Un otage de l’Hyper Cacher a essayé d’escroquer des éditeurs parisiens et fuir en Israel

« J’ai vraiment été très con et je me suis fait chopé (sic), j’ai vraiment honte… » C’est ainsi, selon Le Point, qu’a réagi Patrick T, ami de « Jo » -ce dernier étant ex-otage de l’hyper Cacher de Vincennes-, après l’échec de sa tentative d’escroquerie d’éditeurs.

Tout a commencé quelques semaines après les attentats de janvier 2015. Patrick T., qui se fait passer pour un communicant, démarche les éditeurs avec son ami Jo qui aimerait faire publier son témoignage de la journée du 9 janvier. L’accueil est chaleureux et les directeurs de collection sont touchés par le récit de l’ex-otage. Les propositions d’à-valoir affluent : 20 000 euros ici, 30 000 là, 15 000 encore, mais avec un pourcentage plus important sur les ventes. L’intermédiaire, quinquagénaire verbeux, qui pose en lunettes de soleil sur son CV en ligne, insiste pour faire monter les enchères…

Du reste, on notera que les transactions entre BFM et le fonds social juif unifié font accélérer les choses. Il est vrai que ce fonds social a facilement obtenu 60.000 € de la chaîne car, paraît il, celle ci aurait mis en danger les otages… Cependant, officiellement, ce n’est pas l’argent qui motive nos 2 acolytes, et voici ce qu’ils diront, (C’est Jo, l’ex-otage qui parle, bien que le message aurait été écrit par Patrick) : « Je n’en fais pas une question d’argent. J’ai l’intention de redistribuer tous mes droits d’auteur financiers à l’association des victimes de l’Hyper Cacher et à ma synagogue… Pour moi, la meilleure offre financière sera celle qui fera le plus pour la synagogue et l’association des victimes. » Dans le même temps, notre homme, pour faire monter les offres, va jusqu’à falsifier la proposition financière de l’une des maisons avant de la faire suivre à une concurrente, et deux éditeurs ont mordu à l’hameçon.

Hélas, tout a capoté : Ces deux maisons d’édition appartiennent au même groupe, qui a pu se rendre compte de la supercherie. « Quand on a découvert le pot aux roses, explique un directeur de collection, Patrick T. nous a confié qu’il voulait faire signer un maximum de contrats à son auteur, il voulait d’ailleurs qu’on paie les deux tiers à la signature. Leur plan était d’empocher les virements et de fuir en Israël parce que, disait-il, il n’y a pas d’accord d’extradition. »

In fine, le témoignage de Jo sera quand même publié par un petit éditeur. Chutzpah oblige, il ne faut pas croire que notre aigrefin démasqué joue profile bas : Ainsi, nous dit le Point, lors de sa promotion, Jo n’a pas hésité à fustiger les gens malhonnêtes qui tentent de profiter du tragique attentat de l’Hyper Cacher…

Des dignitaires du Proche-Orient ont-ils commandité l’attentat de Charlie Hebdo ?

Une interview parue ce dimanche dans Le Parisien jette un éclairage nouveau sur les attentats du début de l’année, attentats qui furent l’objet d’une récupération sidérante de la part du pouvoir en place. Pourtant, dans cette interview, Valérie M, la dernière compagne de Charb (le directeur de l’hebdomadaire visé par l’attentat) donne une version différente de celle officiellement acceptée (des islamistes plus ou moins isolés qui auraient agi seuls ou avec la complicité de daesh). Elle s’étonne elle-même qu’au niveau de la justice, aucune recherche n’aille dans un sens alternatif.

D’abord, elle replace les choses dans leur contexte : L’hebdomadaire allait très mal, étant à la limite de la cessation de paiement, ce qui nécessitait des apports d’argent frais pour qu’il puisse continuer à vivre. Il avait bien fait appel à ses lecteurs, mais l’appel fut infructueux, en tout cas les sommes récoltées restant bien inférieures aux besoins. C’est pourquoi, toujours selon Valérie M (qui, rappelons-le, était intime de Charb, puisque sa dernière compagne), Charb a dû trouver d’autres financiers. Et Valérie M d’ajouter : « Dans cette quête, il a été mis en relation avec beaucoup de personnes différentes, parmi lesquels des hommes d’affaires, notamment du Proche-Orient, avec qui il passait des soirées. Il n’a jamais voulu me dire qui était l’intermédiaire qui lui permettait de rencontrer ces personnes. Il le désignait simplement en disant « mon contact ». En rentrant de ces soirées, il rigolait en me disant qu’il leur avait fait du charme, que ces gens-là étaient capables de lâcher 100 000 € comme on en dépense 10. Je n’ai jamais su non plus qui étaient ces riches hommes d’affaires. »

Continuer la lecture de « Des dignitaires du Proche-Orient ont-ils commandité l’attentat de Charlie Hebdo ? »

Quand la culture de l’excuse n’a plus aucune limite…

DespentesOn poursuit l’« apologie du terrorisme » partout, la traque de ceux qui ne sont pas Charlie n’en finit pas, et la liberté d’expression s’est arrêtée au périmètre qui encercle les gens biens, c’est-à-dire les gens de gauche.

Et il en est une, Virginie Despentes, fille de gauche bien entendu, qui s’est pourtant servi des Inrocks pour déclarer son amour des frères Kouachi qui, les pauvres chéris, étaient tout simplement rejetés par la société. Il faut bien que ce soit toujours de notre faute, nous les sales Français, quoi qu’il arrive.

Hallucinant.

[…] J’ai été Charlie, le balayeur et le flic à l’entrée. Et j’ai été aussi les gars qui entrent avec leurs armes. Ceux qui venaient de s’acheter une kalachnikov au marché noir et avaient décidé, à leur façon, la seule qui leur soit accessible, de mourir debout plutôt que vivre à genoux. J’ai aimé aussi ceux-là qui ont fait lever leurs victimes en leur demandant de décliner leur identité avant de viser au visage. J’ai aimé aussi leur désespoir.

Continuer la lecture de « Quand la culture de l’excuse n’a plus aucune limite… »

Connaître l’état de pensée de nos dirigeants pour comprendre ce qui s’est passé

Nous nous proposons, dans cet article, une recension non exhaustive de déclarations de nos actuels dirigeants pour connaître leur état d’esprit et comprendre ce qui s’est passé ces derniers jours.

Vincent Peillon, ancien ministre de l’éducation nationale : « On ne pourra jamais construire un pays de liberté avec le Catholicisme . Il faut instaurer une nouvelle religion républicaine ! » dans son livre la révolution n’est pas terminée. Depuis, ce talmudiste patenté, fils d’un banquier communiste, a été démis de ces fonctions, mais il a été remplacé par la Mahométane Najat Vallaud-Belkacem.

Bernard Cazeneuve, actuel ministre de l’intérieur a dit, sur la radio RTL le 14 août 2014 : « Ce n’est pas un délit de prôner le djihad. » Rappelons que c’est le même qui avait dit qu’évoquer les racines chrétiennes de la France, c’est « faire une relecture historique frelatée » qui a « rendu la France peu à peu nauséeuse ».

Manuel Valls, le 22 janvier 2014 (il y a donc un an) se voyait menacé par « des intégristes de l’ultra-droite catholique, rejoints par une partie de la droite », déclaration faite dans le cadre de manifestations contre le mariage homosexuel et contre l’avortement.

Si Valls voyait dans les catholiques une menace, il ne manquait pas d’éloges concernant l’islam. Ainsi, le 26 juin 2014, à l’institut du monde arabe, voici comment il parlait de cette religion : « Au-delà des musulmans de France, c’est toute une nation qui reconnaît, ici, la grandeur, la finesse et la diversité de l’islam ». Et de poursuivre « C’est toute une nation qui dit aussi que l’islam a toute sa place en France, parce que l’islam est une religion de tolérance, de respect, une religion de lumière et d’avenir, à mille lieues de ceux qui en détournent et en salissent le message ». Toujours à l’institut du monde arabe, il dira « L’islam est une chance pour la France. » C’est ainsi que parle celui qui nous sert de premier ministre, qui est officiellement baptisé, mais qui néanmoins se dit « éternellement lié à Israël. » On aurait aimé qu’il nous explique en quoi l’islam est une chance pour la France, et en quoi les catholiques sont une menace, mais passons…

Quant à Hollande, il estimait le 18 février 2014 que l’islam « porte un message d’ouverture » est « parfaitement compatible avec les valeurs de la République ». Sans commentaire, on notera qu’on reste toujours dans le préjugé et que pas un seul argument n’est avancé pour étayer ses dithyrambes…

Ainsi, il ne fait aucun doute : l’état d’esprit de nos dirigeants est une haine viscérale de la religion catholique, doublée d’une islamophilie irrationnelle, non argumentée et basée uniquement sur des préjugés favorables. Comme déjà dit, la liste n’est pas exhaustive et on aurait pu par exemple ajouter Laurent Fabius qui ne veut pas parler d’islamistes concernant les terroristes, car parait-il, cela pourrait favoriser les amalgames.

Dans ces conditions, on comprend pourquoi des terroristes, qui étaient connus des services de renseignement, ont pu agir sans être ennuyés. Ils appartenaient à une religion vénérée par nos dirigeants, ce qui semblaient les rendre au dessus de tout soupçon. Ainsi, Chérif Kouachi était sous contrôle judiciaire d’octobre 2010 à avril 2013 et devait, en théorie, pointer toutes les semaines au commissariat. Or, il s’est rendu au Yemen en 2011. au nez et à la barbe de la police…

Comment le Système s’y prend-il pour récupérer un attentat terroriste ?

Demain aura lieu la grande manifestation républicaine suite aux attentats qui ont eu lieu cette semaine et dans lesquels 17 personnes ont trouvé la mort, sans compter les terroristes abattus par la police. Cette manifestation rassemblera sans doute au moins un million de personnes à Paris et plusieurs millions si l’on ajoute les manifestations en Province qui auront lieu simultanément. Toute la France bien-pensante sera présente puisque sont déjà annoncés tous les partis (PC, PS, EELV, UMP, etc., le FN ne défilera qu’en province), mais aussi toutes les ligues de vertu (ligue des droits de l’homme, SOS Racisme, le CRIF, la Licra, MRAP,…), toutes les religions (l’église conciliaire, les Juifs, les musulmans, etc), des dirigeants étrangers (les principaux dirigeants européens tels Cameron, Merkel, etc.), mais aussi des dirigeants venus d’autres continents, tel Avigdor Lieberman qui représentera Israël. Ne manquera qu’Obama, mais soyons certains qu’il se fendra d’un communiqué de soutien depuis la Maison Blanche.

Le but de cette marche ? Réaffirmer les valeurs républicaines (entendre les valeurs voulues par les mondialistes), tels le « vivre ensemble » ou l’immigration sans limite, suite à un attentat terroriste qui pourrait leur faire de l’ombre.

Continuer la lecture de « Comment le Système s’y prend-il pour récupérer un attentat terroriste ? »

Charlie Hebdo : la déchèterie s’en prend à l’Eglise

La Une de Charlie Hebdo de ce jour représente une immonde caricature de la sainte Trinité, provocation contre l’Église catholique qui fait écho à son opposition, renouvelée récemment par le Cardinal Vingt-Trois, au projet de « mariage »  homosexuel. On se souvient, il y a de cela bientôt deux mois, des caricatures de Mahomet que l’hebdomadaire exposait en Une. On se rappelle aussi de l’indignation que cet événements avait suscité dans la classe politique, interpellant le premier ministre lui-même.

On s’attend évidemment à ce que ces nouvelles caricatures soulèvent les mêmes réactions de Jean-Marc Ayrault et de ses ministres. A moins qu’à ses yeux, l’Islam soit plus respectable que la religion de ses ancêtres… laquelle a tout de même façonné la terre de France et la civilisation qui s’y enracine, ainsi qu’en témoigne simplement le calendrier qui structure notre temps social. Il est vrai cependant que la gauche ne veut plus considérer l’homme comme un héritier, pas davantage d’ailleurs comme un dévot des vieilles superstitions : l’individu, principe exclusif du droit, doit s’émanciper, nous répète-t-elle sans cesse, aussi bien du passé d’où il vient et des traditions qu’il en a reçues, que du Ciel au-dessus de sa tête.

Soulignons également -c’est là peut être aussi un début d’explication- que tous les « intégristes« , puisque le mot est convenu, ne jouent pas dans la même cour : certains, lorsqu’ils sont contrariés, manifestent leur mécontentement à la bombe, pendant que les autres sortent leur chapelet pour réparer l’offense faite à Dieu. L’artillerie n’est définitivement pas la même…

Jean de Rouen

«Siné Hebdo», c’est fini !

Le journal gaucho-crasseux Siné Hebdo va mettre la clé sous la porte. Pour Siné et son équipe, il s’agit de prévenir une faillite qui aurait été inéluctable.

Copie quasi conforme de son frère ennemi Charlie Hebdo, ce torchon vulgaire osait se prétendre rebelle alors qu’il exprimait un politiquement-correct ordurier.

Lancé le 10 septembre 2008, peu après la polémique autour du licenciement de Siné par Philippe Val et accueilli de ce fait comme un « contre Charlie », l’hebdomadaire aura vécu  un an et demi.

Source