« Études de genre » : un historien du genre fait son mea culpa

Résultat de recherche d'images pour "Christopher Dummitt"

[Christopher Dummitt], un historien canadien, expert en gender studies (études de genre), avoue avoir falsifié les conclusions de ses recherches, au service de sa propre idéologie politique :

« Si on m’avait dit, voici vingt ans, que la victoire de mon camp allait être aussi décisive dans la bataille idéologique sur le sexe et le genre, j’aurais sauté de joie. À l’époque, je passais de nombreuses soirées à débattre du genre et de l’identité avec d’autres étudiants – voire avec n’importe qui avait la malchance de se trouver en ma compagnie. Je ne cessais de le répéter : « Le sexe n’existe pas. » Je le savais, un point c’est tout. Parce que j’étais historien du genre.

Continuer la lecture de « « Études de genre » : un historien du genre fait son mea culpa »

un « transgenre » remporte le championnat du monde de cyclisme sur piste en concourant dans une catégorie féminine

Nous allons rire ces prochaines années…

« Pour la seconde année consécutive, un transgenre qui s’identifie comme femme a remporté la médaille d’or au Championnat du monde de poursuite sur piste, dans la catégorie féminine des 35-39 ans. Rachel McKinnon, professeur de philosophie au Collège de Charleston […] a fait l’objet de critiques de la part d’athlètes biologiquement féminines qui prétendent que le cycliste transgenre a un avantage injuste du fait de son corps masculin. »

Source, via Fds

« Big Fertility » : un reportage sur le business de la GPA aux USA

Kelly a été mère porteuse à trois reprises, dans le Dakota, un État américain où la GPA est autorisée : « À ma troisième GPA, le couple commanditaire n’était plus du tout sûr de vouloir des enfants que je portais car j’étais enceinte de deux garçons alors qu’ils avaient payé un supplément pour avoir un garçon et une fille. J’avais donc été implantée avec un garçon et une fille, mais ce sont des choses qui arrivent: la petite fille a été expulsée et l’embryon garçon s’est dédoublé, formant des jumeaux. Bref, en tout cas je devais chercher un plan B car je ne savais pas du tout, et ce jusqu’au dernier moment, si les commanditaires prendraient les bébés, et à la naissance j’ai finalement passé pas mal de temps avec eux… Je me suis rendu compte à quel point ils reconnaissaient ma voix, mais aussi celle de mon mari car lorsqu’il était présent dans la pièce, ils réagissaient, alors qu’ils ne bougeaient pas du tout lorsque le père «adoptif» était là. J’ai donc compris que même si moi je me refuse à considérer ces enfants comme les miens, eux, bien sûr, ne peuvent pas comprendre que je ne suis pas leur vraie mère. »

Scandale : la Cour de Cassation valide les GPA faites clandestinement à l’étranger !

« C’est une mise en scène bien huilée pour imposer la GPA aux Français !

En plein débat houleux et controversé sur la loi de bioéthique, alors que le gouvernement s’était engagé, dit-il, à ne pas avancer sur la GPA dans le projet de loi bioéthique, les députés La Rem de la majorité ont voté le jeudi 3 octobre un amendement qui assure la filiation automatique d’enfants nés par GPA à l’étranger.

Et [hier], coup de théâtre savamment orchestré, la Cour de Cassation donne un coup de pouce à la reconnaissance de la GPA en France et va dans le sens du progressisme, véritable régression de la civilisation, des députés LREM. Elle a validé l’entière transcription en droit français des actes de naissance de deux jumelles nées par GPA en Californie il y a 19 ans.
Continuer la lecture de « Scandale : la Cour de Cassation valide les GPA faites clandestinement à l’étranger ! »

Un député évoque ouvertement la « pluriparentalité » à trois, c’est-à-dire les « trouples »

En 2013, certains opposants au “mariage” homosexuel évoquaient le risque de voir la notion de “trouple” (trio amoureux) s’inviter dans le débat. Ils avaient été traités de fous. Nous y sommes. Comme demain pour la GPA.


La « gauche tarée » avance à grands pas.
Il faut dire qu’en plus de dominer dans les mondes universitaire, « culturel » et médiatique (bien que très minoritaire numériquement), elle ne rencontre pas beaucoup de résistance politique : aucune formation politique d’importance n’ose remettre en cause les fondements idéologiques de la « modernité » et toutes ont peur d’être traitées de ringard ou pire, par la gauche.

Quelles seront les prochaines étapes ?
Confisquer les enfants des familles trop traditionnelles pour les placer chez des trios de pervers ?
Que les homosexuels aient le droit de faire tout ce qu’ils veulent dans la rue ?
Nous n’exagérons pas.
Personne n’aurait cru, il y a 30 ans, ce qu’on voit aujourd’hui.

GPA : le Parlement vote la reconnaissance de la filiation en catimini !

Incroyable ! Personne pour s’opposer à une forme de légalisation de la GPA. Il n’y aura désormais plus aucun problème administratif pour louer un utérus à l’étranger, rapatrier l’enfant et le faire reconnaître en France.

Quand Elisabeth Guigou présentait le PACS en disant que ce n’était pas une étape, qu’elle était contre le « mariage » homosexuel et l’adoption

En 1998, Élisabeth Guigou alors ministre socialiste de la Justice présentait au Parlement  sa loi sur le PACS en jurant : « il n’est pas question, ni aujourd’hui ni demain, que deux personnes physiques du même sexe, quel que soit leur sexe, puissent se marier ». Elle explique qu’il faut un père et une mère pour les enfants (et donc adoption que pour les « couples hétérosexuels ») et se moque de ceux qui « fantasment » que cette loi ne serait qu’un marche-pied vers la suite qu’on a connu.

En 2013 elle soutenait le « Mariage pour tous » et avoua avoir menti, en déclarant :

«  À l’époque, l’important était de faire passer le pacs […] il n’était pas possible de mettre sur la table la question du mariage homosexuel, même au sein du gouvernement, il a fallu que j’insiste » et « La fin justifiait les moyens ».

Hypersexualisation des jeunes filles : la contraception sera « gratuite » pour les mineures de moins de 15 ans

« La contraception pourrait bien être gratuite avant 15 ans. Le gouvernement veut étendre la prise en charge « intégrale » des frais liés à la contraception aux jeunes filles de moins de 15 ans.

Cette mesure, qui figure dans l’avant-projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2020, élargit ainsi le dispositif créé en 2013. Ce dernier permet aux mineures de 15 à 17 ans de « bénéficier de la gratuité de la contraception prescrite par un médecin ou une sage-femme et de la dispense d’avance de frais sur ces soins », ainsi que de « la confidentialité de ces actes lorsqu’elles le souhaitent », rappelle le gouvernement dans ce texte. »

Source : L’Express

Agnès Buzyn (ministre) : « Un père, ça peut être une femme, évidemment »

La sinistre Agnès Buzyn, ministre gauchiste et apatride de la Santé, illustre encore une fois, avec cette sortie, la folie à laquelle mène le gauchisme.

« Alors que l’Académie Nationale de Médecine sonne l’alerte, considérant le projet de « PMA pour toutes » comme une rupture anthropologique majeure, la ministre de la santé continue son marathon médiatique pour vendre sa loi.

Invitée sur LCP, Agnès Buzyn tente de résumer la situation :

« C’est une loi qui confronte la science, les progrès scientifiques, avec les dési… le… les… les choix d’une société et avec des douleurs individuelles »

Le lapsus est là, il est clair. La loi de Madame Buzyn mettra en effet la science au service des désirs individuels. En l’occurrence ici, le désir d’avoir un enfant deviendra, dans la loi, le droit à l’enfant.

Continuer la lecture de « Agnès Buzyn (ministre) : « Un père, ça peut être une femme, évidemment » »

PMA sans père : l’Académie Nationale de Médecine met en garde

Institution indépendant, l’Académie Nationale de Médecine (ANM) vient d’adopter à une très large majorité son rapport sur le projet de loi bioéthique, et notamment sur la question de la PMA sans père. Pour les membres de l’Académie :

« la conception délibérée d’un enfant privé de père constitue une rupture anthropologique majeure qui n’est pas sans risques pour le développement psychologique et l’épanouissement de l’enfant ».

Le rapport précise : Continuer la lecture de « PMA sans père : l’Académie Nationale de Médecine met en garde »

BFM à la pointe des délires féministes…

Dans un article intitulé « Comment les gendarmes ont réussi à faire tomber un dealer de drogue du « dark web » », BFM TV emploie le terme de Lieutenante colonelle pour désigner le grade de celle dirige le centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N), Fabienne Lopez. Horrible à l’œil, en plus d’être militant.

23 septembre 1939 : mort de Freud

Ce darwiniste forcené et cocaïnomane invétéré, génial fumiste, aura été le fondateur d’une pseudo-science psychologique : la « psychanalyse », qui a la particularité de rendre névrosés ceux qui ne l’étaient pas avant de l’approcher.
Charlatanerie mêlant le vrai et l’absurde, le fatras monté par Freud et ses compères (presque uniquement ses coreligionnaires) tourne principalement autour du sexe – véritable obsession -, auquel tout est ramené.

En fait, Sigmund Freud a largement plagié le docteur Jean-Martin Charcot (un peu comme Einstein a plagié le Français Poincaré) concernant l’hystérie, l’inconscient, la suggestion par l’hypnotisme, le « ça », le « moi », etc., mais a ajouté ses délires pansexualistes.

La « théorie » fondamentale de la psychanalyse est basée sur le « complexe d’Œdipe » défini en l’occurrence comme le désir inconscient qu’aurait tout enfant de tuer son père pour entretenir des rapports sexuels avec sa mère…
Pour Freud, « l’enfant est un pervers polymorphe »…

Il n’est pas précisé, dans la pourtant très copieuse fiche wikipedia de Freud, que ce dernier a lui-même connu l’inceste dans sa jeunesse.
Continuer la lecture de « 23 septembre 1939 : mort de Freud »

PMA : du tri sélectif à la marchandisation de la reproduction

En pleine période d’examen de la loi de bioéthique, Blanche Streb, docteur en pharmacie et directrice de la formation et de la recherche à l’Alliance Vita, revient sur son livre “Bébés sur Mesure” (Editions Artège). Un ouvrage particulièrement complet sur les véritables implications de la procréation médicalement assistée. De la marchandisation progressive au tri sélectif de la reproduction, l’auteur alerte sur cette voie qui mène à un monde des « meilleurs » au mépris de l’éthique et du bien commun.

Le pédopsychiatre Pierre Lévy-Soussan dénonce « la théorie du tout va bien » au sujet des enfants de couples homosexuels

Pierre Lévy-Soussan dénonce « la théorie du tout va bien » au sujet des enfants de couples homosexuels, nés d’une PMA : « Près de 80% de ces études étaient militantes (…) On commence à avoir des études qui disent que tout ne va pas bien. »