« Gay pride » en Pologne : 5 fois plus de contre-manifestants que de pervers

La société polonaise semble décidément rester l’une des moins corrompues d’Europe.
Alors que le lobby LGBT tentait d’organiser une « marche des fiertés » (Gay pride, concrètement la fierté de se faire […] !) pour la première fois dans la ville de Bialystok (un bastion notoire du conservatisme polonais), plus de 5 000 nationalistes se sont mobilisés pour s’opposer à ce défilé de la honte, alors que les pervers n’étaient qu’un millier environ à marcher sous très forte protection policière.
Sans compter d’autres contre-manifestations plus sages dans la ville.

Voici le récit outré que fait BFMTV :

« Alors qu’une importante campagne contre « l’idéologie LGBT », devenue un des thèmes majeurs des prochaines législatives, se déroule en Pologne -pays catholique – quelque 800 participants, selon la police, ont traversé le centre de Bialystok pour la première fois dans l’histoire, entourés d’importantes forces de l’ordre.
Continuer la lecture de « « Gay pride » en Pologne : 5 fois plus de contre-manifestants que de pervers »

Villeurbanne : un immigré soupçonné d’avoir violé une femme de 37 ans est relâché

A mesure que le temps passe, l’indifférence des magistrats gauchistes à l’égard des crimes commis par les étrangers s’accroît. Ils peuvent désormais violer sans être incarcérés, l’ouverture d’une information judiciaire est suffisante.

Trouvé sur Le Progrès : « Dimanche, vers 2 h 20, rue Louis-Fort, à Villeurbanne, le groupe de proximité de sécurité de la police a interpellé un homme de 21 ans, demeurant dans un centre d’accueil pour réfugiés de l’agglomération lyonnaise.

Une jeune femme de 37 ans avait signalé aux policiers qu’elle avait été traînée de force par un homme dans une maison en chantier. Continuer la lecture de « Villeurbanne : un immigré soupçonné d’avoir violé une femme de 37 ans est relâché »

23 juillet 1951 : mort du maréchal Pétain

Cliquer pour acheter cette carte postale

Philippe Pétain, vainqueur de Verdun, Maréchal de France, Chef de l’Etat français, né le 26 avril 1856, meurt en détention le 23 juillet 1951, à l’âge de 95 ans.
C’est le « plus vieux prisonnier du monde ».

On peut lire ici un bel éditorial de Jérôme Bourbon : « Qu’ont-ils fait de la France du Maréchal » ?

Ci-dessous une émission sur maréchal Pétain qui remet un peu les pendules à l’heure, loin de l’« historiquement correct », suivie d’une autre s’attardant plutôt sur l’antagonisme Pétain / De Gaulle, auteur du livre du colonel Le Pargneux, Pétain – De Gaulle, une autre vision de l’histoire, que nous recommandons vivement (commandable ici).

Sur Pétain / De Gaulle :


Ci-dessous des images d’archives d’un déplacement triomphal du maréchal Pétain à Paris fin avril 1944 (donc très tard, les Français étaient derrière lui contrairement à ce que disent certains manuels) :

Une femme lesbienne castre et décapite son enfant de 9 ans car il « lui rappelle son père » et est « un obstacle à sa relation »

Rosana Candido  and Kacyla Pessoa are accused of murdering and butchering little Rhuan in Brazil

« Une mère, Rosana Candido, 27 ans, et Kacyla Pessoa, 28 ans, du Brésil, sont accusées d’avoir poignardé le garçon une douzaine de fois et d’avoir retiré la peau de son visage avant de découper son corps.

Le monstrueux meurtre s’est déroulé [entre autre] parce que le petit Rhuan rappelait à Candido son père.
Continuer la lecture de « Une femme lesbienne castre et décapite son enfant de 9 ans car il « lui rappelle son père » et est « un obstacle à sa relation » »

6e Dimanche après la Pentecôte – textes de la messe commentés

Nous vous proposons une présentation des textes liturgiques propres à ce dimanche (rite catholique traditionnel, tel que le suivaient nos aïeux), avec leur commentaire.

La multiplication des pains.

« « Le Seigneur est une force pour son peuple » : chant magnifique d’allégresse et de mâle assurance, où le peuple chrétien exprime aujourd’hui devant Dieu sa confiance et sa sécurité. Le graduel, l’alleluia, l’Offertoire, font écho à ce beau chant d’entrée. C’est cette providence de Dieu, enveloppante et pénétrante, qui donne aux chrétiens de pouvoir se maintenir et progresser dans le bien (coll.).
L’épître redit l’exigence de sainteté de notre vie de baptisés, mais l’evangile de la multiplication des pains nous rappelle comme le Christ s’est fait la nourriture surabondante de notre vie, pour nous donner la force de le suivre sans « défaillir en chemin ». »

Dom G. Lefebvre

TEXTES AVEC COMMENTAIRE DE DOM GUÉRANGER
(dans l’Année liturgiquedisponible ici avec ses autres livres)

« L’Office du sixième Dimanche après la Pentecôte s’ouvrait hier soir par l’exclamation poignante d’un immense repentir. David, le roi-prophète, le vainqueur de Goliath, vaincu à son tour par l’entraînement des sens, et d’adultère devenu homicide, s’écriait sous le poids de son double crime : « Je vous en prie, mon Dieu, pardonnez l’iniquité de votre serviteur, car j’ai agi en insensé ! »

Le péché, quels que soient le coupable et la faute, est toujours faiblesse et folie.
Continuer la lecture de « 6e Dimanche après la Pentecôte – textes de la messe commentés »

Pétain / De Gaulle : un autre son de cloche par le colonel Le Pargneux chez Anne Brassié (émission)

La journaliste Anne Brassié recevait pour son émission sur Radio Libertés le colonel Michel Le Pargneux à l’occasion de la sortie de son excellent livre de synthèse : Pétain – De Gaulle, une autre vision de l’histoire (présentation ci-dessous).

On peut acheter ce livre ici.

Présentation du livre :

« Sur les actions comparées de Philippe Pétain et de Charles De Gaulle, il règne – du moins dans les mondes médiatique et scolaire – une pensée unique aussi rigide que fragile.
Au-delà d’une certaine propagande et d’une ignorance généralisée, quelle est la réalité ?

Continuer la lecture de « Pétain / De Gaulle : un autre son de cloche par le colonel Le Pargneux chez Anne Brassié (émission) »

Chronologie complète de l’affaire Vincent Lambert

La chronologie ci-dessous montre comme il y eut une volonté farouche et tenace de mettre à mort cet homme.

De façon très perverse, ceux qui ont voulu et obtenu sa mort utilisent maintenant l’horreur de celle-ci (mourir de la soif !) pour faire passer une loi euthanasique menaçant des dizaines de milliers de personnes, au motif d’une conception utilitariste et matérialiste de la vie, si ce n’est pire…

En préambule, quelques rappels :
Vincent Lambert n’était pas malade, mais handicapé. Il n’était pas « en fin de vie ».
► Les parents ainsi que divers établissements spécialisés et plus adaptés que le CHU de Reims avaient demandé à accueillir Vincent Lambert mais le CHU de Reims a toujours refusé de le laisser partir, voulant donc le tuer.
► Un spécialiste explique l’état « pauci-relationnel » de Vincent Lambert
► Une video montre Vincent Lambert mangeant avec une cuillère
Vincent Lambert pleure auprès de ses parents (video)
La femme de Vincent Lambert se contredit sur les souhaits que son mari aurait émis des années plus tôt, et, même si c’était vrai, on ne sait pas ce qu’il pense vraiment désormais. ; en tout cas il donne des signes forts d’attachement à la vie.
Un expert neurologue : « Vincent communique » « il a récupéré la déglutition »
La légalisation de l’euthanasie est l’un des chevaux de bataille de la franc-maçonnerie ces dernières années, et, comme d’habitude, elle utilise un cas extrême (et en le déformant) pour faire passer une loi qui va tout permettre.

CHRONOLOGIE :

29 septembre 2008 : Victime d’un accident de voiture, Vincent Lambert, 32 ans, infirmier en psychiatrie au Centre hospitalier de Châlons-en-Champagne, est plongé dans un état de coma profond. Il est hospitalisé au service de réanimation du Centre hospitalier de Châlons-en-Champagne. Il sort du coma pour se retrouver en « état-pauci-relationnel » ou état de « conscience minimale plus ».

Continuer la lecture de « Chronologie complète de l’affaire Vincent Lambert »

Maladie de Lyme : une expérimentation secrète du Pentagone qui aurait dérapé ?

Ce n’est pas nous qui donnons dans le complotisme le plus farfelu : même la grosse presse est intriguée, à propos de cette maladie très mal connue et très mal diagnostiquée en France, mais qui touche de plus en plus de monde.

Le centre de Plum Island est situé près de la ville de Lyme qui a donné son nom à la maladie. | DHS

« Les militaires américains ont-ils, entre 1950 et 1975, effectué des expériences sur des tiques pour en faire des armes biologiques ?

Les élus de la Chambre des représentants voudraient bien le savoir ; c’est pourquoi ils ont approuvé un amendement demandant à l’Inspection générale un rapport sur ces tests et sur le risque que ces tiques « modifiées » aient contribué à la propagation de la maladie de Lyme. Une maladie véhiculée par des tiques qui sont contaminées par des bactéries et qui vivent dans des zones tempérées, humides et boisées.

Continuer la lecture de « Maladie de Lyme : une expérimentation secrète du Pentagone qui aurait dérapé ? »

« Gilets jaunes » : le ministère de l’Intérieur a décoré des agents soupçonnés de violences policières

Chacun en tirera ses conclusions.
Lu dans Le Parisien :
« Dans un article publié mercredi soir, le site Mediapart a révélé qu’au moins cinq agents « impliqués dans des enquêtes concernant des violences policières » ont été distingués de la médaille de la sécurité intérieure pour leur engagement dans des opérations d’ordre public, principalement dans le cadre de la mobilisation des Gilets jaunes commencée le 17 novembre 2018.
Continuer la lecture de « « Gilets jaunes » : le ministère de l’Intérieur a décoré des agents soupçonnés de violences policières »

Algérie : « Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux »

Bernard Lugan remet les pendules à l’heure au moment ou des dizaines de milliers d’Algériens s’apprêtent à descendre une nouvelle fois dans la rue pour casser, brûler, piller tout ce qu’ils trouvent en prétextant la colonisation passée.

Bernard Lugan : « Cette phrase d’Etienne de la Boétie résume la relation franco-algérienne. A chaque fois qu’il est en difficulté, le « Système » algérien sort en effet le joker-martingale de l’accusation de la France, sachant qu’il sera immédiatement relayé par les héritiers des « porteurs de valises », ethno-masochistes buvant goulûment  au calice de la repentance et de la contrition.

Le 15 juillet dernier, montrant en cela qu’il n’est pas encore mentalement décolonisé, Mohand Ouamar Bennelhadj, membre essentiel du « Système » algérien puisqu’il est le secrétaire général par intérim de l’ « Organisation nationale des moudjahidines », les « anciens combattants », a ainsi appelé le parlement algérien à voter une loi criminalisant la colonisation française. Il a en outre demandé que cette loi ouvre la voie à des « compensations », osant écrire que les Français ont « génocidé » les Algériens et que, après avoir pillé le pays, ils « n’ont laissé ici que des broutilles, des choses sans valeur». Continuer la lecture de « Algérie : « Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux » »

C’était un 18 juillet…

– 390 : les Gaulois, sous le commandement de Brennus, s’emparent de Rome après un long siège face au mont Capitolin, où l’armée romaine s’était réfugiée.
Au moment de la pesée de la rançon (1 000 livres d’or), devant les protestations romaines, Brennus jette son épée dans la balance en proclamant « Vae victis ! » (« Malheur aux vaincus ! »)

64 : début de l’incendie de Rome, qui dure 9 jours et détruit la ville. Le fou et sanglant Néron, qui en est à l’origine, en accuse les chrétiens.

1100 : mort du duc de Basse-Lorraine Godefroi de Bouillon, le premier roi chrétien de Jérusalem (dont il avait dirigé la prise en 1099).

1936 : début de la guerre d’Espagne, 5 jours après l’assassinat du chef de l’opposition monarchiste au parlement. Les généraux nationalistes appellent au soulèvement et tentent un coup d’Etat pour renverser la gauche radicale au pouvoir. La guerre durera 3 ans et fera un million de morts. Robert Brasillach et Maurice Bardèche ont écrit à ce sujet un livre assez complet.

1941 : le Vel d’Hiv est rempli et l’ambiance est chaude.
Continuer la lecture de « C’était un 18 juillet… »

C’était un 17 juillet : mort d’Henri Poincaré, un génie français.

Ce brillant scientifique français s’est éteint le 17 juillet 1912.
On le considère généralement comme l’un des derniers grands savants universels, maîtrisant en particulier l’ensemble des branches des mathématiques de son époque.
Son œuvre, qui précède en réalité les principales découvertes d’Einstein (qui le pilla), concerne principalement les mathématiques pures, la physique et l’astronomie.

Ci-dessous vous pouvez écouter une émission de Serge de Beketch en 1991, consacrée au pillage de Poincaré par Einstein, avec un spécialiste : Dean Mamas, docteur en physique nucléaire américain.

C’était un 16 juillet : le massacre de la famille impériale russe par les communistes

Dans la nuit du 16 au 17 juillet, en 1918, les communistes massacraient la famille impériale russe (11 personnes, dont la plus jeune avait 12 ans), à Iekaterinbourg.

C’était le crime fondateur du communisme – comme l’assassinat du couple royal français l’avait été pour la Révolution- et il en annonçait bien d’autres…

« Les tirs ont lieu à bout portant. Iourovski aurait levé son arme et tiré sur Nicolas, qui meurt sur le coup. Les autres bourreaux tirent jusqu’à ce que toutes les victimes tombent. Le tsarévitch rampe vers la porte, le commissaire bolchevik Peter Ermakov lui défonce le crâne à coups de baïonnette. Les dernières survivantes (Anastasia, Tatiana, Olga, et Maria dont les diamants cousus dans leurs vêtements leur ont servi un temps de gilet pare-balle) sont exécutées tout aussi sauvagement, car leurs cris pouvaient être entendus à l’extérieur. » (source)

Les responsabilités de ce crime barbare ne sont pas précisément établies. Trotsky écrira que l’ordre venait de Lénine lui-même.
La piste du crime rituel juif est étudiée très sérieusement, depuis peu, par la justice russe elle-même.

C’était un 15 juillet : la libération de Jérusalem par les Croisés

Les croisades constituent l’une des plus belles manifestations de la générosité de l’âme française.

Le vendredi 15 juillet 1099, les croisés libèrent la ville de Jérusalem des mains des musulmans. Ils ont quitté l’Europe occidentale trois ans plus tôt et effectué une interminable et périlleuse marche pour répondre à l’appel du pape Urbain II, reprendre aux Infidèles le tombeau du Christ et y permettre à nouveau les pèlerinages.

Pendant le siège, plusieurs tentatives avaient été faites, mais furent toutes repoussées. Trois machines de siège furent terminées et amenées près des murs dans la nuit du 14 juillet. Elles permirent la conquête de la ville sainte.
Godefroy de Bouillon devient Advocatus Sancti Sepuchri (Avoué du Saint Sépulcre) le 22 juillet, refusant d’être « roi » dans la ville où mourut le Christ.
Continuer la lecture de « C’était un 15 juillet : la libération de Jérusalem par les Croisés »