Nouveaux livres concernant le FN

Deux nouveaux livres paraissent presque simultanément. Aucun membre de la rédaction de Contre-info ne les a encore lus, donc nous ne pouvons vous en fournir une critique pour l’instant.

Mardi, doit sortir chez Grancher le nouveau livre de Marine Le Pen : Pour que vive la France.
Il n’y a pas encore beaucoup d’informations à son sujet, si ce n’est sur des sites d’extrême-gauche (ici).
Il est en vente en ligne ici.

Moins favorable, le nouveau livre d’Anne Kling vient de paraître. Il s’intitule FN… tout ça pour çà ! et a pour sous-titre : « la très étonnante évolution du Front national »

Voici sa quatrième de couverture :
« Le grand méchant loup de la politique, le croquemitaine qui faisait peur jusqu’aux petits enfants, a bien rempli son office pendant plus de trente ans à la satisfaction du systè­me. A présent, en même temps que de président, le FN chan­ge de peau et se transforme en perdant quelques dents et en édulcorant largement ses fondamentaux. Du coup, il est même quasiment devenu « tendance », c’est tout dire. Curieux, non ? Evidemment, pour bénéficier de cette ima­ge de marque redorée et de l’intense battage médiatique qui l’a accompagnée, il a fallu satisfaire à quelques menues con­ditions imposées par ceux qui nous gouvernent…

Ce livre nous invite à un petit voyage à l’intérieur du FN qui nous permettra d’y voir plus clair dans ce montage et de démêler les motivations réelles et les convergences de vues, pour ne pas dire les connivences, entre le FN – ancien­ne et nouvelle mouture -, et les divers acteurs du système. »
Livre en vente ici.

63 commentaires concernant l'article “Nouveaux livres concernant le FN”

  1. Suis toujours épaté de voir que le souci exclusif du soin du peuple laisse suffisamment de loisirs, dans chaque obédience républicaine, pour écrire ou faire écrire par des nègres, des livres, des livres et encore des livres.
    Heureusement qu’on lit de moins en moins.
    Les chiffres de vente ne sont pas signe de talent.
    Nietzsche n’a pas eu de lecteur.

  2. Excusez-moi, adorateurs de Marine: je suis sûr qu’elle va accoucher d’un chef d’oeuvre impérissable.
    Elle finira dans LA PLEIADE.

  3. Avec CHATEAUBRIAND, VIGNY,HUGO.
    Des gens de peu qu’elle écrasera de son évidente supériorité intellectuelle.
    Enfoncé PEGUY!
    BARRES? Pfuit…
    La Cathédrale de Chartres?
    Aux démolisseurs!
    On édifiera des HLM réservés aux chances pour la France éternelle maniant le même jargon vaseux que les juges vertes donneuses de leçons avec un accent à couper au couteau.

  4. Sur le 2e bouquin, l’interview d’Anne Kling dans RIVAROL est vraiment intéressante :
    (Référence : http://www.rivarol.com/Billet.html )

    Anne KLING : “Jamais le FN n’a fait trembler le système”

    RIVAROL: Vous êtes l’auteur de plusieurs livres de référence, dont « La France LICRAtisée », « Révolutionnaires juifs » et « Le CRIF, un lobby au cœur de la République ». Votre nouveau livre a pour titre: « FN… Tout ça pour ça ! », sous-titré « La très étonnante évolution du FN ». Dites-nous quels sont vos objectifs en écrivant un livre tout de même critique envers le FN. Et très réservé à l’égard de Marine Le Pen.

    Anne Kling: En retraçant l’historique d’un mouvement qui a toujours été considéré par le clan Le Pen comme une propriété personnelle et en établissant un état des lieux actuel, j’ai démontré une véritable appropriation du mouvement qui a été à l’origine de tous les échecs. Jamais son inamovible président n’a cherché à faire du FN un parti d’alternance crédible et ce, malgré des circonstances historiquement favorables. Il l’a géré comme un espace lui permettant, à lui personnellement, d’exister sur la scène politique française. Et même au premier rang, du fait d’une diabolisation qui en réalité a été bénéfique aux deux partenaires: au système et à Jean-Marie Le Pen.

    A l’heure où la fille du chef a pris le relais, dans un matraquage médiatique dont le système a le secret, nous devons nous demander ce que cache la stupéfiante promotion dont elle est l’objet. Car ce virage à 180° est éminemment suspect. Après avoir diabolisé, ou fait mine de le faire, le père durant trente ans, voilà que tout à coup le système dédiabolise la fille à tour de bras et lui ouvre toutes grandes les portes de ses media. Dans quel but?

    R. : Vous affirmez que le système avait besoin du FN?

    A. K. : Il est évident que le système avait besoin du FN qui remplissait plusieurs fonctions des plus utiles. Celle de bouc-émissaire, la fameuse «lepénisation des esprits» étant naturellement de sa faute et non de celle des irresponsables politiques incapables de résoudre les problèmes qu’ils avaient eux-mêmes créés. Celle de soupape de sécurité car il fallait bien que le bon peuple pût exhaler sa rancœur à intervalles réguliers avant de rentrer sagement dans le rang. Et bien sûr, il a servi, c’était même sa fonction principale, à maintenir la gauche au pouvoir puisque la droite a toujours eu interdiction formelle, pour des raisons de moralité, de s’allier au diable.

    Or, à partir du début des années 2000, ce scénario bien huilé a commencé à connaître quelques couacs. Une nette recrudescence d’actes avérés d’antisémitisme dans les banlieues dites sensibles a provoqué une sensible évolution et une instrumentalisation nouvelle du mouvement.

    Tout à coup, avec un bel ensemble, les media du système se sont mis à ouvrir toutes grandes leurs colonnes, leurs radios, leurs télés, à la fille du président du parti maudit. Pour quelles raisons? Parce qu’elle était télégénique et avait la langue bien pendue? Allons donc! Son père lui aussi était télégénique et n’avait pas sa langue dans sa poche. Parce qu’elle faisait vendre du papier? Et alors? Son père en faisait vendre tout autant.

    L’explication est trop courte et il faut chercher ailleurs en creusant un peu plus profond. Il faut chercher du côté des raisons politiques d’une dédiabolisation du parti qui est actuellement orchestrée comme l’avait été en son temps son exact contraire. A quelles fins?

    R. : Vous évoquez la naissance du FN. Qui ne fut pas créé par Jean-Marie Le Pen…

    A. K. : A la création officielle du FN, le 5octobre 1972, Jean-Marie Le Pen a déjà passablement bourlingué à travers la IVeRépublique, avec des succès divers: élu député poujadiste de la Seine en 1956, à l’âge de 27ans, réélu en 1958 sous l’étiquette du CNIP, il est finalement battu aux législatives de 1962. Commençait alors pour lui une longue traversée du désert politique.

    Il va être inopinément remis en selle par Ordre Nouveau (ON). Ce mouvement nationaliste, né en 1969, envisage dès 1971 la création d’un parti unitaire, d’un front national destiné à rassembler la famille nationaliste éparpillée, un peu sur le modèle du Mouvement Social Italien (MSI). Ce rassemblement est officiellement annoncé lors du 2e congrès d’ON en juin 1972, sous le nom de Front national pour l’unité française (FNUF). Ses initiateurs se mettent en quête d’un président pour en prendre la tête mais, pour diverses raisons, se voient opposer un refus de la part des candidats initialement pressentis : Georges Bidault, Jacques Soustelle, Jean-Louis Tixier-Vignancour et Pierre Sergent.

    La nouvelle fédération voit néanmoins le jour quelques mois plus tard, le 5 octobre 1972. Son appellation initiale un peu compliquée est réduite dans les faits à Front national tout court. Elle se dote d’un bureau central de six membres, à savoir deux représentants d’ON: Alain Robert et François Brigneau, un ancien de l’OAS: Roger Holeindre, Pierre Bousquet, du journal Militant, Jean-Marie Le Pen et son ami Pierre Durand. Le problème de la présidence étant toujours ouvert, c’est finalement Le Pen, en raison de sa notoriété et de ses états de service comme ancien député, qui est désigné à ce poste par ses associés. Le voilà enfin président. Certes, mais en liberté étroitement surveillée par Ordre Nouveau. La dissolution d’Ordre Nouveau, en même temps que celle de la Ligue communiste d’Alain Krivine, va rebattre les cartes. Le Pen est désormais seul maître à bord…

    R. : Et puis, en 1981, l’arrivée de la gauche au pouvoir…

    A. K. : Jusqu’à cette date fatidique, les résultats électoraux du FN sont des plus médiocres, lui interdisant tout rôle d’aiguillon ou de nuisance. C’est la gauche enfin officiellement aux commandes— et son subtil président— qui vont puissamment aider au décollage d’un mouvement qui se révélera fort utile à l’avenir. Pour eux.

    N’oublions pas que François Mitterrand et Jean-Marie Le Pen se connaissent bien pour s’être croisés dans les couloirs de la IVeRépublique. Tous deux ont été élus députés le 2janvier 1956, quoique naturellement dans des formations différentes. Et, à l’époque, ils avaient siégé de concert à la commission des affaires étrangères. Par la suite, en 1962, ils s’étaient retrouvés témoins à décharge lors du procès du général Salan.

    N’oublions pas davantage les nombreuses accointances de jeunesse du président socialiste avec l’extrême droite, ainsi que ses amitiés fidèles, qui lui furent abondamment reprochées par la suite en de nombreux ouvrages. C’est qu’il n’avait pas la vision manichéenne de l’histoire imposée par les lobbys, qui est désormais de règle.

    Sans forcément aller jusqu’à l’entente avérée, il faut reconnaître que bien des points de convergence existaient entre les deux compères. Proximité qui facilita grandement le jeu de rôles «toi méchant moi gentil» qui ne tarda pas à s’installer pour le plus grand bénéfice de chacun.

    Alors qu’il n’exista jamais le moindre atome crochu entre Chirac et Le Pen dont la vive animosité réciproque a imperturbablement traversé les décennies pour subsister aujourd’hui, intacte.

    R. : Pourquoi cet étonnant anti-lepénisme de Chirac? Vous parlez notamment dans votre livre de «promesses de Chirac aux officines juives».

    A. K. : Sans vouloir sonder les reins et les cœurs, on peut hasarder sans trop de crainte de se tromper au moins deux raisons essentielles à cette hargne constante dont les conséquences politiques furent importantes: tout d’abord les forts penchants communistes de Chirac dès sa jeunesse, alors que Le Pen a toujours fait preuve d’un anticommunisme sincère et virulent. Et deuxièmement, ses liens étroits, tout au long de sa carrière, avec les responsables communautaires juifs.

    Voilà pour les raisons “avouables”. Moins avouable, mais politiquement facile à comprendre, à partir du moment où il lui sera strictement défendu de s’allier avec lui, la droite aura elle aussi intérêt à diaboliser le FN qui empiétait fâcheusement sur ses terres et venait saccager ses plates-bandes. Evidemment, si elle avait eu le droit de s’entendre avec ce concurrent encombrant, les choses eussent été différentes. Mais la gauche et les responsables communautaires juifs le lui avaient expressément interdit.

    Car Chirac avait effectivement pris des engagements fermes auprès de ces responsables. Le fait n’est en rien un mystère puisque LeMonde le relate en ces termes le 26mars 1986: «Enfin, les associations B’nai B’rith lancent un appel à la vigilance, attirent l’attention des partis de la nouvelle majorité contre toute tentation de vouloir reprendre les slogans extrémistes sur l’insécurité et les idées xénophobes à l’encontre des immigrés et rappellent aux représentants de ces partis leurs engagements pris, au cours des forums du B’nai B’rith, devant la communauté, déclarations reprises après proclamation des résultats du vote, de ne s’allier en aucun cas au Front national».

    Voilà qui a le mérite de la clarté. Le B’nai B’rith a interdit tout rapprochement de la droite et de l’extrême droite. Et la droite obéit servilement.

    En 1987, Chirac récidivera devant le CRIF en réaffirmant solennellement que jamais il ne contracterait d’alliance, ni à titre personnel, ni en tant que responsable d’un mouvement politique, avec tel ou tel parti d’extrême droite. Ce qui ne l’empêchera pas de perdre en 1988.

    R. : Pourquoi Mitterrand a-t-il favorisé l’implantation du FN dans le paysage politique français ?

    A. K. : Enfin parvenue à l’Olympe, la gauche se rend vite compte qu’il est plus facile de «changer la vie» dans les discours que dans la réalité. Les lendemains qui devaient chanter cèdent rapidement la place aux réveils douloureux. L’immigration se fait de plus en plus visible et revendicative, la délinquance explose et la crise sociale s’amplifie, sur fond de chômage et de mondialisation.

    Face à ce constat, il est clair que la droite classique risque de reprendre des couleurs. Et même de ravir à terme à la gauche ce pouvoir si longtemps convoité. Heureusement, l’Elysée est occupé par un président qui ne manque ni de ressources ni de passerelles. La solution se trouverait-elle du côté de l’extrême droite? Il sait, pour bien l’avoir pratiquée, qu’elle ne présente aucun danger réel. L’idée de faire grimper le FN au détriment de la droite classique commence à faire son chemin dans l’esprit présidentiel. Le succès de cette stratégie passe par l’accès aux media, notamment à la télévision, et Mitterrand va faire le nécessaire en ce sens. Le résultat ne se fait pas attendre: dès 1983, les scores électoraux du FN décollent enfin.

    Mais voilà: faire grimper le FN au détriment de la droite classique est une chose. Voir s’allier ces deux adversaires en est une autre, toute différente! C’est même un danger mortel pour la gauche.

    Il faut donc à tout prix empêcher ces alliances. Ce sera le rôle assigné à la diabolisation, véritable assurance-vie des socialo-communistes.

    Ce grand tabou jeté par les excellences morales du pays sur un parti qui ne présente aucun danger réel, mais de grands avantages pour la gauche, va charger la droite d’un handicap insurmontable. Et installera le FN dans son périmètre bien délimité.

    R. : Vous parlez de cette «réécriture de l’histoire en forme d’imposture» à propos de l’assertion “FN=Vichy”?

    A. K. : A la fin de la guerre, les communistes triomphent. Ce sont eux qui imposent alors le mythe de la gauche résistante et de la droite collaboratrice. Cette droite “collaboratrice” devait par conséquent être châtiée pour l’éternité. Aussi incroyable que cela paraisse, la gauche dans son ensemble— alors même que le totalitarisme communiste mettait les peuples à genoux dans une bonne partie du monde— parvint à imposer l’idée qu’elle seule incarnait l’avenir, le progrès et la solidarité.

    Le régime de Vichy fut assimilé à l’ordre bourgeois, au conservatisme, au profit, à l’égoïsme sous toutes ses formes. Ainsi qu’à l’odieux antisémitisme. Et à la droite, naturellement.

    Cette réécriture de l’histoire en forme d’imposture a été puissamment réactivée lors de la percée du FN. Le plat était tout prêt, il suffisait de le réchauffer. Ce qui fut fait. Pour diaboliser le mouvement, il suffisait d’en faire l’héritier du régime de Vichy. Répétée matin, midi et soir, cette antienne ne pouvait que finir par pénétrer les cervelles malléables des électeurs. Puisque tous les media s’y mettaient, et la télé aussi, ça devait forcément être vrai, non?

    Du côté de la “droite”, ce ne sont pas les idiots utiles qui manquèrent qui, par ignorance crasse de l’histoire et/ou par pusillanimité, n’eurent pas même l’idée ou le courage de répliquer en rappelant aux vertueux donneurs de leçons les horreurs du communisme.

    R. : Jean-Marie Le Pen a-t-il réellement tenté de se rendre en Israël?

    A. K. : En 1986/87, Jean-Marie Le Pen est sur un petit nuage: député européen, député national— car en ces heureux temps, les deux mandats n’étaient pas encore incompatibles—, riche à millions grâce à l’héritage Lambert, il envisage l’avenir avec sérénité. Et la présidentielle de 1988 avec gourmandise. Car il y croit, alors. Il doit donc asseoir sa crédibilité pour apparaître en France comme un homme d’Etat potentiel. Et amadouer la communauté juive de France, ce qui n’est pas le plus simple. C’est dans ces dispositions qu’il entreprend en 1987 une série de voyages à l’étranger.

    En février, Le Pen s’envole pour les Etats-Unis pour y rencontrer Edgar Bronfman, président du Congrès Juif Mondial. L’objectif est de normaliser les relations du mouvement avec la communauté juive et de préparer le voyage en Israël qui constitue le point d’orgue obligé de toute carrière politique digne de ce nom. On ne va plus à Canossa, on va en Israël à présent. Les temps changent, l’esprit demeure.

    Mais voilà: les responsables communautaires français réagissent violemment à cette rencontre à New York et font part sans équivoque de leur opposition. Ils sont viscéralement hostiles à une normalisation qui ferait capoter tout le montage “médiatisation/diabolisation” mis sur pied dans l’hexagone. Ces Américains ne comprennent rien aux affaires françaises. Ils n’ont pas saisi que Le Pen, qui n’a pas encore “dérapé” à ce moment-là, doit rester pour toutes sortes de raisons le grand méchant loup de la politique. On peut donc penser que c’est ce veto des responsables communautaires français qui fit capoter en fin de compte le voyage en Israël. Et non pas le «point de détail» qui n’interviendra qu’en septembre de la même année.

    R. : A-t-il “dérapé” volontairement? Votre analyse?

    A. K. : Jean-Marie Le Pen est un vieux routier de la politique. Impossible de lui faire l’injure de la naïveté ou de la méconnaissance des ressorts qui régissent la vie politique du pays. Il connaît parfaitement le poids des lobbys et l’influence déterminante de certains d’entre eux sur les carrières faites et défaites en fonction du degré de soumission à des non-dits impératifs.

    Lors de l’affaire du «point de détail», en septembre 1987, il a été dit et redit que Le Pen s’était trouvé piégé, avait fait une énorme bourde, laissé échapper le mot infernal sans réfléchir, etc. Curieux. Voilà un homme qui manie admirablement le verbe, dont l’expérience politique s’étend sur plusieurs décennies. Cet homme connaît parfaitement le contexte politico-communautaire français très particulier et la sensibilité plus qu’exacerbée sur ces questions. Sans parler de l’instrumentalisation qui en est faite, il est bien placé pour le savoir.

    Et il lâcherait ce «point de détail» par inadvertance? C’est assez difficile à croire. Dans le meilleur des cas, si l’on peut dire, c’était une formulation extrêmement malheureuse. Dans le pire, une provocation délibérée. Survenue dans un contexte de sondages très favorables: il planait alors à des 18%. Ce qui rend d’autant plus étonnant qu’il ait choisi ce moment-là pour lâcher une provocation de ce calibre. Quoi qu’il en soit, son ascension devenait dangereuse pour la classe politique et il était urgent de faire retomber le soufflé, d’une façon ou d’une autre.

    R. : Le FN a-t-il fait ‘trembler” le système? Pourquoi ne l’a-t-il pas abattu?

    A. K. : Il est clair que Le Pen a toujours obstinément refusé tout avenir au FN en dehors de lui et a constamment voulu faire accroire, tant aux militants qu’aux électeurs, que le parti ne pouvait exister sans un Le Pen à sa tête, seule et unique condition de son succès.

    Et puisqu’il s’est toujours considéré, non seulement comme le numéro un du mouvement, mais comme le seul et unique numéro existant, c’est à lui, et à lui seul, qu’incombe en priorité la responsabilité de l’échec.

    Car au moment de la passation des pouvoirs entre le père et la fille, il est clair que l’échec politique du FN est patent. Jamais, malgré les circonstances exceptionnellement favorables, si l’on ose dire, ce mouvement n’a réussi à s’imposer comme une alternative crédible aux yeux des Français. Jamais il n’a fait “trembler” le système, contrairement à ce qu’affirmaient à intervalles réguliers les gros titres racoleurs des media pour entretenir la fiction et faire vendre du papier.

    Bien plus grave, avec la complicité active du système à qui il a rendu là un énorme service, Le Pen a réussi à accaparer tout le terrain national et identitaire en diabolisant délibérément par ses outrances les idées qu’il prétendait défendre. Il est parvenu ainsi à stériliser les suffrages de toute une partie de la population, la plus vulnérable, celle qui plaçait ses espoirs en un parti perçu comme le seul capable de résister à l’arrogance de la classe politique. Une population fragile qui ne se doutait guère qu’elle était “représentée” par un milliardaire dont les préoccupations premières ne rejoignaient pas forcément les siennes.

    Cette stagnation s’étend quand même sur vingt-cinq années. S’il est exact que durant tout ce temps le mouvement a dû lutter contre des ennemis extérieurs nombreux et déterminés— et contre la diabolisation orchestrée—, force est de constater que les raisons internes à ce surplace ont été au moins aussi déterminantes. Et sans doute davantage. Des raisons liées à l’ego dévastateur du président et à son refus obstiné d’encourager l’émergence de nouveaux talents. Couper toutes les têtes qui dépassaient et durer, encore durer, toujours durer, ont constamment été ses préoccupations. Au détriment du développement du mouvement qui, de purges en exclusions et en départs plus ou moins volontaires, a fini par virer au huis clos familial que nous connaissons aujourd’hui.

    Propos recueillis par Robert SPIELER

  5. Salir Jean-Marie le Pen, à croire que Rivarol n’est plus bon qu’a ça, désormais.
    Rivarol n’aurait pas entamé un partenariat avec France Inter et Libération ? Ils auraient put prévenir les lecteurs quand même……

  6. Tient, ce « tout ça pour ça » me fait souvenir qu’il n’y a pas si longtemps de ça, c’était juste après l’élection de marine le pen à la présidence du nouveau FN, on pouvait lire « à l’instar de Maurice thorez » sur le site officiel du front-national. Alors, en fait, tout ça pour ça …. !!!???

    (N’oublions pas que même staline lui-même avait demandé à de Gaulle de ne pas le fusiller tout de suite. Aujourd’hui, c’est le nouveau FN qui s’en inspire. Lamentable !!!)

  7. Personne, sur ce site, ne cherche à salir Jean-Marie LE PEN, le menhir.
    Sauf que le virage évident consécutif à la passation de pouvoirs père-fille ressemble trop à la tentative avortée de nomination par son père du Jeannot hyper doué à la tête de l’EPAD.Mieux vaut qu’il soit troisième couteau chez Darty.
    Sarko lui-même vient de reconnaître que c’était une erreur, avec le Fouquet’s et le yacht de Bolloré qu’il se garderait bien de renouveler.
    Avec le casse-toi pauv con.
    Raccourcir le Président?
    C’est déjà fait.

  8. Ca me rappelle une douche collective peu après mon engagement dans la Marine Nationale.
    J’ai observé, à côté de moi, un gus manifestement raccourci.
    Naïf, ça m’a « interpellé ».
    Depuis j’ai compris que je n’avais rien de commun….

  9. En effet, l’entretien d’Anne Kling accordé à RIVAROL est très instructif! Et je ne pense pas que RIVAROL ait voulu salir Jean-Marie LE PEN! Lorsqu’il est dit dans l’article que JMLP ne voulait pas de tête plus haute que la sienne, je ne trouve pas cela choquant car vu le personnage haut en couleurs et les dires de vieux de la vieille du FN, je ne doute pas que cela soit vrai.

  10. ouais j’ai lu les propos dévastateurs d’Anne Kling dans Rivarol et j’ai beaucoup d’estime pour elle et pour ce journal . J’ai été plusieurs fois voir et écouter JMLP ,j’aimais bien ses discours . Je me souviens aussi d’un BBR où j’ai remarqué le mépris absolu de Marine Le Pen qui toisait la foule natio ,sans savoir que je l’observais . Ce jour-là ,bien avant sa gloire actuelle, j’ai compris qu’elle n’avait aucune estime ni considération pour les nationalistes francais qui ne lui était qu’un bétail utile pour y faire carrière avec les rentes qui vont avec . J’ai d’ailleurs aussi rencontrer Gollisch , un vrai gentleman , au coeur d’or qui exudait la bonté intelligente .Lui était le vrai grand monsieur du fn qui l’a remercié pour son dévouement durant des décennies en le marginalisant pour l’évincer au profit de la marinière et sa clique , en prétendant mensongèrement que c’était un extrémiste ! et à ce jour ,ceux qui ont agit ainsi s’en vantent encore ,satisfaits ! c’est pourquoi , meme étant athée , si Gollnisch quittait le fn , je voterai Gollnisch et jamais plus fn qui n’est plus qu’un machin à entretenir les Le Pen à bien vivre mais incapables depuis 40 ans de faire quoi que ce soit pour changer quoi que ce soit , ni pour la France ni pour les Francais ! alors la patience envers le fn nouveau , j’en ai ras-le-bol, c’est une arnaque , stérile et bidon .Le fn ne sert qu’à empecher les natio d’agir et voyez avec quel indiffence le fn a traité un de ces seuls élus ,Bassot ,laissé aux hyenes des cinglés antiracistes pour avoir dit la vérité sur les abus et crimes migratoires , une evidence . et en plus interdire toute alliance avec étudiante avec d’autres nationalistes ! yen a ras le bol du fn !!! basta ! je pense ne meme pas voter en 2012 !

  11. le pire du pire ,c’est d’avoir appris dans Rivarol la semaine dernière que le FN entendait nous refourguer plus de 400 000 migrés de plus en 5 ans , selon le calcul de K.Lang , et là je comprends toute la trahison du fn nouveau qui ne renverra jamais les millions de parasites qui se gobergent à nos crochets , ni virer l’islamiste Mayotte qui vampirisera les allocs, mais entends nous imposer encore plus de migrés , et çà ,c’est inadmissible ! 40 ans d’attente et d’espoirs floués pour en arriver là ? en effet , Kling a raison de dire tout çà pour çà !

  12. Aryana,beaucoup d’estime pour Anne Kling ?
    Vous plaisantez là ?
    Pour rappel,cette dame est une [pas de ragots non prouvés svp] et en ce qui me concerne,je me suis oujours méfié de Anne Kling.
    Aujourd’hui,je n’ai plus aucun doute,Kling est un cheval de TROIE.
    Quand je la verrai,elle connaitra le fond de ma pensée et ca va lui faire drôle […]…..

  13. Pas la peine de lire les analyses d’un site d’extrême gauche.
    Vous pensez bien que l’analyse du livre sera négative dans le but de discréditer Le Pen.
    Au fait,qui a lu le 1er bouquin de Marine le Pen intitulé « à contre flots » ?
    Ceux qui bavent ici et critiquent n’ont sans doute lu aucun des deux.
    Le ménage,faudrait le faire sur ce forum car franchement ca commence à puer avec les coms de certains.
    Et comme d’hab,dès qu’on parle de Marine le Pen,les trolls sont de retour.
    Les trolls se reconnaitront,je n’ai aucun doute là-dessus.

  14. Moi perso,j’ai bien envie de lire ce livre.
    Je croie que je vais l’acheter et je vous dirai ensuite…
    Histoire de démonter les arguments des Marxistes et aussi des trolls.

  15. Aryana,tu ne veux pas aller voter ?
    C’est comme tu veux,faudra pas venir pleurer par la suite si la situation s’est aggravée,enfin je ne t’en veux pas,certains préférent se suicider que d’affronter les problèmes en face.
    Dans cette société,il n’y a de place que pour les loups.

  16. Pendant ce temps là,le […] Sarkozy est en train de parler à la télé et a monopolisé 8 chaines,rien que pour sa tronche.
    Enfin moi je dis ca,je dis rien là…

  17. @Wiltenkir

    Ce n’est pas l’analyse du site d’extrême-gauche qui est intéressante mais les faits qu’il décrit.
    Comment se fait-il d’ailleurs qu’ils aient eu le livre avant les autres ?

  18. admin4 dit :
    « Ce n’est pas l’analyse du site d’extrême-gauche qui est intéressante mais les faits qu’il décrit. »

    Oui,si les faits sont authentique et qu’ils n’ont pas été sortis de leur contexte,chose que j’ai du mal à imaginer venant d’un site d’extrême gauche,ce serait du jamais vu jusqu’ici.

    « Comment se fait-il d’ailleurs qu’ils aient eu le livre avant les autres ? »

    Bonne question,je dois dire pour ma part que cela ne me surprend pas vraiment,je suis convaincu que l’extrême gauche tire les ficelles de notre gouvernement actuel et que la dite extrême gauche a plus de pouvoir que nous ne pouvons l’imaginer.

    Nous avons pu voir récemment les techniques de l’extrême gauche à savoir,photographies de nos militants dans les manifs et diffusion de ces photos à leur insu sur des sites obscurantiste,infiltration de l’extrême gauche dans les défilés du Front National (cf 1er Mai) avec un communiste qui interroge un jeune militant du FN (non formé) et qui donc se fait piéger par le communiste déguisé en journaliste.

    Oui,il y a effectivement des faits qui ne trompent pas.
    Enfin quand j’ai un doute,je me fie à mon instinct.
    C’est un peu comme dans la nature,et la nature ne m’a jamais trompé.

    Méfiance,l’extrême gauche de nos jours est redoutable.
    A nous de faire gaffe de ne pas tomber dans leur piège.

    Les plus naifs d’entre nous se feront avoir s’ils ne sont pas un minimum formés sur cette question cruciale.

    Connaitre l’ennemi et ses stratégies,c’est la 1ère chose à faire pour mieux le combattre,comme disaient Alain Soral ou Serge Ayoub.

  19. Franchement faut être très démocrate pour espérer un quelconque changement à chaque mascarade électorale.

  20. Mais pourquoi m’avoir censuré ?
    SVP répondez, ma tête vous reviens pas, je sais que je suis un peu chiant mais quand même
    Je comprends pas et j’aimerais juste une explication
    vous avez mon mail
    merci d »avance, car si je suis censuré je n’écrirais plus de commentaires mais au moins je perdrais pas mon temps à écrire 🙂
    Cordialement

  21. Les commentaires sur NPI sont de cette veine !!
    http://www.nationspresse.info/?p=158410
    vous remarquerez que les commentateurs agréés réalisent l’exploit d’évoquer les « fascistes islamo -libéraux-libertaires », au lieu de dire …. » juifs « .
    et nous avons le droit à la diatribe habituelle contre le Maréchal Pétain.
    les trolls : trolls ou blogueurs de profession ?
    en tout cas, ils sont reconnaissables car s’ils tiennent des discours contradictoires, ils commettent les mêmes fautes de français.

    Le FN , c’est fini, entre la soumission sordide au lobby et le discours économique ahurissant à la Arlette Laguillier, il est légitime de se poser des questions sur son rôle exact.
    Pour Kling : son analyse sur le rôle des juifs dans les révolutions bolchéviques laisse très peu de place à l’hypothèse du cheval de Troie.
    En tout cas ce n’est pas elle qui a fait du FN un ramassis de […] gauchistes -pléonasme – et d’homofous.

  22. « Tout ça pour ça »

    En effet, lorsque l’on entend aussi Jean-Marie le Pen, lors d’une émission comme hier sur France 3, qui va même mettre tout ce qu’il a fait en politique, à juste titre et même ayant vu ce qu’il allait se passer en France depuis 1972, sur le compte d’avoir participé à des guerres perdues pour la France. LAMENTABLE !!!

    Qui osera, maintenant, dire que le front-national n’a pas changé ???

  23. Vercingétorix

    J’aurais bien voulu avoir votre avis sur ce sujet,mais sachez que la courtoisie est de rigueur sur ce forum (sauf avec les trolls – provocateurs ).
    Je ne dis pas que c’est votre cas,je n’ai pas lu votre commentaire.
    Essayez de reposter avec courtoisie et faites une sauvegarde de vos commentaires sur un fichier au cas ou…

  24. Jacques

    Les guerres perdues « pour » la France (ou « par » la France) ne sont pas typiquement honorifique sur le plan global.
    Elles sont honorifique si on retient l’esprit colonialiste de ces différentes guerre,en revanche,elles le sont beaucoup moins si l’on retient la politique menée par les élites de notre pays à l’époque de ces différentes guerres.

    L’indochine a été une boucherie et les soldats Francais ont pris une branlée là-bas tout comme les Américains…et oui.

    L’Algérie s’est développé et a prospéré grâce à l’intervention Francaise.
    Si De Gaulle n’avait pas « rendu » l’indépendance aux Algériens,ces derniers n’auraient sans doute nullement besoin de notre aide aujourd’hui.

    Enfin @ Jacques

    Jean Marie le Pen sait parfaitement de quoi il parle,il a passé des années à combattre les terroristes en Algérie et il a trainé ceux-ci vers des interrogatoires musclés mais nécessaire pour stopper les poseurs de bombe.

    Critiquer c’est facile mais auriez vous eu le courage d’aller vous battre en Algérie comme l’a fait Le Pen ?

    Ceci est beaucoup moins sur…

  25. @Wilkenstir

    «  »je suis convaincu que l’extrême gauche tire les ficelles de notre gouvernement actuel et que la dite extrême gauche a plus de pouvoir que nous ne pouvons l’imaginer. » »

    –Pas mal, mais personnellement, je pense que c’est plutôt l’inverse. L’Extrème Gauche ayant toujours été une création des banksters pour récupérer et canaliser une éventuelle opposition dans un sens qui convient à leurs intérêts et leur mondialisme. Le fait que le bolchévisme ait été financé par tout ce que les USA comptent de grandes banques et industries en est un sérieux indice.

    Si ces officines d’Xtrème Gauche ont eu ce livre, c’est que les organes plus ou moins officiels du pouvoir le leur ont confié, ou ont mis à leur disposition certains moyens d’action.

  26. Tchetnik dit :
    30 janvier 2012 à 12 h 28 min
    Tout est dit !
    L’extrême-gauche, et même la gauche en général, sont le cheval de Troie du mondialisme.

  27. Nationalisme, internationalisme (mondialisme): toujours la même histoire.
    Chantons:
    « L’internatioaaaaale sera le genre humain »!
    L’ancêtre du parti socialiste, ressuscité par MITRAN,le sauteur de l’Observatoire, était la SFIO de Guy Mollet.
    SFIO: Section Française de l’internationale ouvrière ».
    Ah! le congrès de Tours!

  28. Je viens d »écouter MLP; c’est très troublant, elle répète comme un perroquet que la situation de la France est due à la politique libérale appliquée en France depuis des décennies: or c’est au contraire une politique socialiste démente qui est appliquée….
    Elle reprend tous les mensonges de l’EXTREME GAUCHE, curieux……

  29. En même temps cette politique Keynesienne est aussi faite pour amener les États à dépenser plus pour des grands travaux et (surtout) des politiques sociales hors-de-prix, qui habituent les citoyens à un certain niveau de vie auquel ils ne sont pas prêts à renoncer (Cf grèce), niveau de vie fondé sur de la dette et non sur de l’activité économique réelle.

    Ce qui amène les États à s’endetter de plus en plus pour maintenir la « paix sociale ». Et s’endetter auprès de qui?…

    Le social sert le libéral en l’occurence.

    On reproche à Vladimir Poutine de financer l’économie Russe sur le pétrole en disant que c’est une erreur graveblablabla, ce alors que les autres secteurs de production et de services sont pourtant loin d’être négligés.

    Mais on ne s’est pas posé la question de savoir si un train de vie uniquement financé par de la dette (mirroir aux alouettes) était vraiment plus crédible.

  30. Je suis un ancien (tout petit) responsable du FNJ puis du FN, j’y ai milité entre 87 et 99 et oui, j’ai envie de dire « tout ça pour ça? ». A l’époque je me suis beaucoup investi, j’ai perdu des années de fac et des amis. J’ai un doigt et un oeil abimé, et tout ça pour quoi? pour rien de rien.

    Aujourd’hui je ne crois plus au bulletin de vote, je crois au regroupement de nos forces dans des communautés nationalistes pour préparer la Reconquista.

    J’irai voter parce que cela ne coûte rien et je voterai pour le Parti de la France. Le FN est devenu un parti du système, il n’apporte aucune solution.

  31. à Tchetnik
    Une politique d’assistanat massif pour enrichir les banquiers certes mais surtout pour entretenir une masse d’immigrés du tiers monde destinés au … remplacement de population.
    Une politique d’assistanat massif pour acheter le silence des autochtones lobotomisés.
    Le libéralisme, qui exclut par définition l’assistanat – à ne pas confondre avec le devoir de secours aux vrais faibles et aux personnes méritantes – est donc l’ennemi des mondialistes; c’est d’ailleurs pour cela qu’il est vilipendé en France, laboratoire du mondialisme.
    Les mondialistes sont d’abord des idéologues, ne pas l’oublier.

  32. Effectivement, si on accorde au mot « libéralisme » son sens premier, à savoir le système économique qui fut celui de l’ensemble des pays d’Europe depuis le Haut-Moyen Age. Ce libéralisme là, en effet n’excluait ni une politique d’aide aux plus (et vrais) démunis, ni un certain rôle de régulateur étatique (comme à Venise, par exemple, ou même en France).

    Là le mot « libéralisme » a un sens de domination d’une oligarchie d’élites et d’officines économiques et philosophiques sur l’ensemble des sociétés, amenées à se fondre en un grand marché global facile à contrôler, avec sa population progressivement remplacée par une autre, plus docile, plus malléable et moins coûteuse en termes de coûts de travail.

  33. @Tchetnik

    Pas mal non plus^^
    Le fait que l’extrême gauche soit la création des banksters en dit long sur le pouvoir qu’ils peuvent exercer sur notre société,mais le plus ironique dans tout cela,c’est que cette extrême gauche a le culot de se prétendre « anticapitaliste ».
    Un véritable paradoxe quand on sait pour qui roule l’extrême gauche…

    @Mur du Sion
    Je peux comprendre votre déception,mais hélas,il faut savoir qu’en politique,lorsqu’on milite pour un parti hors système,on ne part pas favori sur les élections car tous les coups sont permis du côté euro-mondialiste pour discréditer un parti qui leur ferait de l’ombre.
    On a vu le bordel que les gauchos alliés aux syndicats ont semé entre les 2 tours des élections.
    Vont ils nous refaire le coup cette année au soir du 1er tour ???

    Une chose est sure,c’est que votre « parti de la France » ne sera pas présent aux élections.
    On parie ? Une bouteille de Whisky !

  34. @Mur du Sion
    Vous m’aurez compris,je faisais allusion à 2002,j’avais juste oublié de préciser l’année.

  35. @ Willtenkir
    Oui, le FN de cette époque était hors système, j’acceptais ce fait et j’en était plutôt fier.

    Mr Le Pen, son parti et les camarades qui le constituait valaient le coup que l’on se batte pour lui.
    La fille sûrement pas: c’est une ratée qui n’a jamais été foutue de s’émanciper: ses maris? trouvés au FN! ses jobs? trouvés au FN, …

    De toute façon je suis un nationaliste, je ne peux pas me reconnaître dans un tel parti. FN, UMP ou PS, franchement, quelle la différence aujourd’hui?

    Et je pense que le PDF aura les 500 signatures. Il est de l’intérêt de l’UMP de gêner le FN mais je peux me tromper, je regarde tout ça de loin aujourd’hui.

  36. Tchetnik
    « avec sa population progressivement remplacée par une autre, plus docile, plus malléable et moins coûteuse en termes de coûts de travail. »
    Le hic est que cette population ne veut pas travailler, n’est pas performante quand elle le fait et est très agressive.
    Pour l’instant, ce sont les indigènes lobotomisés qui sont sollicités pour l’entretenir, mais cette sollicitation n’est pas suffisante face à la dette nécessaire à la substitution; les mondialistes se heurtent à la réalité.
    La suite des évènements s’annonce dangereuse mais passionnante.

  37. @En Passant

    En effet.

    Paresse encouragée par la magnifique machine qu’est l’Éducation(sic) Nationale(resic). Qui encourage aussi les revendications agressives desdits immigrés.

    Paresse très coûteuse et en fin de compte utile pour ruiner les vieilles nations.

  38. CVV

    En effet jamais le FN n’a fait allusion au Sacré-Coeur, sans le Christ rien de bon ne peut se faire comme il le dit lui-même. Or les Le Pen sont obstinés dans leur paganisme à la sauce procession pour Jeanne d’Arc.
    La France dans ses grands malheurs ( le pire est devant), a toujours été sauvée par une intervention divine, mais il y a tellement de de têtes dures qui ne veulent ou ne peuvent comprendre cela.

  39. Kouchner ministre dans les gvt PS et UMP, Bhl, Cohn Bendit et tant d’autres meneurs de mai 1968, hommes d’influence, nommés dans des emplois publics importants, Sarkozy se démenant pour faire libérer des assassins d’extrême gauche
    Des questions effrayantes se posent : les officines dont ils dépendent avaient-elles déjà pris le pouvoir en 1968; si oui, comment les policiers pouvaient-ils mener à bien leur mission ?
    Quid de la lutte anticommuniste sous Mac Carty.

  40. @En passant

    Concernant la justice de notre pays (sous le régime Sarkozy);
    On sait aujourd’hui que la justice laxiste et corrompue appliquera le même fonctionnement en cas de victoire de Bayrou ou Hollande.
    Prenons par exemple les faits suivants :
    Lors d’un passage au tribunal,le sort du prévenu sera scellé en fonction de son appartenance,et le tribunal tranchera de la sorte:

    -Militant communiste = circonstance atténuante.

    -Militant nationaliste = circonstance aggravante.

    A part ca,il parait que nous sommes tous égaux,libre…etc

    Au fait,pensez vous lire le nouveau livre de Marine le Pen ???

  41. Thémis est représentée avec un bandeau sur les yeux. C’est pour ça qu’on dit que « la Justice » est aveugle… il vaudrait mieux qu’elle le soit! ça ne pourrait pas être pire! 😀

  42. En correctionnelle, dès demain, un jury populaire statuera.
    Vous mettez en doure l’intelligence et l’impartialité de ces « tirés au sort »?

  43. @ philippe

    Je reprend simplement une phrase qui se trouve dans votre lien:

    « ne suffirait-il pas de prétendre que, ainsi que tous les gens sérieux et fréquentables le savent bien, le complotisme est essentiellement une affaire de déséquilibrés à tendance fascisante ? »

    Vous trouvez cela intéressant vous ???

    Donc nous sommes des déséquilibrés si je comprend bien,vous allez nous dire que le complot mondialiste n’existe pas,c’est bien ca ?

  44. Le projet « Mondialiste » existe bel et bien, il suffit pour cela de s’intéresser aux sociétés discrètes qui oeuvrent dans ce sens (CFR, Bilderberg group, Trilatérale, Club le siècle etc…) Un Attali en a dévoilé le but aussi fumeux soit-ils. On peut appeler ça un « complot » par commodité de langage, ce qui revient au même.

    Il faut donc une bonne dose de crétinisme pour le nier! et marcher à fond dans la manipulation. Pour faire passer les gens lucides pour des fadas on les affuble d’un qualificatif comme « complotistes », partisans de la « thèse du complot » qui n’existe pas évidement. « Ce n’est pas parcequ’on est parano qu’il n’y a pas de complot » 😀 Il est vrai que dans cette catégorie on trouve le meilleur et forcément le pire, ce qui n’a rien de surprenant, mais s’avère bien commode pour discréditer toute analyse critique…

    On peut aussi lire les excellent livres d’Hervé Ryssen, dont « Les Espérances planétariennes ». Bon, je sais, on peut aussi faire l’autruche et garder la tête dans le sable, ç

  45. Et en gardant la tête dans le sable on risque fort de se faire sodomiser mais savoir par qui! c’est quand même frustrant! 😀

  46. @ Le HURON

    Bravo,très bien résumé mon cher.
    Tu auras remarqué toi aussi que le simple fait que Marine le Pen dénonce le complot mondialiste a tendance à déranger.
    Mais cette dénonciation de MLP dérange qui ?
    J’ai mon idée sur ce sujet brûlant.

    Dans cette société,il n’y a de place que pour les loups.

  47. @ Willtenkir (message du 31/01 à 16h50)

    Vous avez mal compris.
    Dans la phrase que vous citez, l’auteur n’exprime pas son opinion mais décrit le procédé utilisé par les propagateurs de la pensée unique.

    Et par ailleurs il s’étonne que des perches leur soient si fréquemment tendues par les plus hautes instances du FN elles-mêmes, comme s’il y avait une intention masquée d’affaiblir certaines idées qui dérangent le système, en les rendant irrecevables par le grand public.
    Ca c’est une vraie question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.