30 juillet… 1940. Création des « Chantiers de Jeunesse »

Le service militaire ayant été aboli dans les clauses de l’armistice, l’Etat français, sous l’égide du Maréchal Pétain, lança cette initiative sous le commandement du général de la Porte du Theil.
Elle se proposait « de donner aux jeunes hommes de France, toutes classes confondues, un complément d’éducation morale et virile qui, des mieux doués fera des chefs et de tous des hommes sains, honnêtes, communiant dans la ferveur d’une même foi nationale ».
Lire la suite

La situation géopolitique vue par le dessinateur AGAR

agard

28 juillet 1985 : mort de Michel Audiard

scénariste, réalisateur et écrivain.

Les dialogues de ses films (entre autres) Un singe en hiver, d’après le roman d’Antoine Blondin, et Les tontons flingueurs restent un modèle du genre et l’archétype d’une certaine esthétique, disparue avec « la France d’avant ».
Nombre de ses répliques sont d’ailleurs devenues « cultes ».

Le dernier de ses ouvrages s’intitule La nuit, le jour et toutes les autres nuits ; il y règle ses comptes avec une certaine société – celle de la « Libération » et son cortège de vilenies – qui lui a bousillé ses illusions.

Un des seuls regrets qu’on lui connaisse est de ne pas avoir eu le temps d’adapter à l’écran le Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline.

Source T. de Chassey

C’était un 27 juillet : la bataille de Bouvines

L’éphéméride du 27 juillet est particulièrement riche mais nous avons opté pour cet épisode historique, crucial dans l’histoire de France (et qui eut d’ailleurs des conséquences européennes notables).

bouvines2

Texte tiré de la revue L’Héritage :

Le Soleil de Bouvines

La survie de la France tient à peu de choses. Qu’on se rappelle qu’à la suite du partage de Verdun (843) , elle n’était qu’un royaume à la périphérie du Saint Empire. Menacée à l’Ouest par l’Angleterre, à l’Est par l’Empire, la France n’a dû sa survie qu’à la volonté tenace d’une famille, les Capétiens. Ces efforts conduiront enfin sous le règne de Saint Louis à l’officialisation par la papauté de l’indépendance effective du royaume face à l’Empire.

La bataille décisive de Bouvines est là pour nous rappeler que l’indépendance de notre nation fut toujours fragile et mérita tous les efforts de nos chefs.
Lire la suite

Publicité aperçue près de Nice

On ne saurait mieux dire…

Source

C’était un 26 juillet…

Nouvellefrance-V2
Les territoires d’Amérique du Nord ayant été colonisés par la France

1758 : en Nouvelle-Ecosse, Louisbourg tombe aux mains des Anglais. Cette capitulation marque l’ultime fin de ce qui restait encore de l’Acadie française. Malgré l’état lamentable de la forteresse (abandonnée par la France) qu’ils n’ont pu restaurer, en dépit de tous les rapports alarmants adressés à Versailles et de leur notable infériorité numérique, les assiégés (moins de 3000) ont résisté 48 jours à 15 000 hommes soutenus par une escadre de 24 vaisseaux de guerre et 18 frégates.

1792 : à Paris, le Directoire du comité central des Fédérés prépare l’insurrection qui éclatera le 10 août. Un expert en troubles, Claude Fournier, dit l’Américain ou l’héritier, introduit pratiquement pour la première fois un drapeau rouge comme symbole de l’insurrection. Jusqu’alors le rouge était le symbole de l’ordre et des ennemis de la Révolution, comme le rappelle le passage de la Marseillaise : « contre nous de la tyrannie, l’étendard sanglant est levé. »

1830 : Adolphe Thiers publie un article intitulé Protestation des journalistes contre les ordonnances, qui appelle à la révolte contre Charles X. Entré dans le nouveau gouvernement de Louis-Philippe, ce parfait bourgeois se conduit en satrape : il épouse la fille de sa maîtresse, madame Dosnes, le jour de ses quinze ans. Certains prétendent qu’il s’agissait de sa propre fille.

1961 : le gouvernement gaulliste dissout le Mouvement national révolutionnaire (droite nationale).

Source : Ephémérides nationalistes
chez T. de Chassey

Saint-Etienne-du-Rouvray : des visuels à la gloire de l’attentat circulent sur internet

Ci-dessous, l’exemple d’une image qui tourne sur les réseaux sociaux (notamment Telegram) pour glorifier le meurtre horrible du prêtre de Saint-Etienne-du-Rouvray. Sur l’image, c’est la basilique Saint Denis. La symbolique est forte.EI attentat Rouen

L’Etat Islamique revendique le meurtre du prêtre de Saint-Etienne-du-Rouvray

de Saint-Etienne-du-Rouvray

L’État islamique a revendiqué l’attentat commis ce matin à Saint-Etienne-du-Rouvray. Dans un communiqué diffusé par son agence Aamaq, le groupe terroriste explique que deux de ses «soldats» ont commis l’attaque.

Pologne : un Irakien interpellé avec des explosifs à la veille des JMJ

À la veille des Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) en Pologne, un homme de nationalité irakienne en possession de matériaux explosifs a été interpellé à Lodz. Selon des médias polonais, des traces d’explosifs ont aussi été découvertes à Cracovie (Sud), où cet Irakien de 48 ans avait séjourné récemment et où des centaines de milliers de jeunes catholiques et le pape François doivent participer aux JMJ.

« L’homme a été placé en détention provisoire pour deux mois, accusé de possession d’explosifs, ce qui est qualifié de crime contre la sécurité publique. Une enquête a été lancée par le parquet national », a déclaré aux journalistes Pawel Urbaniak, porte-parole du tribunal de Lodz. « C’est un étranger, probablement un Irakien. Il disposait d’un titre de voyage rudimentaire. Les questions de son identité, ses origines, son séjour (en Pologne) font l’objet de l’enquête, tout comme les endroits où il s’est rendu et les personnes qu’il a contactées », a-t-il ajouté.

La télévision Polsat News affirme que l’homme portait sur lui des notes sur des préparatifs d’actes « terroristes » dirigés principalement contre des établissements commerciaux français en Pologne. Ayant vécu quelques années en Suisse, puis en Suède dont il a été refoulé, il est arrivé en Pologne il y a quelques semaines, a rapporté la chaîne. Les agents sont actuellement à la recherche d’éventuels complices de l’Irakien et d’importantes quantités d’explosifs, à travers la Pologne.

Source

Allemagne. Attaqué 4 fois en 8 jours, le pays plonge dans la terreur

L’Allemagne a connu une quatrième attaque, hier soir en Bavière, où un kamikaze s’est fait exploser près d’un festival de musique. Après les viols très massifs de la Saint Sylvestre dans lesquels plus de 2.000 migrants sont impliqués, le pays connaît donc les joies du multiculturalisme. Car si les motivations des terroristes sont divergentes, il y a un point commun entre toutes ces attaques : Comme en France, elles sont le fait d’immigrés ou de fils d’immigrés.

1- Lundi 18 juillet, à Würzburg. À 21h15, un jeune réfugié afghan âgé de 17 ans attaque les passagers d’un train régional avec un couteau et une hache en criant « Allah Akbar ». Quatre personnes sont grièvement blessées. L’assaillant prend ensuite la fuite avant d’être abattu par la police. Le jeune homme était arrivé en Allemagne depuis plus d’un an et vivait depuis deux semaines en Bavière dans une famille d’accueil.
Motivation: son acte a été rapidement revendiqué par l’organisation État Islamique (EI) à laquelle il avait prêté allégeance dans une vidéo de revendication de 2 minutes 20. Dans sa chambre, les enquêteurs ont également retrouvé le drapeau de l’EI.

2- Vendredi 22 juillet, à Munich. Un jeune germano-iranien (sic) de 18 ans, David Ali Sonboly, ouvre le feu dans un centre commercial, faisant neuf morts et 35 blessés, dont 11 graves, avant de se suicider. Ses parents étaient arrivés en Allemagne en tant que demandeurs d’asile peu avant sa naissance et lui-même était né à Munich. Mais, pas plus qu’un ânon né dans une écurie de chevaux de course ne deviendra cheval de course, Sonboly ne se sentait pas comme un véritable Allemand, et il semblait en avoir un ressentiment vis à vis de son pays natal, comme l’atteste les propos qu’il a tenus juste avant de commettre son acte : « Sale métèque » lui lance un Allemand et une voix qui semble celle de l’assaillant lui répond: « Je suis Allemand, je suis né ici. » Le problème est que le dire ne suffit pas à le croire et encore moins à l’être.
Motivation : la police a assez rapidement privilégié la piste du « forcené » sans lien avec le djihadisme. Afin de brouiller les pistes, il avait dans un premier temps été présenté comme néo-nazi, et aujourd’hui encore on le compare souvent au Franc-Maçon Anders Breivik car des coupures de journaux concernant ce dernier ont été retrouvées chez lui, et parce que les deux terroristes ont commis leurs faits à la même date (22 juillet). Ça fait peu pour faire un lien entre les deux hommes, surtout de la part de gens, qui, dès qu’une explication des faits ne leur sied pas, accusent les auteurs de complotistes.

3- Dimanche 24 juillet, 16h30, à Reutlingen. Un homme armé d’une machette agresse plusieurs passants en pleine rue. Une femme est tuée et deux autres personnes blessées. L’assaillant serait un demandeur d’asile syrien de 21 ans qui aurait eu une « dispute » avec la victime avant de la tuer « avec une machette ».
Motivation : le « crime passionnel » serait la piste privilégiée par les enquêteurs. Outre la façon très violente de gérer un différend, on se demande pourquoi il a agressé d’autres personnes.

4- Dimanche 24 juillet, 22h12, à Ansbach. Deuxième attaque dans la même journée. Un réfugié syrien de 27 ans se fait exploser près d’un festival de musique où se trouvaient 2.500 personnes. L’explosion ne fait pas de victime, mis à part l’assaillant qui décède, mais 12 personnes sont blessées dont trois grièvement. L’homme avait voulu pénétrer sur le lieu du festival mais s’était fait refouler à l’entrée. Sa demande d’asile, il y a un an, avait été refusée mais il avait pu rester en Allemagne au vu de la situation en Syrie.
Motivation : « Il s’agit malheureusement d’un nouvel attentat », a déclaré le ministre de l’Intérieur, Joachim Herrmann, qui n’a « pas exclu » une piste islamiste. Il a également précisé que l’homme, qui avait déjà fait deux séjours en hôpital psychiatrique, avait tenté par deux fois dans le passé de se suicider.

Source, avec des compléments vidéo

« L’apothéose humaine » : présentation du livre par son auteur (abbé Rioult)

 Sous-titré « une idole au cœur du mythe de la modernité », ce livre entend dénoncer sans langue de bois et sans tabou les fondements de notre époque de tristesse et de folie…

360 pages, Ed. des Cimes, 22 €. Commandable ici.

Présentation (4e de couverture) :

Lire la suite

C’était un 25 juillet…

1593 : à Saint-Denis, le roi Henri IV abjure le protestantisme et se convertit officiellement au catholicisme : « Je proteste et je jure à la face du Dieu tout-puissant, de vivre et de mourir dans l’Eglise catholique, apostolique et romaine, de la protéger et de la défendre envers tous, au péril de mon sang et de ma vie, renonçant à toutes hérésies contraires à la doctrine de ladite Eglise. »

1789 : l’Assemblée constituante institue un comité de recherches pour déjouer les « complots aristocratiques »…

1873 : l’assemblée (conservatrice) vote une loi déclarant d’utilité publique la construction d’une église à Montmartre, conformément à la demande de l’archevêque de Paris, en expiation des fautes de la patrie (notamment lors de la Commune) et pour obtenir la fin des épreuves. Isaac Crémieux vote contre, tout comme Sadi Carnot, Gambetta, Jules Ferry, Edgar Quinet, et autres antichrétiens dont les axes parisiens portent aujourd’hui les noms…

1920 : publication du règlement de la Fédération nationale des Scouts de France. Cette date est retenue comme celle de la fondation du scoutisme en France.

1934 : assassinat, à Vienne, du chancelier dictateur Engelbert Dollfuss. Le fondateur du Vaterländische Front (Front patriotique) avait écrasé la résistance des milices ouvrières socialistes de Vienne en février. Son ambition était d’instaurer un État chrétien autoritaire et de maintenir l’indépendance de l’Autriche, avec le soutien de l’Italie. Une petite biographie est disponible ici.

1936 : dans La Flambeau, journal du Parti social français, le célèbre aviateur Jean Mermoz écrit : « pour être saine et efficace, l’action sociale doit se libérer des entraves d’une politique de métier au service d’intérêts particuliers. Cette politique devra faire face une fois pour toutes à une politique purement française au service de ceux qui travaillent, sans distinction de classe, pour leur pays. »

1937 : assassinat du militant du Parti social français Fernand Lafrance.
Lire la suite

Attentat de Nice : Les services de Bernard Cazeneuve pris en flagrant délit de barbouzerie

23 juillet 1951 : mort du maréchal Pétain

Cliquer pour acheter cette carte postale

Philippe Pétain, Vainqueur de Verdun, Maréchal de France, Chef de l’Etat français, né le 26 avril 1856, mort le 23 juillet 1951.

Ci-dessous un documentaire avec bien sûr quelques commentaires mensongers ou idiots, mais aussi de belles images d’archives.

PS : à propos de Guy Moquet, c’est l’occasion de rappeler la raison pour laquelle il se trouvait en prison
Lire la suite

Qui sont les cinq complices du tueur de Nice ?

Alors que l’Europe est de nouveau frappée par le terrorisme, cette fois-ci en Allemagne, il semble intéressant d’examiner qui sont les complices du tueur de Nice. Cette analyse permet de se rendre compte, alors que beaucoup parlent de guerre, qu’il y a une véritable 5eme colonne qui s’est constituée grâce à l’immigration, et qui profite du laxisme judiciaire. En effet, les 5 suspects écroués et transférés à Paris ne portent pas des noms qui sentent la France profonde, qu’on en juge :

1- Ramzi A. Franco-Tunisien né à Nice, 21 ans. « Il est connu pour avoir déjà été condamné à six reprises entre avril 2013 et mai 2015 (…) pour vols, vols aggravés, violences et usage de stupéfiants », a indiqué François Molins. Il est le destinataire des SMS juste avance son passage à l’acte. De la drogue et 2.500 € en liquide ont été retrouvés chez le jeune homme.
C’est sur les indications de Ramzi A. que les enquêteurs mettent la main sur une seconde arme à feu lors d’une perquisition : un fusil d’assaut kalachnikov et un sac de munitions sont découverts dans une cave. On ignore cependant à quoi était destinée cette arme.

2- Chokri C.Tunisien de 37 ans. Le 4 avril dernier, dans un message Facebook, il écrit à Mohamed Lahouaiej Bouhlel: « Charge le camion, mets dedans 2.000 tonnes de fer, coupe lui les freins mon ami et moi, je regarde.» Un message qui intrigue beaucoup les enquêteurs. Ses empreintes ont été découvertes sur la portière passager du camion. La vidéosurveillance indique aussi qu’il était présent au côté du tueur dans le poids lourd, le 12 juillet.

3- Mohamed Oualid G. Franco-Tunisien de 40 ans. L’étude de la téléphonie du tueur de Nice a permis de révéler que les deux hommes s’étaient appelés à 1.278 reprises entre juillet 2015 et juillet 2016.
Dans son téléphone, les enquêteurs ont trouvé des images de la Promenade des Anglais, tournées le 15 juillet. Les secours y sont encore à l’œuvre. Il se filme ensuite lui-même. Il apparaît aussi sur des photos prises par le tueur de Nice: le 11 et le 13 juillet, il est dans l’habitacle du camion qui servira à semer la mort quelques jours plus tard.

4 et 5 -Artan H. et Enkeledja Z. Il s’agit d’un couple d’Albanais. Ils auraient fourni le pistolet 7.65mm dont s’est servi Mohamed Lahouaeij Bouhlel le 14 juillet, notamment pour faire feu sur les policiers. Artan avait été contrôlé le 2 mai dernier en infraction et faisait l’objet d’une reconduite à la frontière. Il aurait donc dû être expulsé de France à cette date, mais l’officier de police judiciaire a préféré le libérer. « Merci le flic ! » peut dire Mohamed Lahouaiej Bouhlel qui serait resté non armé sans cette complicité.

————————————————–

L’attentat a officiellement été revendiqué par l’Etat islamique, même si cette revendication est sujette à caution et semble opportuniste, tant Mohamed Lahouaiej Bouhlel ne semble pas avoir eu de soutien de cette organisation, et n’a lui-même pas tourné de vidéo pour s’en réclamer. Quoiqu’il en soit, un des deux auteurs qui s’est félicité de l’attentat dans la vidéo francophone de revendication est Rachid Kassim, 29 ans, « roannais » (sic) selon Le Progrès



Close
Rejoignez Contre-info sur facebook et restez informé facilement !
Merci de cliquez sur le bouton Facebook ci-dessous (puis cette fenêtre ne s affichera plus)