Editorial de Rivarol du 15/07/2011

ON LE savait déjà : Israël se croit (et se sait) tout permis. La semaine dernière près de 600 militants pro-palestiniens, dont 300 Français, devaient participer à lʼopération « Bienvenue en Palestine » qui entendait marquer lʼanniversaire de la décision de la Cour internationale de Justice (CIJ), déclarant en juillet 2004 illégal le mur de la honte construit par Israël en Cisjordanie. Seule une centaine de personnes, que la presse israélienne a surnommées flytilla en référence à la flottille pour Gaza, ont réussi à rejoindre la Cisjordanie car, chose incroyable, lʼentité sioniste est parvenue à bloquer de nombreux passagers plus en amont, en Europe, en dissuadant le 8 juillet plusieurs compagnies de les laisser embarquer. Israël a osé demander aux compagnies aériennes la liste de leurs passagers 48 heures avant le décollage des vols. Elle a aussi remis aux compagnies une liste de 342 personnes indésirables, les avertissant quʼelles seraient aussitôt refoulées aux frais des compagnies. La liste a été établie par les services secrets en relevant sur les réseaux sociaux les sympathisants les plus convaincus de la cause palestinienne. Mais le plus inouï, cʼest que les compagnies aériennes ont obtempéré sans barguigner partout en Europe, obéissant à un ordre totalement illégal.
Plusieurs militants se sont ainsi vus refuser lʼenregistrement à Roissy, à Genève, à Vienne et à Berlin. Des dizaines dʼentre eux ont manifesté le jour même à lʼaéroport de Roissy-Charles de Gaulle mais en vain. Afin de pouvoir former un recours contre une interdiction en effet totalement scandaleuse, ils ont réclamé aux compagnies aériennes un document nominatif stipulant cette interdiction de vol et le remboursement de leur billet.

 

QUEL ÉTAT au monde pourrait-il se permettre dʼagir ainsi sans encourir aussitôt les sanctions les plus lourdes ? De toute façon, si une autre puissance faisait pression sur des compagnies aériennes, celles-ci refuseraient évidemment de sʼexécuter mais peut-on sʼopposer à un Etat qui exerce en permanence un odieux chantage à lʼantisémitisme et qui instrumentalise la version officielle et obligatoire de la Seconde Guerre mondiale pour sʼasseoir constamment sur le droit international, sur la justice et sur la morale ? Tous les jours, en Palestine occupée, au nom de la mémoire, on tue, on pille, on opprime, on esclavagise tout un peuple dans lʼindifférence générale. Comme nous lʼécrivions le 4 juin 2010 au moment du sanglant arraisonnement de la « flottille de la liberté » par Tsahal (le raid mené par air et par mer fit alors une dizaine de morts et une cinquantaine de blessés dans la plus totale impunité), la définitive mise hors dʼétat de nuire de lʼentité sioniste serait une bonne nouvelle pour lʼhumanité entière tant cet Etat voyou est un élément permanent de perturbation des relations internationales et une menace pour la paix à lʼéchelle régionale et même mondiale. En effet, au nom de la sacrosainte
défense de cet Etat, né du terrorisme, et qui ne se maintient que par le terrorisme, le Proche-Orient est sans cesse mis à feu et à sang, en Irak, en Afghanistan, au Liban et demain sans doute en Iran et en Syrie.

LA COMPLICITÉ de la « communauté internationale » envers lʼEtat hébreu est écoeurante et en dit long sur ceux qui dirigent la planète. Car ce chantage réussi sur les compagnies aériennes sʼajoute au blocage par la Grèce dʼune flottille humanitaire visant à briser le blocus maritime imposé de manière inhumaine à la bande de Gaza. Athènes a en effet cédé aux pressions israéliennes au lendemain de lʼannonce de la visite officielle à Tel Aviv, du 10 au 12 juillet, du président grec Carolos Papoulias. « La Grèce et lʼUnion européenne sont complices du blocus de Gaza » a dénoncé à juste titre lʼorganisation française « Un bateau français pour Gaza », qui participait à la flottille. « Cʼest une action inhumaine, cʼest contraire aux règles et aux normes internationales », a réagi de son côté le mouvement Hamas, au pouvoir à Gaza.

LʼEtat hébreu a annoncé le 9 juillet avoir placé en détention 124 militants de la cause palestinienne, arrivés dʼEurope et interdits dʼentrée avant de les expulser. La majorité dʼentre eux sont des Français, mais lʼon dénombre aussi parmi eux des Américains, des Belges, des Bulgares, des Espagnols et des Néerlandais. Israël considère arbitrairement que ces militants ne se trouvent pas légalement sur son territoire. Ils ont été incarcérés faute de place au centre de rétention de lʼaéroport international Ben Gourion de Tel Aviv alors quʼils nʼavaient pourtant commis aucun délit, ne sʼétaient rendus coupables dʼaucune violence. Force est de constater que lʼon nʼentend pas beaucoup nos politiques dans lʼaffaire des militants pro-palestiniens refoulés à lʼaéroport ou arrêtés en Israël. De même, personne ne proteste contre le blocage dʼune nouvelle flotille humanitaire en Grèce. Marianne 2 explique ce silence par la volonté de draguer le vote juif en 2012, ce qui est vrai mais un peu court. Pire encore, qui sait que le 15 mai Israël a ouvert le feu sur les Palestiniens qui commémoraient la Naqba (leur cruelle défaite en
1948) en franchissant la frontière syroisraélienne sur le plateau du Golan? Bilan : 12 morts et des centaines de blessés. Ces victimes qui, elles, ne sont pas imaginaires, comptent pour rien. Comme dʼhabitude…

7 commentaires concernant l'article “Editorial de Rivarol du 15/07/2011”

  1. SVP faite un bon geste pour vous abonner a RIVAROL, c’est aider un bon journal, des gens sérieux, cultivés, gentil, sans langue de bois avec lesquels vous pouvez parler de tous
    Tel de Rivarol exemplaire gratis : T 01 53 34 97 97 F 01 53 34 97 98
    en un ou Deux ans d’abonnement vous allez vous cultivez sur plein de sujet apprendre des mots originaux de la langue française et des belles tournures de phrases a mémorisé, pas de vulgarité comme dans la presse aux ordres

  2. « Draguer le vote juif »….électoralement ce vote ne représentent rien!!!Il y à tout au plus 900 000 ou 1 millions de juifs en France .Tout ça pour gagner quelques dizaines de milliers de voix ????!!!

    Quelle langue de bois ce journal Marianne! Le problème des juifs de France ce ne sont pas leurs nombre, mais l’ultra-puissance d’une infime minorité de cette communauté!

    VIVE RIVAROL!

  3. « Je n’aime pas ce journal, il a un ton inutilement antisémite. »

    Et c’est un David qui nous le dit!

    De plus, il ne nous dit pas en quoi être antisémite est inutile…

  4. Je rêve d’ avoir des gouvernants Français de la trempe des Israéliens.. Ils font pas dans le détail, et ils ont bien raison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.