Archives pour la catégorie 'Insécurité'

France 2017 : un pompier et son épouse tabassés, leurs agresseurs mineurs relâchés

Les faits ont eu lieu à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, dans la nuit de samedi à dimanche.
Un pompier et son épouse ont été violemment agressés dans le centre-ville de Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, dans la nuit de samedi à dimanche, rapporte Le Parisien.

Le couple, qui circulait non loin de la mairie, a été pris à partie par plusieurs mineurs, à la suite d’un léger accrochage avec un scooter, vers 1 heure du matin.

Les jeunes voyous, qui ont appelé des renforts, ont alors frappé le soldat du feu, qui n’était pas en service, et son épouse qui, souffrant d’ecchymoses et choqués, ont été transportés à l’hôpital. Les mineurs ont, eux, été identifiés, entendus et remis à leurs parents.

Source

Lot-et-Garonne : un islamiste poignarde un agriculteur en criant « Allahu Akbar »

Deux hommes ont été interpellés, dimanche soir à Laroque-Timbaut (Lot-et-Garonne), par les gendarmes, qui recherchaient l’un d’eux, suspecté d’avoir poignardé un agriculteur et connu pour être radicalisé.

Vers 21 heures, une altercation éclate entre les conducteurs d’une voiture, celui d’un scooter et un agriculteur. Selon nos informations, les deux hommes reprochent au paysan de provoquer des nuisances avec sa moissonneuse batteuse. Le ton monte, le conducteur de la voiture aurait crié «Allahu Akbar» (« Dieu est [le] plus grand », ndlr) et asséné un coup de couteau à l’agriculteur.

Les deux hommes auraient ensuite pris la fuite, laissant la victime, gravement blessée à un bras. Elle sera prise en charge par les secours et évacuée vers le centre hospitalier d’Agen. Les militaires identifient et arrêtent les deux suspects peu de temps après. La brigade de recherches d’Agen est saisie de l’enquête.

Source

France 2017 : un élève de 10 ans lance une chaise sur sa directrice de l’école

Photo d’une classe de CM1 de cette école… La France de demain…

Un enfant scolarisé dans le groupe scolaire Tenon-Roux de Massy a eu un geste d’une rare violence pour son jeune âge à l’encontre d’une enseignante lundi.

Des faits d’une rare violence pour un enfant de CM1. Scolarisé dans le groupe élémentaire Tenon-Roux de Massy (Essonne), un écolier de 10 ans a insulté puis jeté une chaise sur sa directrice.

Il est 11h30, ce lundi. Pour une simple remarque sur les règles de vie basiques dans une école, l’enfant s’emporte. Au sein même de la salle de classe, il se lève et prend une chaise qu’il jette sur l’enseignante, par ailleurs responsable de l’école. Celle-ci est atteinte au thorax.

A la douleur physique s’ajoute le choc émotionnel. «On n’est jamais prêt à faire face à ce type de comportement de la part d’un si jeune enfant», s’étonne un membre de l’équipe pédagogique.

« Ma fille était traumatisée lundi soir »

Lire la suite

Paris : agression au couteau par un homme en djellaba

L’attaque aurait pu se transformer en bain de sang. Le client d’un Monoprix du 13e arrondissement de la capitale a été agressé, ce mardi soir vers 21 heures, alors qu’il quittait le supermarché, un pack de bières à la main, par un individu armé d’un très long couteau caché sous sa djellaba, rapporte Le Point, qui s’est procuré la vidéo de l’assaut (ci-dessous).

Le suspect a été rapidement identifié et arrêté

Par réflexe, la victime a eu le temps de se protéger avec son avant-bras, défendu par un ami qui a repoussé l’assaillant. Il s’en sort avec une blessure légère à l’oreille. Le suspect de 20 ans, qui a pris la fuite, a été identifié et interpellé chez un proche, ce mercredi matin, dans le nord de la capitale.

“Les deux hommes ont été placés en garde à vue et leurs appartements ont été perquisitionnés. Selon nos informations, ils ne sont pas fichés S ni même connus pour une quelconque radicalisation”, précise Le Point. L’enquête a été confiée au 3e district de police judiciaire (DPJ)

Source

Montpellier : squats, vols, violences… des clandestins terrorisent les habitants

Des mineurs clandestins, toujours plus nombreux, multiplient les actes de délinquance en ville. Avant d’être souvent relâchés dans la nature.
Une véritable épidémie. Les cas de vols s’enchaînent à un rythme inquiétant dans les rues de Montpellier ces dernières semaines, rapporte Le Midi Libre. En cause : des mineurs non accompagnés (MNA), entrés illégalement sur le territoire depuis des pays méditerranéens. Non contrôlés par les forces de l’ordre, ils échappent aussi aux centres d’accueil, toujours saturés, et s’abritent dans des squats.
Des mineurs délinquants relâchés faute de preuves

Plusieurs d’entre eux, de 13 et 14 ans, ont ainsi été interpellés ces derniers jours en possession de portables volés ou de bijoux. Au cours d’un vol en réunion, l’un d’eux a sorti un couteau face à ses victimes. Mais faute de preuves ou de flagrant délit, les jeunes délinquants sont souvent libérés avant une éventuelle convocation judiciaire.

Source

Ensauvagement de la France : multiplication de crimes envers les jeunes filles…

Lundi dernier, près de Perpignan, à Argelès-sur-Mer, deux adolescentes de 14 et 16 ans sont tabassées, violées et laissées pour mortes !
Deux suspects ont été mis en examen et écroués: ils sont accusés d’avoir violé, lundi soir, les deux jeunes filles, après les avoir rouées de coup. Elles ont été laissées pour mortes dans un champ, à l’écart de toute habitation. L’une d’elle a réussi à partir vers le village. Elle a été retrouvée, le visage en sang et sous le choc, par une patrouille de police municipale.
Elle a alors désigné un champ isolé où les policiers ont retrouvé, dans un fossé, la deuxième jeune femme, inanimée, gravement blessée au visage.
Les deux suspects, qui tentaient de se cacher dans le secteur, ont été rapidement interpellés. L’un est mineur. L’autre sortait tout juste de prison.

source

Samedi dernier, c’est à Troyes qu’une jeune fille a été battue à mort pour une cigarette refusée !

Alors qu’elle vient de quitter la discothèque troyenne où elle a passé une partie de la nuit de vendredi à samedi, Candice, 18 ans, croise un jeune homme à l’angle d’une rue. Ce dernier, âgé de 21 ans et qu’elle ne connaît pas, lui demande une cigarette. Il ne l’obtient pas. Il attaque alors Candice, la roue de coups, avant de contacter les secours puis de la laisser dans un état critique sur le trottoir du boulevard Danton. Emmenée à l’hôpital de Troyes puis transférée au CHU de Reims, elle y décèdera durant le week-end, rapporte L’Union. L’autopsie révèlera plus tard des coups portés presque exclusivement au visage, ainsi que des traces sur le cou, signe d’une tentative de strangulation.
Le meurtrier a été écroué mercredi. Il avait déjà été condamné pour « agression sexuelle et violences ».

Une patrouille Sentinelle attaquée et caillassée à Corbeil par dix individus cagoulés

Une patrouille Sentinelle a été attaquée et caillassée ce vendredi soir vers 20 heures à Corbeil-Essonnes par dix jeunes encagoulés. L’attaque a eu lieu sur la Nationale 7, non loin du grand ensemble des Tarterêts, pratiquement au même endroit que celle qui avait été perpétrée lundi contre une patrouille de police.

Pas de blessé parmi les militaires ni de vitres brisées mais trois impacts sur la carrosserie et le toit de la voiture. Lundi soir, vers 21 heures, c’est une patrouille de police se rendant à l’hôpital Sud-Francilien qui avait été visée. Le pare-brise de la voiture sérigraphiée avait été étoilé après avoir essuyé une pluie de pavés.

En janvier déjà, une voiture de police qui venait de conduire une personne placée en garde à vue au centre hospitalier Sud-Francilien (CHSF) avait été encerclée dans le quartier des Tarterêts.

Source

Emmanuel Macron : la menace terroriste fera partie du quotidien des prochaines années (rappel)

Au moins le programme est clair !
Un engagement qui sera sûrement tenu !

Emmanuel Macron était ici interrogé dans l’émission « 15 minutes pour convaincre », le jeudi 20 avril sur France 2.

Chapelle-Pajol : « ces personnes sont souvent des délinquants en situation irrégulière »

Suite à l’article publié par Le Parisien concernant la situation catastrophique du quartier la Chapelle-Pajol à Paris (voir ici), le témoignage de cette militante de l’association SOS La Chapelle, confirme que les pouvoirs publics ne font rien, que les agresseurs sont des clandestins et qu’ils sont relâchés rapidement après chaque interpellation.

Invasion : les femmes chassées des rues d’un quartier de Paris

Depuis plus d’un an, le quartier Chapelle-Pajol (Xe- XVIIIe), a totalement changé de physionomie : des groupes de dizaines d’hommes seuls, vendeurs à la sauvette, dealeurs, migrants et passeurs, tiennent les rues, harcelant les femmes.

Ce sont plusieurs centaines de mètres carrés de bitume abandonnés aux seuls hommes, et où les femmes n’ont plus droit de cité. Cafés, bars et restaurants leur sont interdits. Comme les trottoirs, la station de métro et les squares.

Révoltées, les habitantes du quartier ont décidé de lancer une vaste pétition pour dénoncer la situation. Et un quotidien de plus en plus oppressant. Celui des jeunes filles, qui ne peuvent plus sortir seules, porter une jupe ou un pantalon trop près du corps sans recevoir une bordée d’injures : l’une d’elles raconte avoir subi un jet de cigarette allumée dans les cheveux.

Lire la suite

Nice : les riverains sont excédés par les Roms

Les joies du « vivre-ensemble »… A noter que pour une fois, et grâce à la pression des riverains, les responsables sont clairement désignés dans la presse.

Ils pointent des bagarres, des détritus laissés sur les trottoirs, la mendicité et le manque d’hygiène. Des riverains du quartier Notre-Dame à Nice sont las des incivilités que commettraient certaines familles roms.

« Depuis des mois, nous dénonçons cette situation par des courriers envoyés à la mairie, en préfecture, qui sont restés lettres mortes », s’insurge un habitant dans les colonnes de Nice-Matin.

Pourtant le quartier a déjà bénéficié de travaux de réhabilitation à hauteur d’un million et demi d’euros pour la création d’un jardin fermé. La mairie assure avoir également positionné des agents et avoir mis en place la vidéosurveillance.

Source : 20minutes

France 2017 : des mois de loyers gratuits pour habiter au milieu des dealers

Voilà où nous en sommes… Certains politiques, comme Valls,  s’évertuent pourtant à expliquer aux Français qu’il n’existe pas de zones de non-droit sur notre territoire… (voir ici)

L’offre de la dernière chance. L’Office public d’aménagement et de construction (OPAC) de l’Oise espère repeupler trois bâtiments de la cité de Clos des Roses, square Baudelaire, à Compiègne. Pour motiver d’éventuels locataires à venir poser leurs valises dans ce quartier stigmatisé par la présence de nombreux trafiquants de stupéfiants, l’Opac mise sur la gratuité des loyers pendant une période donnée révèle le Courrier Picard.

Des Chrétiens irakiens ayant fui l’Etat islamique sont terrorisés à… Roubaix

Dans la ville à majorité musulmane de Roubaix, des réfugiés chrétiens d’Irak ayant fui l’État Islamique vivent désormais au même rythme que dans leur pays en proie au fléau djihadiste. L’église qui les héberge est désormais la cible des musulmans des quartiers avoisinants.

« Les faits se sont produits mardi dernier, aux alentours de 19h, à proximité du béguinage de l’église Saint-Paul. Dans l’ancien presbytère ont pris place une famille Rom et un couple de chrétiens d’Irak qui ont fui leur pays en guerre. «  Des jeunes du quartier jouaient au football devant l’église et tiraient dans les portes », explique un témoin. « Les personnes présentes au béguinage sont sorties pour leur demander d’arrêter. Des noms d’oiseau ont été échangés et l’un des occupants a été sérieusement blessé au nez. » »

Des « jeunes du quartier » à Roubaix, on sait ce que cela veut dire…

On aurait pu croire que l’affaire allait s’arrêter là mais un quart d’heure plus tard, « deux BMW » avec, dans chacune d’elles, quatre personnes à l’intérieur « ont déboulé devant l’église ». Aussitôt, « l’un des occupants de la voiture a sorti un pistolet, a menacé son monde avant de tirer en l’air à trois reprises », explique le témoin. « D’autres ont pris des cailloux présents dans les bordures de fleurs et les ont jetés dans les vitres, brisant des carreaux au rez-de-chaussée et au premier étage du béguinage. Ils ont pris la fuite, laissant tout le monde sous le choc. »

Et pour conclure, ces Chrétiens d’Irak ayant échappé aux djihadistes vivent désormais dans le même sentiment de terreur : « Les Irakiens ont eu peur. La maman, qui était seule avec ses enfants lors de cette agression, est terrorisée. »

Grâce à Angela Merkel, François Hollande et au Pape, un air de Mossoul ou de Raqqa flotte désormais en Europe.

Source : la Voix du nord via Breizhatao

A Grande-Synthe, le camp de migrants incendié après une rixe entre Afghans et Kurdes : 1.500 personnes à reloger ; 3,1 millions d’euros partis en fumée

Après des bagarres entre ethnies lundi soir, faisant au moins trois blessés par armes blanches, à 21 heures, le camp de la Linière était en flammes. Un violent incendie a ravagé les 300 chalets en bois du camp de La Linière, qui abritait quelque 1.500 migrants.

Source

Grenoble : une bande de mineurs étrangers volait et étranglait les victimes

Lucrézia, 85 ans, a été violemment agressé par une bande de mineurs (clandestins, voir ici) qui étouffaient leurs cibles pour les dépouiller.

Un mois après sa terrible agression, Lucrézia, 85 ans, reste traumatisée. Si cette octogénaire accepte aujourd’hui de témoigner, c’est pour dénoncer l’incroyable violence de ses agresseurs. Pour la voler, ces derniers n’ont en effet pas hésité à l’étrangler pour qu’elle perde connaissance. Un scénario qui s’est reproduit avec sept autres victimes, à Grenoble. Deux des agresseurs ont été placés sous mandat de dépôt récemment.

Le 14 mars, Lucrézia, qui habite un petit immeuble de la rue Meney à Grenoble, rentre du marché avec son chariot. Il est 13 heures. Elle passe devant un groupe de trois jeunes puis pénètre dans le hall de sa résidence. « Un des jeunes est arrivé par-derrière puis il a passé son bras autour de mon cou et il a commencé à serrer très fort. J’ai essayé de lui agripper le bras pour qu’il lâche. Mais il a continué à serrer, serrer. Je ne pouvais plus respirer. J’ai cru que j’allais mourir. Puis j’ai perdu connaissance. Je me suis évanouie et je suis tombée. Dans ma chute, je me suis fait très mal à une vertèbre », se souvient Lucrézia.

Lire la suite