Viols d’enfants à Calais : les volontaires tirent la sonnette d’alarme

Sept garçons, âgés de 14 à 16 ans, auraient été traités par des volontaires médicaux après avoir été victimes d’agressions sexuelles au cours des six derniers mois dans la Jungle à Calais, rapporte le quotidien britannique The Daily Mail.

Après un nouveau cas, qui serait survenu ces derniers jours, des militants tentent d’alerter l’opinion sur la problématique de ces milliers de jeunes migrants orphelins qui sont en proie à tous les types d’abus.

La situation semble particulièrement inquiétante à Calais, où sont entassées plus de 3 800 personnes qui ont l’espoir de gagner la Grande-Bretagne.

Un porte-parole de l’organisation Save The Children, qui tente de s’attaquer à cette problématique, a déclaré : « Nous savons que les enfants non-accompagnés, qui sont plus de 400 dans le camp et des milliers répartis sur tout le continent, sont les plus vulnérables des vulnérables. »

« Ils font face à l’exploitation sous différentes formes, y compris l’exploitation sexuelle, souvent dans les mains de gangs criminels. Save The Children l’a constaté en Italie, en Grèce et, malheureusement, à Calais aussi », ajoute le travailleur humanitaire.

Fin janvier, la police européenne Europol évoquait le chiffre d’au moins 10 000 enfants livrés à eux-mêmes sur le continent et dont on a complètement perdu la trace.

Source

« Immigration, la catastrophe » le nouveau livre de Jean-Yves Le Gallou

Le dynamique président de la fondation Polémia signe ce nouvel ouvrage consacré au désastre ethnique.
L’auteur y développe à partir de sources inédites un constat documenté, accablant et sans concession. Mais il se veut aussi porteur d’espoir. « À condition de changer radicalement de modèle ».

Ed. Via Romana, 484 p. 23 . Cliquer ici pour le commander.

Présentation de l’éditeur :« Du Bataclan à Cologne, de la mer Égée à la Scandinavie : chacun le voit, l’immigration est une catastrophe pour la France et l’Europe. L’invasion les menace d’anéantissement.

Continuer la lecture de « « Immigration, la catastrophe » le nouveau livre de Jean-Yves Le Gallou »

Des djihadistes de l’EI parmi les migrants selon un conseiller du gouvernement libyen

Capture d’écran 2015-05-18 à 19.30.00

Le conseiller du gouvernement libyen Abdul Basit Haroun, en visite en Algérie pendant deux jours, a affirmé que des terroristes de l’Etat islamique se sont introduits clandestinement en Europe par le biais des bateaux de migrants qui traversent actuellement la Méditerranée. Cet officiel libyen a tenu à préciser que les policiers européens seraient de toute façon bien incapables de distinguer un migrant d’un djihadiste de l’Etat islamique, au moment de la traversée comme du débarquement.

L’agence européenne de contrôle des frontières, Frontex, a déjà affirmé cette année qu’il était « possible » que des combattants islamistes étrangers utilisent les routes clandestines de migration pour entrer en Europe…. L’ambassadeur d’Egypte en Grande-Bretagne a également mis en garde contre la venue de « bateaux remplis de terroristes » si la communauté internationale n’agit pas.

Depuis la chute de Mouammar Kadhafi, les migrants voguent par milliers vers l’Europe : parmi eux, des terroristes ? L’ONU estime que 60.000 personnes ont déjà essayé de traverser la Méditerranée cette année. Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est morcelée et sous la coupe de milices rivales essentiellement formées d’ex-rebelles soutenus par les Occidentaux…

Continuer la lecture de « Des djihadistes de l’EI parmi les migrants selon un conseiller du gouvernement libyen »

Etat Islamique : « Vous nous avez vus en Syrie, maintenant nous sommes au sud de Rome »

Migrants

L’Italie s’inquiète de plus en plus et multiplie les appels pour un « réveil de la communauté internationale » afin de tenter, avant tout, une médiation diplomatique avec les différents interlocuteurs en Lybie où la situation est toujours plus dramatique. L’ambassade d’Italie à Tripoli a dû suspendre ses activités. Tout le personnel a été évacué. Il a été rapatrié avec une centaine d’autres Italiens à bord d’un navire arrivé dans la nuit au port d’Augusta en Sicile.
Des renforts militaires devraient arriver en Sicile car les flux de migrants en provenance des côtes libyennes augmentent de jour en jour. Dans la seule journée de dimanche, plus de 2 000 personnes ont été secourues dans le canal de Sicile.

Hier dimanche, c’est plus de 2 000 personnes qui ont été secourues.

Les nouveaux migrants récupérés en mer seront repartis, temporairement, dans différents centres d’accueil en Sicile. Celui de Lampedusa est actuellement saturé. Directement menacée par le groupe EI, Rome craint un véritable exode.
Ce matin, tous les quotidiens italiens publient en Une les menaces contre l’Italie attribuées à un groupe s’identifiant comme « l’État islamique de la province de Tripoli ». « Vous nous avez vus en Syrie, maintenant nous sommes au sud de Rome » ont-ils déclaré. De fait, l’Italie se sent désormais directement menacée.

Continuer la lecture de « Etat Islamique : « Vous nous avez vus en Syrie, maintenant nous sommes au sud de Rome » »

Rennes : l’église Saint-Marc occupée par la force

L’ancienne église Saint-Marc, dans le quartier de Villejean, à Rennes, est occupée depuis jeudi soir par une quarantaine de migrants. Aidés par des militants du collectif Un Toit un Droit, ce sont des demandeurs d’asile caucasiens, mongols et africains, qui ont pris possession des lieux.

L’église Saint-Marc, propriété du diocèse de Rennes, n’est plus vouée au culte depuis longtemps. « Pas question d’expulser les migrants. L’église doit remplir ses missions de solidarité habituelle », a déclaré l’archevêché, réagissant à l’occupation de l’église.

La première mission d’une église cependant, c’est d’être consacrée au culte. Déjà. Ensuite, ces clandestins n’ont pas sollicité l’asile de l’église : ils se sont imposés par la force. Le diocèse regrette d’ailleurs les « méthodes employées » par le collectif : « Forcer les lieux pour entrer, c’est dommage. On est aussi vigilant sur l’utilisation politique des migrants par l’association, alors que c’est un combat qui les dépasse », souligne Jelle Lemaître, délégué épiscopal à l’information auprès de l’archevêché.

Du reste, Jelle Lemaître est lucide : « Mais il faudra quand même formaliser les choses avec la préfecture. Les migrants ne pourront pas rester éternellement. Il faudra trouver d’autres solutions. »

En effet, mais cette solution autre est du ressort du pouvoir politique, pas du pouvoir spirituel. L’Église de France serait plus crédible lorsqu’elle invoque le droit d’exercer la solidarité avec les plus démunis, ce que personne ne lui conteste, si par ailleurs elle n’étendait pas indistinctement sa mission à toutes les autorités légitimes. Le rôle de l’État, quant à lui, est en effet de garantir le bien commun, à l’aune duquel il doit régler sa politique migratoire. S’il l’avait fait convenablement, le diocèse de Rennes n’aurait pas été confronté à cette difficulté…