Le premier déplacement du nouveau Premier ministre est pour la ville grand-remplacée des Mureaux

Premier déplacement d’Élisabeth Borne en tant que Premier ministre : les Mureaux, ville des Yvelines connue pour son degré d’avancement dans le Grand Remplacement.
Ce n’est pas pour les Français, en particulier pas pour les vieux Français dans la misère, pas pour les jeunes Français délaissés dans les campagnes.

Tout un symbole.

Le nouveau Premier ministre Elisabeth Borne en quelques mots

Elisabeth Borne – DR

Macron avait promis avant son élection que « cette nouvelle ère ne sera pas la continuité ».
Ce bobard à gogos n’aura pas fait long feu, car il vient de nommer Premier ministre (et non pas, évidemment, Première ministre comme le disent gauchistes idiots et autres féministes ignares) une certaine Elisabeth Borne (de son vrai nom Bornstein), technocrate socialiste de 61 ans et pur produit de la caste en place.

« Cette nomination signifie d’abord que le chef de l’Etat a décidé, au moins symboliquement, d’orienter davantage à gauche sa politique. Lors de son premier mandat, il avait choisi des Premiers ministres venus de la droite (ou prétendue telle) : Edouard Philippe (2017-2020), puis Jean Castex (2020-2022). Il a choisi cette fois-ci, ce qui n’était pas forcément évident au départ, une personnalité politique fortement marquée à gauche puisqu’elle est passée par les cabinets de Lionel Jospin à Matignon (1997-2002) et par celui de Ségolène Royal à la Transition écologique (2014-2015), sans oublier un détour par la préfectorale et la mairie de Paris tenue par le Parti socialiste depuis une vingtaine d’années.
Elisabeth Borne a été de toutes les aventures depuis la gauche plurielle il y a vingt-cinq ans sous la présidence de Jacques Chirac, a été directrice de cabinet de Ségolène Royal au ministère de l’Ecologie sous François Hollande. Avec Gérald Darmanin, Bruno Le Maire et Jean-Yves Le Drian, Elisabeth Borne, âgée aujourd’hui de 61 ans, fait partie des rares ministres qui le sont restés tout au long du quinquennat. Nommée aux Transports en mai 2017, elle est appelée à la rescousse en juillet 2019 pour remplacer au pied levé à la Transition écologique François de Rugy, contraint à la démission. Un an plus tard, elle est propulsée au ministère du Travail à la place de Muriel Pénicaud, un poste qu’elle a occupé jusqu’à sa nomination le 16 mai à Matignon. En matière de nouveauté et de renouvellement, on fait mieux. C’est la deuxième femme à occuper le poste de Premier ministre. Y réussira-t-elle mieux qu’Edith Cresson qui fut Premier ministre de François Mitterrand pendant 10 mois et 18 jours, du 15 mai 1991 au 2 avril 1992, et qui fut d’une rare incompétence, multipliant les boulettes et autres maladresses, n’étant manifestement pas à la hauteur de la fonction ?  […] » (source)

Borne est l’inventeur de la « suspension de contrat de travail » pour les soignants non vaccinés : statut qui ne donne droit ni au chômage, ni au RSA, ni aux congés, ni à la formation… Pour contraindre de force les récalcitrants à subir les injections d’ARNm. Les pseudo réfugiés extra-européens et les étrangers « réguliers » sont beaucoup mieux traités…
Réputée cassante, dure et intraitable, elle va certainement exécuter impitoyablement les souhaits les plus choquants de Macron et les Français vont en baver…

Elisabeth Borne vient d’une famille juive russe, réfugiée en France en 1939. Son père Joseph Bornstein s’opposant aux Allemands, il fut déporté en 1942, revint en France et après la guerre, il dirigea avec sa femme française… un laboratoire pharmaceutique.
Elisabeth précisait il y a quelques années au micro de l’horrible Frédéric Haziza, lors d’une soirée de Radio J (radio communautaire juive), que « c’est une communauté [la communauté juive NDLR] qui est la mienne, qui a participé à l’histoire de la République, et qui a toute sa place dans la République ».
Et dans quelle communauté classe-t-on les Français de souche ?

En tout cas, les dirigeants communautaristes (« suprémacistes » diront certains) juifs se réjouissent bruyamment, tel le président du Consistoire de Paris, dont la dernière phrase de ce tweet est un peu étrange :

Au passage, la Borne risque de faire souffrir les automobilistes, déjà persécutés et vaches-à-lait :

Continuer la lecture de « Le nouveau Premier ministre Elisabeth Borne en quelques mots »

C’était un 19 mai…

Rocroi
1643 : sur le plateau de Rocroi, dans les Ardennes, Louis de Bourbon, 23 ans, duc d’Enghien, le futur Grand Condé, obtient une victoire triomphale sur les troupes coalisées du capitaine-général Don Francisco de Mellos de Breganza, gouverneur espagnol des Pays-Bas.
La bataille de Rocroi met fin à la réputation d’invincibilité des « tercios » espagnols, des unités composées de piquiers, d’arquebusiers et de fantassins armés d’épées. Les armées espagnoles ne se remettront jamais de cette défaite et le renom de supériorité militaire dont elles disposaient passe définitivement aux Français, au début de ce qui s’annonce comme le Grand Siècle français.

1898 : première grande manifestation d’étudiants nationalistes en hommage à Jeanne d’Arc.
Après avoir fleuri la statue de Frémiet, place des Pyramides, aux cris de « vive Jeanne d’Arc et vive le Roi ! », ils gagnent le siège du Peuple français, le journal de l’abbé Garnier, tandis que l’abbé leur donne la réplique : « Vive Jeanne d’Arc, la France aux Français ! »

Continuer la lecture de « C’était un 19 mai… »

Valérie Pécresse veut sanctionner le joueur du PSG qui n’a pas voulu faire le toutou du lobby sodomite

Emoi dans le monde politico-médiatico-footballo-sodomite.

Un joueur africain musulman du club parisien de balle au pied s’est fait porter pâle (autant qu’il est possible) pour une rencontre où les participants devaient endosser un maillot aux couleurs du lobby homosexuel.

« Chaque année, la Ligue de football professionnel se mobilise dans le cadre de la journée mondiale contre l’homophobie qui a lieu le 17 mai. Pour la deuxième saison consécutive, les clubs ont été invités à floquer les maillots de leurs joueurs de numéros en arc-en-ciel, reprenant les couleurs de l’étendard du mouvement LGBT +. »
« Comme l’an dernier, le milieu de terrain parisien a refusé de jouer samedi avec un maillot au flocage arc-en-ciel, contre Montpellier, manifestant pour certains, sa volonté de ne pas être associé à la lutte contre l’homophobie.  » (source)

Cette résistance passive est tout à l’honneur de cet Idrissa Gueye : de quel droit un lobby promouvant des pratiques perverses peut-il enrôler de force des gens sous sa bannière ?
Une remarque de bon sens, qui n’est pas partagée par tout le monde. En particulier par l’horrible Pécresse – représentante de cette fausse droite qui détruit la France depuis des décennies et toujours à la pointe du combat pour la décadence totalitaire :

Prochaine étape : l’obligation pour les citoyens de défiler une fois par an avec une plume dans les fesses sous peine de « sanctions » ?

C’était un 18 mai …

1291 : après plus d’un mois de combats intensifs, les musulmans (200 000 hommes) donnent l’assaut aux murailles de Saint-Jean d’Acre (qui ne compte que 35 000 habitants).

10 000 chevaliers chrétiens sont massacrés : « on marchait sur les morts comme sur un pont ».

La dernière poignée de chevaliers survivants combattra jusqu’au 28 mai.
C’en est fini de la présence franque en Terre sainte.

Lors de cette journée terrible, meurt Guillaume de Beaujeu, grand Maître de l’ordre du Temple.
Continuer la lecture de « C’était un 18 mai … »

Bientôt toutes les voitures neuves devront avoir un mouchard enregistrant leurs coordonnées GPS !

Boîte noire d'une voiture

Les citoyens – autrefois libres – auront bientôt un super-mouchard dans leur voiture !
Il enregistrera en particulier vos coordonnées GPS, dont pourront se régaler notamment les agences gouvernementales d’espionnage des citoyens politiquement « douteux  » (patriotes, quoi).

« Comme les avions, en vertu d’un règlement de l’Union européenne datant de 2019, tous les nouveaux modèles introduits sur le marché européen à compter du 6 juillet prochain devront embarquer une boîte noire. En juillet 2024, ce dispositif s’étendra à tous les véhicules neufs commercialisés. Le parc roulant n’est pas concerné.
Dans l’esprit de ses concepteurs, le boîtier doit permettre de récolter des informations précises sur les circonstances d’un accident. Une revendication louable. Sauf que l’on pointe déjà des failles dans ce dispositif censé aider les compagnies d’assurances à établir les responsabilités d’un accident. Ce mouchard va enregistrer et conserver en mémoire la vitesse, le régime moteur, les coordonnées GPS, les phases d’accélération et de freinage, le port de la ceinture de sécurité. […] » (source)

Comment les Français peuvent-ils supporter cela ?!

On ne sait pas encore si ces boîtes noires enregistreront les conversations (comme celles des avions), mais si ce n’est pas cette fois, ce sera pour une prochaine : c’est dans la logique totalitaire dans laquelle nous sommes embringués.

De nombreux accidents sont dus à la consommation d’alcool, ou de cannabis par qui vous savez, et surtout au téléphone portable (1ère cause d’accidents). Toutes choses dont se fiche leur « boîte noire ».

C’était un 15 mai…

1948 : en Roumanie, le gouvernement communiste rafle l’essentiel des anciens cadres du « mouvement légionnaire », nationaliste et chrétien, de Corneliu Codreanu encore présents, soit environ 20 000 personnes. La plupart  mourront en prison.

1958 : Dissolution, par décret, en se fondant sur le décret-loi de 1936, de la Phalange française, du Front d’action nationale, de Jeune nation et du Parti patriote révolutionnaire.

1960 : scission du syndicat étudiant UNEF, à la suite d’une motion pro-FLN.
Création de la Fédération des étudiants nationalistes (regroupant nombre des jeunes de l’organisation « Jeune nation » dissoute deux ans auparavant). Son texte fondateur, publié l’été suivant, Le Manifeste de la classe 60 (rédigé notamment par Dominique Venner, mais aussi par un François d’Orvical), fait écho à la célèbre Lettre à un soldat de la classe 60 de Robert Brasillach.

Continuer la lecture de « C’était un 15 mai… »

4e Dimanche après Pâques – textes et commentaire

Nous vous proposons une présentation des textes liturgiques propres à ce dimanche (rite catholique traditionnel), avec leur commentaire.

« Vivre en baptisés, fidèles à Dieu, dans les conditions mouvantes et difficiles de la vie d’ici-bas, n’est possible qu’avec le secours de Dieu. C’est de lui que vient tout don parfait (ép.) ; c’est lui qui fixe nos cœurs là où sont les vraies joies (coll.). La présence de l’Esprit-Saint lui-même, l’Esprit de vérité, qui rend témoignage au Christ et nous introduit au cœur du mystère chrétien (év.), achève de nous donner l’assurance et la paix surnaturelles qui sont un des plus précieux bienfaits de la vie chrétienne. »

Dom G. Lefèbvre

 

TEXTES AVEC COMMENTAIRE DE DOM GUÉRANGER
(dans l’Année liturgiquedisponible ici avec ses autres livres)

Continuer la lecture de « 4e Dimanche après Pâques – textes et commentaire »

« Mur pour la paix » judéo-maçonnique : Marek Halter veut l’imposer à Paris à toute force

Le « Mur pour la paix » est une « œuvre d’art » militante, élaborée par une certaine Clara Halter.
« Constitué d’une charpente métallique habillée de bois, d’inox et de verre, il mesure près de 16 mètres de longueur, 13 mètres de largeur et 9 mètres de hauteur. Sur les grandes façades de verre est écrit le mot « paix » en 49 langues différentes. ».

Très laid, il a été installé – aux frais de cet imbécile de contribuable – en l’an 2000, sur le Champ-de-Mars, entre l’Ecole militaire et la tour Eiffel avec lesquels il jurait grossièrement, saccageant la perspective d’un des lieux les plus visités de Paris.
Il y a bien sûr eu des résistances, mais elles ont été vaincues par la mairie ainsi que par le poids politique du mari de « l’artiste » Clara Halter : Marek Halter, immigré juif polonais, militant mondialiste et « antiraciste » forcené (c’est-à-dire promouvant le génocide des peuples blancs par invasion et métissage) sentencieux et pompeux, « écrivain » dont le talent principal est d’être un membre actif d’un lobby puissant.

Le Mur pour la Paix est directement inspiré du Mur des lamentations de Jérusalem puisque les visiteurs peuvent laisser un message de paix dans les fentes prévues à cet effet.
Son architecture reprend aussi, et de manière éclatante, de nombreux éléments de la symbolique franc-maçonne.

Un mur pour la Paix

Son message mondialiste est-lui même tout à fait typique de cette force occulte.
Vraiment, ce « Mur » coche toutes les cases, sur la forme (laideur, transgression par rapport au lieu d’installation…) et sur le fond.

En 2020, cette horreur a enfin été démontée pour laisser place au Grand Palais éphémère, un peu moins laid et moins subversif.

Elle devait être installée ailleurs dans Paris, mais personne n’en veut. Alors Marek Halter tape du point sur la table :

« Deux ans et demi après son démontage du Champ-de-Mars, le monument attend toujours un nouveau lieu. L’écrivain Marek Halter attaque la Ville en justice pour non respect de son contrat

Continuer la lecture de « « Mur pour la paix » judéo-maçonnique : Marek Halter veut l’imposer à Paris à toute force »

Le Petit Robert est-il un dictionnaire militant ?

de Philippe Kerlouan :

« L’entrée de nouveaux mots dans un dictionnaire est censée en consacrer l’usage. On ne s’étonnera pas que l’édition 2023 du Petit Robert contienne des termes largement employés dans l’actualité récente. On pourrait penser qu’il se met impartialement au service de la définition des mots, mais il peut arriver que, pour suivre la mode voire par militantisme, il décide de servir une cause, fût-elle discutable.

Continuer la lecture de « Le Petit Robert est-il un dictionnaire militant ? »

Présidence de l’Union européenne : la « France » annonce la couleur

La république cosmopolite de France, qui assure actuellement la présidence de la non moins répugnante Union européenne, diffuse des visuels assez éloquents quant à sa vision de l’Europe :

Mais, attention, le « grand remplacement est une théorie d’extrême-droite ».

Le fils du Chef Yannick Alléno tué par un voleur de voiture en fuite

Qui conduisait la voiture volée, à votre avis ?

Mise-à-jour 2 :

C’est un rendez-vous riche en émotion que Yannick Alléno, ses proches, le milieu de la gastronomie et celui de la politique ont vécu en cette journée du vendredi 13 mai. Réunis en la collégiale Notre-Dame de Poissy dans les Yvelines, tous ont tenu à être présents pour rendre un ultime hommage à Antoine, fils de Yannick Alléno, dont la vie a été brutalement fauchée à seulement 24 ans dimanche 8 mai.
S’il avait déjà fait part de toute sa détresse sur les réseaux sociaux et dans un communiqué diffusé dans la presse, Yannick Alléno a prononcé un discours devant l’assemblée dont quelques mots ont été dévoilés sur CNews notamment : “Cette mort, cette horreur doit être à l’origine d’un changement, du retour de la sévérité contre la délinquance qui sévit. C’est un jeune homme de 24 ans qui a été fauché, un Français qui avait des ambitions patriotes. » » (source)

C’est vrai qu’il y a un laxisme judiciaire envers la racaille étrangère qui est révoltant. Mais il faut prendre le problème à la racine, avec une vaste remigration.

Mise-à-jour 1 :
Le chauffard a été interpellé, c’est un multirécidiviste :

« (…) Une information judiciaire a été ouverte pour homicide et blessures involontaires aggravés (le suspect étant en état d’ivresse et ayant conduit malgré un permis de conduire annulé), dégradations, violences volontaires, vol et délit de fuite. Le suspect a été mis en examen de ces chefs par un juge d’instruction et écroué. Le parquet de Paris a par ailleurs ramené à exécution deux autres peines de six et trois mois d’emprisonnement déjà inscrites au casier judiciaire de cet homme, ce qui signifie qu’il devra exécuter ces neuf mois en prison. » (source)

Le fils et le père. Le premier commençait à marcher dans les pas du second…

« Antoine Alléno, fils du chef multi-étoilé Yannick Alléno, est mort dimanche soir après avoir été percuté à Paris (7e arrondissement) par un homme à bord d’un véhicule volé, a-t-on appris de sources concordantes. Une enquête a été ouverte pour « homicide involontaire aggravé » et un homme a été placé en garde à vue peu de temps après les faits, indique le parquet de Paris.

Continuer la lecture de « Le fils du Chef Yannick Alléno tué par un voleur de voiture en fuite »