Tensions internes au « Bloc identitaire »

D’après l’hebdomadaire Rivarol (n°2986), cette petite formation politique d’extrême-droite hostile au nationalisme et basée à Nice verrait son unité mise à rude épreuve actuellement, suite aux changements de cap récurrents de sa direction.
Après l’évolution du discours quant au sionisme et au lobby juif, le ralliement à la République et au laïcisme, c’est sur la question ethnique que la dernière mutation semble poser problème à une partie des cadres et militants.
En effet, le Bloc identitaire avait trouvé son public en prônant une ligne racialiste et anti-électoraliste, se démarquant d’un Front national assimilateur.
Mais son président Fabrice Robert déclarait récemment : « ceux qui arrivent doivent accepter la culture française. Les musulmans voudraient imposer leurs valeurs, mais c’est à eux de s’intégrer. »  (cf)
Par ailleurs, selon Rivarol :
« lors de la laborieuse allocution de Fabrice Robert aux « Assises contre l’islamisation », figurait à ses côtés un homme que certains militants niçois dépeignent comme étant son « bras droit » ou, à tout le moins, un très proche collaborateur. Il s’agit d’un métis d’origine africaine […] Cet homme, qui ne cache pas son goût pour les femmes de souche européenne, semble incarner aux dires d’un nombre grandissant de militants identitaires une dérive qu’ils imputent à la direction actuelle dont Fabrice Robert serait, selon eux, le symbole ».

11 commentaires concernant l'article “Tensions internes au « Bloc identitaire »”

  1. Il n’y a pas à demander à ceux qui arrivent d’accepter la culture française mais les renvoyer chez eux. Si la France n’a pas réussi à les assimiler durant la colonisation, ce n’est pas sur son sol qu’elle va parvenir à quoi que ce soit.
    Les vrais français n’ont pas à fricoter avec les républicains laïco-sionistes pro-immigration, on comprend pourquoi ce Fabrice Robert et son nano-parti ont une audience aussi grande.

  2. En « bloc » les identitaires sont amenés à faire partie du nécessaire rassemblement des forces de résistance et de reconqête; on ne doit pas les stigmatiser en « bloc » parce certains de leurs responsables ( dont on arrive à se demander s’ils ne sont pas des « infiltrés » ) cherchent à les amener sur le chemin de l’acceptation de l’immigration « assimilée », de la repentance sélective et du laïcardisme tous azimuts. La Vlaams Huis en Flandre française est un bon exemple du réel militantisme identitaire. Ce sont les militants de base qu’il faut convaincre chez les Identitaires et ils renverront d’eux-mêmes leurs « déviants » à leurs chères études.

  3. C’est du flan tout ça, prenez vos petits doigts, tapotez un message aux cadres du mouvement et vous verrez. Pas bon de colporter des commérages en forme de règlement de compte personnel du sulfureux Bourbon….contre-info était crédible jusqu’à présent !

  4. Non, allez dans le menu multiple en accueil du site B-I, la ligne est exposée clairement. Le mode opératoire sur le terrain lui, n’est pas ambigu mais particulièrement positif et transposable par les médias ou les vecteurs internet. Quel mouvement peut se prévaloir d’un tel dynamisme, d’un tel impact médiatique aujourd’hui en France ? (si propice à Marine). La nation ne pouvant être niée, le B-I refuse le nationalisme. Ce n’est pas un antagonisme, c’est une dissidence choisie, une excroissance autonome et complémentaire à la droite nationale qui a démontré à maintes reprises son potentiel moteur dans le combat. Je vous le redis, j’ai des amis parmi les cadres, et ceux-ci m’ont certifié que cet article de rivarol est infondé et parfaitement faux. Pensez en terme de cohésion et de collaboration avec des gens assez proches, pas avec des schémas de discorde et de rivalité. Nous avons déjà dû pâtir des implosions successives et décevantes du fn, inutile d’entretenir la « rumeur »….

  5. @LouSpagnou
    Mouais, croyiez-vous vraiment que des cadres contactés par courriel confirmeraient de telles infos ?
    Quoiqu’il en soit, notez que le ton du billet (comme celui de Rivarol) est prudent, sauf bien sûr quand il s’agit de faits ou de citations avérés, publics.

  6. @Admin4 : ce n’est pas une info ! C’est justement ce que je tente de vous faire comprendre : intox. La présence d’un métis aux « Assises » ne signifie pas qu’il est « le bras droit de F Robert » et que le B-I se mute en mouvement multiracial. D’ailleurs, le métis en question provient de l’AF.
    Et puis, de l’aveu même de ses cadres, ils préfèrent un métis ou deux qui sont actifs et impliqués à des nombreux sympathisants blancs qui ne font rien du tout. On a beau être radical, tout parti a tendance à s’aligner, même « Goldofaf » met des petits noirs dans ses vidéos. Je précise que je n’ai pas été aux « Assises contre l’islamisation » parce que j’estime n’avoir rien en commun avec de nombreux intervenants, mais je salue l’initiative et son impact médiatique national (+ Al-Jazeerah + Memri tv + BBC + un million de visionnages en ligne…..). Après, si vous voulez tout savoir, certains niçois immatures racontent vraiment des stupidités facilement vérifiables, à moi y compris. Et pour finir, de mémoire, il n’y a qu’un seul métis chez NissaRebela.
    Sincèrement : « C’est vrai Fabrice que ton bras droit identitaire est noir ? »
    – (éclats de rire) 😀

  7. Il n’y a peut-être qu’un seul métis chez NissaRebela mais il est joliment mis en avant (voir la photo
    http://www.bloc-identitaire.com/actualite/890/nissa-rebela-contre-tramway-prom)

    Je suis tout sauf anti-Id primaire mais l’argument « ils préfèrent un métis ou deux qui sont actifs et impliqués à des nombreux sympathisants blancs qui ne font rien du tout » me consterne. Ils sont impliqués contre quoi ces métis? Pas contre le métissage je présume.

  8. @ lou spagnou

    « On a beau être radical, tout parti a tendance à s’aligner »

    Alors non. Quand on se dit RADICAL on ne s’aligne pas a la classe politique. Quand on est RADICAL on ne participe pas a la mascarade électoraliste. Quand on est radical on prend les problèmes a la racine ( Radical est un mot provenant du latin tardif radicalis et du latin radix signifiant « racine ») Dans leur cas ils ne s’attaquent qu’aux conséquences de l’immigration( islam) et non a la cause ( immigration) Ils ne sont donc pas radical pour un sou, et tentent par ce discours anti islam de rallier tout les anti islamistes de tout poil, et surtout les sionistes. Fabrice ROBERT a bien compris qu’il valait mieux les avoirs dans sa poche. Ce qu’il n’ a pas compris, c’est que ce sont eux ( les sionistes) qui ont les zid’s dans leurs poches et pas le contraire. C’est certainement fait d’un commun accord. Ces mecs la travaille pour le système. Tout le contraire de ce qui les a fait naître en politique. A savoir un anti républicanisme RADICAL, et un ANTI JACOBINISME total. Quand je les entends parler de laïcité ( un des symboles fort de la république) a tout bout de champ aujourd’hui, cela me fais bien rire. Ayant été à U.R je sais de quoi je parle. Comment peut on changer d’opinions aussi RADICALEMENT? Peut être que les murs de yad vashem, pourraient nous donner la réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.