Une crapule idéologique sur le point d’être suspendue

Baltasar Garzon fait ses cartons. Le célèbre magistrat espagnol s’apprête à quitter son bureau, le cabinet d’instruction numéro 5, qu’il occupe depuis vingt-deux ans à l’Audience nationale, la plus haute instance pénale du pays. Ses pairs du Conseil général du pouvoir judiciaire (CGPJ), l’équivalent espagnol du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), devraient le suspendre de ses fonctions, jeudi 22 avril, dans l’attente de son procès. La procédure est automatique pour tout magistrat accusé, comme lui, de prévarication, c’est-à-dire d’avoir abusé de son pouvoir.

Le juge Garzon est poursuivi pour avoir ouvert des enquêtes partiales et idéologiques, fin 2008, sur les soi-disant crimes franquistes de la guerre civile (1936-1939) et la répression durant le régime franquiste (1939-1975) alors que les faits de cette période (pour les deux camps) sont couverts par une  loi d’amnistie des crimes politiques (dite de réconciliation nationale) votée en 1977, deux ans après la mort de Francisco Franco.

En requalifiant en crimes contre l’humanité, donc imprescriptibles, les disparitions de quelque 114 000 républicains, Baltasar Garzon a monté « un artifice juridique », selon le magistrat instructeur Luciano Varela, qui a suivi en cela les plaintes de trois associations nationalistes, dont la Phalange espagnole.

S’il est reconnu coupable , M. Garzon encourt une peine de dix à vingt ans d’interdiction d’exercer. Autant dire que ce serait la fin de la carrière du juge vedette espagnol, dont la renommée a franchi les frontières en 1998 lorsqu’il ordonna l’arrestation de l’ex-dictateur chilien Augusto Pinochet au nom de la « justice universelle ».

Source

Israël vexé par des lettres d’enfants espagnols

Israël a protesté auprès de l’ambassadeur d’Espagne à Tel-Aviv contre l’envoi de centaines de lettres anti-sionistes d’élèves espagnols adressées à l’ambassade israélienne de Madrid.

Dans ces lettres, les enfants demandent par exemple à l’ambassadeur: « combien d’enfants palestiniens as-tu tués aujourd’hui? » ou affirment: « arrête de tuer pour de l’argent ».

L’ambassadeur d’Espagne a répondu que le ministère espagnol de l’Education n’avait rien à voir avec l’envoi de ces lettres d’enfants.

Source

Vers une explosion de l’Espagne ?

La Catalogne est l’un des principaux moteurs économiques de l’Espagne. Ce reportage évoque un sentiment séparatiste qui se fait jour chez un certain nombre de ses habitants, en réalité surtout guidés par une soif matérialiste plus forte que le patriotisme, la conscience nationale, la solidarité nationale.

On est très loin du « nationalisme » et pourtant les médias qualifient malencontreusement de ce terme ces tendances séparatistes dont on parle ça et là. En France, elles sont très marginales… Pour l’instant. Mais Bruxelles fait tout pour attiser ces mouvements centrifuges, avec l’aide d’une certaine extrême-droite d’ailleurs.