat.
Marlène Schiappa, tout récemment, fait paraître chez Stock Sa façon d’être à moi – un titre aux accents de Julien Clerc — ce 6 octobre. Le démarrage pour la ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur de France, chargée de la Citoyenneté n’a rien de foudroyant : 64 exemplaires. Peut-être que son prochain livre, C’est une bonne situation, ça, ministre ? (chez L’Observatoire), prévu pour le 26 janvier prochain fera-t-il mieux…
En la matière, elle n’est d’ailleurs pas la seule : Sophie Cluzel a dû finaliser dernièrement son livre La force des différences (Lattes, prévu le 12 janvier 2022). On ne sait rien du bouquin de la secrétaire d’État du Premier ministre, chargée des personnes handicapées.
Bienvenue en politique : à ceux qui sont tentés de renoncer, que signe Emmanuelle Wargon chez Calmann-Levy est sorti le 22 septembre. L’éditeur doit encore sécher ses larmes : 75 exemplaires vendus. La ministre du Logement ne comptera pas sur ses droits d’auteurs pour payer son loyer… […]» (source Actualitté)

Messe du XXIIe dimanche après la Pentecôte (textes et commentaire)

Nous vous proposons une présentation des textes liturgiques propres à ce dimanche (rite catholique traditionnel, tel que le suivaient nos aïeux), avec leur commentaire.

« Le Christ et le denier de César » – Petrus-Paulus Rubens (1614)

« L’indignation de Jésus devant les pharisiens doit nous être une leçon : l’hypocrisie n’a jamais été plus sévèrement condamnée. Elle est toujours odieuse : elle l’est doublement quand on la met en œuvre pour se soustraire à ses obligations envers Dieu. Il arrive qu’un souci très réel de nos devoirs envers les hommes laisse un peu trop dans l’ombre ce que nous devons à celui qui est notre créateur et notre souverain maître. Pesons bien la parole du Seigneur ; « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »
En ces derniers dimanches de l’année liturgique, l’Église aime à évoquer « le jour du Christ », c’est-à-dire le jour où il reviendra à la fin des temps. Elle nous invite aujourd’hui à l’attendre avec confiance ; non en nous réclamant de nos mérites : l’homme devant Dieu, ne peut faire état que de sa misère ; mais en faisant appel à la miséricorde divine et en nous rappelant que le Christ, qui a commencé en nous une œuvre de salut, ne cesse d’en poursuivre l’achèvement, pour que nous soyons irréprochables au jour du jugement (Ép.). »

Dom G. Lefebvre

TEXTES AVEC COMMENTAIRE DE DOM GUÉRANGER (dans l’Année liturgique – disponible ici avec ses autres livres) :

« D’après Honorius d’Autun, la Messe du jour se rapporte au temps de l’Antéchrist [1]Hon Aug. Gemm. an. IV, 93.. L’Église jette ses yeux dans l’avenir sur le règne de cet homme de péché [2]II Thess. II, 3., et comme déjà sous le coup de la persécution redoutable des derniers jours, elle emprunte l’Introït au psaume CXXIX.

Continuer la lecture de « Messe du XXIIe dimanche après la Pentecôte (textes et commentaire) »

Notes   [ + ]

1. Hon Aug. Gemm. an. IV, 93.
2. II Thess. II, 3.

Une femme député LREM agressée et dépouillée à Paris XVII, victime du « sentiment d’insécurité »

Interdiction de se réjouir ! Même si ça peut être tentant.
La députaille (avec ses 2000 euros en espèce sur soi) et autres gredins qui détruisent la France sont de moins en moins à l’abri de subir ce que beaucoup de Français subissent par leur faute depuis des décennies, dans l’indifférence des décideurs. (voir aussi le cas Bernard Tapie par exemple).

Cette femme continuera-t-elle à oser parler, comme ses compères, du « sentiment d’insécurité » des Français qui subissent la violence étrangère ?

« Les vols de Rolex à Paris sont un véritable fléau. La députée LREM, Coralie Dubost, 38 ans, et son compagnon Stanislas viennent d’en faire les frais. Le couple a été agressé, durant la nuit de mardi à mercredi à Paris (VIIe), par un groupe de voleurs en maraude dans les beaux quartiers de la capitale.

Continuer la lecture de « Une femme député LREM agressée et dépouillée à Paris XVII, victime du « sentiment d’insécurité » »

Le secret maçonnique est-il « plus fort que la loi de la République » ?

Au grade d’Apprenti, on exécute régulièrement un geste mimant l’égorgement (dans les rites « écossais » et « français », rappelant le serment de l’Apprenti : « Je préférerais avoir la gorge tranchée plutôt que de révéler les secrets qui m’ont été confiés ».

de l’abbé Gabin Hachette :

« Une polémique au sujet du secret de confession vient de faire ces dernières semaines les choux gras des médias. Qu’a-t-on reproché à Mgr de Moulin-Beaufort[1] ? D’avoir affirmé sur le plateau de Franceinfo que « le secret de confession était plus fort que les lois de la République »[2], ce qui est une évidence si l’on a l’humilité et le bon sens de reconnaître que la République française n’est pas Dieu et que ce régime gouvernant la France, apparu il y a un peu plus de deux siècles dans les circonstances que l’on sait, doit comme toute œuvre humaine respecter et prendre en compte des lois divines qui la dépassent [3]. Tel n’est pourtant pas l’avis du gouvernement, puisque par la bouche de son porte-parole M. Gabriel Attal, celui-ci a enfoncé le clou en affirmant qu’ « il n’y a rien de plus fort que les lois de la République. » [4] Rien de plus fort, vraiment ? On peut en douter tant il est vrai que l’on n’a jamais vu la République oser s’attaquer à un certain type de secret : celui de la franc-maçonnerie. Cette secte tant de fois condamnée par les papes paraît pourtant être l’une des plus pernicieuses au bien de la société toute entière…

Rien à cacher ?

Continuer la lecture de « Le secret maçonnique est-il « plus fort que la loi de la République » ? »

« Les immigrés font le boulot que les Français ne veulent pas faire » : slogan éculé et mensonger

 

De Jean-Yves Le Gallou :

« Un mensonge total

1– Remarquons d’abord que cet argument s’inscrit dans une stricte logique économique. À supposer qu’il soit vrai (nous démontrerons que ce n’est pas le cas), il devrait être mis en balance avec d’autres facteurs et d’abord avec les conséquences nuisibles de l’immigration en termes d’identité, d’éducation, de sécurité ou encore de budget.

2– Observons ensuite que les étrangers déjà présents en France ont un taux de chômage plus élevé que la moyenne nationale (18 % pour les étrangers venus d’Afrique contre 7 % pour les Français).

Il en va de même pour les descendants d’immigrés non européens dont le taux de chômage cinq ans après l’entrée dans la vie active est deux fois plus élevé que celui d’un Français de souche (voir Immigration la catastrophe, que faire, page 46).
Quitte à garder le slogan « Les immigrés font le boulot que les Français ne veulent pas faire », il serait donc plus juste de l’adapter et d’affirmer « les nouveaux immigrés font le travail que les Français et surtout les immigrés plus anciens et les descendants d’immigrés ne veulent pas faire. »

3– En fait, la réalité est la suivante : l’entrée de nouveaux immigrés, même réguliers et surtout clandestins, fausse le marché du travail.
Continuer la lecture de « « Les immigrés font le boulot que les Français ne veulent pas faire » : slogan éculé et mensonger »

C’était un 21 octobre… 1954 : la République abandonne l’Inde française

Cliquer pour agrandir

Ce 21 octobre, en Inde, le gouvernement français abandonne ses comptoirs, réunis sous le nom d’Établissements français : Pondichéry, Yanaon, Karikal, Mahé et Chandernagor étaient devenus français en 1763, lors de la signature du traité de Paris.

Au vu de la toute petite taille des territoires français comparée à l’Inde qui avait acquis son indépendance en 1947, de la pression et des menaces du gouvernement indien, de la trahison de certains Français – souvent communistes ou socialistes -, et en dépit de la vision pro-française de certains territoires, le gouvernement français (le même qui avait lâché l’Indochine aux communistes), abandonnera les comptoirs indiens sans même demander de compensation.

L’Inde française 1741-1754 :
Continuer la lecture de « C’était un 21 octobre… 1954 : la République abandonne l’Inde française »

Deux poids deux mesures judiciaire : un retraité condamné à 25 ans de prison ferme

Un brave retraité condamné à 25 ans de prison ferme pour une tentative de meurtre envers un voisin arabe qui lui pourrissait la vie !

A comparer avec les peines dérisoires dont écopent (quand ils ne sont pas  épargnés pour « troubles mentaux ») les véritables meurtriers immigrés qui massacrent des Français.
Le « vivre-ensemble » ne fonctionne pas et produira de plus en plus de tragédies, jusqu’à la Remigration.

Tous les médias vomissent leur haine du retraité. Donnons donc un son de cloche un peu différent.

De Ludovic Lefebvre – Délégué du Parti de la France pour Paris :

« Chaque jour, nous compulsons la presse, nous consultons les réseaux sociaux. Les faits divers se succèdent, l’horreur nouvelle remplace l’indignation de la veille, le mauvais rêve se substitue au cauchemar. Le prêtre égorgé dans sa paroisse est oublié pour la jeune femme violée jusqu’au décès qui sera oubliée pour une autre jeune femme traînée jusqu’à en être déchiquetée par une racaille en voiture. Et la chaîne de l’inqualifiable se perpétue de jour en jour. Il y a aussi les attentats islamiques, les dessinateurs trotskistes traités à la kalachnikov s’estompent doucement de notre souvenir pour l’inqualifiable attentat du Bataclan, un jeune professeur décapité dans une rue française pour avoir blasphémé sur ordre du pouvoir par le biais de l’éducation nationale prend finalement l’émoi en attendant un autre acte de guerre musulman sur notre territoire. Et c’est ainsi chaque matin depuis des années, au point que notre cerveau, notre cœur en sont désensibilisés, que l’anormal est devenu une normalité, nous nous sommes dit qu’il ne fallait pas s’habituer et parce que l’être humain sait survivre, il s’habitue à tout, nous nous sommes habitués à notre grand dam.

Il y a les faits divers largement nourris par la diversité que les médias s’acharnent malgré tout à nous vendre comme une chance, il y a les attentats islamiques, il y a la quasi-systématique corruption des politiciens quasi-impunie.

Continuer la lecture de « Deux poids deux mesures judiciaire : un retraité condamné à 25 ans de prison ferme »

L’effarante affaire du faux « complot néo-nazi » de Châteauroux

Francis Bergeron, qui a suivi l’affaire pendant des années, alors qu’elle connait enfin son dénouement, en a produit un livre : l’Histoire secrète des prétendus néo-nazis de Châteauroux (disponible ici).

« De 2001 à 2021, une affaire invraisemblable secoua la ville de Châteauroux. Suite à un banal collage d’affiches nationalistes sur les lycées, un juge d’instruction local à l’imagination débordante, appuyé par quelques journalistes locaux en mal de frissons, inventa un rocambolesque complot armé visant à renverser la République mené par un groupe d’adolescents prétendus néo-nazis qui agissait dans le chef lieu de l’Indre. Inutile de préciser que tout cela relevait plus des boniments de fin de banquet que d’autres choses. Cependant, plusieurs dizaines de militants furent inquiétés, voire emprisonnés… pour rien. Vingt ans après le début de cette affaire (qui entre temps fut reprise par un autre juge), le verdict est tombé en avril dernier : non-lieu !
Continuer la lecture de « L’effarante affaire du faux « complot néo-nazi » de Châteauroux »

Prix de l’énergie : ce que l’on ne vous dit pas !

de Philippe Joutier :

« On nous l’affirme : l’augmentation du coût de l’énergie, c’est la faute des Chinois (qui nous ont déjà refilé le Covid-19), des Russes (évidemment !), des Américains… bref, des autres.

Creusons un peu.

Le dispositif des certificats d’économie d’énergie (CEE) date de 2005. Les fournisseurs et distributeurs, appelés « obligés », doivent permettre aux consommateurs de réaliser des économies d’énergie. Ces économies sont quantifiées en certificats d’économie d’énergie délivrés par l’État. Pour répondre à cette obligation, les fournisseurs ont trois solutions : payer une surtaxe à l’État, réaliser eux-mêmes des économies d’énergie ou s’acquitter en achetant des certificats d’économie d’énergie sur un marché, la bourse Emmy, où les consommateurs d’énergie les vendent. Marché fort lucratif.

Mais d’où, finalement, sort l’argent ? Devinez !
Continuer la lecture de « Prix de l’énergie : ce que l’on ne vous dit pas ! »