Contre-info a 10 ans !

Comme le temps passe : c’est en décembre 2009 que fut lancé ce site de réinformation !

Il n’y avait rien, à l’époque, qui exprimât à propos de l’actualité un point de vue dissident, patriotique (c’est-à-dire vraiment anti-mondialiste ; nationaliste, au meilleur sens du terme, plus précisément) et chrétien.

Plus qu’une simple revue de presse, Contre-info a offert un décryptage de l’actualité (parfois à l’aide d’un simple et bref commentaire) tout en proposant des articles culturels, historiques, parfois religieux, ainsi que des nouvelles concernant les bons livres ou les résistances nationales à travers le monde.

Avec constance et régularité, le site a été alimenté presque chaque jour par des contributeurs ayant acquis une solide formation doctrinale avant d’intervenir sur internet…
Le temps consacré à cette tâche est difficilement concevable.
Bien plus qu’il n’y paraît en tout cas, croyez-nous.

Ces dernières semaines, le site était alimenté de façon mesurée : les quelques contributeurs étant pères de famille (4,5 enfants en moyenne) avec des métiers prenants et des activités militantes à côté, ce n’est pas toujours évident.

Mais au bout de 10 ans, le bilan est satisfaisant : la saine doctrine a été proposée – sous le prisme de l’actualité analysée – à de très nombreux Français, avec parfois l’aide de gros médias qui parlaient de nous, sans nous flatter évidemment (le Monde en tête) ; nous avons contribué à faire connaître largement certains phénomènes politiques, culturels ou certains épisodes du passé fort peu connus de nos contemporains, même bien orientés, nous avons popularisé et parfois forgé des mots et concepts qui ont fait florès ; nous avons eu de nombreux témoignages directs de Français (ou non) ayant évolué intellectuellement et spirituellement avec l’aide de Contre-info, ou que le site avait simplement aidés à garder la tête haute, retrouvant un peu d’air frais et de « normalité » dans une société devenant folle.
Nous avons d’ailleurs été souvent pillés presque mot pour mot, sans être mentionnés, dans des journaux papiers, par des éditorialistes sur internet, dans des discours publics d’hommes politiques… Bref.

Plus que jamais, il faut à la France des médias alternatifs au service de la Vérité, sans concession et sans peur, et qui rayonnent le plus largement possible.
Dans cette optique, nous voudrions faire évoluer Contre-info et le développer, avec les mêmes idées évidemment : peut-être prochainement un changement de nom ? Peut-être le renforcement de l’équipe des contributeurs avec le recrutement de professionnels ?
Pour cela, il faudrait que le budget suive.

Alors, si vous souhaitez remercier, encourager et développer Contre-info, merci de faire un don (si possible mensuel)… et de prier pour son équipe !

PS : exceptionnellement les commentaires sont ouverts.
PPS : nous pouvons délivrer des reçus fiscaux (66% du montant du don sont déductibles de votre impôt sur le revenu) pour les dons par chèque !

11 commentaires concernant l'article “Contre-info a 10 ans !”

  1. Perso j’aime beaucoup lire Contre-info mais je suis un peu déçue , j’ai envoyé 3 ou 4 mails qui sont restés sans réponse , sans compter le C.V pour les patriotes qui allaient vous trouver du boulot et je n’ai jamais eu aucune réponse , ni accusé de réception , sans compter que j’ai envoyé un chèque qui n’a jamais été débité à l’adresse indiquée …
    Une fois j’ai reçu une réponse très brève sinon, difficile d’établir un contact avec vous , pas très réactif et pas très sympa comme attitude …

  2. Bonjour et Merci pour tout.
    J’aime bien la configuration du site et « faire évoluer » ça me fait un peu peur par les temps qui courent … sans parler de « changer de nom » Quelle idée ?!
    Cdt

  3. Bonsoir Tartempion et merci…
    Pour les courriels, nous sommes navrés, il y a des périodes où nous n’avions plus le temps de les consulter… Justement il faudrait développer Contre-info pour ça aussi.
    Pour le chèque c’est bizarre… Mais merci du geste !
    Concernant le service d’aide à l’emploi, quand il a cessé d’être actif nous avons retiré du site sa bannière ; en attendant il a trouvé du travail à un certain nombre de personnes !

  4. Merci à la rédaction pour sa réponse , ça fait plaisir quand vous parlez ou écrivez à quelqu’un et qu’il vous répond !
    Dommage pour moi mais tant mieux pour les autres s’ils ont trouvé du boulot c’est bien !
    Je vous souhaite une longue vie parce que dans le pays de la fille ainée de l’église qui affiche 2 ou 3 % de catholiques pratiquants réguliers, c’est bien qu’il existe un media catholique tel que vous qui raconte pas n’importe quoi , genre je crois en Dieu et au syndicat ou je crois en Dieu à la mondialisation et au multiculturalisme …
    Pour ça que j’aime bien contre-info … ça change un peu du gloubi-boulga habituel … surtout quand contre-info répond !
    Longue vie à vous et oui je vous ai bel et bien envoyé un chèque , perdu apparemment …
    Prions pour la conversion de la France qui est vraiment dans un sale état … et le retour du Roi !
    Amicalement .

  5. C’est un travail très précieux que vous avez fourni. J’apprécie totalement votre ligne éditoriale. Quant aux publications en nombre modéré, elles permettent à des gens occupés, comme moi, de vous suivre sans être noyés. C’est dan votre faiblesse que la force de Dieu se manifetste.

  6. Le site est remarquable. Ton général très juste et harmonieux.
    En revanche, il est regrettable que les envois qui vous sont faits ne reçoivent jamais aucune réponse. Ce n’est pas très courtois et ne permet pas de créer un échange avec vous, même a minima. Dommage.

  7. Merci d’être là, tout simplement, vous êtes une bouffée d’air sain dans un monde médiatique pourri ! Bonne continuation à vous, je vous lis très souvent, et je donne lecture à mes enfants de vos articles d’Histoire (par exemple, celui de cet été sur la bataille de Bouvines les a littéralement enflammés !). Bravo aussi pour les textes du missel traditionnel le dimanche, c’est précieux au possible.
    Etant moi-même blogueuse et rédactrice web (désolée, je dois garder l’anonymat au risque sinon de m’en prendre plein la g*eule dans notre beau pays « démocratique » (sic !)) , je ne sous-estime pas le boulot énorme que cela représente.
    Encore merci du fond du coeur !
    Vous êtes formidable.

  8. Votre site est vraiment très bien.

    Mais peut-être manque-t-il une rubrique « CO2 scandale du siècle ».
    Voyez-ci-dessous la première partie du site
    https://contreveritesclimatiques.wordpress.com/

    Vidage de crâne : Pourquoi la teneur en CO2 atmosphérique n’influe pas sur la température terrestre

    Les médias et nombre d’institutions affirment que la Terre, et donc l’humanité, est confrontée à un réchauffement climatique dû à une teneur croissante en CO2 atmosphérique d’origine humaine.

    Qu’en sait-on ?
    L’Homme, influence-t-il le climat ?
    Si oui, dans quelle mesure des politiques de réduction des émissions de CO2 peuvent-elles contrecarrer un changement climatique ?
    Mais de telles politiques, sont-elles en retour susceptibles de mener à une crise économique, sociale, voire écologique ?

    C’est à ces questions que ce site répond à la lumière du propos de Hannah Arendt dans Vérité et politique :
    « Le résultat d’une substitution cohérente et totale du mensonge à la vérité factuelle n’est pas simplement que le mensonge soit maintenant accepté comme vérité et que la vérité soit diffamée comme un mensonge, mais aussi que le sens par lequel nous nous orientons est détruit. »

    A : Résumé
    B : Explications générales (sourcées)
    C : 15 annexes (sourcées)

    A : Résumé

    Introduction

    Les choix fondés scientifiquement, surtout ceux aux conséquences fort importantes, doivent être pris en l’absence de pressions politiques et économiques. Dans le cas contraire, un groupe politico-scientifique, dont les dirigeants se prennent pour les « sauveurs du monde », peut surgir et influer de manière néfaste.

    Les intérêts financier sont considérables, au regard des investissements pour la future production de biens « neutres en CO2 », du coût phénoménal de la « nécessaire transition énergétique » ou des droits d’émission de CO2. Or, le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, organisme intergouvernemental ouvert à tous les pays membres de l’ONU) fournit principalement des résultats fondés sur des modélisations en oubliant trop de considérations scientifiques.

    En supposant pouvoir définir une température moyenne de la Terre, dans quelle mesure croît cette dernière ?
    Quelles sont les inexactitudes sur lesquelles les médias et les institutions ferment leurs yeux ?
    Enfin, les mesures politiques de réduction des émissions de CO2 sont-elles adaptées ?

    I Exagération du réchauffement climatique par les médias

    Il semble faire de plus en plus chaud, puisqu’on se souvient d’hiver moins froids qu’ils ne le sont actuellement ; cependant les fluctuations naturelles ne sont pas mentionnées par les médias, qui par ailleurs dramatisent.
    a) Alerte incessantes des médias d’abord préoccupés par l’importance de leur audimat et lectorat
    Ils montrent répétitivement des pans de glace tombant dans les mers arctique et antarctique, comme preuve du « réchauffement climatique ». Que la neige tombée doive nécessairement être évacuée vers la mer, sauf quand elle est accumulée, ne leur vient pas à l’esprit.

    b) Fréquence croissante des catastrophes ?
    Selon les médias, sécheresses, inondations ou ouragans deviendront toujours plus fréquents. Or, la grande compagnie d’assurance américaine AON, qui subit le coût des sinistres, n’a observé aucune augmentation de fréquence des « évènements extrêmes » depuis 1950. En particulier, la France n’a observé aucune évolution notable de la fréquance des tempêtes.

    c) Les glaciers à l’agonie ?
    Les glaciers ont toujours avancé et reculé. Dans le passé, leurs mouvements n’ont pas été liés à des variations de la teneur en CO2 atmosphérique.
    D’autre part, des vestiges archéologiques ont été dégagés par les reculs actuels des glaciers. Ceci démontre que de tels reculs ne sont pas inédits et que l’Homme en a même déjà profité.

    II Mise en doute du réchauffement climatique par le CO2 de cinq manières

    a) Le maintien de la chaleur par la vapeur d’eau
    Soit une nuit en Europe comparée à une autre au Sahara. La nuit européenne sera plus chaude que celle au Sahara, même s’il faisait plus froid en Europe pendant la journée précédente, alors que les teneurs en CO2 sont semblables aux deux endroits (412 ppm). Cet état est normal car c’est la vapeur d’eau (environ 4 000 ppm) et bien moins le CO2 qui retient la chaleur.
    Par ailleurs, on constate qu’à l’équateur, les nuits sont toujours chaudes parce qu’elles sont toujours humides.

    b) Le climat en quelques mots
    – les températures actuelles ont déjà été rencontrées dans le passé récent;
    – le climat a toujours changé ;
    – aucune preuve scientifique directe ne démontre une influence déterminante de la teneur en CO2, produit par l’homme ou non, sur le climat ;
    – le niveau de la mer est monté depuis le début du XIXème siècle à une vitesse constante, donc indépendemment de la teneur en CO2 ;
    – depuis 400 mille ans et jusqu’à la révolution industrielle, les augmentations de teneurs en CO2 ont suivi celles des températures avec un retard de plusieurs centaines d’années sous l’effet d’un dégazage des océans, qui sont de très loin le principal réservoir superficiel de CO2 de la planète.
    – Remarque : la végétation profite beaucoup de l’augmentation de la teneur en CO2.

    c) Preuves :
    Les alarmistes définissent le réchauffement climatique provoqué par le CO2 ainsi : Ce gaz absorbe le rayonnement infra-rouge de la Terre pour le réémettre vers la Terre et ainsi la réchauffer.
    Cinq preuves contredisent cette idée.

    Première preuve :
    Courbe a : teneur en CO2 ; courbe b : température ; échelle supérieure : profondeur de la carotte de glace de Vostok.
    Les pics de température correspondent aux pics de la teneur en CO2. Or, les périodes de succession des pics de température correspondent aussi aux temps de révolutions et de précessions de la Terre.

    Les courbes montrant la teneur en CO2 et la température croissent en même temps. Les rapporteurs du GIEC ont dû accepter les analyses montrant que la température a d’abord crû entraînant une hausse de la teneur en CO2 ; mais ils affirment qu’ensuite la teneur d’un gaz à effet de serre renforce la température qui lui a donné naissance ; or cette rétroaction est démentie par les mesures.

    Or, les périodes des paramètres de l’orbite terrestre (excentricité, obliquité et précession) déterminent les cycles de glaciations et déglaciations. Ce lien trouvé par Milankovitch a été démontré il y a une cinquantaine d’années. Effectivement, les températures terrestres dépendent de la quantité de chaleur reçue du soleil, et celle-ci dépend de la distance entre Terre et soleil ainsi que de l’insolation terrestre. Donc, l’orbite terrestre détermine les températures et ces dernières définissent la teneur en CO2.

    Deuxième preuve :
    La capacité d’absorption des rayons infra-rouges du CO2 a été saturée il y a beaucoup plus de 100 millions d’années. Le CO2 ne peut plus entraîner d’échauffement de la planète depuis que la saturation a été atteinte.

    Troisième preuve :
    Une molécule de CO2 augmente son énergie de vibration (s’active) après un choc avec une molécule environnante dont il ôte de l’énergie cinétique. Inversement, elle fournit de l’énergie cinétique à une molécule environnante en abaissant son énergie de vibration (en se désactivant). Or, la proportion de molécules activées reste constante. Elle ne change pas si le CO2 absorbe, éventuellement en plus, des rayons infrarouges, car cette molécule n’a pas le temps d’émettre ensuite un rayon infrarouge à la pression atmosphérique. L’énergie qu’elle a acquise est aussitôt cédée en énergie(s) cinétique(s) aux molécules environnantes. Son effet de serre est impossible théoriquement à la pression atmosphérique.
    À 100 km d’altitude, le CO2 peut émettre un rayon infrarouge après en avoir absorbé un ou avoir reçu de l’énergie cinétique ; mais l’intensité de ce rayonnement est négligeable.

    Quatrième preuve : Les changements provoqués par une variation de la teneur en CO2 au sein des mécanismes dissipatifs de la chaleur ne montrent aucun réchauffement climatique.

    Cinquième preuve : C’est impossible que la Terre accumule de la chaleur provenant de la stratosphère qui est plus froide. C’est contre le deuxième principe de la thermodynamique.

    III La lutte contre le Réchauffement Climatique : une croisade absurde, coûteuse et inutile.

    Réduire nos émissions de CO2 ne sert presque à rien. La France n’a qu’un rôle mineur à jouer : ses industries et automobiles sont plus propres que la moyenne mondiale, et sa production électrique, essentiellement nucléaire, émet moins de CO2 que les autres. Pourtant, de nombreuses voix se font entendre avec force. Ces dernières entraînent les dirigeants français à vouloir faire participer la France à cette croisade. La France est prête à dépenser beaucoup d’argent pour réduire inutilement ses émissions, sans prendre en compte les délocalisations qui en résultent et nuisent gravement à l’emploi. L’isolation des bâtiments est la seule mesure pertinente.

    Enfin, l’impôt sur le CO2 peut être considéré comme la gabelle du 21ème siècle.

    Conclusion :

    C’est bien dommage que la France et nombre d’autres pays dépensent de l’argent pour éviter un faux problème futur au lieu de s’occuper à lutter contre
    – les destructions d’écosystèmes qui sont bien réelles et
    – la pauvreté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.