Le Maroc a acheté les stocks de chloroquine produits par Sanofi dans une usine délocalisée là-bas

Sanofi est une « entreprise française », mais grâce à la mondialisation, elle a délocalisé des usines pour faire produire à l’étranger ses produits vendus aux Français (merci à la République mondialiste!).
Le résultat est le même qu’avec les masques désormais produits en Chine : les Français passent en dernier !

« Avant que les choses ne s’aggravent, les autorités ont préféré anticiper les recommandations scientifiques. Le gouvernement marocain a décidé de traiter les patients positifs au Covid-19 avec de la chloroquine, médicament actuellement produit dans le pays. Il vient pour cela d’acheter tous les stocks de l’usine Sanofi de Casablanca. La nivaquine ou chloroquine, vieil anti-paludéen connu depuis des décennies, est-elle la nouvelle arme décisive contre le Covid-19 ? A ce jour, l’OMS émet pourtant des réserves et les scientifiques restent prudents. […]

Le gouvernement marocain n’a donc pas attendu le feu vert de l’OMS et des scientifiques pour agir, alors que les essais cliniques sont toujours en phase de test dans plusieurs pays. D’après le site en ligne Yabiladi, les Marocains se sont déjà rués sur les stocks de Plaquenil (à base de chloroquine) en pharmacie. » (source)

Confinement : les vautours espèrent des divorces pour faire du profit

Certains n’ont vraiment aucune morale, aucun scrupule.
Il est connu que le confinement peut faire naître ou exacerber des tensions dans les foyers, et c’est naturel.
Certains donnent des conseils.
D’autres, attirés par l’appât du gain, proposent d’aider à divorcer (et « rapidement », c’est-à-dire avant que les couples ne changent d’avis)…
Romain OMER (@romainomer) | TwitterC’est le cas avec le cabinet d’avocats de Romain Omer, qui paye facebook pour diffuser ses publicités indécentes.
Est-ce dans le talmud que ce type a lu que c’était moral ?!

Quand Patrick Drahi profite honteusement du coronavirus – par Olivier Piacentini

Tribune libre de l’essayiste Olivier Piacentini (ses livres ici).

« Patrick Drahi, vous connaissez ?
C’est le patron du groupe Altice, qui chapeaute les sociétés Numéricâble, SFR, mais aussi BFM TV et RMC…
Il avait déjà profité à plein de la bienveillance de Macron, qui l’avait autorisé à racheter SFR en 2014, quand il était ministre de l’économie, alors que son prédécesseur, Montebourg, s’y opposait, arguant de la fragilité du groupe et de la moralité douteuse de son dirigeant…
Drahi s’est donc retrouvé patron de SFR, par la grâce de Macron, et ce bien qu’il ne disposait pas des fonds propres pour acquérir le téléphoniste. C’est par le recours massif au crédit que Drahi a acquis SFR, et pour rembourser, il a trouvé une astuce fort simple : 6500 licenciements chez SFR, deux ans après son rachat, pour se donner les moyens de payer les banques… Astucieux, non ? Drahi n’est jamais à cours d’idée pour faire payer aux autres, salariés, Unedic, les conséquence de sa gestion…

Aujourd’hui, Drahi refait parler de lui, en profitant honteusement de la situation sanitaire et économique gravissime de notre pays.
Continuer la lecture de « Quand Patrick Drahi profite honteusement du coronavirus – par Olivier Piacentini »

En pleine crise du coronavirus, les compagnies aériennes volent à vide pour ne pas « perdre leur place »

« La règle du 80/20 impose aux compagnies aériennes de faire voler leurs avions, même à vide, pour ne pas perdre leurs créneaux. »

Une belle illustration de la bureaucratie européiste…

« Des milliers de litres de kérosène et de tonnes de CO2 en pure perte. Afin de respecter une règle européenne sur l’allocation des créneaux de décollage et d’atterrissage, des compagnies aériennes britanniques font voler leurs avions à vide ou quasiment vides, comme le rapporte le journal britannique « Sunday Times » vendredi 6 mars.

Continuer la lecture de « En pleine crise du coronavirus, les compagnies aériennes volent à vide pour ne pas « perdre leur place » »

Coronavirus : les Bourses européennes au bord du krach (MAJ : le CAC 40 finit à -8.39%)

« Dans le sillage de l’effondrement du pétrole, dû à la guerre des prix lancée par Ryad à la suite de l’échec des discussions entre l’OPEP et la Russie, les places financières mondiales sont aux abois. Le CAC 40 a ouvert en chute de 6,25 %, s’enfonçant dans le «bear market» (-20% depuis son plus haut du 21 février). Le taux à dix ans américain est tombé sous 0,5 %.

Les nouvelles autour du coronavirus ont eu le temps de s’accumuler durant le week-end. Résultat, lundi, la panique a gagné les marchés et les Bourses européennes se sont réveillées sous le choc.

Continuer la lecture de « Coronavirus : les Bourses européennes au bord du krach (MAJ : le CAC 40 finit à -8.39%) »

« Il y a des agriculteurs qui gagnent 350€ et vivent bien », ose un député LREM face à Zemmour

Ces gens-là font la loi, font les lois.
On comprend mieux pourquoi la France en est là…

Tiens, pour rappel, en 2017 nous évoquions un député LREM dont les revenus étaient passés de 8 000 euros à 5 000 euros, quand elle avait laissé son poste pour un siège à l’Assemblée : « Je vais moins souvent au restaurant, je mange pas mal de pâtes, j’ai ressorti des vêtements de la cave et je vais devoir déménager »…

DSK a touché 21 millions d’euros en cinq ans et a tout placé dans un paradis fiscal marocain

Voici la gauche socialiste.

Les frasques sexuelles de ce type ne sont que la face cachée de l’iceberg.
Rappelons qu’il fut président du FMI et aurait dû être président de la République (celle-ci est digne de lui, certes).

Vu sur Sputnik :
« Entendu sous le statut de témoin assisté dans l’affaire de la faillite de sa société LSK (anciennement Parnasse International), Dominique Strauss-Kahn a gagné plus de 21 millions d’euros entre 2013 et 2018, selon L’Obs. L’ancien patron du Fonds monétaire international n’a pas payé d’impôt sur ces bénéfices, sa société étant installée dans la zone franche de Casablanca, considérée comme un paradis fiscal.

Continuer la lecture de « DSK a touché 21 millions d’euros en cinq ans et a tout placé dans un paradis fiscal marocain »

« La hausse de l’or ou le signe avant-coureur de la bourrasque qui se profile »

d’Olivier Piacentini (livres ici) :

« Depuis des mois, le cours de l’or augmente, à un rythme régulier et continu. Il vient à nouveau de battre un record, à 1.600 dollars l’once, du jamais-vu depuis 2013, comme le souligne RTL, ce 20 février. 2013, vous vous rappelez ? La crise des dettes souveraines, la Grèce en faillite, l’Italie, le Portugal et l’Espagne dans la tourmente.
Continuer la lecture de « « La hausse de l’or ou le signe avant-coureur de la bourrasque qui se profile » »

De la viande achetée 3,8 € le kilo aux éleveurs est revendue 42,10 € en supermarché

Même en tenant compte de la chaîne de la viande, c’est difficilement justifiable.

« « On n’est pas considérés », c’est ainsi que Nicolas Mazilly résume la situation.
L’éleveur, installé à La Rochepot, en Côte-d’Or, a de plus en plus de mal à boucler ses fins de mois. Il est d’autant plus amer qu’il voit les bénéfices que d’autres font sur son travail. Il montre la photo d’un tournedos vendu au rayon boucherie d’une grande surface de l’agglomération de Dijon.

Continuer la lecture de « De la viande achetée 3,8 € le kilo aux éleveurs est revendue 42,10 € en supermarché »

Documentaire exceptionnel : « Goulag – Une histoire soviétique »

Disponible au visionnage sur le site d’Arte pour encore deux mois (jusqu’au 10 avril), ce documentaire en trois parties consacré au système répressif et concentrationnaire soviétique est exceptionnel. Exceptionnel, car en dépit de l’ampleur, de la violence et de la durée de cet esclavage contemporain, les réalisations sur le sujet sont rares. Exceptionnel par les images d’archives et la compilation de témoignages qui s’enchaînent de manière chronologique pour effleurer presque intégralement l’histoire du système concentrationnaire rouge. Des goulags des Solovki, en passant par les mines de la Kolyma aux grands projets soviétiques (canaux, routes, chemins de fer etc..), le réalisateur Patrick Rotman nous propose un voyage dans l’enfer de l’Archipel du goulag, selon le titre d’un grand livre de Soljénitsyne. (1ère partie : ici, 2ème partie : ici, troisième partie : ici

« Avec des témoignages et des archives exceptionnels, cette série documentaire déroule, de 1917 à la fin des années 1950, l’histoire d’un continent encore méconnu : le système concentrationnaire soviétique qui constitua le coeur caché de l’empire. Premier volet : les origines, de 1917 à 1933.

Acronyme russe formé en 1930 à partir des mots « Administration centrale des camps », le Goulag, phénomène majeur du XXe siècle, demeure pourtant largement méconnu. Créés dès 1918, les camps soviétiques connaissent dans les années 1930, avec la terreur stalinienne, et jusqu’à la mort du tyran en 1953, un développement exponentiel qui fait d’eux le cœur économique et politique caché du régime. Ignoré, puis nié pendant des décennies et rapidement occulté par le pouvoir russe après la chute de l’URSS, ce système concentrationnaire qui a brisé les existences de millions de déportés a été dénoncé et décrit au fil du temps par nombre de ses victimes, aux premiers rangs desquelles l’ancien officier de l’Armée rouge, devenu prix Nobel de littérature, Alexandre Soljenitsyne. Continuer la lecture de « Documentaire exceptionnel : « Goulag – Une histoire soviétique » »

Le ciel étoilé pourrait bientôt devenir un espace publicitaire géant

Le système capitaliste-publicitaire va peut-être encore étendre son empire…
Il ne sera alors même plus possible d’échapper un peu à cette société mortifère en levant les yeux vers le ciel étoile ! Quel enfer !

« Ce ne seront bientôt plus les étoiles filantes que l’on observera dans le ciel à la nuit tombée, mais plutôt des logos lumineux à l’effigie de marques de sodas. Certaines entreprises ont, en effet, pour projet d’investir le ciel et d’en faire un espace publicitaire géant, pour que nos nuits à la belle étoile deviennent des nuits à la belle publicité.

Continuer la lecture de « Le ciel étoilé pourrait bientôt devenir un espace publicitaire géant »

La communiste Manon Aubry essaye d’embaucher quelqu’un à 930€/mois pour 42h de travail par semaine

L’eurodéputé communiste Manon Aubry a utilisé le réseau social Twitter pour passer une petite annonce (en très mauvais français).
Alors qu’elle réclame de baisser la durée légale française de travail hebdomadaire (actuellement 35h), elle propose un poste de stagiaire à … 42h par semaine !
Et ceci pour un diplômé BAC +4/5 qui serait payé… 930 € par mois !
Ce n’est pas de l’exploitation, ça ?!
Il n’y a pas plus hypocrite que les communistes…

Résultat de recherche d'images pour "tweet manon aubry stage"