Pitoyable : Tego, la mutuelle des Armées passe à la langue gauchiste « inclusive »

Le français dit « inclusif » est une invention de la gauche féministe la plus tordue.
Elle veut tordre la langue française elle-même, massacrer sa grammaire et sa beauté pour des lubies idéologiques.
Ce fléau, bien que porté par une petite minorité d’activistes, touche de plus en plus de secteurs.
Voici que l’assurance-mutuelle du personnel des armées, Tego, s’y range, comme l’illustre le titre son nouveau magazine :

Évidemment les gens qui ne sont pas spécialement gauchistes vont probablement être nombreux à changer de mutuelle.

 

Homosexualisation de la société : même « les motards en colère » !

La loi liberticide de la République des Droits de l’Homme ne nous permet pas de décrire correctement le phénomène.
Mais considérez comme les mœurs sodomites – jusqu’alors toujours et dans toutes les sociétés considérées comme abominables – se sont, en quelques dizaines d’années, répandues dans tous les pans des sociétés occidentales, à l’initiative d’une petite poignée d’activistes.
Même la « fédération française des motards en colère », plus célèbre association de motocyclistes, adopte cette idéologie très conformiste de la lutte contre « toutes les discriminations » (ce qui est grotesque : on n’a plus, si l’on est un homme, le droit de choisir avec quelle femme on se marie?!), contre le « racisme » (comprendre contre la défense des peuples européens), etc.

Il est probable que cette association perde nombre des ses adhérents, qui ne voudront payer de cotisations pour ça…

La FFMC sur facebook

 

Rare et belle initiative d’Europe 1 de raconter l’histoire de Bruce qui est devenu Brenda suite à la folie d’un médecin

On ne le répétera jamais assez : non seulement la « théorie du genre » est une folie qui ne peut pas fonctionner, mais celle-ci s’avère criminelle, menant les gens au suicide. On se félicitera de l’initiative d’Europe 1, racontant l’histoire d’un garçon -Bruce Reimer, devenu « Brenda », puis David- qu’on a élevé comme une fille et ce depuis l’enfance. Dès l’adolescence, les problèmes ont surgi avant de finir par un suicide, et toute une famille brisée (son frère aussi se suicidera). Malgré ces échecs, les tenants de la théorie du genre, comme Judith Butler, sont présentés comme des scientifiques par les media, alors que ce ne sont que des imposteurs-criminels mal dans leur peau.

Pourquoi le pédocriminel Matzneff emmenait-il ses victimes consulter cet ancien ministre de la Santé Barzach ?

On attend la réponse, d’autant que cette femme fut présidente de l’UNICEF France !
Mais il ne faudrait pas être étonné qu’il y ait des complaisances, voire des complicités, sinon pire encore, au sommet de ce régime profondément malsain (qu’il soit de vernis « gauche » ou « droite »).

Jacques Chirac et son ministre Michèle Barzach

[Pour un rappel sur le cas Matzneff, voir ici.]

« Le Monde rapporte que l’ancienne ministre de la Santé de Jacques Chirac, Michèle Barzach, a été auditionnée dans l’affaire de pédophilie de l’écrivain Gabriel Matzneff. En tant que gynécologue, elle prescrivait la pilule aux victimes adolescentes que l’écrivain lui amenait dans son cabinet. 

Membre du gouvernement de 1986 à 1988 lorsque Jacques Chirac était Premier ministre, Michèle Barzach, a été entendue le 2 mars par l’Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP). Elle a également été présidente de l’Unicef France, de 2012 à 2015.

Continuer la lecture de « Pourquoi le pédocriminel Matzneff emmenait-il ses victimes consulter cet ancien ministre de la Santé Barzach ? »

« 40 jours de confinement, 40 jours de tentation »

L’excellente association « Stop au porno » communique :

« L’actualité est dominée par l’épidémie du coronavirus, qui touche la France et la plupart des pays du monde. La maladie frappe plusieurs d’entre nous, peut-être vos proches ou vous-même. Nous sommes des millions de Français soumis au confinement, enfermés chez nous, parfois dans de petits appartements de ville.

Certains pourront faire du télétravail, mais nombreux sont ceux qui risquent d’être soumis au démon de l’oisiveté en se retrouvant peu encadrés ou sans travail. Passée l’excitation de l’arrivée de ces vacances imprévues, l’ennui guette, et cette oisiveté pourrait bien rendre justice à son surnom de « mère de tous les vices ».

La pornographie est l’un de ces vices encouragés par l’oisiveté, que ne manquent pas d’exploiter commercialement ceux qui en tirent profit. Par le biais d’opérations de publicités séductrices, plusieurs sites pornographiques très connus ont annoncé qu’ils offriraient leurs services payants gratuitement pendant la durée de l’épidémie.

Continuer la lecture de « « 40 jours de confinement, 40 jours de tentation » »

L’aboutissement du féminisme est d’imposer l’homosexualité

Image

Non, les féministes du XXIème siècle ne luttent pas pour permettre aux femmes de sortir des griffes de l’ignorance (imposé par le patriarcat) ou d’hommes dangereux. Ces militantes se battent pour imposer leur vision névrosée de la société. Elles considèrent l’homme comme dominant, donc comme des ennemis pour les femmes. Partant de ce postulat, c’est impossible pour elles d’entretenir de relations amoureuses normales, elles ne peuvent pas se permettre de « coucher avec l’ennemi ».

Il faut lire ce papier délirant (et les pages liées) trouvé sur Le Monde : «

« Sortir de l’hétérosexualité » : le programme de la seconde édition du festival Des sexes et des femmes, en septembre dernier à Paris, pouvait difficilement passer inaperçu. De fait, la polémique ne s’est pas fait attendre ! Les conservateurs ont immédiatement dégoupillé le spectre du séparatisme, de l’hystérie et de l’effondrement de la civilisation, de manière plus ou moins caricaturale (l’interrogation chez Valeurs actuellesl’outrage chez Marianne). Et pourtant. Virginie Despentes le déclarait elle-même au Monde en 2017 : « Sortir de l’hétérosexualité a été un énorme soulagement. »

Continuer la lecture de « L’aboutissement du féminisme est d’imposer l’homosexualité »

Le point sur le cas Matzneff (et les complaisances auxquelles on ne s’attendait peut-être pas)

Matzneff à la télévision, content de lui et de sa vie.

Voici un petit résumé si vous n’êtes pas très au fait de cette affaire assez révélatrice.

Gabriel Matzneff, écrivain maintenant âgé de 83 ans, est depuis quelques semaines dans la tempête médiatique. En effet, on lui reproche enfin des actes ignobles envers des jeunes filles – pourtant notoires et étalés par lui-même dans ses livres. On en entend en revanche beaucoup moins parler d’un autre aspect des mœurs, encore plus choquant…

Pendant des décennies Matzneff a séduit des jeunes filles, de préférence vierges, usant de sa grande différence d’âge et de son petit prestige, pour profiter d’elles et les débaucher.
Un aspect particulièrement répugnant du bonhomme est que, se présentant comme un homme profondément spirituel, il mêle incessamment à ses actes, dans les pages où il les décrit, des considérations « mystiques » de tonalité chrétienne. En plus d’être blasphématoire, cela manifeste un haut degré de perversion non seulement morale mais intellectuelle. Cet homme esclave de la chair présente son vice comme quelque chose de noble, et son attitude comme « aristocratique ».

Pendant des décennies Matzneff a bénéficié de la complaisance, voire de la bienveillance des mondes littéraire, médiatique et politique (même de « droite »). Nous l’avions de notre côté dénoncé en 2013.
Continuer la lecture de « Le point sur le cas Matzneff (et les complaisances auxquelles on ne s’attendait peut-être pas) »

« Un père n’est pas forcément un mâle » : Orwell l’avait imaginé, Macron l’a fait

Annie Genevard, députée LR du Doubs, revient pour Le Figaro sur la négation délirante du président de la république concernant le statut du père. L’idéologie américaine du gender qui était considérée par beaucoup il y a quelques années encore, comme une lubie excentrique des militants de la secte des invertis, est désormais approuvée au plus haut sommet de l’Etat.

Trouvé sur Le Figaro : « Dans son célèbre roman 1984, Orwell mettait en garde contre un système autoritaire ayant fait de l’emploi de la novlangue et du contre-mot l’un des moyens de sa politique: «la guerre c’est la paix», «la liberté c’est l’esclavage», «l’ignorance c’est la force», etc… Il expliquait ainsi la logique sous-jacente à ce moyen: «Commencez par dénaturer le mot, supprimez-le et la chose disparaîtra». Et si Emmanuel Macron, qui a très certainement lu lors d’un repas auquel était conviée, parmi d’autres, Pascale Morinière, présidente des Associations Familiales Catholiques.

Si la mère n’est pas celle qui accouche, rien de très étonnant à ce que le père puisse être une femme.
Alors qu’elle s’étonnait du paradoxe consistant à célébrer les 30 ans de la Convention internationale des droits de l’enfant en faisant voter, «en même temps», une loi de bioéthique dont la mesure phare – l’extension de la PMA aux couples de femmes – privera irrémédiablement l’enfant du droit élémentaire d’avoir un père et une branche paternelle à son arbre généalogique, Emmanuel Macron lui rétorque qu’ «un père n’est pas forcément un mâle». Passons sur l’emploi du substantif «mâle» qui sied certainement mieux au monde vétérinaire qu’à la famille humaine pour se limiter au sujet essentiel: pour que sa politique coïncide un tant soit peu avec l’idée que l’on peut se faire de ce que sont les droits de l’enfant, Emmanuel Macron a décidé de congédier le réel, de s’affranchir de la réalité. Continuer la lecture de « « Un père n’est pas forcément un mâle » : Orwell l’avait imaginé, Macron l’a fait »

Pour Macron, il est évident qu’un père n’est pas forcément un « mâle »

Il y a quelques mois, le catastrophique ministre de la Santé (sic), Agnès Buzyn, avait osé dire « un père, ça peut être une femme, évidemment ». Quoiqu’ont dit nos confrères du Monde à propos de notre article d’alors, c’est parfaitement le sens de son propos.

Voici que c’est maintenant Emmanuel Macron lui-même qui partage ce délire contre la paternité et contre la complémentarité homme/femme, pourtant évidemment naturelle.

Continuer la lecture de « Pour Macron, il est évident qu’un père n’est pas forcément un « mâle » »

Loi PMA : « Qui sait que cette loi autorise l’implantation d’embryons humains dans un animal à des fins de gestation ? »

En plus de la PMA autorisée dans la loi dite de « bioéthique », le gouvernement macroniste ouvre la porte à l’eugénisme et à la commercialisation d’ovules, de spermatozoïdes et d’embryons !

Même Libération s’en inquiète dans une tribune :

« Mais la loi dite de «bioéthique», actuellement en débat entre l’Assemblée nationale et le Sénat, est bien loin de se limiter à cette question (de la PMA) : sur les 34 articles qu’elle comporte, 30 portent sur d’autres questions sur lesquelles le débat public a été largement escamoté. Qui sait que cette loi, dans son article 14 (25-26), autorise l’implantation d’embryons humains dans un animal à des fins de gestation ? Qui a compris toutes les conséquences de la suppression de l’actuel article 17 du code de la santé publique («la création d’embryons transgéniques ou chimériques est interdite») et de son remplacement par un nouvel article qui autorise, de fait, la création d’embryons humains génétiquement modifiés avec la technique dite des «ciseaux ADN» ? Qui a vu l’impact de la possibilité (ouverte par l’amendement posé par le Sénat sur l’article 2) donnée à des structures à but lucratif de conserver et de commercialiser des gamètes, des ovocytes et des embryons ?

Continuer la lecture de « Loi PMA : « Qui sait que cette loi autorise l’implantation d’embryons humains dans un animal à des fins de gestation ? » »

L’ignoble campagne d’affichage de Netflix dans le métro parisien

photo floutée par nos soins

La plateforme de films et séries Netflix (dont nous avons récemment parlé pour son programme blasphémateur envers le Christ) agresse violemment les Franciliens, et en particulier les plus jeunes, avec des affiches comme on n’en avait pas encore vues dans le métro (et pourtant il y a de la concurrence) : il s’agit d’un gros plan sur l’embrassade à pleine bouche, langue dehors, de deux hommes.
Le prétexte est de faire une connaître un programme consacré à la « sexualité », notion évidemment confondue avec la débauche et la perversion.

« Pour l’occasion Netflix distribue gratuitement un guide à destination des adolescents : « 64 pages pour parler de cul sans tabous et pour aborder les bases d’une sexualité plus épanouie » écrit sur son compte Instagram Charlotte Abramow, celle qui signe à la fois le livre et la campagne publicitaire du géant du streaming. » (source)

Avec la complicité des pouvoirs publics, au-delà du fait qu’il s’agisse d’une grossière provocation, d’une scandaleuse atteinte aux bonnes mœurs, d’une répugnante obscénité, d’une banalisation des pratiques contre-nature, c’est aussi le signe qu’il n’y a finalement plus d’espace public, grâce à la République.
Qui oserait prendre le métro avec ses enfants ?

L’icône féministe Simone de Beauvoir abusait de ses élèves mineures et les rabattait sur le pervers Sartre

Pour un public averti…

Simone de Beauvoir (1908-1986) fut une militante de l’athéisme, du communisme et de l’existentialisme (doctrine de son concubin, le funeste « philosophe » Jean-Paul Sartre). Elle fut aussi – et c’est surtout à ce titre qu’elle est connue aujourd’hui – une pionnière et championne du féminisme.

Comment se fait-il que cette ancienne enseignante soit une icône de ce mouvement – et que son nom soit donné à de nombreux collèges et écoles ! – alors qu’elle fut non seulement une prédatrice sexuelle abusant de certaines de ses élèves, mais encore la pourvoyeuse de mineures vierges qu’elle manipulait pour les livrer à l’appétit de débauche de son amant, le pervers Jean-Paul Sartre ?

C’est cela le féminisme ?

Ces accusations terribles sont documentées et les héritiers intellectuels de la Beauvoir et de Sartre, fondateurs de la gauche moderne, ne les nient plus.

Plusieurs livres et articles publiés depuis 20 ans ont établi que Simone de Beauvoir fut la complice de Jean-Paul Sartre dans ses agressions sexuelles en série sur des mineures. Avec un physique plutôt ingrat, Sartre, avait un appétit particulier pour les vierges que Simone de Beauvoir lui livrait après les avoir elle-même séduites. Elle les choisissait souvent parmi ses élèves.

Continuer la lecture de « L’icône féministe Simone de Beauvoir abusait de ses élèves mineures et les rabattait sur le pervers Sartre »

« Ni putes ni soumises » à l’agonie

Bonne nouvelle, faute de financement par manque de soutien politique; l’association militante féministe est sur le point de se déclarer en cessation de paiement.

Trouvé sur France Culture : « L’association Ni putes ni soumises n’a plus de local depuis le 1er janvier. Criblée de dettes et sans subvention, l’association emblématique, fondée en 2003 par Fadela Amara, pourrait bien disparaître.

C’est une association emblématique qui est en train de disparaître, dans l’indifférence quasi générale. “Ni putes ni soumises” (NPnS), fondée en 2003 par Fadela Amara à la suite de l’assassinat de Sohane Benziane, est au bord de la liquidation judiciaire. Criblée de dettes et sans subvention, l’association est désormais à la rue : elle a dû quitter ses locaux à Montreuil, le 1er janvier dernier. Elle sera déclarée en état de cessation de paiement dans les prochains jours. Continuer la lecture de « « Ni putes ni soumises » à l’agonie »