« Culpabilité blanche et ethnomasochisme »

How Can I Cure My White Guilt? - The New York Times

Par Andrej Sekulović dans la revue slovène Demokracija :

« Le XXe siècle a été un siècle de grands changements. Outre les innovations technologiques, les décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale ont été marquées par de nombreux changements sociaux, principalement dus à l’hégémonie culturelle de gauche qui s’est finalement consolidée dans les sociétés occidentales au cours de cette période. En conséquence, la nouvelle gauche, qui préférait se concentrer sur les droits des groupes marginalisés, y compris diverses minorités ethniques et sexuelles, plutôt que sur les droits des travailleurs et les inégalités de classe, a commencé à redéfinir les termes et concepts communément acceptés, puis à inventer de nouveaux vocabulaires pour répondre à ses besoins idéologiques.

La culpabilité des Blancs comme stratégie de gauche

Continuer la lecture de « « Culpabilité blanche et ethnomasochisme » »

« je n’ai pas signé pour me retrouver dans un pays soviétique »

Peut être une image de 2 personnes et texte qui dit ’SI VOUS PERMETTEZ AUX POLITICIENS DE VIOLER VOS DROITS EN TEMPS DE CRISE ILS CRÉERONT DES CRISES POUR VIOLER VOS DROITS’

D’Erik L’Homme :

« Assujettissement aux écrans pour le travail et les loisirs, mainmise totale de l’Etat sur l’éducation des enfants, lyssenkisme au CNRS et dans les universités, pravdatisation des médias, réécriture à flux tendu de l’Histoire, assignations à résidence, déplacements sous surveillance, réunions et manifestations interdites, justice à géométrie variable, flicage des opinions, censure massive sous couvert de complotisme, état d’urgence ordinaire, et bientôt identification par QR code pour aller manger au restaurant ou boire un café, passeport vaccinal pour accéder aux lieux culturels et pour voyager…
Ça réjouit peut-être les communistes, les amateurs d’uchronies ou les fans de dystopies, mais moi je n’ai pas signé pour me retrouver dans un pays soviétique ! »

« Un Etat totalitaire est un Etat où tout ce qui n’est pas défendu est obligatoire. »
Curzio Malaparte, La Peau.

« Harry est incontestablement le plus gros débile d’Angleterre, et c’est accessoirement un traître pur et simple »

Peut être une image de 1 personne et barbe

Coup de gueule pertinent de Jonathan Sturel, après le cirque du couple mal marié devant les caméras américaines, bavant sur la famille royale dont lui est issu.

« Il y a plein de choses à dire sur ce pitoyable guignol, mais rien ne pourrait être plus précis que cette simple déclaration : Harry est incontestablement le plus gros débile d’Angleterre, et c’est accessoirement un traître pur et simple.
Dans quelques années, il divorcera de cette opportuniste et on aura la confirmation de ce que l’on sent déjà, à savoir qu’elle lui vampirise l’esprit au point de le pousser à renier et trahir son sang, son rang, son milieu et sa position. Rappelons qu’il y a encore quelques mois, cet effroyable abruti dénonçait le… «racisme systémique», ah ! quelle surprise !
Ce type blanc, de sang royal, européen de la plus ancienne souche possible, se retrouve, flanquée de sa roulure bigarrée, devant une milliardaire afro-américaine woke, à assister au spectacle pitoyable de la mise en pièces, par sa femme et avec la complicité de la grosse noire, de sa famille, de son sang, de ce qu’il est lui-même et qu’il incarne dans sa chair. Et il ne bronche pas, ce crétin ! Il acquiesce même, il valide tout cet abruti !
La famille royale paie son inconsistance.
Continuer la lecture de « « Harry est incontestablement le plus gros débile d’Angleterre, et c’est accessoirement un traître pur et simple » »

Mario Draghi, président du Conseil italien : les banquiers jouent à « main basse sur l’Europe »

Non ce n’est pas Jean-Claude Van Damme, mais le moins sympathique Mario Draghi

D’Olivier Piacentini, essayiste (ses livres ici) :

« Mario Draghi est devenu, le 3 février, le nouveau président du Conseil italien, succédant ainsi à Giuseppe Conte. En effet, la défection de Italia Viva, parti de Matteo Renzi, a privé la brinquebalante coalition M5S-centre gauche de la majorité parlementaire. Une majorité elle-même issue du rabibochage express et en coulisse du mouvement populiste M5S avec la gauche de gouvernement, en septembre 2019 : un coup de poignard dans le dos de la Lega de Salvini qui prenait bien trop de poids dans l’opinion, avec les succès de l’ex-ministre de l’Intérieur sur le front de l’immigration.

Lors d’un débat télévisé organisé, il y a quelques mois, sur la RAI entre Renzi et Salvini, le premier avait reconnu avoir fomenté un « coup d’État » pour écarter la Lega du pouvoir, prétextant un risque de flambée du coût de la dette italienne provoqué par la défiance que le second inspirait dans les milieux financiers… Fort de ses malheureux 5 % des voix, Renzi aura donc réussi à chasser les populistes du pouvoir en deux temps, Salvini d’abord, Conte ensuite : chapeau, l’artiste, voilà un Florentin pur jus digne successeur de Machiavel au panthéon de la roublardise politique.
Continuer la lecture de « Mario Draghi, président du Conseil italien : les banquiers jouent à « main basse sur l’Europe » »

Etats-Unis : « Gagaland mondialiste et marchands de canons »

Le choix de la chanteuse et danseuse surnommée Lady Gaga, pour inaugurer solennellement la présidence Biden, est lourdement significatif. Cette horrible femme ne fait quasiment que dans l’obscène, sinon le pornographique, et multiplie les références occultistes voire sataniques.

« Il y avait quelque chose de macabre et d’indécent, dans l’inauguration du nouveau président Joe Biden, une cérémonie très select sous la surveillance de plus 20.000 soldats amassés devant un Congrès déserté, à laquelle le peuple n’a pas été convié. Certes, la démocratie a toujours eu peur du peuple, et ce n’est pas par hasard que ce haut lieu de la démocratie a pris les allures d’un « village Potemkine », un « gaga land » ploutocrate pour la superclasse mondialiste.

En effet, cette inauguration nous a offert un spectacle à la fois navrant et pathétique de déjà-vu, une sorte de musée Grévin genderisé, un mixte très kitsch de politique et de reality-show, d’un pâle retour au modèle de gouvernance « obamien » à base de star système et de politique belliqueuse, bref, le bis repetita d’une Amérique momifiée, revisitée par les annonces pompeuses d’un retour à la démocratie à laquelle personne ne croit plus. Les States à la mode bicéphale, avec ses deux versants : le versant sociétal-culturel et le versant politique militaro-industriel.

Continuer la lecture de « Etats-Unis : « Gagaland mondialiste et marchands de canons » »

Islamisme : « la République française n’est pas la solution à nos problèmes, elle est le problème »

« Lorsqu’elle a voulu montrer sa suprématie sur la religion catholique, la République a décroché toutes les croix des murs, a utilisé la force pour déloger de leurs congrégations des communautés de bonnes sœurs et de frères désarmés, a pris possession des églises et en a bradé le mobilier, a établi le règne des Droits de l’homme athée contre la foi et contre le Christ. Sans sourciller une seconde.

Lorsqu’elle veut, ou lorsqu’elle prétend vouloir freiner l’appétit d’un islam conquérant devenu vorace, elle refuse d’utiliser le mot «islam» afin de ne pas offenser les musulmans.

Rappelez-vous simplement qu’après les lois de séparation, sur les places des villages, l’officier public, mandaté par la République, organisait des ventes sauvages des objets de culte auprès desquels s’étaient recueilli plusieurs siècles de vos ancêtres. Que l’on a retrouvé, sur les étals des brocanteurs, des statues qui avaient passé 300 ans, parfois plus, dans les églises de nos aïeux. Ce vandalisme légal, cette boucherie, cette profanation, la République les assume impeccablement, je le redis : sans sourciller.

Et maintenant, il faut à cette République profanatrice vingt attentats pour commencer à envisager la fermeture administrative, pour quelques mois seulement, d’une mosquée fanatique.
Et lorsqu’il s’agit pour elle de répondre à la conquête de nos territoires par l’islam, elle refuse même de citer seulement son nom.
La République française n’est pas la solution à nos problèmes, elle est le problème. »

de Jonathan Sturel

« Presse, instruction à domicile, écoles hors contrat : requiem pour nos dernières libertés »

Éditorial de Jérôme Bourbon dans le dernier numéro de Rivarol :

« Leur république totalitaire ne cesse de montrer chaque jour davantage son visage hideux et ses obsessions tyranniques. Les pouvoirs publics veulent ainsi vider de leur substance la loi sur la presse, interdire l’instruction à domicile et exercer une pression toujours plus forte sur les écoles hors contrat. Le ministre de la Justice entend sanctionner plus rapidement et plus sévèrement ce que les pouvoirs publics appellent « la haine en ligne ». La plateforme Pharos qui centralise et traite tous les signalements par les internautes de « contenus haineux ou illicites » est désormais appelée à être ouverte sept jours sur sept à la suite de l’intervention de l’affreuse Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la Citoyenneté. Dans un entretien au Figaro, le 18 novembre, le garde des Sceaux Eric Dupont-Moretti explique son projet liberticide : « Nous allons créer au parquet de Paris un pôle de magistrats spécialement dédiés à la lutte contre la haine en ligne en lien avec Pharos. Il aura pour but de judiciariser plus rapidement les signalements et d’aider cette plateforme à fonctionner mieux encore. Ce projet est lancé et il devrait voir le jour très vite avec de nouveaux moyens humains. »

Pis, se pliant à une exigence historique du CRIF et de la LICRA (il a d’ailleurs reçu les présidents de ses deux puissantes associations qui lui ont dicté leurs ordres), le ministre de l’Antiracisme (c’est ainsi que s’est défini Eric Dupont-Moretti en arrivant place Vendôme, ce qui est tout un programme !) a décidé de modifier la loi du 29 juillet 1881.
Continuer la lecture de « « Presse, instruction à domicile, écoles hors contrat : requiem pour nos dernières libertés » »

Nouveau meurtre gratuit d’un jeune homme par des migrants à Lyon – par Olivier Piacentini

Tribune libre d’Olivier Piacentini, essayiste (ses livres ici) :

« La nuit dernière, à Lyon, un jeune homme de vingt ans a été assassiné à coups de couteau à la station de métro Gerland.
Pauvre garçon, fauché dans la fleur de l’ âge.

Les meurtriers ? Ils ne s’appelaient ni Jean-Edouard, ni Eudes, ni François-Xavier, n’étaient pas cathos intégristes ni d’extrême droite. C’étaient deux migrants en situation irrégulière, ivres au moment des faits, qui s’en sont pris à ce garçon, on ne sait trop pourquoi.
Ce que l’on sait, par contre, mais que personne ne veut relayer dans les médias, c’est que l’immigration irrégulière tue, et souvent.
Continuer la lecture de « Nouveau meurtre gratuit d’un jeune homme par des migrants à Lyon – par Olivier Piacentini »

NON à l‘écolofolie, par Eric Pinel

Tribune d’Eric Pinel, militant patriote et ancien président de l’association France Ecologie Environnement  :

« Dans un passé récent, on a eu droit aux escrologistes Placet, dit Bébé-lune, et Rugy le supermenteur. Ces deux-là doivent être juste un peu moins écolos que Trump, mais question opportunisme, pardon ! Des champions de très haute volée.

La p’tite Pompili, elle est mignonne, mais pas plus efficace qu’Hulot pour sauver les abeilles. Cela dit, il faut reconnaître que, question pognon, face à Monsanto ou Bayer, les abeilles, elles ne peuvent pas lutter.

Mais là, ce qui m’a achevé, ce sont les nouveaux élus maires EELV (c’est comme ça qu’ils disent, non ?) :

Continuer la lecture de « NON à l‘écolofolie, par Eric Pinel »

Les jeunes Français tués au Niger, moins émouvants que Floyd et Traore – par Olivier Piacentini

https://i2.wp.com/www.leparisien.fr/resizer/rTeIOlEFz3i9_smz_e4hLrK3RAI=/932x582/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/leparisien/IILRUD2U3SK7QZXYFOUYLO5KVM.jpg?w=840&ssl=1

Tribune libre d’Olivier Piacentini, essayiste (ses livres ici) :

« Je ne sais pas vous, mais moi, à chaque fois qu’un Français, ou même qu’un Occidental est tué quelque part dans le monde par une de ces pourritures de djihadiste, ça me fait mal au ventre, me donne des nausées, me retourne le cœur, me fait rêver de les voir tous passés au napalm une bonne fois pour toutes.
Mais il est vrai que je suis un de ces méchants homme de droite, un anthropophage à la limite de la civilisation.
Continuer la lecture de « Les jeunes Français tués au Niger, moins émouvants que Floyd et Traore – par Olivier Piacentini »

Xi, Erdogan : les dictateurs qui piétinent l’Occident

Tribune d’Olivier Piacentini (ses livres ici) pour Contre-info :

« La crise du coronavirus a véritablement affaibli l’Occident à un point tel que nos ennemis ne cachent même plus leurs intentions.
Turquie et Chine avancent leurs pions, piétinent l’Occident, n’ont que faire du droit international, des incantations de l’Union Européenne, de la Communauté internationale.
Eux agissent, à visage découvert, ils ne craignent plus personne.
La Chine a promulgué une loi sécuritaire pour « normaliser » Hong Kong, la soumettre au droit chinois commun, à savoir celui d’une dictature totalitaire impitoyable : il faut rappeler que depuis son retour dans le giron de Pékin en 1997, après des décennies de protectorat britannique, Hong Kong bénéficiait d’un statut dérogatoire qui maintenait les libertés publiques en l’état. Statut que Pékin s’emploie depuis maintenant deux ans à démolir, et qui y est parvenu, désormais :
dès l’annonce de la promulgation de la loi sécuritaire, plusieurs centaines d’opposants ont été interpellés, pour avoir porté des tee-shirts appelant à la révolte, ou pour s’être exprimé sur les réseaux sociaux.
Les injonctions de l’Union Européenne, de la Grande Bretagne, doivent faire ricaner Xi, plutôt que l’angoisser.
Xi a désormais la main, sans que personne ne semble en mesure de s’opposer à ses ambitions.
La seule chose que Johnson ait pu faire, c’est accorder aux Hong-Kongais qui le veulent le statut de réfugié politique.
Continuer la lecture de « Xi, Erdogan : les dictateurs qui piétinent l’Occident »

Patrick Drahi, le prédateur financier couvert par le pouvoir, par Olivier Piacentini

par Olivier Piacentini (ses livres ici) :

« Patrick Drahi, vous connaissez surement : patron de Numéricable, mais aussi BFM TV, RMC, l’Express et Libération, il a racheté SFR en 2014 avec le soutien actif d’Emmanuel Macron.
Aujourd’hui, plusieurs révélations mettent en lumière les pratiques frauduleuses du financier israélien. Drahi s’est ainsi adjugé en 2016, avec son ami Alain Weil, ancien propriétaire de BFM TV-RMC, quatre immeubles d’affaires à la porte Balard, dans le 15e arrondissement de Paris, pour 846 millions d’euros.
Quelques mois plus tard, 49% des immeubles étaient revendus, pour 1,15 milliards d’euros. Une plus value de 300 millions d’euros en un temps record…
Un génie des affaires, Drahi ? Comme toujours avec lui, il y a un truc…
Continuer la lecture de « Patrick Drahi, le prédateur financier couvert par le pouvoir, par Olivier Piacentini »

Affaire George Floyd : la dictature de l’émotion

 

« L’affaire George Floyd secoue une partie de l’Amérique et se répand, désormais, sur le monde. La mort de cet homme est tragique et la manipulation idéologique dont elle fait l’objet est d’une indignité obscène. À coups d’images savamment mises en scène, de slogans fédérateurs et de témoignages poignants, la plupart des médias se sont faits les relais zélés des revendications progressistes dont le racisme larvé oppose les gens par leur couleur de peau. Ainsi, les Blancs seraient des privilégiés face à des Noirs oppressés, seules victimes des bavures policières. Les fondements statistiques et factuels de cette posture clivante ne sont pas vérifiés par les médias, pourtant adeptes de fact-checking. Seul le message émotionnel est mis en scène, en privilégiant l’image et les gros titres.
Continuer la lecture de « Affaire George Floyd : la dictature de l’émotion »

Covid : stratégie du choc et chant du cygne du Nouvel Ordre Mondial

Une tribune intéressante sur certains des grands enjeux et des acteurs importants de ces derniers temps.

Lu chez Jeune Nation :

«  Confite dans sa torpeur, insouciante du monde d’après, la société française ressasse des évidences hors d’âge : l’Union Européenne ne sert à rien, nos gouvernants sont des paltoquets incompétents et affairistes, les médias sont menteurs et corrompus. Tout ceci est vrai, mais tient à distance la nécessaire réflexion sur le monde qui vient à la faveur de la dernière crise sanitaire. Cette crise est le choc qui devait permettre aux forces mondialistes (« Ne jamais laisser une bonne crise se perdre ») d’accélérer leur agenda de contrôle des masses. La Silicon Valley est à la manœuvre dans une opération de sidération qui fera long feu.

La Silicon Valley prend le contrôle de la mondialisation

Continuer la lecture de « Covid : stratégie du choc et chant du cygne du Nouvel Ordre Mondial »

Tribune : hystérie anti-blanche dans le monde occidental

Depuis le décès à Minneapolis de Georges Floyd, le monde occidental assiste à des scènes d’hystérie savamment organisées par une élite cosmopolite.

Rappelons d’abord les faits servant prétexte à cette hystérie : Georges Floyd a été interpellé par la police qui avait été appelée par un commerçant car Floyd avait payé avec un faux billet.
L’interpellation en elle-même semble assez brutale, un policier posant son genou sur le cou de Floyd, bien que celui-ci se plaignît de ne pas pouvoir respirer. Il faut signaler ici qu’il n’est pas certain que la mort de Floyd découle de cette interpellation, le début de l’enquête allant plutôt en sens inverse : en effet, l’autopsie du corps montre que Floyd n’est pas mort de strangulation ou asphyxie, mais du fait de sa contention au sol, combinée avec des problèmes de santé et une intoxication potentielle.
Continuer la lecture de « Tribune : hystérie anti-blanche dans le monde occidental »