“Vengeances de Femmes” 2 : trois questions à l’auteur

Le livre de Patrick Gofman, « Vengeances de femmes », vient tout juste d’être réédité, dans une version notablement augmentée : 50 historiettes où l’ironie le dispute à la cruauté.
Vous pouvez d’ores-et-déjà le commander sur le site de la Librairie française.
Une séance de dédicaces aura lieu au bistrot « Le doux raisin » (29 rue Descartes, 75005 Paris, M° Cardinal Lemoine), lundi 21 février à partir de 18h.

Contre-Info a interrogé pour vous l’auteur. 

C-I : Pourquoi une 2e édition de “Vengeances de Femmes” ?
Patrick Gofman : L’éditeur de la 1re édition a disparu si vite que ce livre n’a pas eu sa chance. Et il était trop maigre. La 2e édition passe de 30 à 50 anecdotes, et de 108 à 186 pages…

C.-I. : Anecdotes ? La criminalité féminine est anecdotique ?

P. G. : Environ 10 % de la criminalité générale. Mais 70 % des crimes ne sont jamais élucidés. Et la statistique montre aussi que les femmes sont beaucoup plus adroites et dissimulatrices que les hommes, dans le crime comme dans quelques autres arts !

C.-I. : Et vous ? Comment allez-vous vous en sortir, de ce mauvais coup ?
P. G. : Avec les honneurs ! “Vengeances de Femmes” vise d’abord à amuser la galerie, ensuite à contrer le néo-féminisme nord-américain, qui nous raconte que les femmes sont des anges sans défense. Donc, ce livre est civique autant qu’artistique.


Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite :

5 commentaires concernant l'article ““Vengeances de Femmes” 2 : trois questions à l’auteur”

  1. Il va être retrouvé mort dans un caniveau, un rouleau à pâtisserie ensanglanté aux côtés de son crâne défoncé…

  2. @Tchetnik ha ! même si je comprends qu’il y ait une part d’humour noir dans votre commentaire, celui-ci me donne des frissons d’horreur,et j’ai le coeur et le plexus qui se serrent à l’idée que Patrick eusse ce sort si affreux. Et si j’étais à ces côté je viderai mon corps de toutes les larmes du monde et m’en laisserait mourir aussi !

  3. @ Marie-a, dite la groupie du copiste.

    Je comprends votre admiration pour le cher Patrick. Mais de grâce, sollicitez de sa haute bienveillance quelques cours d’orthographe et de grammaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.